Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !
(Crédit photo : The Wichita Eagle)

Josaphat Bilau, engagé à Wichita State, peut relancer la machine des Shockers

L’intersaison bat son plein en basketball universitaire avec un marché des transferts en pleine effervescence et une NBA Draft fraîchement passée.

Mais dès le mois d’avril, le basketball en High School truste les premières pages des médias spécialisés au travers des divers circuits AAU ou des séances d’évaluation. L’occasion de voir les talents de demain face à de l’adversité, une bonne chose pour connaître l’étendue du talent d’un joueur.

Il s’agit bien évidemment du rendez-vous pour les scouts universitaires ; et de notre côté, Midnight on Campus aborde cette période avec une chronique aux (potentielles) stars de demain : nos “Diamants Bruts”. 

Lors de nos précédentes éditions, nous avions présenté des joueurs assez connus tels que, par exemple, Oscar Tshiebwe, le pivot à l’ancienne de West VirginiaNico Mannion, la pépite italienne qui jouera pour ArizonaJalen Cone, le futur meneur fantasque de Virginia Tech ou encore la semaine dernière Ryan Bormann, futur walk-on à Texas State.

Aujourd’hui, un petit cocorico pour un “frenchie” qui a annoncé son engagement au sein de mon école favorite (vous savez l’amour inconditionnel que je porte aux Shockers depuis l’époque de Cleanthony Early and co). Josaphat Bilau rejoint l’Etat du Kansas et s’installe sur le campus de Wichita State pour y effectuer son cursus universitaire.

Attention, on parle d’une belle pépite “underground” (et on ne dit pas ça car il est français, loin de là).

 

Mais qui est donc Josaphat Bilau ?

 

J’ai retrouvé une interview du joueur datant de 2016, qui résume un peu son parcours.

D’abord amoureux de football, le gamin a changé son fusil d’épaule après une “petite” poussée de croissance : 1m70 à 11 ans. C’est donc naturellement qu’on lui a suggéré d’essayer la balle orange et rapidement, il s’inscrit en club, en Vendée. Peu de temps après, il est suivi par les plus grands centres de formation français.

Cholet recrute le talentueux prospect en 2014 et il porte les couleurs de l’équipe de France en u15 lors du Tournoi de l’Amitié en 2015. Ensuite, la suite logique des choses : un passage au centre fédéral avec Joel Ayayi (Gonzaga), Yohan Choupas (Elan Béarnais) ou encore Malcolm Cazalon (en espoirs à Bourg).

Il prend enfin la direction des USA à l’instar de son ancien coéquipier, Joel Ayayi, au sein de la SPIRE Academy, une Prep School qui accueille notamment des internationaux pour favoriser la transition entre Europe et les Etats-Unis.

 

Un “late bloomer” dans toute sa splendeur

 

Le problème majeur lorsque l’on vient d’un autre pays que les Etats-Unis, c’est que votre cote est bien plus basse que les joueurs évoluant depuis bien longtemps sur le circuit américain. La preuve une nouvelle fois avec Josaphat Bilau.

Le talent est présent mais les offres ne se sont pas bousculées pour autant avant un certain moment. Bon, ce ne fut qu’au début car lorsque l’on voit les offres au jour d’aujourd’hui, il y avait du beau monde se bousculant au portillon.

Pittsburgh, Illinois, Georgetown, Wichita State, Kansas State, Penn State, Wake Forest et des suivis (sans bourse) de Villanova ou encore Kansas. Solide.

Josaphat Bilau s’est donc tourné vers Wichita State (malgré des offres du Power Six en fin de saison), avec, à la clé, des minutes certaines dès ses premiers pas en basketball universitaire à la rentrée. Et le projet des Shockers est toujours aussi attractif avec Gregg Marshall aux commandes.

 

Le chaînon manquant chez les Shockers ?

 

Nous y voilà, enfin, la génération dorée de Wichita State prend réellement fin.

