Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !
(Crédit photo : Matt Riley-Virginia Athletics)

“In The Zone” : De’Andre Hunter (Virginia) assume son statut et amène le titre national

La March Madness, rendez-vous tant attendu des fans de basketball universitaire, a démarré. Stars en devenir, futur lottery pick ou facteur X, pour créer l’upset ou assurer une qualification, retrouvez le récit de la performance individuelle de la soirée dans In The Zone.

 

Si Kyle Guy a logiquement était élu “Most Outstanding Player” du Final Four, c’est bien De’Andre Hunter qui s’est montré le plus « clutch » lors de la finale du NCAA Tournament pour offrir le titre national aux Cavaliers de Virginia.

Tony Bennett sait qu’il peut compter sur un effectif composé de joueurs de talent et en particulier sur ce que l’on appelle communément aujourd’hui un “Big Three”. Un trio composé de l’un des meilleurs backcourts du championnat en Kyle Guy et Ty Jerome, pour accompagner De’Andre Hunter dans la raquette.

Alors, au moment d’aborder cette finale historique pour le programme de Virginia, les Cavaliers avaient une double mission : essuyer définitivement l’affront de l’élimination l’an passé, face à UMBC, et surtout conquérir le premier titre de l’histoire pour Virginia.

 

Une première mi-temps compliquée pour les « lottery picks »

 

À Texas Tech, Jarrett Culver connaît décidément un Final Four bien difficile au niveau de l’adresse. Il ne rentre aucun de ses shoots en première mi-temps.

De’Andre Hunter, projeté également comme un « lottery pick » à la prochaine Draft NBA, connaît une situation similaire et brille davantage en défense qu’en attaque. A ce moment-là, c’est bien les « splash brothers » de Charlottesville, Guy et Jerome, qui permettent aux Cavaliers de dominer les Red Raiders.

Mais s’ils veulent remporter le titre national, il faut absolument que De’Andre Hunter assume son statut et soit plus agressif en attaque. C’est justement ce que Ty Jerome demande au jeune sophomore originaire de Philadelphie dans les vestiaires à la mi-temps.

En effet, De’Andre Hunter est sous le feu des critiques concernant son efficacité offensive depuis quelques match dans le tournoi.

Une agressivité payante.

La réaction attendue va bien avoir lieu tant au niveau comptable qu’en terme de responsabilités. De’Andre Hunter marque 22 de ses 27 points de la rencontre après la première mi-temps. Texas Tech ne lâche pas et peut enfin compter sur Jarrett Culver au scoring.

Les Red Raiders tentent bien en parallèle de canaliser le “Big Three” de Virginia mais la tâche semble bien compliquée.

De’Andre Hunter et Jarrett Culver font des allers-retours dans la raquette en deuxième mi-temps et à chaque fois que Virginia prendre large, Texas Tech revient.

Au point même de passer devant dans la dernière minute.

 

De’Andre Hunter en mode « clutch »

 

Alors qu’il reste 12.9 secondes à jouer et que Texas Tech mène de 3 points, De’Andre Hunter sort un énorme shoot derrière l’arc pour sauver son équipe.

En prolongation avec un peu plus de deux minutes à jouer, il remet le couvert alors que son équipe est menée d’un point.

De’Andre Hunter a réalisé 7 de ses 8 tirs, y compris ses 4 tirs à 3-points après la mi-temps, et a également beaucoup attiré l’attention des défenseurs des Red Raiders, permettant à ses coéquipiers tels que Kyle Guy et Ty Jerome de s’exprimer au shoot.

Il a marqué dans toutes les zones offensives de Virginia : qu’il soit dans la raquette pour y être mis en échec en faisant commettre des fautes et se rendre sur la ligne des lancers francs (7/9) mais aussi au-delà de l’arc pour mettre ses shoots à 3-points (4/5).

Un performance remarquable quand on sait que Texas Tech incarne l’une des meilleures défenses du pays.

Elu “Defensive Player of The Year” de la conférence ACC, il ajoute également 9 rebonds à son pactole, et, comme un symbole, il capte son dernier rebond en contrôlant le dernier ballon du tournoi avant de l’envoyer dans les airs.

Privé de NCAA Tournament l’an passé à cause d’une blessure au poignet, De’Andre Hunter achève un tournoi mitigé en terme de régularité de performances en se montrant décisif au meilleur moment.

27 points (record en carrière) et 9 rebonds avec un titre national au bout : cela constitue probablement des adieux à sa courte carrière universitaire.