Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !
(Crédit photo : Chris O'Meara-Associated Press)

CFB Preview : Clemson, si proche (un seul joueur) de conserver son titre national

Une nouvelle saison de football universitaire s’approche et Midnight on Campus vous propose un stage de préparation adéquat. Avec l’aide des travaux de Bill Connelly et de Phil Steele, plongez au coeur des principales équipes et conférences grâce à une foule de présentations complètes et précises.

On a observé les Tigers grandir au fil des années sous la houlette de Dabo Swinney. Clemson a grimpé les échelons un par un : accomplir une saison à plus de 10 victoires, remporter un Bowl du Nouvel An, se qualifier pour le College Football Playoff et finalement, atteindre le septième ciel. Ou plus précisément le second titre national de l’histoire de l’université en 2016, au terme d’une finale devenue légendaire avec une victoire face à Alabama en inversant un déficit de plus de 10 points.

La saison n’a pourtant pas été de tout repos. Clemson s’est retrouvé au bord du gouffre face à Troy, Louisville, NC State et Florida State avant qu’une défaite surprise contre Pittsburgh ouvre une petite incertitude. Ce revers a possiblement été l’élément déclencheur des Tigers. Ils ont franchi une nouvelle barrière par la suite et ils ont atteint un niveau de jeu absolument formidable. Les hommes de Dabo Swinney ont été les meilleurs de toute la ligue au moment où cela comptait le plus, en fin de saison. Demandez à Ohio State ce que cela fait de subir une défaite de 31 à 0 (!) lors des Playoffs.

Partez à la découverte des forces, des faiblesses, des points marquants du programme de football des Tigers de Clemson en vue de la saison prochaine, classements et pronostics à l’appui.


Le remplaçant de Deshaun Watson aura de grandes chaussures à remplir

L’animation offensive de Clemson était certainement la plus efficace du pays l’an dernier. Et possiblement l’année précédente, aussi. La recette employée par Dabo Swinney en attaque est aussi innovante que dévastatrice. Il se repose sur des concepts spread qu’ils modifient pour y incorporer un jeu de course puissant et vertical ainsi qu’un jeu aérien cumulant les passes courtes pour mieux exploser en profondeur. Ces plans de jeu sont extrêmement exigeants pour l’ensemble de l’effectif mais il faut avouer que posséder des éléments transcendants à chaque position aide un peu.

Les Tigers ont été propulsés sur le devant de la scène nationale, en partie, grâce à une attaque qu’il était presque impossible à faire déjouer. Certains ont essayé mais ils s’y sont cassés les dents. Malheureusement, il faut aujourd’hui remplacer trois des meilleurs receveurs, le meilleur running back et surtout, le meilleur quarterback que l’université a hébergé depuis sa création. Tous figuraient parmi les premières places à leur position respective au sein de la ligue ; les petits nouveaux ne manquent pas de talent.

Il s’agit d’une bonne nouvelle que les nouveaux contributeurs principaux soient arrivés du lycée avec un statut de 4- ou 5-étoiles. La relève est assurée, tout du moins du point de vue du potentiel. Les running backs perdent leur star en la personne de Wayne Gallman (1133 yards à la course, 17 TDs) mais les juniors C.J. Fuller et Adam Choice restent à disposition. Ces derniers affichent davantage des qualités de coureurs puissants et fatigants ; le rôle pour amener une dimension explosive est remis au sophomore Tavien Feaster. Les trois joueurs se sont séparés également les ballons l’an dernier, cependant, Tavien Feaster devrait se révéler comme le prochain leader au sol des Tigers. Une situation identique se profile chez les receveurs. Les options ne manquent pas pour remplacer la triplette exceptionnelle composée de Mike Williams (1361 yards à la réception, 11 TDs), Jordan Leggett (736 yards à la réception, 7 TDs) et Artavis Scott (614 yards à la réception, 5 TDs). Deon Cain devrait prendre le relais au poste de leader, accompagné de Hunter Renfrow et Ray-Ray McCloud. Les trois juniors ne manquent pas d’expérience, grâce à leur ancienne place de remplaçants, et devraient combler la production dans les airs, surtout si l’on ajoute l’apparition d’une ou deux nouvelles têtes.

