Travon Walker DL Georgia Bulldogs vs Clemson Sack Week 1 2021
(Crédit photo : Grant Halverson - Getty Images)

“Monday Takeaways” : nos 21 faits marquants de la Week 1 de football

Enfin. On peut le dire. Une nouvelle saison de football universitaire a débuté après de longs mois d’attente… et une saison dernière tronquée par la pandémie du COVID-19. La catharsis est puissante. Du coup, avec un week-end chargé, les “takeaways” de la rédaction sont de mise.

Quels sont les faits marquants de la Week 1 qui ont capté notre attention ?

Que faut-il retenir absolument (ou pas) de la dernière semaine de compétition en date ?

On a passé les événements de la Week 1 au peigne fin et on ressort ce qu’il faut prendre en compte… en 22 points. Attention, ceux-ci ne sont pas classés par ordre d’importance. Tout est important ; ou ne l’est pas. Cela dépend évidemment de ce que l’on veut en faire.

Cliquez ici pour découvrir l’ensemble des résultats de la Week 1 de football.

1. La défense est toujours le poids mort des espoirs de Ohio State…

Ohio State a remporté un déplacement compliqué à Minnesota. C.J. Stroud et les nouveaux playmakers offensifs ont convaincu observateurs et fans. Cependant, les Buckeyes n’ont pas forcément rassuré avec leurs performances défensives.

Mohamed Ibrahim est certes un des meilleurs running backs de la conférence Big Ten (et même de la ligue), mais, la défense contre la course des vice-champions nationaux a laissé à désirer. Les Gophers menaient même au score avant qu’il ne sorte du terrain sur blessure. Sauf qu’il ne s’agit pas de la plus grande lacune défensive de Ohio State. Bien que les pièces les plus expérimentées ont manqué la partie, le secondary est apparu très friable face à une attaque aérienne de Minnesota très conservatrice.

Le même mal était déjà prégnant en 2020. Il suffit de regarder la performance lors du CFP Championship Game face à Alabama.

Ohio State est reparti sur les mêmes bases défensives que l’an passé. Seul problème : un quarterback inexpérimenté et des running backs freshmen doivent tenir la baraque en attaque. Cela passe pour l’instant… mais cela peut casser très vite, aussi.

2. … et c’est la même chanson à Oklahoma 

A la fin d’un 2ème quart-temps brillant, Oklahoma était en excellente position face à Tulane.

37-14 à la pause. 30 minutes plus tard ? 40-35, Sooners.

Encaisser autant de points face à une équipe de milieu de tableau en AAC n’est pas forcément de bonne augure pour une équipe en quête de titre national. D’autant plus que les mêmes problèmes reviennent ; encore et toujours. Des placages manqués. Des positionnements hasardeux. Peu de “big plays”. Une ligne défensive alternant entre jour et nuit.

Au final, le Green Wave a cumulé des statistiques plus ou moins identiques à celles des Sooners, qui possèdent sur le papier une des attaques les plus dynamiques de la ligue et menée, qui plus est, par le favori au Heisman Trophy.

3. On ne prend pas les mêmes et on recommence à Alabama 

Alabama a perdu le vainqueur du Heisman Trophy (qui est également le lauréat du dernier titre de MVP du National Championship Game et receveur sélectionné au premier tour de la NFL Draft), un second receveur sélectionné au premier tour, un quarterback, un running back et un cornerback sélectionné au premier tour, 3 linemen offensifs partis eux-aussi à la dernière NFL Draft et un des meilleurs entraineurs assistants de la ligue.

Alabama a, malgré tout, remplacé chacun de ses postes et humilié une très bonne équipe de Miami (FL) sur la scène nationale.

Nick Saban a rechargé le Crimson Tide avec un niveau de talent toujours aussi déroutant. Face aux Hurricanes, il a joué et gagné un 11ème match d’ouverture de saison sur terrain neutre… et a porté la marge de victoire à 425-141. Indécent.

