Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !
Alton Robinson Syracuse Orange 2018
(Crédit photo : Brett Carlsen - Getty Images)

#CFBPreview : les 10 équipes surprises en 2019

Avec la Week 0 dans notre rétroviseur, on peut (enfin) se dire qu’une nouvelle saison de football universitaire est en route. Et, à cette occasion, Midnight on Campus propose une mini-série pour assimiler les principales informations de l’intersaison à l’aube de la Week 1.

Aujourd’hui, quatrième et dernier épisode : les 10 équipes surprises prêtes à s’inscrire sur la scène nationale à l’aube de cette nouvelle saison.

Autres épisodes :

10. Boise State Broncos

Les Broncos ne sont plus vraiment considérés parmi les équipes surprises, avec 14 saisons à plus de 10 victoires en 17 ans et avec 4 saisons terminées dans le Top-10 au cours de cette période. Boise State peut toutefois devenir une surprise en 2019 en sifflant une place à un Bowl du Nouvel An sous le nez de l’AAC.

La défense, très expérimentée et menée par le pass-rusher Curtis Weaver, devraient à nouveau exceller au niveau de conférence MWC et de toute la ligue. L’attaque possède des pièces talentueuses et 5 linemen toujours en place, bien que le quarterback historique de l’équipe, Brett Rypien, a épuisé son éligibilité. Ses successeurs, Hank Bachmeier et Chase Cord, sont tout de même 2 des meilleures recrues de l’histoire des Broncos.

Et pour arriver à un Bowl du Nouvel An, Boise State peut compter sur un calendrier plutôt favorable : hormis Florida State en Week 1, les Broncos n’auront de véritable adversité que lors du voyage à Utah State le 23 novembre.

9. Minnesota Golden Gophers

Alors que P.J. Fleck a connu un succès immédiat à Western Michigan, le renouveau de Minnesota prend un peu plus de temps. On n’attendrait pas nécessairement à des miracles venant d’une équipe qui sort d’un record de 7-6 et de performances en demi-teinte ; sauf que tout change à la vue de l’effectif.

Les Golden Gophers récupèrent 9 titulaires en attaque, avec 2 quarterbacks sophomores en Tanner Morgan et Zack Annexstad, un profond groupe de running backs et un excellent receveur en Tyler Johnson. En défense, 7 titulaires reviennent composer une escouade des plus solides menée par le pass-rush Carter Coughlin. Bref, la quasi-totalité de la production de l’an dernier reste à Minneapolis.

Minnesota peut venir jouer la première place de la division Big Ten West en 2019 et le calendrier est un atout pour les espoirs de l’équipe : Nebraska, Penn State et Wisconsin visitent le campus des Golden Gophers tandis que Rutgers et Maryland sont les 2 autres équipes sorties de la division East.

8. FIU Panthers

Après le départ de Mario Cristobal, FIU a tenté une expérimentation avec Ron Turner… qui a totalement échoué. Mais cet échec a déjà été oublié avec 2 saisons fulgurantes sous Butch Davis. Et les Panthers peuvent encore progresser en 2019.

Jusqu’au plateau des 10 victoires ? Malgré l’ombre de FAU et de son head coach, Lane Kiffin, FIU a remporté 8 (2017) puis 9 victoires (2018) et l’équipe garde 16 titulaires pour ce nouvel acte, à commencer par le quarterback James Morgan et la plupart des cibles autour de lui.

Austin Maloney FIU Panthers 2018
(Crédit photo : Daniel A. Varela – Miami Herald/TNS via Getty Images)

De plus, la défense a agréablement surpris l’an passé et elle récupère 6 des 7 meilleurs plaqueurs, dont le linebacker Sage Lewis. Autrement dit : FIU possède un système en place et une groupe expérimenté et prêt à combattre.

Les Panthers doivent tout de même terminer la saison avec des déplacements à Marshall et FAU, les deux adversaires les plus coriaces de la C-USA East, avec une rencontre au sommet placé au milieu face à Miami (FL). 10 victoires, alors ? C’est plus qu’envisageable.

7. Maryland Terrapins

On entrevoit une révélation à Maryland depuis quelques temps ; et le temps semble être (enfin) arrivé. Les Terrapins doivent composer avec un nouvel head coach, Mike Locksley, mais il a montré à Alabama en 2018 qu’il pouvait réaliser de très belles choses en très peu de temps.