(Crédit photo : Bart Boatwright-Greenville Online)

C’est bien beau d’accumuler les armes offensives, mais sans quarterback, cela ne sert à rien. Le fabuleux Deshaun Watson (4593 yards à la passe, 41 TDs, 17 INTs ; 626 yards à la course, 9 TDs) n’a pas remporté le Heisman Trophy, un manque qu’il a comblé avec un titre de champion national et un flopée de récompenses personnelles. Le quarterback s’en est allé justement pour la NFL et laisse un vide impossible à remplir. La place de titulaire semble incomber au junior Kelly Bryant, bien que le true freshman 4-étoiles Hunter Johnson et le redshirt freshman 4-étoiles Zerrick Cooper. Kelly Bryant est un excellent coureur dont on connait rien de ses capacités à lancer. Ce pourrait être un problème, d’autant plus si un des deux arrivants émerge lors de l’intersaison.

Les qualités de coureur de Kelly Bryant, assemblées à la présence d’un possible prodige en Tavien Feaster au poste de running back, permettraient de constituer une animation offensive centrée sur le jeu au sol des plus dangereuses. Il ne faut pas oublier que la ligne offensive sera possiblement la meilleure de la conférence ACC. Cela semble suffisant pour remporter la plupart des rencontres, mais insuffisant face aux meilleures équipes. Il faudra obligatoirement passer et l’émergence d’un quarterback à l’aise avec son bras devrait être la clé d’une transition complètement réussie.


Pfiou, cette ligne défensive est juste monstrueuse

Clemson n’a pas toujours été une excellente équipe défensive. L’arrivée de Brent Venables au poste de coordinateur défensif a énormément joué dans la progression des Tigers de ce côté du terrain. Ces derniers alignent saison après saison un effectif capable de produire des performances incroyables et tellement dominantes. L’efficacité est généralement le maitre mot à travers l’ensemble de l’escouade et en 2016, le secondary est devenu la position suprême. Ce pourrait changer en cette nouvelle saison, sans que la défense ne régresse.

Brent Venables domine son sujet de telle manière qu’il arrive à maintenant une défense à un niveau élite malgré le retour de seulement trois et quatre titulaires, comme ce fut le cas en 2015 puis en 2016. Il n’a pas eu à bosser autant en cette intersaison en ne perdant que quatre titulaires d’une équipe qui s’est hissée superbement jusqu’au titre national. Ces départs concernent les meilleures joueurs, bien que cela ne change pas des années précédentes.

Tout commence par la ligne défensive, et Dieu qu’elle est effrayante. Elle peut être considérée comme une des meilleures lignes du pays à ce jour et ne perd “que” le defensive tackle Carlos Watkins (82 plaquages, 10.5 sacks, 3 TFLs). L’excellent junior Christian Wilkins devrait compenser ce départ plutôt facilement (3.5 sacks, 9.5 TFLs, 10 passes défendues) et il faut encore ajouter à cet élément les deux prochaines stars défensives de Clemson, Clelin Ferrell et Dexter Lawrence, qui ont combiné 13 sacks et 9 TFLs lors de leur année de true freshman ! La combinaison de ces trois joueurs peut littéralement renverser n’importe quelle ligne offensive de la ligue et ce n’est sans compter sur les remplaçants. Les linebackers pourront se faire plaisir comme jamais derrière eux. Le senior Dorian O’Daniel, le junior Kendall Joseph (124 plaquages, 3.5 sacks, 10 TFLs) ainsi que les sophomores 4-étoiles Tre Lamar et Chad Smith seront en capacité de nettoyer les quelques erreurs de la ligne et d’impacter réellement face à la course. Le seul souci demeure le départ de son cerveau et de son leader incontesté, Ben Boulware (131 plaquages, 4 sacks, 7.5 TFLs). L’expérience et la certaine continuité du front-seven devraient aider à combler les pertes, si ce n’est permettre une progression.

