Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !
Mike Norvell Florida State Seminoles Head Coach 2020
(Crédit photo : Curt Weiler - Tallahassee Democrat)

“CFB Preview” : rendez-vous en terre inconnue à Florida State

Un grand saut dans l’inconnu : c’est ce que s’apprêtent à faire les fans de Florida State.

Après deux ans d’enfer sous Willie Taggart, les Seminoles espèrent retrouver la lumière du football universitaire avec l’arrivée de Mike Norvell en provenance de Memphis. Cependant, et même si le nouveau head coach a propulsé Memphis en une machine à gagner (12-1 l’an passé), les doutes restent nombreux sur le campus de Tallahassee. 

Au poste de quarterback, tout d’abord, où Florida State peine à trouver un successeur à Jameis Winston. Mais également à plusieurs autres postes clés.

Dans une conférence ACC très hétérogène, où Clemson attend désespérément un challenger décent, les hommes de Mike Norvell peuvent au moins espérer retrouver un bilan positif… ce qu’ils n’ont plus connu depuis 2 ans. 

Projections des équipes de conférence ACC (dont Florida State), selon SP+ :

Bill Connelly développe depuis 2008 (chez Football Outsiders puis chez ESPN) une base de données statistiques, appelée SP+, afin de classer les 130 équipes inscrites de FBS selon une mesure prédictive de l’efficacité du niveau de jeu, ajustée selon plusieurs critères évolutifs.

Avant chaque saison, il publie un classement de pré-saison afin de projeter le niveau de jeu de chaque équipe. Celui-ci est principalement composé de 3 facteurs prédictifs : le retour de production, le niveau de recrutement récent et l’histoire récente des performances en match.

Le classement des équipes de la conférence ACC selon SP+ :

 
Projections de pré-saison (SP+) en conférence ACC – 2020
Classement Equipe Général Attaque Défense
#3 Clemson 27.0 43.4 (4) 16.4 (13)
#17 North Carolina 16.0 39.7 (8) 23.7 (44)
#23 Miami (FL) 12.6 27.9 (63) 15.2 (9)
#26 Florida State 12.0 32.6 (30) 20.6 (33)
#32 Virginia Tech 10.2 29.9 (46) 19.7 (29)
#41 Louisville 6.7 37.2 (14) 30.5 (84)
#42 Pittsburgh 6.0 22.4 (103) 16.4 (12)
#44 Virginia 5.2 27.7 (64) 22.5 (37)
#58 Georgia Tech 1.3 22.3 (104) 21.0 (35)
#62 NC State 0.2 26.8 (76) 26.6 (53)
#69 Duke -1.7 19.0 (116) 20.7 (34)
#71 Boston College -2.2 29.8 (52) 32.0 (92)
#81 Wake Forest -3.7 23.5 (99) 27.2 (60)
#95 Syracuse -6.4 25.5 (85) 31.9 (91)
 

Florida State ou une institution bafouée

En l’espace de 2 ans, Willie Taggart a mis à mal la réputation d’un programme de football que Jimbo Fisher avait mis tant d’années et d’énergie à la construire. 

Après une saison inaugurale plus que compliquée, il obtenait (déjà) une dernière chance à Tallahassee. Alex Hornibrook, arrive en provenance de Wisconsin, et James Blackman se battent alors pour une place de titulaire. Le second l’emportera. Mais l’équipe n’en sortira pas meilleure, desservie par une ligne offensive toujours aussi poreuse. 

Une défaite prometteuse contre une très bonne équipe de Boise State (31-36), un succès dans la douleur contre Lousiana-Monroe (en prolongations), et Willie Taggart est déjà sur un siège éjectable à Florida State.

Les Seminoles enchaînent ensuite victoires peu convaincantes et défaites sanglantes en conférence ACC, jusqu’au derby face à Miami (FL). Florida State chute lourdement face au rival historique et Willie Taggart est débarqué. Les Seminoles terminent la saison tant bien que mal, jusqu’à perdre le Sun Bowl contre Arizona State.

L’heure est désormais à une nouvelle reconstruction.

Le chantier offensif démarre au poste de quarterback

Un changement de head coach entraîne souvent un changement de système. L’arrivée de Mike Norvell ne changera pas le traditionnel adage.

Heureusement (ou pas d’ailleurs), les Seminoles y sont plutôt habitués. Ils ont ainsi évolué dans 4 systèmes offensifs différents en 4 années, ce qui est beaucoup trop pour espérer une stabilité et des résultats décents. À Memphis, Mike Norvell était partisan d’un système pro-style. Il devrait logiquement l’importer à Tallahassee.

Plus de 40 points en moyenne par match, c’est ce que marquaient les Tigers de Norvell l’an passé. Une bonne nouvelle donc pour les fans des Seminoles. 

Dès lors, qui sera à la baguette ?

Brady White, un quarterback pro-style qui savait prendre soin du ballon, a brillé sous la houlette de Mike Norvell à Memphis. Cependant, James Blackman ne semble pas au même niveau. Le senior a beaucoup joué l’an passé sans convaincre, et sa propension à perdre le ballon (23 INTs et fumbles perdus cumulés) est sans doute trop préjudiciable.

Derrière lui, deux jeunes aux dents longues se disputent sa succession.

