Bijan Cortes Freshman Oklahoma Sooners Basketball 2022
(Crédit photo : Parker Thune / 247sports)

“Zooming On” : Bijan Cortes, le nouveau visage d’Oklahoma

Il y a parfois des choses qui ne s’expliquent pas. 

En regardant le choc qui opposait #1 Baylor à Oklahoma, mercredi dernier (le 15 janvier), j’étais loin d’imaginer qu’un joueur, jusque-là inconnu, me taperait dans l’œil. L’idée initiale était surtout d’observer le talentueux Kendall Brown au sein d’une équipe des Bears qui n’en finit plus d’enchaîner les victoires et de dominer le basketball universitaire.

Oui, mais voilà, l’entrée de Bijan Cortes a tout changé. 

Est-ce ses cheveux longs ou son nom de conquistador qui ont attiré mon regard ? Peut-être. Mais, son talent inné m’a captivé.

Bijan Cortes, plus qu’un freshman lambda à Oklahoma ?

Si l’on se penche sur les statistiques, il est difficile de capter le réel impact du natif de Kingfisher, petite ville de 5 000 habitants située au nord d’Oklahoma City, sur la rencontre. 6 points, 3 passes décisives, 2 rebonds et surtout 5 balles perdues, son pire total depuis son arrivée sur le campus de Norman

Mais, dans les faits, l’apport du freshman a été bénéfique pour les Sooners.

Porter Moser, fraîchement arrivé cet été dans l’Oklahoma après une carrière remarquable à Loyola-Chicago, n’a pas hésité à lui donner 15 minutes de temps de jeu. Le plus grand total parmi les joueurs de banc. La raison ? Le meneur de jeu a régalé par ses qualités de playmakers.

Des qualités qui ont nettement fluidifié l’attaque des Sooners.

Et, d’ailleurs, certains fans n’ont pas manqué de souligner son impact sur les réseaux sociaux. 

Une éclosion rapide pour le talent recruté par Lon Kruger peu avant son départ du programme. 

Bijan [Cortes] a connu une carrière exceptionnelle en High School. Il a un talent inné et un vrai leadership qui lui permet d’impacter le jeu de son équipe. Au moment de recruter des talents, on recherche toujours des joueurs avec du caractère mais qui savent être des coéquipiers modèles. Bijan remplit tous ces critères.

expliquait le précédent head coach d’Oklahoma, Lon Kruger, au micro de Sports Illustrated.

Quelques jours plus tard, Bijan Cortes a encore fait mieux face à Iowa State, l’une des bonnes surprises du début de saison en conférence Big 12 ou au niveau de la ligue. De quoi ravir Porter Moser. 

Il a été excellent dans la gestion du ballon. Il a toujours su se sortir des prises à deux et à faire vivre le ballon plutôt que de forcer des pénétrations. En sa présence, je n’ai pas le souvenir que l’on ait pris un mauvais tir. Ses passes et son activité ont également permis de réveiller la foule.”

déclarait son head coach en conférence de presse après la rencontre face à Iowa State.

Présents dans la foule ce soir-là, Josh Giddey et ses représentants ont également apprécié le travail du numéro 14 des Sooners.

Un créateur naturel qui devrait gommer quelques défauts

S’il n’a hélas que peu de temps de jeu (un peu moins de 11 minutes de moyenne par match), Bijan Cortes excelle lorsqu’il a le ballon dans les mains.

Le freshman est un playmaker de talent et il est capable de mettre ses coéquipiers sur orbite. Face à Baylor et Iowa State, deux programmes majeurs de la conférence Big 12, le jeune meneur a excellé dans ce domaine.

Et, même lorsqu’il n’est pas à la dernière passe, Bijan Cortes bonifie nettement le jeu de son équipe par son QI basket. Sur ces situations, on peut le voir réaliser la bonne coupe au moment opportun ou attaquer le bon intervalle avant de s’écarter pour laisser de la place à Tanner Groves, son intérieur star, pour manœuvrer à l’intérieur.

Deux actions qui peuvent sembler anodines mais qui démontrent l’altruisme de Bijan Cortes.

D’ailleurs, Bijan Cortes réalise 40,6% des passes décisives de son équipe quand il est sur le parquet dans les matches de conférence Big 12. Des statistiques impressionnantes pour un freshman. Et don association avec Umoja Gibson, transfuge de North Texas, fait des ravages. 

Mieux, le freshman a montré qu’il avait la capacité de finir ses actions près du panier même si l’on aimerait qu’il le fasse beaucoup plus. 

S’il était un excellent shooteur en High School (à 58% aux tirs globaux et à 51% à 3-points), Bijan Cortes reste timide en NCAA. Il refuse encore trop de shoots ouverts. Un axe de progression notable puisque le fait de rentrer quelques tirs extérieurs devraient lui permettre de driver encore plus vers le cercle.

En tout cas, Bijan Cortes devra gommer certaines erreurs même s’il reste un bon playmaker. Il perd encore trop de ballons, bien que son jeu à risque n’aide pas, car certaines passes, parfois réussies, demeurent risquées et imprécises.

Enfin, pour glaner encore plus de temps de jeu, Bijan Cortes devra défendre plus dur.

Encore un peu soft, ce qui n’a rien d’alarmant pour un freshman, le meneur demeure assez naïf sur les écrans. Il s’est notamment perdu dans les écrans de Jonathan Tchamwa Tchatchoua face à Baylor. Il lui faudra gagner en vice, et en technique, pour passer avec son attaquant.

Aussi, il devra faire preuve de plus de combativité au rebond.

S’il n’est pas un excellent défenseur, au point d’être aujourd’hui plutôt négatif pour les Sooners dans ce domaine, Bijan Cortes devrait grandement progresser avec l’âge. Le physique et l’expérience feront le reste. 

Bijan Cortes est un futur pilier pour Porter Moser

Porter Moser a dû se construire une équipe à son arrivée sur le campus de Norman

Si de nombreux joueurs sont arrivés au travers du portail de transferts, peu seront encore éligibles l’an prochain. Cette année s’annonce importante pour les Sooners. D’abord parce qu’une culture de la gagne doit être mise en place sur le campus mais aussi parce que de jeunes joueurs doivent s’affirmer pour le futur. 

Ainsi, Bijan Cortes, tout comme son camarade freshman C.J. Noland, possède une réelle chance de devenir le nouveau visage des Sooners. Meilleur joueur de son état natal durant plusieurs saisons à l’échelon lycéen, il était vu comme une recrue 4-étoiles (pour ESPN), signe d’un talent indéniable.

Reste à voir s’il obtiendra durablement la confiance de Porter Moser.

Le head coach a souvent réussi à développer de jeunes talents durant son passage à Loyola-Chicago jusqu’à en faire des joueurs dominants à l’échelon universitaire. 

Bijan Cortes sera-t-il la prochaine pépite de Porter Moser ?