Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !
Tyrese Haliburton Celebration Iowa State Cyclones 2019
(Crédit photo : AP Photo - Charlie Neibergall)

Tyrese Haliburton s’est imposé en tant que leader à Iowa State

En juin et juillet dernier, Tyrese Haliburton s’éclate dans les rangs de Team USA aux Championnats du Monde des moins de 19 ans. Il prend son rôle à coeur sous les ordres de John Calipari.

Sans surprise, 6 mois plus tard avec les départs de Lindell Wigginton et Talen Horton-Tucker, il doit se muer en leader de Iowa State où il devient le go-to-guy.

Steve Prohm, son head coach, lui a d’ailleurs fait passer le message.

Il jouera des rencontres de 38 minutes mais ça pourra monter à 40.

La saison passée, Tyrese Haliburton était un parfait role player des Cyclones. Un joueur sans trop d’égo et ses coéquipiers l’adorent. Depuis novembre, le monde a changé et en terme de minutes, Steve Prohm ne s’est pas moqué : 37 minutes, 37 minutes, 40 minutes et 40 minutes en 4 matchs consécutifs de décembre.

Tyrese Haliburton a trouvé la formule des passes

Son rôle a changé, mais pourra-t-il garder le même état d’esprit ?

s’interrogeait Steve Prohm en début de saison.

Il faut croire que oui.

Et comme attendu par son entraîneur, les statistiques de Tyrese Haliburton sont passées au niveau suivant. En moyenne, il marque en moyenne 10 points de plus (de 6.8 à 17.3), capte 2 rebonds de plus (de 3.4 à 5.7) mais, surtout, il passe… beaucoup.

De 3.6 passes décisives en 2018-19, le sophomore s’est transformé en distributeur automatique de passes en cumulant désormais près de 8 passes de moyenne (7.9).

Il aime le ‘drive-and-kick’ donc j’ai beaucoup parlé avec lui sur l’endroit du terrain où il aime passer et où il pouvait me trouver.

racontait Rasir Bolton au journal The Gazette avant la saison.

Il s’est également transformé en voleur… de ballons.

Il intercepte régulièrement plus de 3 ballons depuis le début de la campagne 2019-20. Et, avec ses 2.5 steals de moyenne, il se positionne dans le Top-20 national de cette catégorie après un peu plus de 2 mois de compétition. C’est impressionnant mais un peu moins que le mois de novembre, durant lequel il chopait près de 4 ballons par match.

Des hauts et des bas au niveau du tir

Néanmoins, Tyrese Haliburton a aussi connu du mois bien.

Toutes ses statistiques de tir étaient en baisse en début d’année : moins de 50% (47%) de réussite en générale et, à 3-points, sa réussite se retrouve à flanc de montagne en passant d’un exceptionnel 43% à un vertigineux 29%.

Mais on le sait, le tir, ça va et ça vient. Le plus inquiétant reste ses voyages sur la ligne des lancers-francs : sa réussite stagne à un inquiétant 66%.

Puis le déclic. À force de travail, les chiffres montent.

D’une moyenne générale de 47% aux tirs, Tyrese Haliburton dépasse aujourd’hui la barre d’un tir sur deux inscrit (54.1%). Une métamorphose qui se retrouve également à 3-points où il retrouve quasiment ses standards de la saison passée (39.3%).

Une évolution qui surprend beaucoup monde, excepté le meneur des Cyclones.

Je sais ce dont je suis capable. Ça [cette progression ; ndlr] peut surprendre certains mais moi, ça ne me surprend pas.

Tyrese Haliburton s’est finalement mué en ce que tout le monde attendait de lui en début de saison : être le nouveau leader d’une équipe qui avance sans réellement faire de bruit.

Maintenant, le calendrier de conférence Big 12 peut débuter. Ce qui signifie des rencontres au sommet contre Kansas, Texas Tech, Oklahoma, Baylor et West Virginia. Et pour pimenter cette seconde partie de saison, une petite confrontation face à Auburn vient s’ajouter à ce programme déjà très lourd dans le cadre du Big 12/SEC Challenge.

Le moment parfait pour continuer de surprendre le basketball universitaire. Ou pas, justement.

Plus de lecture ?
Corey Kispert Gonzaga vs Arizona Week 7 2019
Gonzaga, les vrais numéros 1 de la saison