Un groupe de joueurs talentueux qui a porté le programme depuis maintenant 6 saisons (avec Fred VanVleet, Ron Baker & co. pour allumer la flamme) sur le devant de la scène universitaire. Big up à Bill Self, au passage, qui avait trop peur de planifier une rencontre face à Wichita State pour la suprématie du Kansas). Le dernier membre influant, Markis McDuffie, vient de terminer son cursus et c’est donc une période de transition qui s’engage pour Wichita State.

L’effectif contient énormément de potentiel mais cela demeure très jeune. Il faudra donc se montrer patient, même si on sait que Gregg Marshall arrive à produire des étincelles avec très peu de moyens.

Un axe de recrutement majeur s’est focalisé sur les postes intérieurs, en particulier sur le poste 4.

DeAntoni Gordon, prospect 4-étoiles, arrive sur le campus aux côtés de Josaphat Bilau, qui se battront pour une place de titulaire. Avant ce recrutement, à titre personnel, j’entrevoyais DeAntoni Gordon titulaire, telle une évidence, mais Josaphat Bilau possède le profil-type qu’aime le coaching staff. Il aura clairement une carte à jouer pour intégrer rapidement le cinq majeur.

 

Sans langue de bois, Josaphat Bilau est un vrai joueur

 

Le français peut dribbler, shooter, courir comme un ailier avec une aisance naturelle.

C’est un prospect complet, avec un bagage technique fourni pour un joueur de son profil et de son poste (merci la formation française). On le sait, dans le basketball moderne, les équipes aiment bien posséder des postes 4 assez fuyants, capable d’agresser le cercle mais aussi de sanctionner une défense un peu trop laxiste. Cela ouvre des espaces sur le parquet, ce qui est idéal surtout quand vous avez un pivot dominant.

Vous allez me dire : “mais s’il est si talentueux, pourquoi n’a-t-il pas reçu des offres de Kentucky, Arizona (LOL) et j’en passe ?”.

La réponse est simple : il n’était pas un maillon important à la SPIRE Academy, étant remplaçant et donc ayant une adversité beaucoup plus faible, tout en sachant que le programme déroulait salement. Son “faible” temps de jeu en AAU ne lui a pas permis de montrer toute l’étendu de son potentiel.

Mais à chaque fois qu’il était sur le parquet, il était productif et forcément, cela a pris plus de temps que pour d’autres, mais des programmes se sont intéressés à lui.

 

 

Rodger Bohn, qui est le plus grand scout dans l’Etat d’Ohio, décrit très bien la situation du prospect.

” Vous savez, il y a une raison pour que tous ces High-Majors se déplacent et demandent des informations à son sujet : il respire le basket et le talent est bien présent. Il n’a pas pu réellement se mettre en lumière face à de l’adversité, mais il fait des choses incroyables sur un parquet. Il lui manquait un peu de constance pour être dans la catégorie des “prospects élite”, mais avec le temps, il deviendra un joueur avec beaucoup d’impact en basketball universitaire.”

Cela tombe bien, on connaît le succès de Wichita State avec ses promotions de freshmen.

La patience et le travail sont la clé de la réussite pour Gregg Marshall et c’est donc la destination idéale pour se développer avec des minutes pour progresser. Il est fort à parier que Josaphat Bilau arrive à Wichita State pour une première année d’apprentissage, avec des nouveaux leaders en devenir.

Une chose est sûre : il s’inscrit dans la durée avec un projet sur au moins 2-3 saisons (a minima) avant d’exploser réellement sur le plan national en NCAA. Il faudra garder un œil sur le “frenchie” car le potentiel est bien présent.

En tout cas, des échos que j’ai pu avoir des fans de Wichita State, le recrutement de Josaphat Bilau est une véritable aubaine. Le prospect arrive en terrain conquis et il n’y a plus qu’à mouiller le maillot.

Plus de lecture ?
Photo Gonzaga
La NCAA regarde vers l’Europe