La saison de natation et de plongeon a pris fin le week-end dernier sur le campus de l’Université du Texas, à Austin. Toutes les équipes avaient rendez-vous dans le magnifique Lee & Joe Jamail Swimming Center avec le but de batailler pour le titre suprême.

La compétition a été formidable à suivre avec plus d’une dizaine de records universitaires qui sont tombés un bon nombre d’upsets.

La saison universitaire est terminée ; cependant, les nageurs et plongeurs n’ont pas fini leur saison. Certains visent leurs championnats nationaux, qualificatifs pour les compétitions estivales, que sont les Universiades d’été à Naples (Italie), les championnats du monde à Gwangju (Corée du Sud), les Championnats d’Europe juniors et les Mondiaux juniors.

Tous les résultats ? Découvrez les champions (par ici) et les championnes (par là) à l’issue des Nationals de natation et plongeon universitaire.

 

 

Les hommes de California champions pour la 6ème fois

 

California a mis fin à 4 ans de domination de Texas en faisant tomber les Longhorns chez eux, à domicile, comme en 2014. L’équipe de Dave Durden est arrivée en grande forme, si bien que les garçons se sont imposés à 5 fois dans la piscine d’Austin, et comptent 16 podiums.

De plus, ils ont réussi à prendre des points sur toutes les courses au programme des Nationals.

(Crédit: Jack Spitser)

Les Golden Bears ont aussi eu la chance d’avoir Andrew Seliskar dans leur équipe. Grâce à lui, l’écurie a réussi à récolter trois de ses cinq victoires. Le senior a réalisé un triplé plutôt original en natation : il s’est imposé au 200 yards, 200 yards brasse et au 200 yards 4 nages.

D’ailleurs sur le 200 yards 4 nages, il rate le record américain de Caeleb Dressel pour seulement un centième (1:38.14 pour Seliskar contre 1:38.13 pour Dressel).

Le membre de la Team USA termine qui plus est la saison avec le titre de nageur universitaire de l’année.

À la seconde marche du podium, on retrouve l’équipe de Texas. Il s’agit du 33ème podium des Longhorns depuis 1980, un chiffre qui prouve la longévité de cette équipe et de son entraineur emblématique, Eddie Reese. 

Les Longhorns se sont imposés 4 fois grâce à Townley Haas, au plongeur Jordan Windle, au relais 4×200 yards et aux dossistes John Shebat et Austin Katz. Les deux derniers garçons ont réussi un doublé sur le 200 yards dos. 

(Crédit: Jack Spitser)

Indiana complète la dernière marche du podium. 

Les Hoosiers étaient invaincus avant cette compétition, et à Austin, les garçons ont gagné 4 épreuves tout en obtenant des points en natation et en plongeon, à l’instar de la saison régulière. Son leader Ian Finnerty a, entre autre, conservé son titre au 100 yards brasse. 

 

Stanford triomphe une nouvelle fois chez les femmes

 

Dans la course au titre féminine, Stanford a conservé son titre national pour une troisième saison de suite, une première depuis Auburn entre 2002 et 2004.

Le Cardinal a pu compter sur une équipe complète, capable de prendre des points en natation mais aussi en plongeon. Néanmoins, l’équipe n’a pas été aussi dominatrice qu’en 2018. Les filles se sont imposées seulement à 3 reprises : Broke Forde a gagné le 500 yards, Ella Eastin a conservé son titre au 400 yards 4 nages et le relais 4×200 yards s’est une nouvelle fois imposé. 

Stanford peut tout de même être fière de sa freshman, Taylor Ruck. La canadienne a élevé son niveau lors des Nationals, enchainant les courses et podiums pour la prestigieuse université californienne.

(Crédit: Jack Spitser)

California termine deuxième en s’imposant sur 4 courses. Si l’équipe avait réussi à prendre des points en plongeon, elle aurait peut-être pu déloger son rival, Stanford,  de la première place.

Puis, deuxième souci : après avoir remporté le 50 yards en 21.02, nouveau record universitaire, Abbey Weitzeil s’est blessée au coude lors de l’arrivée. Les Golden Bears n’ont pu compter sur leur leader pour vaincre l’autre université majeure de la Bay Area. 

Michigan se classe troisième avec un podium de Siobhan Haughey au 200 yards et de la freshman Maggie MacNeil au 100 yards papillon. 

 

Plus d’une dizaine de records universitaires ont été battu

 

Cette semaine a été prolifique en records universitaires mais aussi en records d’Amérique.

Plusieurs nageurs ont laissé une belle impression. La première est Lilly King qui est devenue la première brasseuse à réaliser le doublé en brasse, sur ses quatre participations aux Nationals. C’est ainsi que la championne olympique quitte la NCAA, en laissant une grande empreinte dans le sport universitaire. 

Dans les noms à retenir, il y aussi Beata Nelson. La junior de Wisconsin a été fascinante et impressionnante. La nageuse a remporté le 100 yards dos, le 200 yards dos et le 200 yards 4 nages. Et sur cette dernière course, elle a réussi à vaincre Ella Eastin.

La suédoise de USC, Louise Hansson, a elle-aussi été brillante. Elle a dominé les épreuves de papillon dont le 100 yards papillon, où elle a amélioré son record universitaire à 49.26s.

Dean Farris de Harvard a fait forte impression du côté des hommes. Le junior a réussi à exploser le record universitaire et américain du 200 yards, en 1:29.15, avant de remporter le 100 yards et le 100 yards dos. Grâce à ses performance, Harvard est le premier programme de l’Ivy League depuis Yale en 1969 à finir dans le Top-10 national.

(Crédit: Jack Spitser)

 

Les français aux Nationals de natation

 

Samy Helmbacher (sophomore) : 43ème au 200 yards et 19ème au 400 yards 4 nages avec Pittsburgh 

Le sophomore espérait sans doute de meilleurs résultats que la saison dernière au 400 yards 4 nages. Finalement, il n’a pas réussi à sortir des séries, ce qui doit être une déception pour lui et son équipe. 

Néanmoins, sa saison n’est pas terminée. Il possède un titre à défendre aux championnats de France à Rennes au 400m 4 nages, où il aura la possibilité d’obtenir une qualification pour les Mondiaux ou les Universiades. 

Emma Terebo (sophomore) : 17ème au 4×50 yards et 20ème au 4×100 yards 4 nages avec Florida State 

La sophomore a nagé sur les deux courses où les Seminols étaient engagées. Malheureusement, son équipe n’est pas entrée en finale. Il reste que la calédonienne a pris de l’expérience pour ses premiers Nationals.

Rahiti Devos (junior) : 500 yards et 1650 yards avec Utah

Le tahitien n’a pas nagé, absent.