Chubba Purdy a plutôt les faveurs des fans. D’abord engagé à Lousville, la recrue 4-étoiles originaire de l’Arizona a réalisé le choix de s’expatrier vers la Floride. Si son profil dual-threat n’est sur le papier pas le plus compatible avec Mike Norvell, Chubba Purdy ne demande qu’à progresser et pourrait prendre le poste en fin de saison si James Blackman ne parvient pas à assurer un intérim convenable.

Tate Rodemaker, recrue 3-étoiles de Georgie, semble lui plus compatible avec les idées de Mike Norvell mais il demeure moins talentueux que son adversaire direct. 

Remplacer Cam Akers au poste de running back ne sera pas simple, tant le nouveau joueur des Rams en NFL a marqué son passage chez les Seminoles.

Khalan Laborn, ancienne recrue 5-étoiles, devrait prendre la suite à condition de rester en bonne santé. Il sera epaulé par Jashaun Corbin, floridien de naissance et ancienne recrue 4-étoiles, précédemment en échec à Texas A&M. Le talent est là. Il ne reste plus qu’à obtenir l’une des choses les plus importantes pour un coureur : la ligne offensive. 

Poreuse au possible, la ligne offensive présente quelques motifs d’espoirs en 2020. D’abord, le très bon Devontay Love-Taylor, ancien tackle de FIU, a rejoint les rangs des Seminoles. Et Mike Norvell a toujours eu en sa possession d’excellentes lignes offensives. Pourra-t-il faire progresser une ligne qui a encaissé 48 sacks l’an passé ?

Enfin, l’attaque a conservé son principal playamaker en la personne de Tamorrion « Scary » Terry (1.188 yards, 9 TDs).

Spécialiste des big plays ou actions de plus de 20 yards, il sera certainement la cible aérienne principale des Seminoles et fer de lance d’un quatuor expérimenté, puisqu’il aura à ses côtés Keyshawn Helton, D.J. Matthews et Ontaria Wilson

Si le potentiel est réel, les performances de la ligne offensive seront le juge de paix de l’attaque des Seminoles. Du rendement de celle-ci dépendra une grande partie des plans de Mike Norvell.

Des leaders identifiés dans la défense des Seminoles

On se souvient tous des déboires défensifs des Seminoles l’an passé. Le passage d’une défense 4-3 à une défense 3-4 les a plongé parmi les pires défenses du pays.

Suite au changement imposé par Willie Taggart, Florida State pointait avec la 90ème défense du pays. Une hérésie pour un programme d’un tel standing. Heureusement, Adam Fuller, ancien coordinateur défensif de Memphis, est arrivé dans les bagages de Norvell à Tallahassee. Et Florida State devrait à nouveau évoluer avec une défense 4-3, une tradition chez les Seminoles.

Au sein de cette ligne défensive, Marvin Wilson (8.5 TFLs, 5 sacks) fera office de patron.

Le tackle défensif a choisi de revenir à Florida State plutôt que de partir en NFL où un premier tour de Draft l’attendait. Physique et extrêmement mobile, Marvin Wilson excelle à la fois pour chercher le quarterback mais également pour contrer la course.

Il sera qui plus est accompagné du précieux Cory Durden (6.5 TFLs, 5 sacks) et de Robert Cooper. De quoi garantir une ligne défensive solide. On notera toutefois l’absence d’un pass-rusher d’élite. Il faudra surveiller Janarius Robinson (seulement 3 sacks l’an passé) pour mener cette jeune escouade.

D’ailleurs, Florida State devrait beaucoup compter sur ses jeunes. Dennis Briggs (redshirt sophomore), Quashon Fuller (redshirt freshman et recrue 4-étoiles), Derrick McLendon II et Curtis Fann Jr. devraient tous obtenir des opportunités.

Les postes de linebacker devraient être la principale faiblesse de l’escouade défensive. Le nouvel assistant Chris Marve a du pain sur la planche.

Emmett Rice devrait se positionner en fer de lance de cette position, accompagné de Leonard Warner III. Le duo devra progresser après une dernière année calamiteuse. Heureusement, Florida State est une université qui recrute bien en qualité et en quantité. De nombreux jeunes pourraient éclore à cette position.

Florida State continue de former d’excellents defensive backs. Cette année, Asante Samuel Jr. (dans le Top-15 des joueurs ayant défendu le plus de passes en 2019 avec 14) et Hamsah Nasirildeen seront les deux moteurs de l’arrière-garde des Seminoles.

Derrière Clemson… mais devant tous les autres ?

Les incertitudes sont nombreuses et on imagine mal Florida State jouer les premiers rôles d’entrée.

Qui plus est, les Seminoles évolueront dans une division ACC Atlantic assez relevée et le manque de repères pourrait coûter cher. De plus, le calendrier réservé aux hommes de Mike Norvell n’est pas des plus cléments.

Les Seminoles devront affronter West Virginia, Samford et surtout Boise State en troisième semaine, qui semble présenter plus de garanties sur le papier. Et tout cela avant d’attaquer le calendrier de conférence. Cerise sur le gâteau : si le calendrier reste intact, Florida State affrontera Florida lors de la dernière semaine. Un affrontement toujours périlleux… surtout une qualification pour un Bowl est en jeu.

L’objectif premier sera sans doute de tenir son rang dans la conférence ACC. Avant de rêver plus grand dans le futur ?

Plus de lecture ?
“Best Team of the Week” : Texas A&M balise une nouvelle voie avec le succès contre Florida