Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !
Nathan Rourke QB Ohio Bobcats vs Pitt Week 2 2019
(Crédit photo : Mark Alberti - Icon Sportswire via Getty Images)

“CFB Preview” : présentation de la conférence MAC

La saison de football universitaire sera exceptionnelle en 2020. Tant au niveau du calendrier que dans les stades en raison de l’épidémie du COVID-19. Mais, à Midnight on Campus, on ne change pas nos habitudes. La série des #CFBPreviews reprend afin d’être prêt à vivre une saison de football. Le volet du jour : la conférence MAC.

En 2019, la situation de la conférence ressemblait fortement à la météo hivernale du Midwest des Etats-Unis : morose et difficile à supporter à chaque semaine. La MAC sort d’une saison extrêmement compliquée où les “powerhouses” ont chacune connu une période de reconstruction.

Et le résultat d’un tel turnover était sans appel.

Les champions de la précédente saison sont tombés dans la seconde partie de classement et seulement 2 équipes ont atteint le palier des 8 victoires. Ces équipes ? Les champions de division, Miami (OH) en MAC East et Central Michigan en MAC West.

Redhawks et Chippewas vont-ils sombrer en fond de tonneau ou pourront-ils imposer leur force actuelle et résister au retour des universités vedette de la conférence ?

Projections du classement en MAC, selon SP+ :

Bill Connelly développe depuis 2008 (chez Football Outsiders puis chez ESPN) une base de données statistiques, appelée SP+, afin de classer les 130 équipes inscrites de FBS selon une mesure prédictive de l’efficacité du niveau de jeu, ajustée selon plusieurs critères évolutifs.

Avant chaque saison, il publie un classement de pré-saison afin de projeter le niveau de jeu de chaque équipe. Celui-ci est principalement composé de 3 facteurs prédictifs : le retour de production, le niveau de recrutement récent et l’histoire récente des performances en match.

Le classement des équipes de conférence MAC selon SP+ :

 
Projections de pré-saison (SP+) – 2020
Classement Equipe Général Attaque Défense
#67 Ohio -1.5 31.5 (34) 33.1 (99)
#80 Buffalo -3.5 24.3 (93) 27.7 (64)
#82 Central Michigan -4.1 24.5 (89) 28.5 (71)
#84 Ball State -4.4 27.3 (68) 31.8 (89)
#93 Toledo -6.3 28.6 (58) 34.9 (108)
#97 Western Michigan -7.3 26.5 (78) 33.8 (103)
#98 Miami (OH) -7.5 23.1 (101) 30.6 (85)
#112 Kent State -12.9 26.1 (83) 39.0 (120)
#116 Eastern Michigan -14.5 25.5 (84) 40.0 (124)
#117 Northern Illinois -14.9 18.0 (119) 32.9 (98)
#125 Akron -19.8 13.5 (129) 33.3 (10&)
#127 Bowling Green -22.2 15.6 (124) 37.8 (118)
 

Présentation des équipes en MAC :

1. Enfin la saison de la concrétisation à Ohio ?

Les Bobcats sont certainement la meilleure équipe de la conférence sur la longévité et la constance au fil des saisons. Depuis l’arrivée de Frank Solich à Athens en 2005, Ohio a connu 9 saisons à 8, 9 ou 10 victoires et a terminé à 10 reprises à la 1ère ou 2ème place de la MAC East.

Mais, Ohio n’a remporté aucun titre de conférence. Zéro. Nada.

Les Bobcats perdent chaque saison le match qu’il ne faut pas perdre.

Serait-il présomptueux, alors, d’annoncer que le titre de conférence se dessine enfin pour 2020 ? Oui et non. De la meilleure équipe en MAC, ils retrouvent la quasi-totalité de l’escouade défensive ; et les pièces de celle-ci sont en grande majorité seniors. Le defensive end Austin Conrad ainsi que les linebackers Jared Dorsa et Dylan Conner se trouvent en bonne position pour stabiliser une défense souvent dépassée.