Bryce Young a (déjà) prouvé qu’il sera là pour illuminer nos samedis soirs pour plusieurs saisons avec un nouveau record de l’université en terme de TDs lancés pour une 1ère titularisation (27/38, 344 yards, 4 TDs et 0 INT). Il a déjà trouvé Jameson Williams pour un TD de 94 yards dans un timing parfait pour achever les Hurricanes dans la moelle épinière. Et, comme prévu, la défense d’Alabama est purement et simplement terrifiante ; notamment sur le plan du pass-rush.

Bon courage pour stopper le Crimson Tide. Il est déjà lancé et ne s’arrêtera pas en chemin.

4. Réponse : la défense de Georgia est meilleure que l’attaque de Clemson

Kirby Smart ne rêve que de confrontations défensives à l’ancienne et il a obtenu son souhait lors du blockbuster face à Clemson. 10-3. Georgia a vaincu le singe qui lui courait sur le dos et s’impose enfin dans une rencontre majeure sur la scène nationale depuis la demi-finale du College Football Playoff en 2017.

Mieux, les Bulldogs se sont trouvés une véritable identité.

Leur activité défensive a été exceptionnelle de A à Z. Les Tigers ont été limité à 180 yards offensifs et 2 (!) yards à la course alors que D.J. Uiagalelei a été porté à 7 (!) reprises au sol par le pass-rush de Georgia. Cerise sur la gâteau : les Dawgs s’imposent sur un pick-six de 74 yards conclu par Christopher Smith dans le 2ème quart-temps. La ligne offensive de Clemson est loin d’être mauvaise et, pourtant, le front-seven adverse lui a roulé dessus pendant 60 minutes.

Certes, J.T. Daniels n’a pas été fabuleux et le playcalling offensif de Kirby Smart est toujours un problème majeur. Mais, tant que la défense peut jouer à un tel niveau d’excellence, Georgia peut garder espoir en vue d’un titre de SEC et d’une qualification au College Football Playoff.

5. Et les Tigers ont déjà dit au revoir au College Football Playoff

Tout n’est pas encore terminé pour Clemson.

Les espoirs de fin de saison des Tigers ont toutefois pris un sale coup dans l’os. Le reste de leur calendrier n’offre pas nécessairement des opportunités pour se rattraper de cette défaite nette et sans bavures face à Georgia. Et, pire encore, ils ne sont pas apparus en capacité de répliquer le niveau de jeu affiché depuis que Trevor Lawrence a pris la direction de l’équipe.

La ligne offensive est désormais un point faible criant. Le départ de Travis Etienne dans le backfield ne permet plus de combler les lacunes du jeu de course. Et la seule présence de Justyn Ross sur les extérieurs n’aide pas D.J. Uiagalelei de se dépatouiller de la pression adverse.

Est-ce la fin de la dynastie de Clemson ? (Non, mais, attention.)

6. Virginia Tech est sous-côté… alors que Sam Howell (et UNC) est sur-côté

On a peut-être oublié Virginia Tech un peu tôt dans la course au titre en ACC. On a certainement placé North Carolina un peu trop haut avec une 10ème place à l’AP Top 25 de pré-saison. La première rencontre de la saison a permis de remettre les pendules à l’heure pour chacun des protagonistes.

Les Hokies ne sont pas là pour trier les lentilles.

Et les lacunes qui ont criblé les résultats des Tar Heels n’ont pas disparu.

Virginia Tech n’a obtenu que sa 1ère victoire à domicile face à une équipe du Top-10 depuis 2009 ; et, elle a accompli un tel résultat grâce à ses qualités perdues. Une fabuleuse défense agressive. Résultat : 3 interceptions, 6 sacks, 9 TFLs, 10 points et 354 yards encaissés (soit 300 yards de moins que lors de leur dernière opposition en 2020). Ajoutez à cela une excellente prestation de Braxton Burmeister au poste de QB et les Hokies ont réalisé la partie (presque) parfaite. Il manquait simplement un peu de réalisme. Le score aurait mérité 10 à 17 points supplémentaires en leur faveur.

