Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !
C.J. Jackson UMass Minutemen 2019-20
(Crédit photo : UMass Athletics)

C.J. Jackson (ex-UMass) : “je cherche un environnement où l’ambiance est familiale”

En plein coeur de l’intersaison, Midnight on Campus se projette déjà sur la prochaine saison de basketball ; en se basant sur le fait qu’elle aura lieu, bien sûr. Cette période permet d’aborder les (potentielles) stars de demain : nos “Diamants Bruts”. 

Et ces perles peuvent prendre plus d’une forme différente.

De futurs talents qui ont connu une saison de freshman ou sophomore intéressante et qui tentent de (re)lancer leur cursus dans une nouvelle école. Des prospects de Junior College qui arrivent en NCAA. Ou, plus classique, des prospects de la prochaine promotion de recrutement.

Aujourd’hui, on part à la découverte d’un jeune joueur qui n’a pas eu sa chance à UMass et qui a décidé de rejoindre un autre projet sportif : C.J. Jackson.

Nous avons eu la chance de s’entretenir avec lui et nous sommes intéressés sur sa saison, son processus de recrutement ou encore un petit inside sur l’annonce de sa prochaine université.

Pour lire la retranscription complète en anglais :

MoC : Could you introduce yourself for our readers who don’t know you ?

C.J. Jackson : My name is C.J. Jackson and I’m a 6’7 200 pounds guard from Atlanta, GA.

MoC : You just announced your decision to transfer after only one season at UMass. Do you feel that you made a mistake ? Was it a great experience anyway ?

CJ : I feel that my freshman year at UMass wasn’t a mistake because I learned a lot. I just missed out on the chance to play in games throughout the year.

MoC : It must be frustrating to switch from the role of an important player to a bench player in one year. How do you manage this situation on a day-to-day basis, which is fairly new for you, but which occurs to many freshmen players ? 

CJ :  Managing my role at UMass was hard just like it would be on anybody else who wasn’t playing, but I put the team first and just tried to do everything I could to still help the team.

MoC : What have you learned during your first season at UMass ? Both on and off the basketball court ?

CJ : My first year at UMass taught me a lot both on and off the court. I learned how to manage your time being a college athlete, I learned how to really work had and dedicate time to your craft and I learned the importance of the weight room.

MoC : Now, about the recruiting process. I am quite curious : how does this process take place with the current sanitary crisis (Coronavirus) ? Is it difficult to make a choice without on-campus visits and without face-to-face human contact with the coaching staff ?

CJ : The recruiting process has been different with the coronavirus but its still kind of the same. Coaches can still call and text you and build relationships that way, the only difference is we can’t come on campus for official visits. 

MoC : What would be your criteria in choosing a « new home » during this process ?

CJ : In my new home, I’m looking for a place that feels like family, a place where the coaching staff believes in me and will let me play my game and a place where I can impact the team and help win a lot of games.

MoC : As we speak, do you have any concrete contact with programs ? Have you set up a deadline for your announcement ?

CJ :  I’ve gotten alot of calls from many different schools and I’ve narrowed my list down. I plan to commit sometime soon, probably around April 13th.

MoC : By any chance, if a Division I head coach comes across this interview, could you describe your profile as a basketball player, strengths and weaknesses included ?

CJ : For any coach that comes across this, I’m a big guard at 6’7 who can do everything really. I can make plays for my teammates and myself, I can rebound well for my position, I work hard on defense and I’m very unselfish and will always put the team first.

MoC : Thank you for taking the time to answer my questions. We hope to see you quickly on the court, and that you can show your talent. You can have the last word. Feel free to thank anyone or leave a message to anyone. 

CJ : Thank you to everybody who has helped me so far and been in my corner since the beginning. It means the world to me.

A UMass, une première saison assez… frustrante

Première chose : C.J. Jackson est un pur produit d’Atlanta.

Il a réalisé un cursus de 3 ans à Greenforest High School avant de prendre la direction de Athens Prep, dans le Tennessee (en Prep School). Il se met en évidence aux yeux des scouts dans l’Etat voisin et passe régulièrement la barre des 20 points. Il a notamment sorti une belle performance contre Saint Louis Christian avec 23 points et 8 rebonds.

