Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !
Brady McBride QB Texas State Bobcats vs SMU Week 1 2020
(Crédit photo : Tim Warner - Getty Images)

“Best Team of the Week” : Texas State a tenu la dragée haute à SMU

A chaque semaine de cette saison de football, la rédaction décernera le titre de “Best Team of the Week” à une équipe. Ce ne sera pas forcément la meilleure équipe, mais, aussi celle qui nous a fait la meilleure impression. Le lauréat de la Week 1 : Texas State.

Certaines équipes n’étaient pas prêtes pour la reprise du football universitaire après un été malmené par la pandémie du COVID-19. D’autres équipes l’étaient. Texas State fait assurément partie de cette seconde catégorie.

Les Bobcats ont joué les yeux dans les yeux avec SMU.

Malgré la défaite subie (24-31), les troupes de Jake Spavital ont livré une très belle bataille pour le premier match à la télévision nationale (ESPN) de l’histoire de l’université. Un score à égalité à la pause, un déficit maximal de 10 points et une tentative manquée de onside kick pour tenter une dernière fois de revenir à hauteur des Mustangs. En somme : Texas State s’est révélé être l’acteur principal du seul match compétitif de la Week 1.

SMU était un favori de 23 points avant la rencontre. Mais, ces Bobcats ne ressemblent en rien à ceux de 2019, qui ont conclu la saison avec un record piteux de 3-9.

La conférence Sun Belt n’a qu’à bien se tenir.

Avec Brady McBride, l’émergence d’une attaque spectaculaire

Certes, la raison principale de la compétitivité de Texas State face à SMU est la performance remarquable de la défense.

L’animation offensive ultra-productive des Mustangs a été solidement maintenu en étau et a marqué près de 10 points de moins en comparaison à la moyenne de 2019 (41.8). C’est d’autant plus remarquable que, avec la situation actuelle et le manque d’entrainements au cours de l’intersaison, les défenses devraient être encore plus en retard en terme de préparation que les attaques.

En tout cas, Texas State n’était pas en retard pour forcer des turnovers.

Un fumble forcé devant sa propre ligne d’en-but pour empêcher un touchdown. Un stop sur 4th down dès la série suivante. Et, au total, 2 interceptions réalisées par Kordell Rodgers et Grid Isidore Jr. en seconde période.

Une défense aussi opportuniste ne se présentera pas à chaque semaine. Cependant, face à la jeunesse de l’effectif, c’est clairement de bonne augure.

Nous sommes une équipe toute neuve, comme je le rappelle souvent avec le remplacement de la moitié du roster [54 nouveaux joueurs ; ndlr]. Nous avons commis beaucoup d’erreurs de rookie. Mais je suis fier de la façon dont ils ont joué. On doit continuer à jouer avec une telle intensité et à améliorer notre physicalité.

Nous ne jouons toujours pas à notre meilleur niveau. Et on doit continuer à aller de l’avant.

décrit le head coach des Bobcats, Jake Spavital, auprès du Austin American-Statesman.

Toutefois, l’intrépidité de l’attaque des Bobcats est ce qui a le plus surpris.

Et le meilleur exemple de cette attitude est la réception spectaculaire du receveur senior Jeremiah Haydel en conclusion de la première mi-temps. Il égalise à 14-14 avec une sublime réception acrobatique à une main pour un touchdown dans le fond de l’en-but. Déjà en lice pour l’une des plus belles réceptions de la saison.

Le quarterback Brady McBride, à l’origine de cette action spectaculaire, n’a pas été en reste au cours de la partie.

Redshirt sophomore en provenance de Memphis sur transfert, il a débuté derrière le centre de Texas State pour la première fois de sa carrière contre SMU. Les premières minutes n’ont pas été exceptionnelles. Mais, dès qu’il a pris la mesure des Mustangs, il est arrivé à faire valoir ses qualités de mobilité et d’improvisation digne d’un vrai gunslinger. Et les prises de risque ont régulièrement payé.

Il termine avec 227 yards à 21/39, 2 TDs et 1 INT. Surtout, il est apparu comme le leader offensif des Bobcats et l’optimisme est de mise autour de lui sur le campus de San Marcos.