Par contre, UNC n’a jamais existé. Les hommes de Mack Brown sont toujours incapables de porter une pression quelconque en défense et l’attaque est très limitée dès que Sam Howell ne connait pas une bonne partie. Il a même été invisible et ce n’est pas la première occurence.

Digne d’un premier quarterback sélectionné à la prochaine NFL Draft ? Pas du tout.

7. La controverse au poste de QB titulaire est réelle à Florida State

Mike Norvell a attendu le dernier moment pour propulser le sophomore Jordan Travis au poste de QB titulaire. Peut-être savait-il déjà que celui-ci ferait face aux questions avec la présence d’un homme tel que McKenzie Milton en second rideau ? Les Seminoles ont perdu face à Notre Dame. Mais, ils ont rivalisé avec le Fighting Irish et ont arraché une séance d’overtime au terme d’un fabuleux comeback dans le 4ème quart-temps.

Quoi qu’il en soit, malgré les ondes positives, la première rencontre de la saison n’arrange pas les affaires du head coach.

Jordan Travis : 9/19, 130 yards, 2 et 3 INTs.

McKenzie Milton : 5/7, 48 yards et un comeback complété dans les derniers instants.

Près de 3 ans après avoir quitté le terrain de UCF sur une catastrophique blessure au genou, McKenzie Milton a de nouveau foulé une pelouse universitaire après que Jordan Travis a succombé à des crampes. Notre Dame menait de 10 points (38-28). 2 séries conclues avec des points plus tard, Florida State égalisait et pouvait espérer à un succès inespéré en overtime.

Le destin en a voulu autrement. Mais, une réelle discussion s’ouvre pour le poste de QB.

8. Et, à l’inverse, Jack Coan n’est pas le point faible de l’attaque de Notre Dame

On imaginait avant le début de saison que le point faible de Notre Dame serait le remplaçant de Ian Book. Cependant, Jack Coan a effacé les doutes dès ses débuts avec le Fighting Irish.

26/35, 366 yards, 4 TDs et 1 INT.

L’ancien quarterback de Wisconsin a mené les siens et n’a pas failli à la tâche. Le coordinateur offensif Tommy Rees, non plus. Et il a réussi une telle performance avec une ligne offensive inexpérimentée et qui n’est toujours pas en place, que ce soit pour ouvrir des brèches au sol ou pour protéger son lanceur. Cette dernière, qui porte généralement le Fighting Irish à chaque saison, doit être aujourd’hui considéré comme le véritable point faible.

9. Le meilleur backfield de Pac-12 est-il à UCLA ou à Arizona State ?

UCLA et Arizona State sont les seuls membres de la conférence Pac-12 à avoir connu des résultats positifs lors de la Week 1. Certes. Mais, les deux rivaux de la Pac-12 South ont montré des signes identiques au cours de leur victoire respective. A commencer par des backfields dominants.

Les Bruins ont dominé physiquement une équipe de LSU qui n’est pas connu pour être “soft”.

Les Sun Devils ont, sans forcer leur talent face à une équipe de FCS (Southern Utah), aligné les courses tranchantes avec de multiples running backs.

Zach Charbonnet a déjà enchainé 2 semaines impressionnantes avec le ballon en main des angelinos et il a roulé sur le front-seven des Tigers (11 portées, 117 yards, TD), au même titre que Dorian Thompson-Robinson, qui s’est révélé sur la scène nationale avec 260 yards et 3 TDs lancés à 9/16. Chip Kelly a enfin retrouvé son génie offensif et UCLA a écrasé son adversaire sur le ligne de scrimmage (des deux cotés du ballon).