En Prep School, il surfe sur ses 3 ans au lycée, mais, avec beaucoup plus de spotlights. Une route intéressante qui profite au natif de l’Etat de Géorgie. Il tape en effet dans l’œil de Matt McCall à UMass, qui en fait une priorité… et qui emporte son engagement.

C.J. Jackson prend la direction du Massachusetts et les fans s’en réjouissent tant le joueur est prometteur.

Avec un joueur à l’aise en attaque, tout le monde a hâte de le voir en action. Et il démontre l’étendue de son talent au cours de la pré-saison. Il apparait sous son meilleur jour malgré un temps de jeu minime ; ce qui est assez normal à ce stade de la saison.

Mais, une tuile arrive.

C.J. Jackson se blesse juste avant le début de la saison (le pire moment) et il connait une première partie de saison délicate. Il a pris du retard dans la préparation. Il doit batailler dur avec une concurrence accrue à son poste.

Résultat : seulement 8 minutes de jeu sur l’ensemble de ses 11 premiers matchs et un nouveau statut de joueur assis tout au bout de banc. C’est assez nouveau pour lui ; mais, il vit, malgré tout, bien une telle situation tant il est apprécié hors des parquets.

C’était vraiment dur comme situation. Comme chaque joueur qui ne joue pas. Mais j’ai mis l’équipe en premier et j’ai essayé de me rendre le plus disponible possible pour aider mon équipe au maximum.

explique C.J. Jackson au micro de Midnight on Campus.

Alors qu’il revient bien de blessure, son temps de jeu reste infime. Il n’a pas eu l’opportunité de se battre pour sa place à armes égales, ce qui est assez frustrant, mais logique dans la philosophie d’un head coach. Au final, C.J. Jackson termine sa saison de freshman avec une moyenne de 1.5 points en 5 minutes, pour un total de 15 apparitions.

Les attentes de pré-saison sont très loin. Mais, C.J. Jackson reste positif avec cette première expérience à UMass.

Ma première saison à UMass m’a appris beaucoup de choses, que ce soit sur le parquet mais aussi en dehors.

J’ai notamment appris la vie d’un étudiant-athlète et comment bien gérer son temps entre le coté scolaire et sportif. De plus, j’ai travaillé dur et j’ai aussi compris l’importance de la musculation pour fortifier mon corps. Cet aspect est tellement important.

ajoute-t-il par la suite.

Un départ inéluctable et un transfert atypique

A l’image de certains programmes, UMass connait un printemps difficile avec des départs en masse.

C.J. Jackson, tout comme une large partie de ses coéquipiers, a annoncé sur Twitter qu’il allait changer d’air avec un nouveau challenge. Il ouvre un nouveau processus de recrutement. Mais, est-ce que cela se déroule comme d’habitude avec la crise sanitaire actuelle ?

Plus ou moins, selon lui.

Le processus est différent, oui, mais de manière générale, cela reste plus ou moins la même chose.

Les entraineurs peuvent vous appeler et vous envoyer des messages, donc, vous avez encore cette relation de confiance qui est imaginable.

La seule chose qui change, c’est qu’on ne peut pas visiter les campus.

révèle C.J. Jackson sur le système de recrutement à l’heure du COVID-19.

Plusieurs programmes sont rapidement entrés en contact avec lui.

La grande majorité évolue en Mid-Majors avec UNC Greensboro, Mercer, NcNeese State, Wofford, Northeastern ou Tulane. Il a donc l’embarras du choix pour poursuivre son cursus universitaire. Preuve que sa cote reste importante malgré une première saison délicate.

Alors, quels sont les critères de sélection avez autant d’offres sur la table ?

Je cherche avant tout un environnement où l’ambiance est familiale et où le coaching staff croit en moi, me sublime et me laisse jouer mon jeu. Un programme où je peux avoir un impact positif et dans lequel je peux aider à gagner des matchs.