(Crédit photo : David Rosenblum-Getty Images)

La défense contre la passe s’est révélée comme la véritable force des Tigers sur ce côté du terrain. Certes, elle a bénéficié d’un superbe pass-rush pour réaliser de telles performances mais cela ne doit en rien enlever au talent des defensive backs. Aujourd’hui, ils doivent composer avec la perte des deux meilleurs joueurs, le cornerback Cordrea Tankersley (6 TFLs, 11 passes défendues, 4 INTs) et le safety Jadar Johnson (7 passes défendues, 5 INTs). Le très bon junior Van Smith devrait remplacer ce dernier de manière adéquate tandis que les cornerbacks Ryan Carter, Mark Fields et Trayvon Mullen se partageront les tâches sans trop de difficultés. Et puis de nombreux remplaçants joueront les solutions de sécurité au cas où.

Le secondary semble se diriger vers une petite régression, rien de bien méchant. Cependant, avec un meilleur pass-rush, Clemson peut limiter la perte de performances et aider ses nouvelles têtes à émerger en tant que véritable arme défensive. Si tel est le cas, il n’existe aucune raison pour que les Tigers perdent leur statut de défense élite et quittent les plus hauts rangs nationaux. La conférence ACC peut se faire du souci et la ligne défense en est la raison principale.


Pronostics de performance

On sait désormais ce dont Clemson est capable. A la suite de deux participations au College Football Playoff de suite, à chaque fois terminée en finale nationale et la seconde remportée, les Tigers doivent être considérés comme des prétendants au titre à chaque saison. Dabo Swinney & co. ont construit une véritable machine à gagner (28 victoires en deux saisons) et le recrutement atteint des sommets depuis quelques temps. L’effectif est extrêmement talentueux et reste tel quel malgré les départs en masse vers la ligue professionnelle.

Les meilleurs joueurs s’en vont, mais ils sont les seuls à quitter le campus de Clemson. Tout le reste de l’effectif revient pour une nouvelle saison, ce qui est une situation largement plus favorable que ce que les Tigers ont connu les deux dernières années. La défense continuera à jouer avec l’excellente alors que l’attaque se dirige vers une légère baisse de niveau. Les nouveaux contributeurs devront performer tout aussi bien que leurs prédécesseurs… sauf au poste de quarterback. Personne ne peut remplacer Deshaun Watson et le prochain titulaire ne performera assurément pas au même niveau, quel qu’il soit.

L’émergence du nouveau quarterback décidera des résultats finaux de Clemson. Il ne faut pas chercher plus loin pour rationaliser les performances futures. Pour ne rien arranger, il faudra affronter Auburn, Louisville et Virginia Tech dès le mois de septembre. Une solution est nécessaire immédiatement si les Tigers veulent conserver leur titre national. Cela reste tout de même jouable avec une seule défaite mais il ne faut pas oublier que Florida State doit se déplace à Clemson en novembre pour décider du champion de division Atlantic, de conférence ACC et probablement de qualifié pour le College Football Playoff si tout va bien.

Si le nouveau quarterback distille des performances correctes, le plateau des 10 victoires reste une vraie possibilité et un voire deux coups majeurs peuvent être considérés s’il évite les erreurs. Un début de saison immaculée sera un excellent signe pour le futur mais la saison rendra son verdict face aux Seminoles. Et si l’expérience n’accouche pas des plus grandes espérances, le quarterback 5-étoiles Trevor Lawrence pose ses valises à Clemson en 2018 avec la majorité de l’équipe actuelle.

Plus de lecture ?
MWC Mountain West Conference Logo Football 2019
La fermeture des campus de California State a-t-il un impact sur la reprise du football ? (oui et non)