Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !
Patrick Surtain CB Alabama Crimson Tide vs Texas A&M Week 5 2020
(Crédit photo : Alabama Crimson Tide Athletics)

“Best Team of the Week” : la puissance d’Alabama est toujours bien vivante

A chaque semaine de cette saison de football, la rédaction décernera le titre de “Best Team of the Week” à une équipe. Ce ne sera pas forcément la meilleure équipe, mais, aussi celle qui nous a fait la meilleure impresion. Le lauréat de la Week 5 : Alabama.

Avec une saison tronquée, reportée, décalée ou même biaisée avec la pandémie du COVID-19 aux Etats-Unis, il est d’autant plus difficile de trouver des favoris pour le titre national en football universitaire. Tant de facteurs doivent être pris en compte et agissent de manière différente sur les équipes.

Mais, une chose est et demeure immuable : Alabama fait partie de cette shortlist de grands favoris.

Le Crimson Tide affrontait son premier test majeur de la saison, face à Texas A&M, dès la seconde semaine de compétition en SEC. La faute à un calendrier raccourci. Et, pourtant, les hommes de Nick Saban sont (déjà) apparus en grande forme face à des Aggies qui n’ont pas pu grand chose.

On attend le retour de Texas A&M en haut de l’affiche depuis l’arrivée de Jimbo Fisher à College Station. On espère le déclin d’Alabama depuis que ces derniers monopolisent les premières places.

Sauf que le constat est le même : la SEC West reste le chasse gardée du Crimson Tide.

Mac Jones et ses drôles de receveurs

La blessure puis l’inscription de Tua Tagovailoa à la NFL Draft n’inauguraient pas un futur radieux au poste de quarterback d’Alabama.

Trouver un remplaçant au meilleur quarterback de l’histoire de l’université, était-ce vraiment une mission impossible ? Les départs de receveurs superstars Jerry Jeudy et Henry Ruggs causeraient-ils également des torts à l’animation offensive ?

Pas tant que cela, au final.

Mac Jones a patiemment attendu son tour et, après un tour de chauffe inespéré en fin de saison dernière, il a repris la direction de l’attaque du Crimson Tide en 2020. On ne savait pas où il mettait les pieds ou ce qu’il valait ballon en mains. En somme, on ne connaissait pas sa réelle valeur. Les doutes étaient permis.

Cependant, le quarterback redshirt junior a fait en sorte de s’introduire en bonne et due forme à la nation. Et, rapidement, Texas A&M s’est retrouvé dans le champ des débris.

Première passe de la rencontre ?

Une bombe de 78 yards conclue en touchdown par John Metchie III. Autant dire que cela fixe la barre très haute pour le reste de la partie. Et, surtout, il n’a pas déçu.

Texas A&M a tenté de mettre en défaut le “point faible” d’Alabama à plusieurs reprises. Parfois, cela a fonctionné. Mac Jones a lancé une interception en début de rencontre à proximité de son propre en-but, qui a amené les Aggies à égaliser (14-14) et à renforcer leurs espoirs d’upset sur le campus de Tuscaloosa.

Sauf que, à partir de ce moment précis, tout est parti à vau-l’eau chez les visiteurs.

Mac Jones a sorti une seconde partition chirurgicale en autant de matchs et termine avec 20/27, 435 yards (record en carrière) et 4 TDs. Si l’on inclut ses 4 dernières titularisations face à Auburn, Michigan, Missouri et donc Texas A&M, il tourne à 69.6% de réussite pour 1.346 yards, 13 TDs et 3 INTs.

Le même territoire que celui qu’occupait un certain Tua Tagovailoa.

Tout le monde veut dire que Alabama n’est pas de retour. Je pense qu’on a prouvé après les deux premiers matchs que l’on continue de s’améliorer. Tu ne peux pas aller dans l’arène et être affecté par tes émotions. Tout le monde doit faire son boulot.

La défense pourrait dire la même chose. Fais ton boulot sur chaque action.

Joue avec tes émotions, mais, ne sois pas affecté par celles-ci.

admet Mac Jones à la suite de la victoire d’Alabama contre Texas A&M.

Le plus effrayant dans la prestation d’Alabama n’est pas forcément l’émergence d’un nouveau quarterback de (grand) talent. Bien que ce soit un peu déroutant, certes. Il surtout faut retenir que les playmakers offensifs, et notamment les receveurs, sont toujours autant efficaces et transcendants.

