Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !
Connor Bazelak QB Missouri Tigers vs LSU Week 6 2020
(Crédit photo : Jay Biggerstaff - USA TODAY Sports)

“Zooming On” : Connor Bazelak, le digne successeur de Drew Lock à Missouri ?

Cette saison en football universitaire, la conférence SEC semble ouverte (derrière Alabama) et nombreux sont les candidats pour une possible finale de conférence. Des outsiders émergent à chaque semaine.

Et, lors de la Week 6, Missouri a surpris son monde avec un upset à “l’extérieur” (officiellement, le match ayant été délocalisé à Columbia à cause d’un ouragan menaçant en Louisiane) contre le champion national en titre, LSU. Malgré 7 forfaits en raison du COVID-19, cette victoire convaincante a été rendue possible sous l’impulsion du jeune quarterback des Tigers, le redshirt freshman Connor Bazelak.

Analyse de la nouvelle pépite de Missouri, qui suit les traces d’une légende de l’université, Drew Lock.

Mais, qui est donc Connor Bazelak ?

Connor Bazelak est originaire de Dayton, dans l’Etat de l’Ohio. Il a réalisé un cursus lycéen plus que solide avec Archbishop Alter, en emmenant son équipe en finale d’Etat en 2018 (avec une défaite à la clé). Mais, les performances ont été présentes.

Au cours de sa saison senior, il a compilé 13 touchdowns, 2 interceptions et plus de 1.500 yards à la passe. Ce n’est pas une ligne de statistiques incroyable, certes.

Il faut toutefois savoir qu’il évoluait au sein d’un système axé sur la course, que ce soit au travers du running back ou même du quarterback. Malgré un tel style qui ne met pas réellement en valeur le joueur (qui est plus traditionnel avec un fort jeu sur la passe), Connor Bazelak décide d’y rester pendant l’intégralité de son cursus.

Au final, le quarterback est classé avec 4-étoiles par les différents sites de recrutement, tout en étant le 5ème meilleur prospect de l’Ohio (qui est l’un des Etats les plus productifs du pays). Georgia, Purdue, Boston College, Duke, Kentucky ou North Carolina suivent forcément le joueur.

Mais, évidemment, Missouri obtient le recrutement du joueur.

Une première année délicate à Missouri

Connor Bazelak arrive sur le campus de Columbia avec, en tête, une chance de jouer dès sa saison de freshman. Malheureusement, on ne le verra pas beaucoup sur le terrain. Seulement 3 matchs au compteur et une seule titularisation contre Arkansas.

Cependant, le quarterback est arrivé à faire parler de lui lors de ses apparitions.

Par exemple lors de son entrée en jeu contre #4 Georgia, avec un seul drive à la clé, il sort une série fantastique. 8/12 pour 64 yards (contre la belle défense des Bulldogs).

Mais, sa première saison en NCAA se termine avec un redshirt médical. Une rupture des ligaments croisés du genou le stoppe net et laisse un gout amer. Les fans ont, quand même, pu admirer un quarterback talentueux sur le terrain. Il faut prendre son mal en patience et attendre la saison 2020-21.

Connor Bazelak n’a pas officiellement gagné le poste de quarterback titulaire pendant l’intersaison. Cette place est pour l’instant occupé par le junior Shawn Robinson, qui a un style plus “moderne” (il court plutôt bien) que le quarterback de Dayton.

Sauf que la violence du calendrier de début de saison (Alabama suivi de Tennessee) a eu raison de Shawn Robinson, qui a laissé sa place à Connor Bazelak pour sa première titularisation contre LSU. Il est apparu à plusieurs reprises avant cette grande première, et, notamment, un match plutôt convaincant face à Tennessee.

Cette entrée contre les Volunteers a été remarquée. Scellera-t-elle (définitivement) le sort du quarterback titulaire en 2020 ?

Le récital de Connor Bazelak contre LSU

La performance XXL de Connor Bazelak contre LSU doit éventuellement être prise avec une pincée de sel.

Les champions nationaux en titre ne sont pas au top de leur forme en ce début de saison, avec une défense assez poreuse et un contexte particulier (match très tôt, à l’extérieur, avec un voyage pour le Missouri réalisé 48h avant la rencontre). Mais, cela reste LSU, un cador de la conférence SEC. Sur le papier, malgré ses 2 revers, l’équipe de Missouri est vraiment intéressante sous l’impulsion de son quarterback redshirt freshman, qui apporte plus de diversité dans le play-calling des Tigers.