Bon, d’accord, Arizona State affrontait une équipe en provenance de FCS et n’a pas été des plus outrecuidants. Mais, malgré un marasme relatif, les Sun Devils ont aligné 222 yards et 6 TDs au sol en 40 ballons. Rachaad White et Chip Trayanum ont cumulé 110 yards et 4 TDs à eux-deux. Attendez-vous à un scénario identique dans les prochaines semaines (et Jayden Daniels ne s’est pas encore mis en action).

10. La Pac-12 North est-elle déjà au bout du rouleau ?

Oregon a battu Fresno State d’un petit touchdown.

Stanford a perdu à Kansas State (24-7 et un shutout évité dans le garbage time).

Oregon State s’est incliné contre Purdue (30-21).

Washington, classé en 20ème place du Top-25, a subi une défaite à la maison contre… Montana (13-7).

California a perdu contre Nevada (22-17).

Washington State s’est incliné contre Utah State (26-23).

La division Pac-12 North ne pouvait pas forcément faire pire en ouverture de saison et évite de justesse une semaine à 6-0. 1-5, score final. Cela pique (et les Ducks ont même été forcé de se passer de Kayvon Thibodeaux, sorti sur blessure en cours de partie). La conférence espérait redorer son blason avec l’annonce de l’Alliance avec la Big Ten et l’ACC. Mais, avec de tels résultats, le résultat est plutôt une balle dans le pied.

11. Michigan State peut retrouver la gloire avec les exploits de Kenneth Walker III

Entre les déboires récurrents de Michigan State et la saison de Northwestern conclue en finale de conférence Big Ten, l’issue attendue de la rencontre n’a pas été celle de la réalité. Les Spartans ont surpris. Et ils ont roulé sur les Wildcats sans vaciller une minute (ou presque).

Et la raison principale du succès s’appelle Kenneth Walker III.

23 portées, 264 yards, 4 TDs.

Son premier ballon de la partie ? Un touchdown de 75 yards. Tout en sachant que les running backs des Spartans n’ont pas marqué un TD au sol de toute la saison dernière. Après une vraie intersaison et une saison de transition, une nouvelle ère débute à East Lansing pour Mel Tucker et l’ancien joueur de Wake Forest est le nouveau porte-drapeau de l’équipe. Le retour de Michigan State sur le devant de la scène serait bénéfique pour tout le monde.

12. Les espoirs d’Indiana s’envolent à leur tour sur le terrain de Iowa

Quelques noms ressortaient avec insistance parmi les favoris au titre en conférence Big Ten. A la suite de l’une des plus belles saisons de l’histoire du programme, Indiana faisait partie de cette short-list. Malheureusement, la réalité du terrain s’est révélée être plus cruelle.

Les Hoosiers ont perdu leurs aspirations sur le terrain de Iowa.

Personne ne foule le gazon du Kinnick Stadium en toute sérénité. Demandez à Ohio State, entre autre. Et Indiana s’est justement décomposé dès l’ouverture de saison. 34-6, Hawkeyes. La fameuse défense de Kirk Ferentz a encore fait des siennes en limitant son adversaire à 233 yards offensifs et en interceptant Michael Penix Jr. à 3 reprises (dont deux à l’actif du seul Riley Moss). Le quarterback concentrait la majorité des espoirs de succès des Hoosiers ; et, contre Iowa, il n’a jamais ressemblé au superbe playmaker qu’il était en 2020 avec sa blessure.

Pile au moment où l’on pouvait croire en Indiana avec sérieux, ils explosent en plein vol.

13. Et si cette saison était (enfin) celle de Penn State ?

On a vite compris que la confrontation au sommet entre Penn State et Wisconsin accoucherait d’une partie défensive à souhait. 0-0 à la mi-temps. 16-10, score final.

Les Nittany Lions ressortent vainqueur (à l’inverse des 5 défaites pour ouvrir le dernier exercice).

Et, surtout, ils ont montré des certitudes.