Bien que Ohio soit (sur le papier) le meilleur prétendant au titre en MAC, Frank Solich doit toutefois régler un problème de taille : le remplacement de Nathan Rourke (2.820 yards à 60%, 20 TDs, 5 INTs, 867 yards et 13 TDs au sol) au poste de quarterback. Il faudrait que Drew Keszei ou Armani Rodgers (ancien quarterback titulaire de UNLV arrivé sur “grad transfer”) arrivent à tenir la baraque pour que les Bobcats puissent conserver un rang au sommet de la MAC. Et rien n’est moins sur.

Ce serait bête qu’un titre de conférence, qui leur tend les bras, file entre les doigts de Ohio juste parce qu’il manque un quarterback, la position offensive la plus solide depuis des années, pour mener la barque en attaque.

Mais, ce ne serait vraiment pas impossible, malheureusement.

2. Central Michigan a-t-il trouvé son sauveur en Jim McElwain ?

Les Chippewas avaient besoin d’une nouvelle direction après 2018 (terminée avec un record de 1-11). Jim McElwain était tombé dans l’oubli après son renvoi de Florida. Et puis les deux se sont trouvés en 2019 et la connexion a été immédiate.

Central Michigan a trouvé la bonne recette en milieu de saison et ils ont enchainé 6 victoires en 7 matchs jusqu’à un titre (improbable) de division MAC West. Quelle était cette fameuse recette ? Le quarterback senior Quinton Dormady a sorti une saison régulière resplendissante et la défense s’est révélée très agressive pour forcer l’attaque adverse hors du terrain.

Aujourd’hui, l’attaque doit composer avec un nouveau quarterback et la défense devrait s’installer comme l’une des meilleures escouades de la conférence.

David Moore ne débutera pas la saison en tant que titulaire (suspendu en cours de saison dernière pour un contrôle anti-dopage positif) et les remplaçants n’ont presque aucune expérience universitaire. La situation au poste de quarterback est assez effrayante. Cependant, le retour du running back Kobe Lewis (1.074 yards à 5.9 yards par portée, 12 TDs) ainsi que des receveurs Kahlil Pimpleton, JaCory Sullivan, Tyrone Scott et du tight end Tony Poljan (2.848 yards et 18 TDs combinés) se révèle comme une aide précieuse. Les athlètes d’expérience ne manquent pas sur le terrain.

Le defensive end LaQuan Johnson et le defensive tackle Robi Stuart (22.5 TFLs, 9 sacks et 30 courses arrêtées) ainsi que les linebackers Troy Brown et Chuck Jones (23 TFLs et 28 courses arrêtées) seront les leaders d’un front-seven dominant et dangereux.

Et, si le secondary ne devient pas un poids mort, Central Michigan possède les bons éléments pour se retrouver en plein coeur de la course au titre.

3. Plus que 2 running backs dominants à Buffalo ?

Les Bulls ont remporté la division MAC East en 2018 et le titre marquait la fin du premier cycle sous l’ère de Lance Leipold. Les pertes étaient importantes (à commencer par Tyree Jackson). Sans surprise, Buffalo a régressé dans la hiérarchie avec un effectif beaucoup plus jeune et moins formé à la compétition.

Bien qu’ils n’ont pas conservé leur titre, ils terminent tout de même avec un record de 8-5 et un succès au Bahamas Bowl.

Et les raisons d’un tel succès reviennent sur le campus d’Amherst. Buffalo a été forcé de revoir sa copie à la suite du dépeçage de l’attaque aérienne ; et les running backs sont devenus les patrons. Jaret Patterson (1.799 yards, 19 TDs) et Kevin Marks (1.035 yards, 8 TDs) se sont alliés pour courir davantage que n’importe quelle équipe ne proposant pas de triple-option. Et avec le retour de Kyle Vantrease au poste de quarterback et du receveur n°1 Antonio Nunn, la continuité est de mise en attaque (si la ligne offensive ne décide pas de leur mettre des bâtons dans les roues).

L’attaque est-elle suffisamment versatile pour titiller Ohio dans la MAC East ? Là est la question. Il faudra inévitablement que l’animation dans les airs progresse.

Ajoutez à cela une très bonne défense et Buffalo est une équipe nuisible. Près de 10 juniors et seniors sont de retour parmi les rangs des Bulls. Il faudra surtout compter sur Taylor Riggins et Malcolm Koonce (17.5 sacks et 26 courses arrêtées) chez les defensive ends ainsi que James Patterson chez les linebackers.