Et l’équipe détient les pièces pour rivaliser avec les meilleures équipes de la Big Ten : le running back Anthony McFarland est sur le point de prendre la conférence d’assaut et il est supporté cette saison par le prometteur quarterback Josh Jackson, en provenance de Virginia Tech sur transfert, ainsi qu’une solide défense.

Point positif : Syracuse, Indiana et Nebraska se déplacent à College Park. Point négatif : il faudra aller chercher une qualification à un Bowl chez Temple, Purdue et Michigan State. Mais nul doute que les Terrapins feront des vagues avec un effectif au talent digne de la conférence.

6. Houston Cougars

On ne va pas se voiler la face : la première saison de Dana Holgorsen à Houston devrait se résumer à “ça passe ou ça casse“. Les Cougars possèdent le talent et les investissements nécessaires pour rivaliser au meilleur niveau du “Group of Five”, mais, les obstacles ne manquent pas.

Les espoirs de l’équipe résident dans la santé de son quarterback “dual-threat” D’Eriq King. Le senior a connu de nombreuses blessures au cours de sa carrière universitaire, surtout l’an dernier, où il avait débuté une explosion sur le plan national. S’il reste en forme, les Cougars peuvent aussi compter sur une attaque dynamique et talentueuse ; bien qu’il faille absolument réparer une défense anémique, qui a autorisé au moins 45 points lors des 5 défaites de l’équipe.

Houston possède tout de même le calendrier adéquat pour s’inscrire dans le paysage national, à l’instar de UCF depuis 2 ans. L’équipe se déplace à Oklahoma dès la Week 1 avant de s’envoler pour Washington State lors de la Week 3. Mais faut-il déjà s’imposer et là est bien le problème.

5. TCU Horned Frogs

Outre pour être connu comme un excellent head coach, Gary Patterson a l’habitude de suivre des saisons médiocres avec des saisons à plus de 10 victoires. Et TCU a connu un calvaire en 2018 : une pluie de blessures à tous les postes et un record final de 7-6. Bis repetita ?

Les 2 meilleurs running backs sont de retour avec les Horned Frogs, au même titre que 4 linemen offensifs et l’un des meilleurs receveurs de la conférence Big 12 en Jalen Reagor. La question demeure de savoir s’ils peuvent obtenir une réponse efficace à un poste de quarterback douteux jusque-là, entre Alex Delton, Justin Rogers et Max Duggan.

Jalen Reagor TCU Horned Frogs 2018
(Crédit photo : TCU Athletics)

Qui plus est, l’escouade défensive récupère des hommes talentueux, à commencer par le linemen Ross Blacklock, perdu avant la saison sur blessure (surprise). TCU aligne toujours de très bonnes équipes défensives sous Gary Patterson et cela ne devrait pas diverger en 2019.

Les Horned Frogs sont bien plus expérimentés qu’il n’y parait et les 3 saisons à plus de 11 victoires depuis 5 ans parlent d’elles-même sur la qualité et la santé du programme. La plupart des matchs devrait cependant se jouer au cordeau : de quoi envisager une nouvelle saison à 7 victoires ou un nouvelle saison dans la course au titre de conférence Big 12.

4. Virginia Cavaliers

Déjà, ce serait beau que les Cavaliers deviennent le 7ème vainqueur en 7 ans de la division ACC Coastal. Mais au-delà du symbole, Virginia monte continuellement en puissance et la quatrième saison de Bronco Mendenhall à Charlottesville pourrait être celle de la consécration.

L’ancien head coach de BYU a confirmé lors de sa 3ème saison avec 8 victoires, ce qui n’était arrivé qu’une seule fois en 10 ans, et un succès au Belk Bowl, une première depuis 2005. L’année des Cavaliers aurait pu être d’autant plus fabuleuse sans 2 défaites après overtime en novembre, tuant leurs espoirs de titre en ACC Coastal dans l’oeuf.

Le quarterback “dual-threatBryce Perkins sort d’une très belle saison et on peut entrevoir une nouvelle progression, bien que de meilleures cibles autour soient attendues. Mais la véritable force de cette équipe est la défense (12ème meilleure défense contre la passe du pays) et celle-ci retrouve 8 des 10 meilleures plaqueurs ainsi que Bryce Hall, un des cornerbacks les plus brillants du pays.

Florida State doit se déplacer à Charlottesville et Notre Dame se trouve au calendrier : cela rend la tâche un peu plus dure mais c’est la saison ou jamais pour les Cavaliers de remporter la division ACC Coastal… et de battre Virginia Tech.

