Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !
Natation NCAA Présentation Nageurs 2020
(Crédit photo : Peter H. Bick)

“Swim and Dive” : les nageurs(euses) de NCAA à connaitre en vue des Jeux Olympiques

La saison 2019-20 de natation universitaire s’annonce très excitante dans la mesure où cette année est une année olympique. Lors des derniers Championnats du Monde, 7 nageurs évoluant en NCAA ont remporté au moins un titre mondial.

Parmi ces nageurs, on retrouve des noms tels que la Canadienne Margaret MacNeil (Michigan) et le Sud-Africain Zane Waddell (Alabama), qui ont tous les deux décidé de revenir pour une saison supplémentaire en NCAA.

Cette saison a débuté de la plus belle des manières. Abbey Weitzeil (California) est devenue la première femme à nager sous les 21 secondes au 50 yards. La jeune étudiante de Berkeley a donné le ton d’une nouvelle saison où les nageurs se présenteront aux NCAA Championships 2020 avec un objectif : se qualifier dans leur équipe olympique en juillet.

Les rendez-vous de NCAA à ne pas manquer :

  • 18-21 mars 2020, NCAA Championships féminin à Athens (Georgia).
  • 25-28 mars 2020, NCAA Championships masculin à Indianapolis (Indiana).
  • 21-28 juin 2020, US Olympic Trials à Omaha (Nebraska).
  • du 24 juillet au 9 août 2020, Jeux Olympiques à Tokyo (Japon).

Nos 7 nageurs-euses de NCAA avec le potentiel d’être médaillé aux Jeux Olympiques

Margaret « Maggie » MacNeil (sophomore) à Michigan 

La jeune canadienne de 19 ans sort d’une saison extraordinaire.

En 2019, Maggie MacNeil est devenue championne du monde au 100m papillon, un titre aussi inattendu que surprenant, surtout avec un temps de 55.83s (elle ne volait qu’à seulement 57.04s en avril). À vrai dire, personne ne l’attendait en 2019. Tant et si bien qu’elle était repartie des Nationals sans aucun titre.

Cette saison, Maggie MacNeil est très attendue. Elle devra tout d’abord confirmer son bel été en 2019 et un mois de mars chargé, entre les Nationals et les Trials canadiens, seront l’occasion parfaite.

(Crédit photo : Michigan Athletics)

Maxime Rooney (senior) à Texas 

L’ancien champion du monde juniors du 200m a récemment quitté l’université de Florida pour celle de Texas, sous la direction du mythique entraineur, Eddie Reese.

Et le changement de head coach a rapidement été payant. Maxime Rooney a offert une belle progression dès le mois de juillet, et, il a réalisé des temps exceptionnels aux championnats des USA.

Il a nagé avec un chrono de 50.68s sur 100m papillon, ce qui lui aurait permis de monter sur le podium des derniers Mondiaux. Seul Caeleb Dressel a été plus rapide que lui sur cette distance. Le nouveau texan a également nagé en 47.61s sur 100m. 

En juin à Omaha (Nebraska), Maxime Rooney visera une qualification olympique sur 100m, 200m, 100m papillon et en relais. 

Katie Drabot (senior) à Stanford 

Avec le redshirt de Taylor Ruck, Katie Drabot se présente en tant que leader de Stanford.

Après des Nationals difficiles en 2019, l’américaine a su rebondir à Gwangju (Corée du Sud). En effet, elle a remporté la médaille de bronze au 200m papillon lors des derniers Mondiaux. C’est sur cette épreuve qu’elle visera une qualification olympique avec les Etats-Unis.

Federico Burdisso (freshman) à Northwestern

Le jeune italien de 18 ans a fini au pied du podium sur le 200m papillon aux derniers Mondiaux. Il aura à coeur de faire mieux cette saison, bien que la concurrence sera très rude pour lui. 

Cet hiver, Federico Burdisso s’est focalisé sur la qualification olympique ; toutefois, il n’a pas encore réussi à se qualifier.

Il devra enchainer les sélections italiennes et les Nationals en mars.

Erika Brown (senior) à Tennessee 

Depuis le début de la saison, Erika Brown a retrouvé son amour pour la natation. Et, en 2020, elle s’est fixée un objectif clair : rentrer dans la Team USA.

Elle s’est montrée forte et très polyvalente depuis le début de saison. L’américaine a réussi un temps de 21.19s sur 50 yards, 46.15s sur 100 yards, 1:41.66s sur 200 yards et 49.79s sur 100 yards papillon. De plus, elle s’est aussi rapprochée de son meilleur temps sur 100 yards dos.

À l’US Open sur 100m, Erika Brown a même battu Simone Manuel, championne olympique et double championne du monde du 100m. Elle peut légitimement viser une qualification sur le crawl et les relais pour les Jeux Olympiques.

Shaine Casas (sophomore) à Texas A&M

Lors de cet été, Shaine Casas a réussi des temps sur 100m dos (52.72s) et 200m dos (1:55.79s) qui lui aurait offert la médaille de bronze aux derniers Championnats du Monde.

Effectivement, le sophomore se présente comme un candidat à la qualification olympique en dos. Il peut venir s’intercaler entre Ryan Murphy et Matt Grevers.

Shaine Casas n’arrête pas de progresser. Dernièrement, il a réalisé un temps de 53.14s sur 100m dos à College Station (Texas). Puis, lors du même meeting, il a aussi impressionné en yards sur 100 yards papillon, 100 yards dos, 200 yards dos et 200 yards 4 nages. 

