Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !
Udoka Azubuike Kansas Jayhawks vs West Virginia 2020
(Crédit photo : Denny Medley - USA TODAY Sports)

Sweet 16 : #1 Kansas frappe fort et met #5 Wisconsin au tapis

La MoC Madness continue avec le Sweet 16, où 8 rencontres seront résumées par les soins de la rédaction (avec l’aide de “faits alternatifs”) sur 2 jours consécutifs. 19ème épisode du tournoi : #1 Kansas contre #5 Wisconsin.

Vous cherchez le bracket de notre compétition ? Un seul clic.

Vous ne comprenez pas le principe de la MoC Madness ? Les indications juste ci-contre.

Qu’est-ce que la MoC Madness ?

La March Madness a succombé à la pression du COVID-19. Mais, la rédaction de Midnight on Campus a sorti l’artillerie lourde pour conclure la saison de basketball universitaire sur une note (folle) digne du mois de mars : la MoC Madness.

Lors des 3 prochaines semaines, la MoC Madness reprend le flambeau du NCAA Tournament pour couronner un champion national… à notre propre sauce. Du First Round au Final Four, nous mettrons la main à la pâte afin de poursuivre la folie du mois de mars (au sens propre comme au sens figuré). 4 résumés plus ou moins plausibles par jour de compétition et 1 bracket rempli par nos soins.

Et, surtout, aux grandes occasions les grands moyens. 

Bastien a gentiment réquisitionné son chat, Mopti, pour désigner les vainqueurs de nos résumés originaux. Oui, sans blague. Vous souvenez-vous de Paul Le Poulpe ? Et bien, c’est le même concept (en beaucoup plus mignon). Notre plume s’occupe du reste en construisant des faits alternatifs et des scénarios selon les préférences initiales de Mopti.

Impartialité garantie. 

A la recherche de résultats à l’objectivité pure ? La MoC Madness n’est pas pour vous. En quête d’événements fictifs dans le simple but de se distraire ? Vous allez adorer. 

Le choix de Mopti : Kansas


Une fois n’est pas coutume (faux), Bill Self a usé de tous les stratagèmes pour qualifier #1 Kansas à l’Elite 8 aux dépens de #5 Wisconsin. Ce n’est pas une affaire de gros sous, cette fois-ci, mais, de l’usage de la force.

Vous vous souvenez de Silvio de Sousa ?

Mais si, le talentueux ailier angolais qui avait utilisé une chaise lors de la bagarre générale à la fin du match entre Kansas et Kansas State.

Et bien, pourtant suspendu de longue date, Silvio de Sousa a opéré son retour pour affronter Wisconsin. Pas sur le terrain pour jouer, non, il s’est présenté en civil sur le banc des Jayhawks avec visiblement des idées derrière la tête.

Ces idées ?

Alors que Wisconsin commençait à remonter son retard, en 2ème mi-temps, une bousculade éclate entre Nate Reuvers et Devon Dotson. Le meneur de Kansas juge l’écran de l’intérieur des Badgers trop rugueux. D’abord verbale, la discorde prend vite une tournure dramatique lorsque Reuvers, probablement frustré du sort réservé aux Badgers au tour précédent, pousse Dotson.

La bagarre devient générale… et Silvio de Sousa quitte le banc, une chaise à la main, pour mettre les pieds sur le terrain. L’Angolais ne perd pas de temps et frappe Nate Reuvers, qui restait par terre, assommé.

Silvio de Sousa tente de frapper d’autres joueurs de Wisconsin, mais, retenu par ses coéquipiers, il en est heureusement empêché.

Interrogé en conférence de presse, il n’a pu s’empêcher d’incriminer Bill Self :

Lors de mon recrutement, on m’a expliqué à quel point il était important de gagner à Kansas. Et cela, quelle que soit la manière.

Bill Self est un gagnant. Il est prêt à tout pour le faire. Dans les vestiaires, avant le match, il a parlé philosophie. Notamment, de l’exercice de la violence légitime, j’ignore encore le but recherché.

Après ce discours, j’ai pensé que mon coup de sang était normal. Nous avons gagné ce match, c’est tout ce qui compte.

avoue Silvio De Sousa, à l’issue de la rencontre.

Sans Nate Reuvers et avec déjà 13 points de retard, Wisconsin sombre.

La fin de match n’est qu’une promenade de santé pour les Jayhawks, qui l’emportent de 24 points (86-62). Qu’importe, personne ne se souviendra du match en raison de l’incident qui l’a entaché.

Udoka Azubuike au four et au moulin

Avant cela, les Jayhawks avaient réalisé une vraie démonstration de force. L’illustration d’une équipe qui peut aspirer au titre de champion national.

Symbole de la domination de Kansas, Udoka Azubuike cumulait déjà 16 points (à 8/10 aux tirs) et 7 rebonds après 10 minutes de jeu. Le Nigérian, élu meilleur de la conférence Big 12, prouve une nouvelle fois qu’il est très difficile de le contenir lorsqu’il est bien servi.

Udoka Azubuike Kansas Jayhawks vs West Virginia 2020
(Crédit photo : Denny Medley – USA TODAY Sports)

Cela tombe bien, Marcus Garrett, meilleur passeur des Jayhawks, est dans un bon soir. On sent alors très vite que Wisconsin ne pourra que difficilement inquiéter Kansas. Après 16 minutes de jeu, les Jayhawks mènent de 21 points (37-16) et la soirée cauchemardesque continue pour les Badgers, qui ne shootent qu’à 29 %.

Greg Gard tente alors sa dernière carte : comme face à Stephen F. Austin, Joe Hedstrom fait son apparition pour tenter de contenir Udoka Azubuike (22 points et 11 rebonds).

Le résultat ? Un massacre. Le Nigérian ajoute 8 points avant la pause et porte son total à 30 points. Kansas mène 49-24.

Wisconsin est K.O. debout.

Une éclaircie avant le chaos de Kansas

Après la mi-temps, les Badgers reviennent avec de meilleures intentions.

Les Badgers limitent les pertes de balles et le jeu en transition des Jayhawks. Nate Reuvers et Brad Davison règlent la mire et inscrivent 2 paniers extérieurs importants. Wisconsin est encore loin (51-32), mais, le jeu proposé est au moins au niveau d’une équipe qualifiée pour le Sweet 16.

Relancé, Joe Hedstrom contre Udoka Azubuike par deux fois. Wisconsin va mieux et cela se traduit au tableau d’affichage : les Badgers ne sont plus qu’à 16 points après un nouveau panier extérieur de Brad Davison.

Et même, 13, après un panier marqué avec la faute par D’Mitrik Trice (38-51).

Mais vous connaissez la suite.

Sur le parquet et en tribunes, c’est le chaos.

Tout le monde se demande alors si le match ira à son terme, ou, si Wisconsin sera déclaré vainqueur sur tapis vert. Comme à son habitude, la NCAA a tardé à prendre une décision. Celle-ci n’est d’ailleurs toujours pas connue et ne sera donnée que 3 jours après le match dans une réunion exceptionnelle convoquée par la NCAA.

Dans un chaos total, Kansas remporte donc le match (86-62) mais l’avenir des Jayhawks demeure encore flou. Wisconsin, attend de son côté un signe du destin. Sur le terrain, les hommes de Bill Self ont en tout cas fait le travail.

Toujours à la limite de la légalité, une habitude.

Plus de lecture ?
Nathan Knight William & Mary vs High Point 2020
“Steal of the NBA Draft” : Nathan Knight (William & Mary)