3. Syracuse Orange

Après 2 premières saisons avec un record de 4-8, peu d’observateurs ne voyait l’Orange de jouer les premiers rôles en conférence ACC en 2018. Et pourtant, Syracuse s’est dramatiquement amélioré et a conclu une saison avec 10 victoires (et un upset presque complété sur le terrain de Clemson).

Dino Babers a complètement changé la face du programme de football, qui vise le titre de conférence sans se cacher. Mais, dans la même division que Clemson et Florida State, la tâche n’est pas simple. Le succès de cet objectif devra se faire, qui plus est, sans Eric Dungey, puisque le charismatique quarterback des Orangemen est arrivé en fin d’éligibilité.

Cependant, Tommy DeVito est apparu en capacité de mener cette équipe vers les sommets grâce à une attaque explosive. La défense peut quant à elle être considérée comme l’une des plus efficaces de la ligue avec une très belle ligne défensive, menée par Alton Robinson et Kendall Coleman, et des defensive backs au niveau de ses adversaires.

Le calendrier n’est pas effrayant, non plus, bien au contraire : seul Clemson apparait comme un adversaire coriace et les Tigers sont venus s’échouer dans le Carrier Dome il y a 2 ans. L’Orange avec un record invaincu ? Ce n’est pas impossible.

2. Iowa State Cyclones

Deux saisons avec un record de 8-5 et Iowa State peut légitimement entrevoir la meilleure saison de l’histoire de l’université. Matt Campbell a distillé une véritable culture de la gagne et les Cyclones y ont pris goût : l’heure est-elle à la consécration ?

On pourrait imaginer que non si l’on prend en compte les départs du running back David Montgomery et du receveur Hakeem Butler pour la NFL (ils sont devenus les 2 premiers joueurs sélectionnés à la Draft NFL depuis 5 ans). Mais les Cyclones ont des ressources offensives en attente et, surtout, la meilleure défense de la conférence Big 12.

Brock Purdy Iowa State Cyclones 2018
(Crédit photo : Matthew Putney – AP)

L’homme qui donne l’espoir d’une saison historique à Iowa State se nomme Brock Purdy. Le quarterback a réalisé une saison freshman exceptionnelle, en terminant meilleur passeur et 2ème meilleur coureur de l’équipe en seulement 8 titularisations (en tant que true freshman). Il est aujourd’hui prêt à endosser les responsabilités offensives et à se faire un nom sur la scène nationale.

Les Cyclones peuvent-ils se qualifier pour la finale de conférence ? Bien qu’il faille se déplacer à Oklahoma, Iowa State reçoit Texas et TCU sur le campus de Ames alors que le reste des déplacements se font chez des écoles avec de nouveaux head coaches. Les rêves peuvent (vraiment) devenir réalité en 2019.

1. Utah Utes

Les Utes sont attendus au tournant dans la conférence Pac-12, donc il n’est pas nécessairement judicieux de les placer parmi les équipes surprises. Ceci dit, Utah se trouve en position pour surprendre la course au College Football Playoff si tout se déroule parfaitement.

En réalité, la situation est parfaite à Salt Lake City : l’animation offensive est dirigée par 2 leaders aussi talentueux que expérimentés avec le dynamique quarterback Tyler Huntley et l’explosif running back Zach Moss, afin de composer un des backfields les plus dangereux de la conférence.

Au-delà, l’escouade défensive doit absolument être dans la discussion pour la meilleure défense du pays : la ligne défensive est possible la plus performante de la ligue, notamment grâce au pass-rusher Bradlee Anae, et les defensive backs peuvent faire jeu égal avec n’importe qui. Ce sont des atouts indéniables, qui servent souvent à faire la différence dans les matchs à enjeux.

En parlant de matchs importants, la seule ombre au tableau des Utes est le déplacement à Washington : le résultat pourrait bien décider de la qualification au College Football Playoff ou non. Pourquoi ? Avec un succès sur les terres des Huskies, il existe une chance assez forte que Utah termine la saison régulière avec un record de 12-0.

Aucune équipe de la conférence Pac-12 n’a participé au dernier carré depuis 2016 ; et hormis, Washington et Oregon (deux candidats naturels), Utah est la meilleure chance pour casser cette mauvaise série.

Plus de lecture ?
Ohio Bobcats Fans Week 1 2019
“A season in #MACtion” : Ohio déroule et Buffalo rappelle la MAC à l’ordre