Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !
(Crédit photo : Jonathan Ferrey-Getty Images)

Zooming On : la nouvelle vie de Greg Oden sur les bancs universitaires

Lorsque l’on évoque le cas Greg Oden, on pense immédiatement à un talent gâché, si ce n’est un bust pour certains. Pourtant, le 7-footer avait un avenir tout tracé.

Les blessures l’ont rapidement ralenti, jusqu’au point où il a arrêté sa carrière de basketteur. Néanmoins, il n’a pas coupé les ponts avec sa passion, maintenant présent dans le coaching staff de Ohio State, là où tout a commencé.

Récit d’un véritable changement de vie, de future star NBA à assistant sur un banc universitaire.

Il y a 10 ans, Greg Oden, un jeune freshman en provenance de Ohio State, était sélectionné avec le premier choix général de la Draft NBA (devant Kevin Durant et consort). Alors qu’il sortait d’une saison dantesque avec les Buckeyes, avec à la clé une finale à la March Madness (cela faisait 45 ans que le programme n’avait plus connu ce stade de la compétition), il n’a jamais pu éclore au sein de la grande ligue.

Non pas qu’il n’avait pas le talent, loin de là même, mais Greg Oden était en proie à des sérieuses blessures. Quelque peu normal avec un profil comme le sien, très fragile à son âge.

En six années au sein de la grande ligue, il totalise 105 matchs réparti entre son passage à Miami et Portland, qui durera en tout trois saisons. Les blessures récurrentes au genou ont brisé (c’est le moins que l’on puisse dire) tout espoir de percer en NBA.

Il a tenté le tout pour le tout en signant en Chine, il y a deux ans, mais le comeback n’a pas eu lieu et Greg Oden est retombé dans l’anonymat le plus total.

Il avait été convié par un ancien joueur d’Ohio State  au tournoi “The Basketball Tournament” l’été dernier, où l’équipe gagnante recevait un joli chèque de 2 millions de dollars. Mais le joueur, par peur de se blesser de nouveau, a décliné l’invitation.

“Quand j’ai reçu cette proposition, je me suis dis : allez, pourquoi pas. J’ai repris les entraînements mais dès que la charge était importante, mon corps ne suivait pas.

Je savais que mon rôle allait être de prendre des rebonds et défendre, mais j’avais toujours cette appréhension en moi dès qu’il y avait des contacts. Je ne peux plus courir, je ne suis plus le joueur que j’étais avant. Cela me frustre mais c’est la vie.”

C’est alors qu’intervient Thad Matta, l’emblématique entraîneur de Ohio State.

Voyant son ancienne pépite à l’agonie, il lui propose d’intégrer le staff. Il faut dire qu’il possède une dette éternelle envers Greg Oden. Ce dernier a guidé les Buckeyes jusqu’en finale nationale de la March Madness à son époque d’étudiant au sein du programme de Ohio State.

“Greg est heureux et cela fait plaisir à voir. Nous sommes heureux d’avoir une telle personne avec nous, qui possède l’expérience du plus haut niveau.”

Mais voilà, Thad Matta a été viré de son poste à l’intersaison (enfin, plutôt une séparation d’un commun accord) juste avant le début de saison et du coup, l’avenir de Greg Oden était également en suspens. On pensait alors que Chris Holtmann n’allait plus avoir de place disponible au sein de son staff, lui arrivant à Ohio State avec son équipe d’assistants de Butler.

Terry Johnson, l’un des assistants de Chris Holtmann, connaît très bien Greg Oden pour avoir, à l’époque, réalisé des workouts avec le joueur lors de sa tentative de comeback en NBA.

“Lors de son intronisation, j’ai reçu un SMS de Chris Holtmann disant qu’il voulait le voir. On s’est rencontré, le feeling est immédiatement passé entre nous. Il connaissait déjà ma situation et il voulait que rien ne change.

Je pouvais rester sur le banc avec l’équipe lors des matchs, j’étais présent lors des entraînements. Il m’a dit que si je voulais devenir un jour un assistant, que j’étais à la bonne adresse. Je suis heureux d’être là.”

Et d’ailleurs, en plus de son rôle sur le plan sportif, Greg Oden est en passe d’obtenir son diplôme dans l’industrie du sport à l’Université de Ohio State.

“Je suis ici pour apprendre, j’ai envie d’apprendre. Vous savez, quand vous êtes jeunes, ce genre de choses vous irrite un peu. Vous n’avez pas trop envie de faire des efforts sur le plan scolaire car on sait qu’on plaît chez les scouts NBA.

On vous promet une carrière extraordinaire… Je le regrette amèrement aujourd’hui. C’est assez bizarre en cours, je suis le plus vieux de ma classe, les autres étudiants ont une dizaine d’années en moins que moi. Mais je ne demande pas de traitement de faveur. Je suis un étudiant lambda et je souhaite réussir mes études.”

Quoi qu’il en soit, la situation actuelle ravit beaucoup Greg Oden.

Il souhaite vraiment impacter de manière positive sur les joueurs en cours à Ohio State. Il apporte aussi son vécu aux jeunes intérieurs des Buckeyes, en prenant sous son aile Micah Potter et surtout le 7-footer très prometteur, Kaleb Wesson.

Au programme, le placement au rebond, le jeu au poste bas et les deux joueurs progressent plutôt bien sur ce début de saison.

Même si Greg Oden est un peu retombé dans l’anonymat, il continue d’avoir un impact positif loin des spotlights. Le fait d’être avec un entraîneur comme Chris Holtmann est une plus-value dans son processus d’apprentissage du métier.

Tôt ou tard, il devra faire un choix : travailler dans le domaine du sport ou passer les diplômes afin d’être reconnu de manière légale comme un entraîneur au niveau universitaire.

L’avenir de Greg Oden semble radieux pour un joueur qui a connu une jeunesse rayonnante, virant au cauchemar trop rapidement. Il en faut dans la tête pour se relever comme il l’a fait, et forcément, cela force le respect.

On espère de tout cœur qu’il réussisse dans la voie qu’il désire et ce serait un plaisir de le voir à la tête d’un programme universitaire. Mais chaque chose en son temps.

Plus de lecture ?
Gavin Newsom Gouverneur Californie Loi SB-206 vs NCAA
La Californie autorise les athlètes en NCAA à profiter de leur image