Le sophomore John Metchie III s’est révélé comme une future superstar avec 5 réceptions, 181 yards et 2 TDs (de 78 et 63 yards de distance).

Le junior DeVonta Smith est aussi adroit que rapide, ce qui veut dire beaucoup.

Et le junior Jaylen Waddle a une nouvelle fois montré que peu (aucun ?) de receveurs ne peuvent rivaliser avec sa vitesse de pointe absolument fascinante.

Plus les années passent et plus Alabama s’éloigne d’une attaque focalisée sur le jeu au sol et le contrôle de l’horloge pour une animation offensive qui favorise les big plays et la domination aérienne.

Il faut dire que cela aide de jouer avec de telles bombes aux postes de receveurs.

Alabama retrouve (enfin) une défense physique et terrifiante

Le tournant de la rencontre a lieu au cours du second quart-temps.

Et celui-ci émerge de la défense, pour changer.

Le cornerback Daniel Wright ne plaque pas Ainias Smith et le running back sophomore de Texas A&M longe la ligne de touche au millimètre près. Il s’envole pour un touchdown qui laisse les tribunes du Bryant-Denny Stadium sans voix. On se doute que Nick Saban ne doit pas être très heureux d’un tel effort.

D’autant plus que Mac Jones commet une erreur dans la foulée et replace les Aggies dans le combat.

Toutefois, le fil de la rencontre échappe des mains des texans aussi vite qu’ils ont retrouvé un brin d’espoir. Najee Harris redonne de l’air au Crimson Tide dans un premier temps. Et, face à la pression, Kellen Mond force une passe sur 3rd & 13 et est intercepté par Daniel Wright.

Le cornerback se rattrape de sa bévue et inscrit un pick-six. +14, Alabama.

Texas A&M tente le tout pour le tout dès la série suivante. Mais, les Aggies échouent sur 4th & 2 avec un vilain drop et rendent le cuir aux locaux. Mac Jones ne se fait pas prier. Il tue les derniers petits espoirs de Jimbo Fisher en moins d’une minute avec un nouveau touchdown éclair avant la pause.

+21, Alabama. Bonne soirée et au revoir.

Le plus notable dans cette victoire d’Alabama est le retour en puissance de la défense du Crimson Tide. Et, oui, je souligne tout particulièrement l’utilisation du mot “puissance”.

La rotation de la ligne défensive semble avoir retrouvé la solidité des années passées. Les hommes changent d’action en action et le pass-rush apparait toujours aussi dangereux. Kellen Mond a été secoué du début à la fin de la partie. Et la même situation peut être observée du coté des linebackers.

Mieux, les linebackers apparaissent encore meilleurs.

Le retour de blessure du potentiel All-American Dylan Moses, l’implantation de Christian Harris après une saison freshman très prometteuse et la prise de position de Christopher Allen avec un temps de jeu substantiel obtenu en 2019 sont autant de bonnes nouvelles qu’ils amènent de l’expérience et leurs qualités de playmakers.

Et les safeties participent également au contrôle du milieu du terrain avec férocité.

Un plaquage de Jordan Battle en un-contre-un illustre parfaitement la puissance retrouvée du Crimson Tide. Comme une déclaration de retour de la défense d’Alabama aux affaires sérieuses.

Il enfonce Kam Brown dans l’herbe, sans ménagement, alors qu’il arrivait lancé.

Ouch.

Texas A&M a essayé de titiller Alabama. Mais, les texans ont échoué. Et, le Crimson Tide envoie un message fort (et puissant) à ses adversaires. La conversation pour le titre national ne peut se dérouler sans eux et il faut certainement compter avec eux pour le College Football Playoff, même au cours d’une saison exceptionnelle.

En résumé ?

  1. Une 19ème victoire consécutive pour l’ouverture de saison à domicile.
  2. Nick Saban n’a toujours pas perdu (20-0) face à l’un de ses anciens assistants, comme l’était Jimbo Fisher.
  3. La recette du succès d’Alabama ne change pas.
Plus de lecture ?
Terry Wilson QB Kentucky Wildcats vs Auburn Week 4 2020
“Zooming On” : des promesses à Kentucky malgré la défaite à Auburn