Premier gros test dans sa jeune carrière… et les yeux étaient rivés sur lui.

Cependant, il n’était pas dans des conditions optimales.

Il a dû composer avec 3 absents dans l’escouade des receveurs, dont 2 joueurs majeurs en Damon Hazelton et Jalen Knox. Honnêtement, il était prévisible que Missouri décide de courir. Enfin, cela devait être le plan logique. Sauf qu’avec une telle perle guidant l’attaque, il est difficile de s’en passer !

Connor Bazelak donne le ton dès son premier match avec une première passe de touchdown sur une “flea flicker” de 58 yards parfaitement exécutée.

Oh oui, on commence très fort.

Il est vrai que cela aide d’avoir un quarterback capable de faire une bonne passe dans le timing et dans la zone du receveur avec précision. Une chose que l’on n’a pas beaucoup vu à Missouri depuis quelques temps.

D’ailleurs, j’étais particulièrement impressionné par l’étendue du playbook de l’équipe. Une multitude d’actions, que ce soit sur des jeux traditionnels mais aussi des play actions, tout en donnant le cuir aux talentueux running backs (le coureur senior Larry Rountree III possède un profil pour la NFL). La défense de LSU, qui n’était déjà pas vraiment convaincante, a tout simplement pris l’eau dans chaque compartiment du jeu.

C’est aussi simple que cela.

Indigne d’une équipe en course pour le titre national en football universitaire.

L’action qui représente le mieux cette carence reste une simple play-action. Les linebackers se focalisent sur le running back, un manque de communication des safety, et cela donne un joueur tout seul en plein milieu du terrain pour le touchdown le moins difficile de la carrière de Connor Bazelak. Oui, c’est bien LSU qui joue.

Vous remarquerez qu’une simple motion du receveur a perturbé l’escouade défensive des Tigers, avec le cornerback à droite (vue LSU) qui ne sait pas quoi faire et qui était censé être en couverture man-to-man sur le receveur.

Des erreurs comme celle-là, il y en a eu tout le long de la rencontre.

Avec les absences aux postes de receveur, le coordinateur offensif de Missouri a opté pour des slants à foison. Il a évité par le même occasion un possible mismatch face à l’un des meilleurs cornerback du pays, Derek Stingley Jr. C’était une bonne solution sur le long terme et Connor Bazelak exécute parfaitement de telles slants, en effectuant la passe rapidement et avec précision.

Et cela montre la capacité du jeune quarterback à relâcher rapidement le ballon vers un receveur, dans un timing idéal.

Les tentatives sur 3rd down ont été extrêmement importantes dans cette victoire. Missouri a été hyper productif dans ces moments-là, au contraire de LSU.

Connor Bazelak s’est révélé calme sur 3rd down.

Il a absorbé la pression et s’est concentré sur ce qu’il doit faire.

Le quarterback vise à cette occasion un receveur (qui était pourtant contre Derek Stingley), mais, il s’en fiche et fait confiance à son coéquipier. Il décide d’effectuer une passe vers lui, plein axe. Un choix risqué ? Oui. Mais, la qualité de la passe fait la différence, encore une fois, et c’est vraiment propre.

Je vante la qualité de passe de Connor Bazelak mais il faut dire qu’il a effectué quelques lancers que l’on retrouve le dimanche soir en primetime.

A l’instar de cette passe dans la zone, back shoulder, près de la ligne de touche.

C’est du grand art. Et il n’est qu’un (redshirt) freshman qui joue sa deuxième titularisation en carrière !

Connor Bazelak est un quarterback lucide, qui possède un bon bras et qui arrive à faire briller ses coéquipiers/seconds couteaux qui n’ont pas l’habitude d’être sur le devant de la scène. En résumé, un vrai leader.

Le quarterback s’est également montré à l’aise dans la poche ; cependant, on a entrevu ce qui a fait de lui un prospect 4-étoiles à la sortie du lycée : son jeu en mouvement.

Alors, je vous arrête immédiatement.

