Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !
(Crédit photo : Mike Ehrmann-Getty Images)

CFB Preview : Florida State peut détenir la meilleure équipe, sans que cela ne paie

Une nouvelle saison de football universitaire s’approche et Midnight on Campus vous propose un stage de préparation adéquat. Avec l’aide des travaux de Bill Connelly et de Phil Steele, plongez au coeur des principales équipes et conférences grâce à une foule de présentations complètes et précises.

On a l’impression que Jimbo Fisher entraine les Seminoles depuis une éternité ; il est pourtant devenu le head coach du programme de football en 2010, seulement. Depuis lors, Florida State a empoché trois titres de conférence ACC, le dernier BCS National Championship de l’histoire en 2013 ainsi que cinq participations consécutives, série en cours, à un Bowl du Nouvel An. L’université reste d’ailleurs sur une superbe victoire face à Michigan lors du dernier Orange Bowl afin de terminer dans le Top-10 national pour la quatrième fois en cinq saisons.

Jimbo Fisher se révèle être le digne successeur de Bobby Bowden sur le campus de Tallahassee. Les Seminoles des années 1990 semblaient littéralement invincibles et à la suite d’une fin de règne un peu compliquée, le nouveau maitre de la Floride n’a eu besoin que d’une poignée de saisons pour remettre Florida State sur les rails de l’élite nationale. Chaque période de transition, qu’elle soit forte ou modérée, n’apparait pas comme un réel souci. Il pourra mettre cette qualité en exercice un nouvelle fois au cours de l’année qui se profile.

Partez à la découverte des forces, des faiblesses, des points marquants du programme de football des Seminoles de Florida State en vue de la saison prochaine, classements et pronostics à l’appui.


Cam Akers peut-il remplacer Dalvin Cook ?

De nombreuses questions entouraient la situation de l’attaque à l’entame de saison dernière. Une myriade de nouveaux contributeurs devait prendre place et n’apportait que peu d’assurance à propos du niveau de performance. Ce dernier n’a pas mis longtemps à éclore, bien au contraire. Florida State a aligné 45 points contre Ole Miss dès l’ouverture de saison et a continué de monter en puissance au fil des semaines, malgré d’excellentes défenses affrontées et un milieu de saison quelque peu plus compliqué, dont le raté complet face à Louisville.

Le plan de jeu était relativement simple avec un quarterback freshman : donner le ballon à Dalvin Cook. Un des meilleurs running backs du pays permettait d’ancrer solidement le jeu de course en tant que moteur offensif. Cela a bien évidemment fonctionné et a permis d’ouvrir, sans surprise, des brèches chez les adversaires. La ligne offensive a tout de même certains tours malencontreux, mais la proportion de talents chez les Seminoles ont aidé à couvrir certaines largesses.

D’ailleurs, en parlant de ces lacunes, Deondre Francois a été le principal artisan capable de combler le déficit de présence au sein des tranchées. Jimbo Fisher n’a pas hésité à mettre son jeune quarterback, alors redshirt freshman, sous pression avec une foule d’opportunités lorsqu’il fallait passer. Il a répondu à ces challenges de très belle manière (3350 yards à la passe, 20 TDs, 7 INTs) et revient aujourd’hui à Tallahassee sans son principal atout à ses côtés. Dalvin Cook (1765 yards à la course, 19 TDs ; 488 yards à la réception, 1 TD) a réalisé un ultime saison universitaire tout simplement sublime et a porté une large part de l’animation offensive tout au long de l’année. Désormais sur les bancs de la NFL, le true freshman 5-étoiles Cam Akers récupère la lourde tâche d’essayer de le remplacer. Le running back est un des athlètes les plus talentueux et prometteurs de la dernière classe de recrutement peut devenir une terrible arme dès ses débuts ; cependant, il ne peut pas égaler les performances de son illustre ainé, même avec la présence du junior Jacques Patrick avec lui ainsi que d’autres recrues 4-étoiles. La ligne offensive devrait les aider par intermittence, elle qui devrait afficher un niveau relativement similaire malgré la perte de deux bons éléments.

(Crédit photo : Mitch White-FSU Athletics)

Les performances de la ligne offensive seront très importantes pour le jeu aérien. Le départ d’une pièce aussi absorbante que Dalvin Cook tiendra un impact non-négligeable sur les défenses adverses, et si les sacks ne diminuent pas, Deondre Francois pourrait bien se trouver en difficulté. Le quarterback des Seminoles perd en effet trois de ses meilleurs receveurs en Travis Rudolph (849 yards à la réception, 7 TDs), Kermit Whitfield et Jesus Wilson. Les juniors Nyqwan Murray, Auden Tate et Ryan Izzo reviennent (1077 yards à la réception, 12 TDs en cumulé), ce qui est une bonne nouvelle, mais le reste des cibles aériennes demeure assez flou. Les sophomores George Campbell et Keith Gavin, anciennes excellentes recrues qui n’ont toujours pas délivré à l’université, ont la possibilité d’émerger au plus haut niveau.

Les autres équipes ayant mieux recruté que Florida State ces dernières années se compte sur les doigts de la main. Cela devrait assurer une transition quasiment sans vagues, d’autant plus que le retour de six titulaires n’est pas un chiffre effrayant. Un de ces retours s’avère par ailleurs être à la position la plus importante de l’attaque. Le quarterback Deondre Francois a de grandes chances de prendre une dimension supplémentaire à la charge des Seminoles. La véritable question revient sur les épaules de Cam Akers : est-il capable d’émerger tout de suite comme un bon remplacement à Dalvin Cook ?