4. L’attaque de Ball State peut-elle porter la défense ?

Mike Neu n’a toujours pas fini une saison avec un record positif chez les Cardinals. Cette saison semble (enfin) être la bonne pour franchir un palier à Muncie.

Ball State peut se reposer sur une animation offensive des plus intéressantes, peut-être la meilleure en conférence MAC devant Ohio. Le quarterback Drew Plitt (2.918 yards à 64%, 24 TDs et 7 INTs), le running back Caleb Huntley (1.275 yards et 7 TDs), une ligne offensive presque intacte et 4 receveurs avec plus de 500 yards au compteur composent toujours cette escouade prometteuse et expérimentée.

Rien que la moitié de l’effectif permet à Ball State de jouer le titre de division MAC West face à Central Michigan. Mais, pour jouer les yeux dans les yeux avec les Chippewas, il faut proposer une défense un tant soit peu.

Et c’est bien au niveau défensif que le bas blesse pour les Cardinals.

Elle n’a jamais été un point fort et elle doit reconstruire une ligne défensive. Heureusement que les linebackers et le secondary sont relativement expérimentés. Ceci dit, pour jouer les premiers rôles, il faudra bien que la défense progresse et donne de l’aide à l’attaque.

5. Toledo est-il un candidat pour un rebond immédiat ?

On connaissait l’équipe de Toledo comme l’une des meilleures en Group of Five, titrant avec les 10 victoires au cours de la dernière décennie.

Et l’on connait aujourd’hui l’équipe de Toledo en perdition, sans défense et avec une attaque perdue en l’espace de deux saisons.

Jason Candle doit trouver une solution… rapide. Ce n’est pas pour rien que l’ancien coordinateur défensif de Miami (FL), Craig Kuligowski, a pris en charge la défense des Rockets et que la quasi-totalité du coaching staff a été remplacé. Aux grands maux les grands remèdes. Sans compter la meilleure classe de recrutement dans la MAC en 2020 (74ème).

La situation des quarterbacks demeure (encore) assez floue avec une pluie de prétendants plus ou moins solides. Toutefois, le vainqueur de la compétition pourra se reposer sur des armes intéressantes, entre le running back Bryant Koback (1.187 yards, 6.1 yards par portée) et les receveurs Danzel McKinley-Lewis et Bryce Mitchell (1.294 yards et 5 TDs combinés). On peut dire sans trop s’avancer que l’attaque retrouver un bon niveau dès cette saison.

Le problème émerge en défense, par contre. Elle a été pliée en deux par les attaques adverses malgré une certaine agressivité du pass-rush. Et le meilleur cornerback de l’équipe Kahlil Robinson a épuisé son éligibilité.

Un rebond défensif ? Avec Craig Kuligowski, oui. Tout de suite ? Non.

6-7. Des coups d’éclat pour Western Michigan et Miami (OH) ?

En 3 ans avec les Broncos, Tim Lester a proposé une équipe moyenne à chaque fois (entre 6 et 7 victoires). Cela fait tâche après le succès fulgurant de P.J. Fleck. Est-ce que Western Michigan peut retrouver le sommet de la conférence ?

Tout dépend de la production des nouveaux visages.

Aussi bien l’attaque que la défense sont composées d’éléments majeurs seniors et d’underclassmen prometteurs. L’attaque, déjà explosive et volatile, pourrait l’être d’autant plus si les sophomores prennent la direction offensive. Et cela veut également dire que les Broncos sont capables de coups d’éclat comme de lâcher des matchs prenables.

C’était à peu près la situation de Miami (OH) en 2019. Et les Redhawks ont conclu avec un titre de conférence MAC… à la surprise générale.

L’équipe de Chuck Martin n’était certainement pas la meilleure de la conférence mais, avec un upset à Ohio, s’est adjugé la division East avant de conclure avec une autre surprise en finale de conférence face à Central Michigan. Les Redhawks peuvent-ils réitérer leur exploit ? Rien n’est impossible.