On est loin du profil de Shawn Robinson, qui est capable de gagner une dizaine de yards sans forcer. On est en présence d’un joueur qui sait qu’il peut courir, mais, qui ne le fera qu’en cas d’extrême urgence. Il préférera toujours lancer en mouvement plutôt que de courir pour les yards. Là-aussi, c’est une force. Avoir la lucidité de faire une passe alors que l’on court en même temps.

Nombreux sont les exemples face à LSU.

Sur une 3ème tentative à 6 yards d’une prochaine série, le snap intervient et le quarterback sent un peu de pression sur le flanc gauche de la ligne offensive. Il décide donc de se décaler vers sa droite. Il y trouve une cible qui est elle-aussi en mouvement, à 3-4 yards. Le receveur échappe au plaquage du défenseur pour un gain important grâce à sa pointe de vitesse.

Connor Bazelak avait une ouverture pour courir lui-même, mais, il a aperçu un coéquipier plus apte dans cette situation et il lui a lancé le cuir. Bonne décision.

Le quarterback court souvent vers la ligne de touche dans ces situations. Ce n’est pas le cas de Connor Bazelak

Connor Bazelak a aussi démontré une superbe coordination entre ses jambes et son bras. Tout en courant, il arrive à lancer une passe quasi-parfaite d’une dizaine de yards sans l’ombre d’un effort. Comme si c’était presque trop facile. Une nouvelle fois, le front-seven de LSU est focalisé sur la course et joue avec 1-2 secondes de retard sur la passe, ce qui est assez pour que les attaquants se démarquent.

Comme quoi, avec un jeu au sol efficace, le jeu aérien devient plus “facile”.

Il faut également souligner l’excellent travail de la ligne offensive sur d’autres actions.

Là, elle se décale sur le flanc gauche et prétexte une course sur ce côté. La défense mord évidemment à l’hameçon et Connor Bazelak trouve un receveur seul au milieu du secondary de LSU, complètement perdu lors de cette rencontre. Missouri ne propose pourtant rien de bien transcendant en attaque. Sauf que les choses simples fonctionnent le mieux, c’est bien connu.

Connor Bazelak, le messie attendu à Missouri ?

L’année dernière, j’ai écrit sur le fait que Missouri était un outsider crédible dans la conférence SEC. Mais, la malédiction a frappée (une énième fois) et Missouri s’est écroulé… Je crois toujours énormément aux Tigers pour le futur. Pourquoi ? Deux mots.

Connor Bazelak.

Il change littéralement le visage de l’équipe. C’est un véritable quarterback qui possède le package complet pour réussir dans la conférence SEC (et plus si affinités). Le redshirt freshman est un excellent prospect avec une marge de progression assez grande. La performance de mammouth contre LSU lui a permis d’être élu Freshman de la Semaine en SEC ; mais, il faut encore se montrer patient avec lui. Il risque d’avoir des moments un peu plus creux, surtout dans la meilleure conférence du pays, avec une véritable guerre des tranchées à chaque samedi.

De plus, il faut rappeler que Missouri n’était pas au complet en attaque (et en défense) face aux champions nationaux en titre. Cela promet.

Face à LSU, il termine avec 29/34 à la passe pour 406 yards et 4 TDs. Le plus impressionnant reste son ratio de passes complétées / ratées : seulement 5 passes incomplètes sur plus de 30 tentatives. Solide.

Mais, outre cette ligne de statistiques, l’attitude du joueur m’a le plus “choqué”. Il n’était pas titulaire au début de saison à la suite de sa blessure au genou et il n’avait gratté que des petits bouts de match avant le grand jour contre LSU. Un humain normalement constitué doit subir de la pression pour ce genre de match.

Ce n’est pas le cas de Connor Bazelak, encore.

Il était d’un calme sidérant, il n’a jamais paniqué et il est toujours resté concentré. Si l’on rajoute le fait que c’est un quarterback terriblement efficace, qui n’en fait pas des masses et qui prend essentiellement ce que la défense lui donne, Connor Bazelak a tout pour devenir un grand quarterback du championnat.

On part clairement sur une ère Bazelak à Missouri.

Et, inévitablement, la comparaison avec Drew Lock arrive. On espère le même parcours pour le redshirt freshman. On donne rendez-vous au crack dans les prochaines années.

Plus de lecture ?
Malik Willis QB Liberty Flames vs Western Kentucky Week 3 2020
“Zooming On” : des débuts réussis pour Malik Willis (Liberty)