Remy Martin Kansas Jayhawks vs Miami Elite 8 March Madness 2022
(Crédit photo : The Kansas City Star)

Au Final Four, l’apothéose de la carrière de Remy Martin (Kansas)… en 6ème homme

Le transfert de Remy Martin à Kansas aurait pu tourner au fiasco.

Après 3 saisons à Arizona State en tant que leader, dans les mots et les actes, le meneur senior entrevoyait une opportunité unique d’exploser sur la scène nationale à Lawrence. Ses deux dernières saisons avec les Sun Devils, conclues chacune avec 19.1 points de moyenne, lui avaient pourvu une reconnaissance majeure en conférence Pac-12. Il avait le droit d’espérer davantage.

Mais, une blessure au genou fin décembre a stoppé net ses ambitions.

Une traversée du désert de plus de 2 mois qui a mis en péril sa place avec les Jayhawks.

D’une place de meneur de jeu titulaire, le natif de Californie a enchainé les aller-retours entre l’infirmerie, le banc et les quelques minutes (très peu efficaces) sur le parquet. Il n’est pas arrivé à passer la barre des 10 points en janvier avant de ne plus jouer en février. Et, à son retour en mars, il était encore invisible.

La demi-finale de conférence Big 12 face à TCU a fini par être le déclic tant attendu.

Deux semaines plus tard, alors que toute la planète du basketball universitaire idolâtrait (à juste titre) la course de Saint Peter’s jusqu’au Elite 8, la performance individuelle de Remy Martin à la March Madness est celle que tout le monde devrait avoir sur les lèvres.

Et, à l’heure du Final Four, le petit-fils d’immigré philippin se trouve à quelques encablures de l’objectif qui avait motivé son arrivée à Kansas.

Un titre national. C’est aussi simple que cela.

avouait Remy Martin à The Athletic en début de March Madness.

Une résurrection cruciale à Kansas

Remy Martin avait le droit de commettre des erreurs avec Bobby Hurley à Arizona State.

Le fameuse “green light”.

Mais, cette liberté est arrivée à défaut d’une autre solution viable. Il est devenu un meneur scoreur un peu contre-nature alors qu’il était nécessaire pour les Sun Devils de trouver une arme offensive de premier ordre. Cette situation lui a offert 2 titres de First-Team All-Pac-12 et une place dans la légende d’Arizona State.

Tout a changé avec son transfert à Kansas.

Le meneur devait presque repartir de zéro.

Si je fais une erreur, [Bill Self] me sort du match. Je ne suis pas habitué à être mis sur le banc si tôt. Il me dit que je ne pouvais commettre ces erreurs, surtout avec nos objectifs. Il s’assure que je comprenne que ces erreurs peuvent nous coûter un match ou la saison.

Chaque possession compte et je pense que j’ai un peu oublié cela à Arizona State.

précise-t-il dans un entretien à The Athletic.

Avant de se transformer en scoreur principal d’Arizona State, Remy Martin a appris les gammes du niveau universitaire en tant que facilitateur de jeu. Loin du rôle de première option. Et, d’ailleurs, c’est dans un tel rôle où il excelle et où il s’épanouit le plus.

Un électron libre capable de la passe nécessaire ou de prendre la possession à son compte si le premier système échoue.

Et, la boucle s’est bouclée à cause des conjectures à Kansas.

Après une saison de freshman en 2017-18 en sortie de banc, lors de laquelle il a acquis le titre de Pac-12 Sixth Man of the Year, Remy Martin a retrouvé le parquet en mars avec un statut de 6ème homme ; et, la réussite est réapparue au meilleur moment imaginable.

  • Son premier match depuis le 18 décembre à 10+pts en demi-finale de conférence.
  • 12pts, 4reb, 4ast et 3stl face à Texas Tech en finale de conférence Big 12.
  • Le meilleur marqueur (15pts) pour débuter le NCAA Tournament face à Texas Southern.
  • Rebelote au Second Round avec 20pts et une 1ère période dominante face à Creighton.
  • Son meilleur total de points de la saison (23) face à Providence au Sweet 16.
  • Et, la consécration au Elite 8 avec un titre de Most Outstanding Player de la Midwest Region à la suite du succès contre Miami (FL).

Remy Martin incarne le succès des Jayhawks en mars

Soyons honnête : Kansas n’aurait jamais atteint le Final Four sans la résurrection de Remy Martin.

Ochai Agbaji ne jouait pas à son niveau habituel ; et, débarrassé de cette blessure latente au genou, il a pris le relais et est redevenu la star qu’il était à Tempe. Le super-senior apporte à nouveau de l’explosivité derrière l’arc et son tir était redevenu une valeur sûre.

Son acclimatation à Kansas a pris du temps sur le plan du basketball. Les pépins physiques n’ont pas aidé. Mais, hors du terrain, l’intégration de Remy Martin dans le vestiaire des Jayhawks est peut-être le catalyseur de leur succès en 2021-22.

Il a apporté de la confiance à l’effectif ; et, Ochai Agbaji est le premier à l’avouer.

C’est un peu venu de Remy. J’ai pris la confiance grâce à lui et il a partagé cette confiance à tout le monde. De Jalen Wilson, à Christian Braun, à David McCormack, à Dajuan Harris et à tout le monde. Cette confiance est venue de Remy, en vrai.

avoue Ochai Agbaji au micro de 247 Sports.

Evidemment, Bill Self a entrevu l’apport de Remy Martin au moment du recrutement dans le portail des transferts. Il savait que le meneur pouvait apporter de la “personnalité”, de la vitesse et de l’explosivité dans un effectif de Kansas qui en manquait cruellement.

Ochai Agbaji ne le savait pas.

Et, lors du bootcamp de pré-saison, l’ailier senior a été surpris.

Quand [Remy Martin] est sur le parquet, il est différent. C’est comme un virage à 180 degrés.

continue le leader des Jayhawks.

Depuis le début de l’aventure sur le campus de Kansas, Remy Martin a toujours annoncé que son but ultime était de remporter un National Championship. Le chemin n’a pas été linéaire, ni parfait, et encore moins à la hauteur de son talent.

Toutefois, 80 minutes le séparent d’une fin de carrière universitaire sur le toit du monde.

Un Final Four pour clôturer une carrière en tant que vainqueur.

Il est peut-être revenu sur le banc à l’instar de ses premiers pas à Arizona State ; mais, attention, Remy Martin est devenu une pièce maitresse de Kansas en 6ème homme avec un apport électrique et un changement de rythme crucial lors des creux de chaque mi-temps.

Quand il rentre dans un match, il change toute la partie. Les équipes doivent adapter leur manière de nous défendre et de le défendre. Cela nous permet d’être tellement meilleur.

précise Jalen Wilson dans l’entretien avec 247 Sports.

Avant le retour de Remy Martin en mars, les Jayhawks galéraient et ne jouaient certainement pas le meilleur basketball. Le mois de février était d’ailleurs plutôt médiocre. Et, puis, Kansas a retrouvé sa pleine puissance en mars grâce à l’apport de Remy Martin en sortie de banc.

La March Madness a débuté et les hommes de Bill Self ont trouvé une nouvelle vitesse.

Aujourd’hui, Kansas retrouve les joies du Final Four… 2 ans après les espoirs déchus de l’édition du NCAA Tournament annulée en 2020.

Et, avec Remy Martin, les aspirations de National Championship sont permises à Lawrence.