Sean Clifford n’a pas été fabuleux au cours d’une 1ère période atroce. Cependant, il a assuré le boulot en grande partie dès la reprise du 2ème acte avec, notamment, une passe de 49 yards vers Jahan Dotson pour ouvrir le score. Tout le contraire de la prestation de Graham Mertz. Le quarterback des Badgers a lancé 2 INTs dans la red-zone lors des 3 dernières minutes. Ces interceptions représentent le renouveau de la défense de Penn State, qui a construit cette belle victoire, bien que conclue dans la douleur.

14. Nebraska a gagné et Scott Frost n’est pas encore viré, pt.1 

Nebraska s’est imposé face à Fordham (FCS). 52-7.

Voilà, c’était juste pour le troll… et pour tenir à jour le compte à rebours lancé avant le renvoi (presque inévitable) de Scott Frost.

15. Les débuts réussis de Steve Sarkisian offrent de l’espoir à Texas

Les anciens Longhorns auraient certainement connu une rencontre difficile face à Louisiana. Une défaite en ouverture de saison aurait pu être un scénario a priori envisageable ; d’autant plus que les Ragin’ Cajuns sont classés dans l’AP Top-25 et proposent un très beau football.

Mais, cette équipe de Texas n’est visiblement pas la même avec Steve Sarkisian.

Ils ne se sont jamais trouvés en difficulté et ont terminé la journée avec un large succès (38-18). Tout s’est bien déroulé. Rien à dire… et cela veut dire beaucoup. Hudson Card a réussi ses premiers pas en tant que QB titulaire (224 yards lancés à 14/21 et 3 TDs offensifs). Bijan Robinson a lancé sa campagne pour le Hesiman Trophy sur les chapeaux de roue (176 yards offensifs et 2 TDs) et a déjà touché plus de ballons en un match (24) que n’importe quel match de sa saison freshman, qui n’a jamais dépassé la barre des 20.

Encore mieux ? La défense texane est apparue plutôt solide. Difficile d’attendre autre chose avec Pete Kwiatkowski. Maintenant, on attend de la constance de la part des Longhorns.

16. Accrochez-vous, Texas Tech a trouvé une vraie défense

Face à une équipe de Houston dirigée par Dana Holgorsen, sur terrain neutre, il était facile de penser que Texas Tech allait imploser en défense. Que nenni. Le scénario de la partie a été tout le contraire. Les Red Raiders ont proposé une excellente prestation défensive en 2ème mi-temps, qui s’est soldée avec 53 (!) petits yards encaissés, 4 punts et 3 turnovers forcés (sur un total de 4 interceptions).

Une bonne défense à Texas Tech ? Il faut le voir pour le croire.

Et le tout avec 17 points inscrits sur les turnovers récupérés.

Parce que au-delà de la réussite défensive, Texas Tech s’est également appuyé sur une animation offensive des plus efficaces. Arrivé à l’intersaison d’Oregon pour garnir les rangs de Matt Wells, Tyler Shough n’a pas déçu. 17/24, 231 yards et 2 TDs offensifs. Et le score qu’il a ajouté dans le 3ème QT a lancé une série de 31 points consécutifs en faveur des Red Raiders.

17. Coastal Carolina et Appalachian State ne sont pas partis pour disparaitre des radars en 2021

Les sensations du Group Five (et de la ligue) en 2020 sont revenus avec les mêmes intentions.

Jouer les premiers rôles avec des effectifs talentueux.

Coastal Carolina n’a pas bégaillé une seconde face à The Citadel (52-14) et Appalachian State a donné une leçon à son voisin d’East Carolina (33-19). Surtout, les Mountaineers ont donné une réponse plus que positive à la question majeure de l’intersaison : peut-on trouver un replaçant à Zac Thomas ? Oui. Ancienne recrue de Clemson et Duke, Chase Brice devrait remplir ce rôle à merveille après une sortie brillante face aux Pirates (20/27, 259 yards, 2 TDs, INT).

