Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !
EJ Onu Shawnee State Bears NAIA NBA Draft 2021
(Crédit photo : Shawnee State Bears Athletics)

“Zooming On” : EJ Onu (Shawnee State), de la NAIA à… la NBA ?

Huitième épisode de #ZoomingOn : lumière sur EJ Onu, qui, après avoir brillé en NAIA avec les Bears de Shawnee State, vise une place dans la Division I en NCAA… et même une place à la NBA Draft.

L’intersaison bat son plein en basketball universitaire et, forcément, il y a beaucoup d’actualités entre la NBA Draft et la période des transferts. On ne s’ennuie pas (et tant mieux) et il est souvent difficile de s’y retrouver. Au milieu d’un tel capharnaüm, certains joueurs décident de se présenter à la NBA Draft, tout en gardant la porte ouverte pour un retour en NCAA. Rien de nouveau.

Sauf peut-être un prospect qui nous vient de NAIA, en la personne de EJ Onu.

Le prospect senior attire les scouts d’universités de Division I et intrigue aussi ceux de NBA. Des échos se forment et le joueur pourrait passer directement au sein de la grande ligue dès 2021.

Mais, qui est EJ Onu ?

Depuis le début de la saison, j’ai un oeil (si ce n’est même deux) sur le championnat de basketball en NAIA. Etn comme vous avez pu le lire au travers de mes articles (et sur mes profils vidéos sur mon Twitter), il existe du talent au sein du circuit parallèle à la NCAA (qui affiche un niveau équivalent à la Division II).

Bien souvent, les prospects qui évoluent en NAIA ne sont pas recrutés en Division I pour une raison : le profil physique.

On y retrouve, en général, des joueurs moins physiques, athlétiques, qui ne sont donc pas dans le moule du « basketball moderne ». Cependant, on retrouvera de bons prospects en Europe et ils auront une bonne petite carrière pour la plupart d’entre eux.

Sauf que, en 2021, un joueur a explosé grâce à son profil physique : EJ Onu.

Pourtant, à sa sortie du lycée, à Richmond Heights HS, on était loin du prospect actuel. Son développement en 4 saisons à Shawnee State a tout bonnement été spectaculaire. Il a pris du muscle, il s’est construit physiquement pour répondre aux attentes de la NAIA et il est devenu un cadre des Bears dès sa saison de sophomore.

Il ne se contente pas de son profil et de sa taille pour dominer l’adversaire.

Non, au contraire, EJ Onu est un vrai bosseur. Et sa progression au cours de son cursus en est la preuve.

Cependant, il a réellement explosé lors cette saison (au moment où je découvre la NAIA, ce n’est pas une coïncidence) et s’est fait un nom au sein du championnat. Il est passé d’un joueur secondaire, défenseur et protecteur de cercle, à première option de Shawnee State. Sa ligne de statistique a pris un envol : de 11.4 points et 7.9 rebonds à 17.5 points et 7.9 rebonds !

Malgré un passage à vide lors de la fin du tournoi de mars, bien loin de son apport habituel (5 points contre Bethel, 10 contre St. Francis et 6 en finale contre Lewis-Clarke), EJ Onu termine une saison de senior avec une très belle cote… et surtout, un titre national !

Il a donc décidé d’inscrire son nom dans le portail des transferts à la suite de cette excellente saison et il vise une place parmi les meilleures équipes en Division I. Texas Tech a sauté sur l’occasion dès son annonce et des programmes tels que Louisville ou Ohio State se trouvent sur le dossier.

Mais, surtout, il vise aussi en NBA !

En effet, il ouvre une porte pour intégrer la ligue de basketball professionnelle et il se laisse les workouts pré-Draft pour se jauger et voir si l’intérêt qui grandit est légitime ou non. En tout cas, EJ Onu reste lucide sur ses options.

Je garde mon éligibilité (universitaire ; ndlr) ouverte puisque revenir en NCAA est une option viable pour moi. Jouer en Division I pour mon développement et pour gagner en expérience.

Si je décide d’utiliser mon année supplémentaire, je veux jouer dans une équipe qui m’aidera à me faire passer le pallier nécessaire pour devenir professionnel. Je veux jouer et je veux gagner. Le principal facteur dans ma décision sera de savoir quelle équipe sera la plus apte pour arriver à cet objectif.

renseigne EJ Onu dans un entretien avec ESPN.

A quoi ressemble EJ Onu sur le plan du basketball pur ?

Attention, comparaison foireuse (qui ne reflète pas mon opinion mais celle des scouts en NBA) : EJ Onu est un Giannis Antetokoúnmpo 2.0.

Respirons un bon coup et essayons de raisonner de manière sereine, à tête reposée.

Il est vrai que dès le premier coup d’oeil, EJ Onu ressemble physiquement à Giannis Antetokoúnmpo. Ceci est indéniable. Ses mensurations font saliver les scouts en NBA et il faut dire qu’il y a de quoi : une envergure de 7-foot-6 pour un intérieur de 2m10 pour 109 kilos.

EJ Onu est avant tout un véritable protecteur de cercle par excellence. Avec lui sur le parquet, ses coéquipiers peuvent se permettre des petites largesses défensives quand ils savent qu’un tel profil est positionné en second rideau. D’ailleurs, ce qui frappe avec le prospect, c’est qu’il possède un vrai timing pour le contre. Il est facile de sauter partout, tout le temps, tel un kangourou avec de telles mensurations. Sauf que là où l’on différencie un joueur lambda qui reste sur ses acquis et l’autre, qui veut en faire toujours plus, c’est sur ce domaine en particulier.