Miami (OH) a remporté le titre avec une attaque (très) jeune et des blessures successives. On peut espérer mieux avec de la continuité. A l’inverse, la défense perd éventuellement ces deux meilleurs joueurs avec les nickelbacks Bart Baratti et Travion Banks (12.5 TFLs, 6 INTs, 7 passes défendues et 14 courses arrêtées), qui représentaient la versatilité d’une escouade agressive sur le passeur adverse et efficace pour limiter les grands gains.

Le pass-rush devrait rester très efficace avec les mêmes armes. C’est une bonne nouvelle. Une autre excellente nouvelle serait la progression de Brett Gabbert au poste de quarterback : le sophomore sera à coup sur le baromètre de Miami (OH).

8-9-10. Trop d’incertitudes à Kent State, Northern Illinois et Eastern Michigan

Kent State sort déjà d’une saison historique : 3 victoires consécutives pour obtenir la 3ème qualification de l’histoire de l’école à un Bowl et la première (!) victoire lors du Frisco Bowl. Il sera difficile de faire mieux en 2020.

Sean Lewis peut toujours se reposer sur ses meilleurs atouts. L’attaque continue d’être menée par le quarterback Dustin Crum et le receveur Isaiah McKoy, acteurs de la réussite surprise de Kent State. Malheureusement, le reste de l’animation offensive est novice. Et la défense doit aussi faire avec un turnover de forces. Les 7 succès de l’an passé… sont bien de l’histoire passée.

La situation est bien moins heureuse à Northern Illinois.

Thomas Hammock a débuté une nouvelle ère à DeKalb et les deux premières années se sont disputées dans les bas-fonds de la conférence MAC. Ce qui est totalement incongru pour une puissance du Group Of Five lors de la dernière décennie. Le quarterback Ross Bowers doit arriver à mener l’attaque vers l’avant, que ce soit dans les airs ou au sol. Aucune tendance ne s’est pour l’instant dégagée ; et c’est inquiétant.

L’escouade défensive était généralement le moteur des Huskies, mais, à l’instar de l’attaque, elle s’est effondrée depuis le départ de Rod Carey. Et le futur proche ne semble pas brillant, entre les départs et l’inexpérience causée par les blessures.

En 6 ans à Eastern Michigan, Chris Creighton a réalisé quelques prouesses inimaginables. Et, en 2020, il doit affronter une nouvelle épreuve avec la refonte d’un effectif qui a participé à 2 (!) Bowl consécutifs.

Les Eagles doivent remplacer leur quarterback titulaire, 2 de leurs 3 meilleurs running backs, 3 de leurs 5 meilleurs receveurs et une bonne moitié de leur défense, dont leur meilleur plaqueur Kobie Beltram. N’attendez pas à ce que Eastern Michigan joue les premiers rôles… ou renversant (encore) un concurrent de la conférence Big Ten.

11-12. Akron et Bowling Green (encore) au fin fond de la MAC

Autant Bowling Green que Akron ont proposé des attaques infâmes en 2019, sans véritable identité ni efficacité. Et leur défense respective n’était pas beaucoup plus intéressante pour contenir les assauts adverses.

Scott Loeffler avec les Falcons et Tom Arth avec les Zips se sont embarqués dans des reconstructions longues et compliquées. Il ne faut pas attendre à des résultats positifs dans l’immédiat.

Nos pronostics en MAC :

 
Pronostics en MAC – 2020
Classement Equipe Victoires ?
Tier 1 #1 Ohio 8 à 10 victoires
#2 Central Michigan 7 à 9 victoires
Tier 2 #3 Buffalo 7 à 8 victoires
#4 Ball State 6 à 8 victoires
#5 Toledo 6 à 7 victoires
Tier 3 #6 Western Michigan 5 à 7 victoires
#7 Miami (OH) 5 à 7 victoires
Tier 4 #8 Kent State 4 à 6 victoires
#9 Northern Illinois 3 à 5 victoires
#10 Eastern Michigan 3 à 5 victoires
Tier 5 #11 Akron 2 à 3 victoires
#12 Bowling Green 1 à 2 victoires
 
Plus de lecture ?
“CFB Preview” : Baylor à la croisée des chemins