Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !
Northern Iowa Panthers 2020
(Crédit photo : Ron Chenoy - USA TODAY Sports)

“Road to March” : la situation (actuelle) en MVC… avec un duel entre Northern Iowa et Loyola-Chicago

Le mois de mars est lancé et les derniers instants de la saison régulière en basketball universitaire ont débuté. Alors que la plupart des conférences connaissent plus ou moins leur futur champion, d’autres conférences sont beaucoup plus indécises… et le tournoi de conférence MVC prévoit un duel au sommet entre Northern Iowa et Loyola-Chicago.

L’année promettait d’être exceptionnelle en MVC. Deux programmes au sommet de leur forme, une conférence assez homogène et le duo Bradley-Indiana State en épouvantail.

Northern Iowa remporte le titre de saison régulière, malgré quelques faux-pas en fin de saison qui ont donné espoir au concurrent direct, Loyola-Chicago, jusqu’à la dernière journée. Mais, de manière générale, le titre des Panthers est mérité pour leur constance. Sauf que derrière le duo de tête, c’est un peu… le néant.

Bradley a tenu son rang de troisième larron. Indiana State a réussi quelques performances contre les cadors, sans pour autant être constant dans les résultats. Et n’oublions pas la plus grosse surprise (négative) : Evansville termine avec un bilan de 0-18 en MVC. Le début de saison et l’upset historique à Kentucky sont bien loin. Des problèmes internes et un head coach qui fait ses valises.

Le classement final en Missouri Valley Conference à l’issue de la saison régulière :

Le premier tour du tournoi de conférence MVC a donné son verdict. Valparaiso s’est imposé de 3 points contre Evansville, alors que Drake a battu Indiana State de 10 points.

La composition complète du tournoi en MVC :

Le favori légitime : Northern Iowa Panthers (25-5, 14-4 en MVC)

L’ancien rival historique de Wichita State (quand le programme dominait la MVC) devait prendre le relais après le départ des Shockers. Il n’est jamais trop tard. : Northern Iowa remporte la saison régulière pour la première fois depuis 10 ans !

La saison, dans son ensemble, est vraiment solide. Un upset contre Colorado et une défaite de 5 petits points à West Virginia. Des victoires convaincantes contre des Mid-Majors qui jouent le haut de tableau dans leur conférence respective.

Les Panthers n’ont qu’un seul objectif : la March Madness.

AJ Green Northern Iowa Panthers 2020
(Crédit photo : Northern Iowa Athletics)

Il faut dire que la qualité de l’effectif est au rendez-vous.

Le sophomore A.J. Green (19.7 points, 3 rebonds et 3 passes de moyenne) est un prospect très solide, bien qu’il était surtout connu au lycée pour être une gâchette à longue distance. Il est entouré de deux lieutenants de premier choix : le shooteur junior Trae Berhow (13 points, 5.6 rebonds) et l’intérieur junior, Austin Phyfe (11.3 points, 8.2 rebonds et 2.2 passes). Le trio est redoutable et a sorti quelques cartons en MVC.

Mais, avec une équipe aussi talentueuse en attaque et adroite à 3-points, on se demande comment se passe l’aspect défensif. Pas trop mal (sans pour autant être un modèle du genre). L’équipe compte surtout sur son glue-guy par excellence, le senior Isaiah Brown, en mission sur le meilleur scoreur adverse à chaque match. Le plus ? Il apporte aussi sur le plan offensif (9.6 points de moyenne).

Northern Iowa possède un effectif d’un tel talent que ce serait un énorme choc de ne pas voir les Panthers à la March Madness. Et, surtout, la NCAA Tournament serait une juste récompense quand on regarde la saison.

L’outsider de luxe : Loyola Chicago Ramblers (21-10, 13-5 en MVC)

On ne présente plus Loyola-Chicago depuis son run historique au Final Four. Mais, depuis cette belle époque, les Ramblers ont eu du mal à se remettre. Ceci dit, ils n’ont pas lâché prise en MVC.

J’avais réalisé une analyse en début de saison de l’un des artisans du bon fonctionnement de l’équipe, l’intérieur Cameron Krutwig (15.3 points, 8 rebonds, 4.2 passes et 1.3 interceptions). Un intérieur polyvalent aux mains d’orfèvre. Et bien, il a terminé dans les premiers de la conférence en terme de points, rebonds, % paniers inscrits et passes. Bref, un prospect qui n’a rien à faire en NBA mais qui aura sa place dans une grosse écurie européenne.

Mais la sensation de cette saison est le transfuge de Division II, Tate Hall (13 points, 3.9 rebonds, 2.2 passes et 1.5 interceptions).

Tate Hall Loyola-Chicago Ramblers vs UNI 2020
(Crédit photo : Loyola-Chicago Athletics)

Il est devenu incontournable dès ses premiers pas en Division I. Polyvalent, il peut défendre, attaquer et même faire le travail de l’ombre pour ses coéquipiers. Comme quoi, il existe des pépites même en Division II ou III.

Il faut également souligner la belle saison du 3&D Lucas Williamson, qui apporte des deux côtés du parquet, ainsi que le futur visage de Loyola-Chicago, le meneur freshman Marquise Kennedy. Ce dernier s’intègre comme un poisson dans l’eau à cette équipe.

L’ADN de Loyola-Chicago refait surface pendant le mois de mars.

Et si on repartait pour un nouveau run de fou furieux pour les Ramblers ? C’est envisageable. D’autant plus qu’il y a une victoire partout lors des confrontations directes avec Northern Iowa. La finale s’annonce dantesque.

Le pari de Julien : Bradley Braves (20-11, 11-7 en MVC)

Indiana State est le candidat le plus crédible au titre derrière Northern Iowa et Loyola-Chicago. Le favori en début de saison, Missouri State, possède un effectif redoutable sur le papier mais ils n’arrivent pas à montrer leur potentiel.

C’est pour cela qu’il ne faut pas enterrer l’équipe qui a représenté la conférence MVC à la March Madness la saison dernière, Bradley.

Pourquoi ? Le duo entre Elijah Childs et Darrell Brown.

Elijah Childs a connu une saison tronquée par les blessures. Cependant, l’ancien meilleur joueur du tournoi de conférence en 2019 aime le mois de mars. Il s’y sublime et porte souvent les Braves dans les moments chauds. Un leader né.

Heureusement pour lui, des joueurs de compléments ont pris la relève en son absence. Darrell Brown en est le parfait exemple. Il devrait finir (normalement) avec 1.800 points inscrits durant son cursus. C’est un joueur très porté sur l’attaque, qui est capable de sanctionner de n’importe quelle position sur le parquet, et qui adore agresser le cercle.

Ce qui est intéressant avec Bradley, c’est son secteur intérieur.

Défensivement, on ne fait pas mieux avec la doublette Koch Bar et Ari Boya. Ils auront du boulot pendant le tournoi. On peut mettre une petite pièce sur le shooteur Nate Kennell, aussi, qui capable de prendre chaud très rapidement.

Du coup, on pose un “all-in” sur qui ?

Northern Iowa, sauf surprise, remportera le tournoi de conférence MVC.

Mais, attention, la lute sera intense. Loyola-Chicago connaît le chemin de la March Madness tout comme Bradley. Et puis, Missouri State sera un véritable calvaire à jouer avec une tripotée d’anciens joueurs du Power Six.

Plus de lecture ?
Cassius Stanley Dunk Duke Blue Devils vs NC State 2020
Second Round : Cassius Stanley casse un panier et #3 Duke martyrise #6 Penn State