EJ Onu a affiché une moyenne de 4.5 contres au cours de la saison 2020-21, ce qui est assez incroyable et reflète bien son impact.

Certes, il est productif en seconde lame, mais que dire de sa défense sur l’homme.

Il absorbe souvent le contact, ne saute pas aux diverses feintes de son adversaire direct, pour ensuite le punir au moment opportun. Alors oui, je ne cache pas la vérité : par moments, il essaye d’en faire un peu trop, et donc, attire les coups de sifflet des arbitres.

Sachez tout de même que les arbitres en NAIA n’ont pas l’habitude d’arbitrer un tel phénomène physique et, souvent, on lui siffle des fautes pas si évidentes que cela. La faute d’être trop grand !

EJ Onu peut aussi bien se trouver au contre… puis à la finition.

On peut voir que le prospect se projette rapidement vers l’avant et surtout, se met dans les conditions optimales pour recevoir le ballon. Il ne court pas bêtement. Et, c’est rare pour ce genre de joueur.

Vous allez me dire : « Julien, ton gars là, il est athlétique, il défend bien, c’est cool, mais pourquoi tu l’envoies déjà en NBA ? ».

La réponse est claire et limpide : EJ Onu est aussi une véritable option en attaque.

Et c’est sur ce point qu’il est vraiment intrigant aux yeux de certains scouts en NBA.

Avec Shawnee State, il avait un rôle de facilitateur pour ses coéquipiers. Il était là pour faire des écrans et recevoir des caviars en pick-and-roll. Il est naturellement attiré par le cercle mais l’une de ses forces (et on en reparlera plus tard), c’est sa patience. Combien de fois vous voyez un intérieur pose son écran et, immédiatement, tête baissée, fonce vers le cercle ? Combien ? Beaucoup trop.

EJ Onu ne se presse pas pour dérouler vers le cercle. Il attend que le porteur de balle fixe la défense pour proposer une solution dans un second temps. Bien souvent, vous mettez la balle en l’air et l’intérieur s’occupe du reste.

Facile mais ô combien redoutable.

De par sa taille, EJ Onu s’impose aussi près du cercle, dos au panier.

Il possède un toucher de balle assez efficace (mais encore perfectible) pour un joueur de son profil, capable de finir près du cercle ou alors en fuyant un peu, sur un hook par exemple. L’intérieur fait la différence avant de recevoir le ballon, en utilisant son adversaire direct et en prenant toujours une bonne position dos au panier. Car il sait se situer par rapport au cercle, aussi.

Notons tout de même qu’il est difficile de trouver, en NAIA, des joueurs capables de le défendre en un contre un sur un match entier.

L’adversaire use souvent d’une prise à deux mais, là aussi, il ne panique pas.

Et c’est une chose intéressante : il sent venir la pression défensive et, souvent, il ne pose pas immédiatement un dribble quand il hérite du ballon. Pour ne pas se faire surprendre (sachant qu’il monte le ballon au-dessus de ses épaules, personne ne peut le contester…). Il peut se montrer efficace dans ce domaine et c’est quelque chose qui n’est pas négligeable.

Pardon, il peut faire encore plus en attaque ?

Ce n’est pas une blague. Accrochez-vous.

EJ Onu s’écarte aussi du panier pour sanctionner la défense qui ne le respecte pas à 3-points.

Certaines équipes au cours de la saison ont adopté cette stratégie… avec plus ou moins de réussite. Il a réussi 52 de ses 130 tentatives en 2020-21, alors que sur sa saison de junior, il affichait un ratio de 30-111. Encore une fois, EJ Onu a progressé dans un compartiment de son jeu.

Quand je vous dis que c’est un bosseur.

Bon, quand il sanctionne à longue distance, c’est sur des situations de pick-and-pop. Il a pris beaucoup plus de responsabilités dans ce domaine, avec le coaching staff en soutien. Il s’est montré très intéressant sur les tirs à mi-distance et les tirs lointains à 2 points.

Même s’il n’est pas encore une valeur sûre, il n’en reste pas moins une option viable sur certaines séquences, ce qui oblige la défense à sortir sur lui.

Direction une place forte de Division I en NCAA… ou bien la NBA ?

C’est assez difficile à prédire, les workouts pré-Draft seront déterminants.

Une chose est certaine, cependant : EJ Onu possède le profil pour jouer au sein de la ligue professionnelle. Et, dans le pire des cas, il connaitra une très belle carrière professionnelle dans un autre championnat.

Un profil physique. Véritable roc défensif. Complet en attaque. Qui ne rechigne pas au travail et qui n’a cessé de progresser saison après saison. Avec une mentalité de gagnant. Il est difficile de ne pas s’enflammer, honnêtement !

Je me suis aperçu qu’il existe un véritable vivier de talents au sein de cette ligue depuis que je regarde la NAIA. Voir un tel joueur qui, un jour après son annonce de transfert, reçoit un coup de fil de Texas Tech (qui est le fit parfait pour lui), cela vous donne une certaine idée du potentiel du prospect. D’autant plus que EJ Onu a encore une bonne marge de progression.

Il faut également saluer le travail du coaching staff à Shawnee State par rapport à son développement. Ils ont réalisé un excellent travail et cette belle aventure se solde par un titre de champion national (mérité) en NAIA.

Retenez bien le nom de EJ Onu.

Il reste de la place dans le wagon. D’ici quelques semaines, il sera trop tard.

Plus de lecture ?
Ethan Thompson Oregon State Beavers vs Loyola-Chicago Sweet 16 March Madness 2021
March Madness : les 8 surprises des équipes qualifiées à l’Elite 8