Toute la défense revient et Derwin James aussi

Florida State n’a pas connu un début de saison particulièrement heureux. Dès la deuxième semaine de compétition, les Seminoles ont perdu son meilleur élément (de loin) et un des joueurs les plus transcendants du pays, Derwin James, à cause d’une blessure pour la totalité de la saison. La défense a sombré lors des week-ends suivant cette perte, causant deux des trois défaites face à Louisville et North Carolina. Mais le coordinateur défensif Charles Kelly a rapidement trouvé une solution.

L’effet a été remarquable : au cours de huit matchs suivant la déconvenue face aux Tar Heels, Orange Bowl inclus, Florida State n’a autorisé plus de 20 points à son adversaire qu’à deux reprises, contre Clemson et Michigan. Les Seminoles retrouvent désormais près de neuf titulaires ainsi que Derwin James. Cela permet d’imaginer les accomplissements les plus fous pour cette équipe et cette dernière peut aisément viser au titre officieux de meilleure défense de la conférence ACC.

Les lignes arrières peuvent d’ailleurs viser le statut de domination totale en cette nouvelle saison. Il était compliqué de s’attaquer aux hommes de Jimbo Fisher par les airs puisqu’une foule de defensive backs de talent veillait au grain. Le cornerback junior Tarvarus McFadden a joué de manière sublime (6 passes défendues, 8 INTs) aux cotés de Marquez White (4 passes défendues, 2 INTs), qui est le seul départ que le secondary subit. La safety A.J. Westbrook glisse désormais à l’extérieur afin de combler ce manque et d’accommoder le retour du fabuleux Derwin James à son poste de prédilection. Le senior Trey Marshall (58 plaquages, 2 TFLs, 4 passes défendues) et le second rideau dans sa totalité reviennent pour une nouvelle saison et permettent de composer une escouade aussi profonde que talentueuse et expérimentée, qui se trouve clairement parmi les meilleures au niveau national. La défense contre la passe sera compétitive face à n’importe quel groupe de receveurs. Qui plus est, un tel niveau aux postes de safety jouera afin de limiter les lacunes face à la course.

(Credit photo: Melina Vastola-USA TODAY Sports)

La défense au sol n’était pas d’une efficacité implacable. Elle a laissé passer bon nombre de courses, surtout sur de longues distances, mais le simple retour de Derwin James sur le terrain devrait aider à combler les brèches. En plus de cela, Florida State peut compter sur un excellent front-seven capable d’agresser le quarterback sans discontinuer. La ligne défensive est terrifiante avec les defensive ends Josh Sweat (7 sacks, 4.5 TFLs) et la future superstar sophomore Brian Burns (9.5 sacks), ainsi que les defensive tackles Derrick Nnadi et Demarcus Christmas (8 sacks, 5 TFLs, 6 passes défendues). Ils peuvent monopoliser l’attention de leurs adversaires et ouvrir des opportunités pour les linebackers, qui reviennent dans leur totalité pour leur année senior derrière Matthew Thomas (77 plaquages, 10 TFLs, 2 passes défendues).

Les Seminoles possèdent tous les éléments pour rebondir durablement et accéder à un niveau défensif proche de l’élite. Mêler un pass rush effrayant à un secondary incroyablement talentueux et vous tenez la recette du succès au plus haut niveau. L’effectif perd au même moment la jeunesse qui le desservait l’année dernière. Il devient virtuellement impossible de douter de la défense de Florida State.


Pronostics de performance

L’effectif des Seminoles peut être considéré comme un des plus talentueux de la nation, des deux côtés du terrain, et ce malgré la perte du running back vedette Dalvin Cook. Son futur remplaçant ne devrait pas toucher de sitôt à des performances identiques mais l’animation offensive peut compter sur le retour de Deondre Francois afin d’égaler un niveau plus ou moins identique. Florida State détient également une défense proche de l’élite nationale avec de superbes playmakers à tous les niveaux.

Simplement sur le papier, en ne regardant que la qualité de l’effectif, Florida State peut facilement viser une place au College Football Playoff avec un premier titre de conférence ACC au compteur depuis trois ans. Malheureusement, le calendrier vient se mettre en travers de la route de Seminoles potentiellement fantastiques. Un tel niveau n’est pas nécessairement suffisant lorsqu’il faut affronter les deux derniers finalistes nationaux en dehors de ses propres bases.

Alabama et Clemson sont effectivement au programme de cette saison. Il faudra affronter le terrifiant Crimson Tide dès l’ouverture de saison, dans le cadre du Chick-fil-a Kickoff Game dans le tout nouveau Mercedes-Benz Stadium d’Atlanta, puis se rendre en plein mois de novembre sur le campus du dernier champion national. Ce déplacement chez les Tigers revêt énormément plus d’importance que le match face aux hommes de Nick Saban : le titre de division Atlantic, et donc le titre de conférence ACC sera en jeu. Une défaite et tous les plus grands espoirs disparaitront.

Toutefois, rien n’est perdu. Bien que la confrontation face à Alabama semble vouée à l’échec, le résultat contre l’équipe de Clemson se jouera certainement à pile ou face. Il serait cependant dangereux de ne pas prendre au sérieux les réceptions de Miami (FL) et de NC State en septembre, de Louisville en octobre et le voyage chez le rival de Florida en conclusion d’année. Quoi qu’il en soit, le plateau des 10 victoires semble (quasiment) une certitude, au même titre qu’une nouvelle qualification pour un Bowl du Nouvel An. Par contre, pour le College Football Playoff…

Plus de lecture ?
Fiesta Bowl Clemson vs Ohio State 2016
#2 Ohio State ou #3 Clemson : quelle équipe pour remporter le Fiesta Bowl ?