18. UCF peut (encore) jouer les meilleures places du Group of Five

Avec un déficit de 21 points, la rencontre face à Boise State n’était pas bien embarquée, loin de là. Gus Malzahn regardait une défaite droit dans les yeux pour ses débuts sur le banc de UCF. A l’image du pick-six de 100 yards lancé par Dillon Gabriel en tout début de match.

Et, puis, les Knights ont trouvé la solution.

Dillon Gabriel a retrouvé l’excellence qu’on lui connait aux alentours de la mi-temps. Le fabuleux Jaylon Robinson l’a suivi pour illuminer la partie au poste de receveur et Isaiah Bowser, fraîchement arrivé de Northwestern sur transfert, a tout de suite trouvé sa place au centre de l’attaque au sol de Gus Malzahn. Les 3 playmakers ont ramené UCF aux standards qu’on leur connait ; et, les Knights se sont débarrassés des Broncos, non sans mal, avec une belle touche de réalisme.

19. Charlotte a obtenu la 1ère victoire de son histoire face à une équipe du Power Five

En 9 saisons dans l’existence du programme de football, Charlotte n’avait pas encore battu une équipe du Power Five. 0-6. Et, 0-3 face à la conférence ACC. Les 49ers ont brisé le plafond de verre dès l’ouverture de cette nouvelle saison et se sont imposés face à Duke.

Avec la manière, en plus.

Charlotte n’a jamais été mené de plus d’une possession et le quarterback Chris Reynolds a été très fort. Il a littéralement mené les siens à la gagne avec une ligne de 9/10 pour 161 yards et 2 TDs sur les 2 dernières séries offensives des 49ers. Oui, c’est fort. Et il a qui plus est été superbement suppléé par Grant DuBose (4 réceptions, 128 yards, 2 TDs). Le receveur est arrivé presque par hasard à l’intersaison après une saison en Division II (à Miles College) : il a acquis sa place dans le poster au terme d’un camp d’essai ouvert à tous les étudiants du campus.

Les 255 yards et 3 TDs à la course de Mataeo Durant n’y auront rien fait pour les Blue Devils.

20. 6 victoires en une semaine pour la FCS sur la FBS

UC Davis face à Tulsa.

Eastern Washington face à UNLV.

South Dakota State face à Colorado State.

Holy Cross face à UConn.

Montana face à #20 Washington.

East Tennessee State face à Vanderbilt.

Une telle vague de succès des équipes de FCS sur leurs compères de FBS est, juste, sans précédent. 6 victoires en à peine une semaine de compétition. C’est déjà plus que les deux dernières saisons combinées (!!!!!), qui se sont conclues avec 3 succès en 2019 et 2 en 2020. Et c’est déjà presque autant que la totalité de la saison en 2018 (7).

Mieux ? La victoire de Montana contre Washington marque à peine la 5ème (!) victoire d’une équipe de FCS face à une équipe classée de FBS depuis la séparation des sous-divisions en 1978. Ahurissant.

Les Grizzlies rejoignent ainsi Appalachian State en 2007 (face à #5 Michigan), James Madison en 2010 (face à #13 Virginia Tech), Eastern Washington en 2013 (face à #25 Oregon State) et North Dakota State en 2016 (face à #13 Iowa) au sein de cette liste de privilégiées.

21. 10 TDs (record en FCS) pour le QB de Presbyterian 

Presbyterian (FCS) a engagé Kevin Kelley à l’intersaison, connu depuis des années en High School pour être “le head coach qui ne punt jamais” et qui a engrangé 9 titres d’Etat de l’Arkansas en 18 ans à la Pulaski Academy.

Les Blue Jose n’ont pas tapé un seul punt.

Et ils ont marqué 84 points face à Saint Andrew’s (84-43) avec 12 TDs sur 14 séries.

Le redshirt sophomore Ren Hefley, fraîchement nommé QB titulaire (après un passage en tant que walk-on à Michigan), a terminé avec 538 yards et un record national (en FCS) de 10 TDs lancés.

Voilà.