[La défaite] pique évidemment parce que vous voulez toujours gagner en tant que compétiteur. Toute notre équipe veut gagner. Mais cela montre aussi toute l’optimisme du programme. On ne va pas se faire rouler dessus. On va se battre et jouer à fond.

précise Brady McBride, le quarterback titulaire des Bobcats, selon le journal local du San Marcos Daily Record.

C’est peut-être une conséquence directe de la faible défense de SMU pour contenir les jeux de course adverses. Mais, l’animation offensive au sol de Texas State a sorti une performance des plus encourageantes.

Le junior Brock Sturges (14 portées, 95 yards, TD) et le redshirt sophomore Calvin Hill (13 portées, 100 yards) ont tous les deux opéré leurs débuts dans le backfield des Bobcats avec succès. Avec 189 yards au total à la course face à SMU, ils ont tout simplement doublé le total de yards au sol par rapport à 2019 (76.8). C’était un pan qui manquait cruellement à l’attaque pour jouer décemment.

Cette progression n’est pas anodine.

La ligne offensive a proposé une prestation très solide ; tout en sachant que certains liniment ont été forcés à jouer en tant que tight end puisque ces derniers (7) ont été placé en quarantaine préventive à cause du COVID-19.

Surtout, le plan de jeu de Jake Spavital s’installe doucement à la suite d’une première saison compliquée à San Marcos l’an passé.

Jake Spavital peut-il réussir à Texas State ?

Si vous ne le connaissez pas, Jake Spavital ne sort pas de nulle part.

Il a été formé à l’école de l’Air Raid Offense depuis ses débuts. Après une carrière de joueur à Missouri State, il tombe dans les filets de Gus Malzahn à Tulsa dès 2008. Il se rapproche de Houston dès la saison suivante où il a été un assistant de Kevin Sumlin et Dana Holgorsen, descendant direct de Hal Mumme à Valdosta State. C’est à ce moment-là qu’il tombe dans la marmite de l’Air Raid.

Jake Spavital a ensuite suivi Dana Holgorsen entre Oklahoma State (2010) et West Virginia (2011-12). Il y était l’entraineur des quarterbacks à l’époque de l’explosion de Geno Smith. Son ascension fulgurante prend une nouvelle dimension en 2013. Kevin Sumlin le rappelle afin qu’il devienne le coordinateur offensif de Texas A&M. Il entraine un certain Johnny Manziel en 2013 et conserve son poste jusqu’en 2015.

A la suite de la controverse entre Kyle Allen et Kyler Murray au poste de quarterback, Jake Spavital quitte les Aggies et retombe à California. Mais, dès la fin de la saison en 2016, Sonny Dykes est renvoyé et il doit trouver une nouvelle maison.

Dana Holgorsen l’accueille à nouveau à West Virginia. Et, après deux saisons réussies, Jake Spavital obtient son premier poste de head coach à Texas State en 2019.

L’influence de l’Air Raid n’est pas encore visible avec les Bobcats.

Ceci dit, sa longue expérience en tant qu’entraineur des quarterbacks se repère déjà avec Brady McBride. Le signal-caller de Texas State infuse l’improvisation qui a rendu célèbre Johnny Manziel ou Kyler Murray ; pour ne citer que les quarterbacks mobiles qui ont joué sous la houlette de Jake Spavital.

Est-ce que ce dernier peut réussir à Texas State ?

C’est certain qu’il beaucoup plus compliqué de gagner et de connaitre la réussite sur le plan national avec Texas State plutôt qu’à Houston, West Virginia ou Texas A&M. Le talent est bien moindre, la visibilité est quasi-nulle et une équipe de Sun Belt n’a qu’une chance infime de jouer un Bowl du Nouvel An (et encore moins le College Football Playoff).

Cependant, si les Bobcats affichent le même niveau en Sun Belt que face à SMU, ils peuvent clairement jouer un coup intéressant dans la course au titre de conférence.

En quête d’un upset en Sun Belt ? Texas State pourrait rapidement devenir un choix privilégié.

Plus de lecture ?
Zac Thomas QB Appalachian State Mountaineers vs Louisiana Sun Belt Championship 2019
“CFB Preview” : présentation de la conférence Sun Belt