Pour les Nationals, Shaine Casas s’est qualifié sur plusieurs nages. Il devra certainement faire des choix (puisque les nageurs ont seulement le droit à 3 épreuves individuelles). Dans l’optique d’une préparation olympique, le jeune texan devrait logiquement favorisé le dos et le 200 4 nages.

(Crédit photo : Connor Trimble)

Abbey Weitzeil (senior) à California 

La saison de Abbey Weitzeil a débuté de manière extraordinaire.

Elle a nagé le 50 yards en 20.90s : un exploit qu’aucune femme n’a été capable de produire avant elle. La nageuse senior tient la chance de compter sur plusieurs médailles olympique et mondiale en relais.

Cette année, elle vise une nouvelle fois une participation au sein de la Team USA (et une qualification en relais lui semble très favorable). Cependant en individuelle, la concurrence s’annonce coriace.

À suivre aussi : Louise Hansson (USC), Anna Hopkin (Arkansas), Austin Katz (Texas), Felix Auböck (Michigan), Sean Grieshop (California).

Les français engagés en NCAA en 2020 :

  • Emma Terebo (Florida State)
  • Rahiti De Vos (Utah)
  • Samy Helmbacher (Pittsburgh)
  • Erwan Mahoudo (Cleveland State)
  • Manon Viguier (Miami)
  • Martin Le Pays Du Tilleul (Saint Peters)
  • Thomas Granet (Saint Peters)
  • Tiphaine Saint-Gilles (Youngstown State)
  • Yann Le Gall (Saint Peters)

Ils ont signé en 2021 et visent les Jeux Olympiques en 2020

1. Regan Smith à Stanford 

Regan Smith sort d’une saison phénoménale.

Aux derniers Mondiaux, elle est repartie avec 2 titres et 3 records du monde avec des temps époustouflants. La jeune nageuse de 17 ans a explosé le record du 200m dos avec un temps de 2:03.35s. Ensuite, au départ du relais 4x100m 4 nages, elle a cassé la barrière des 58 secondes en réalisant un temps de 57.57s.

Pour couronner un tel record, elle a annoncé son intention de rejoindre l’université de Stanford. L’école qui a débauché Katie Ledecky et Simone Manuel, réalise un coup de maître car la double championne du monde est polyvalente (dos, papillon et crawl).

Aux Jeux Olympiques de Tokyo, elle sera très attendue… mais, attention, elle devra d’abord passer le test couperet des Trials de la Team USA en juin.

(Crédit photo : @ReganSmith4)

2. Carson Foster à Texas 

Les américains misent beaucoup sur lui : à 10 ans, Carson Foster était déjà plus rapide que Michael Phelps au même âge. Depuis, il n’a pas cessé de progresser.

Il est reparti avec 5 médailles aux Championnats du Monde juniors, dont un titre individuel sur 200m 4 nages. La force de Carson Foster est d’être très polyvalent. Il est capable de nager sur le crawl, le dos, le papillon et sur 4 nages.

Eddie Reese réussit un coup de maître en le recrutant et, à Austin, il ne sera pas perdu puisqu’il y retrouve son grand frère, Jake Foster. Point non négligeable : le jeune homme de 18 ans peut se concentrer sur la qualification olympique puisqu’il a été diplômé en avance dans son lycée.

3. Gianluca Urlando à Georgia 

Le grand espoir de l’équipe américaine et quintuple médaillé d’or a décidé de rejoindre l’université de Georgia.

En juin 2019 à Clovis (Californie), Gianluca Urlando a réussi à battre le record de sa catégorie d’âge sur 200m papillon en nageant en 1:53.84s. Un tel chrono aurait pu lui offrir une médaille d’argent aux Mondiaux… et il renverse le record qui appartenait à Michael Phelps avant lui.

Dernièrement, il s’est disloqué l’épaule à l’entrainement, mais, il a toujours l’objectif de se qualifier dans la Team USA pour les Jeux Olympiques à Tokyo.

(Credit: USA Swimming)

4. Andrei Minakov à Stanford 

Aux Championnats du Monde 2019, Andrei Minakov a fini 2ème du 100m papillon. Un mois après aux Mondiaux juniors, il a remporté 3 titres dont 2 individuels sur 100m et 100m papillon.

Récemment, il a refusé à prendre part au circuit professionnel de l’ISL et à un très beau chèque étant donné qu’il voulait rester éligible en NCAA. Il a décidé de rejoindre l’université de Stanford et son recrutement est une bonne nouvelle pour cette équipe en reconstruction. 

5. Phoebe Bacon à Wisconsin 

À 14 ans, Phoebe Bacon avait réussi à se qualifier aux US Trials 2016. En 2019, elle a gagné 2 titres aux Jeux Pan-américains. Et, cette saison, elle a crée la surprise en devançant Regan Smith sur 100m dos avec un temps de 58.63s.

Ce dernier chrono lui ouvre les portes d’une qualification olympique voire un podium olympique. Cependant, la nouvelle recrue de Wisconsin n’aura pas la tâche facile en juin dans la mesure où 6 américaines font partie du Top-20 mondial dans cette discipline. 

Plus de lecture ?
Stanford Natation 2020
“Swim and Dive” : Stanford domine California pour la 5ème fois consécutive