J’ai eu des contacts avec des universités et j’ai désormais une liste finale.

Je prends mon temps dans ma décision mais je pense que je vais pouvoir annoncer mon choix aux alentours du 13 avril.

révèle C.J. Jackson au cours de notre entretien.

C.J. Jackson avec le package de tout bon scoreur

Avant toute chose, comment C.J. Jackson se décrit-il lui-même ?

Je suis un arrière athlétique qui peut tout faire sur un parquet. Je peux créer le jeu pour mes coéquipiers mais aussi pour moi-même, et j’aime aller aux rebonds. Je travaille dur sur le plan défensif, je suis généreux dans l’effort et je suis prêt à me mettre au service de l’équipe au besoin.

Catégoriser comme un joueur offensif au lycée, qui aime attaquer la peinture et qui possède une excellente mécanique de tir, C.J. Jackson semble avoir rapidement compris qu’un tel profil de scoreur exclusif ne réussit pas forcément à l’échelon supérieur.

Souvent stigmatisé comme un défenseur assez faible, son année à UMass lui a permis de se focaliser sur l’aspect défensif. Il est même devenu un défenseur plus qu’honnête et sa marge de progression reste importante dans ce domaine.

Il n’est plus un poids mort pour son équipe en défense.

Offensivement, il reste très complet avec le package ultime de tout bon scoreur : 3-points, mi-distance, près du cercle, en catch-and-shoot et surtout création de ses propres tirs, après un dribble ou une prise d’écran.

Son petit plus par rapport à d’autres joueurs ?

C.J. Jackson est une personne incroyable de gentillesse dans la vie de tous les jours. Il met l’ambiance sur le banc et dans le groupe. Il ne boude jamais, toujours le sourire aux lèvres, peu importe sa situation. Ses coéquipiers n’ont pas tari d’éloges quand on demande comment C.J. Jackson se comporte avec eux.

Le boute-en-train de l’équipe et, ça, même le coaching staff l’avait remarqué.

Pourtant, quand on connaît sa situation, bon nombre de joueurs auraient pu faire cavalier seul, râler et se plaindre H24. Mais, C.J. Jackson démontre un mental à toute épreuve alors qu’il est passé à simple joueur du bout du banc à son arrivée en NCAA.

Et, quelle est la suite pour C.J. Jackson ?

Avec la pandémie du COVID-19, on ne sait pas vraiment si les transferts devront attendre une saison avant d’être éligible ou non tant le flou est total (ce qui est compréhensible).

Normalement, avec le peu de temps de jeu acquis à UMass, C.J. Jackson devrait sans doute bénéficier d’une éligibilité immédiate au sein de sa future équipe. Cela reste tout de même au jugement de la NCAA et on sait que la ligue universitaire n’est pas juste avec tous les prospects.

S’il doit connaître une saison blanche, cela risque d’être dur mentalement. Mais, si C.J. Jackson est éligible dès la saison prochaine, il arrivera dans une équipe où il aura (certainement) sa chance et avec un esprit de revanche. C’est souvent le mix parfait dans l’explosion de jeunes joueurs avec une deuxième chance.

Quoi qu’il en soit, C.J. Jackson est loin d’être seul dans cette situation en basketball universitaire.

A chaque saison, de nombreux joueurs prometteurs en High School n’arrivent pas à réaliser la transition vers la NCAA. Mais, avec le temps, ces joueurs arrivent à percer. C.J. Jackson est un profil toujours intéressant dans une équipe, en tant que titulaire ou en sortie de banc. C’est d’ailleurs sur cette deuxième option que, personnellement, je pense qu’il sera le plus efficace : en électron libre sortant du banc et apportant une dizaine de points.

Je tiens à remercier chaque personne qui m’a aidé depuis tout ce temps et qui sont présents depuis le début. Cela vaut tout l’or du monde.

Plus de lecture ?
Angelo Stuart Seattle U Redhwaks Mineral Area JUCO 2019
Angelo Stuart (Seattle U) : “je veux devenir un leader” après une expérience réussie en JUCO