Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !
Jarron Cumberland Cincinnati Bearcats AAC Tournament 2018
(Crédit photo : Mark Brown - Getty Images)

First Round : #6 Illinois chute face au vaillant #11 Cincinnati

La MoC Madness débute avec le First Round, où 8 rencontres seront résumées par les soins de la rédaction (avec l’aide de “faits alternatifs”) sur 2 jours consécutifs. Quatrième épisode du tournoi : #6 Illinois contre #11 Cincinnati.

Vous cherchez le bracket de notre compétition ? Un seul clic.

Vous ne comprenez pas le principe de la MoC Madness ? Les indications juste ci-contre.

Qu’est-ce que la MoC Madness ?

La March Madness a succombé à la pression du COVID-19. Mais, la rédaction de Midnight on Campus a sorti l’artillerie lourde pour conclure la saison de basketball universitaire sur une note (folle) digne du mois de mars : la MoC Madness.

Lors des 3 prochaines semaines, la MoC Madness reprend le flambeau du NCAA Tournament pour couronner un champion national… à notre propre sauce. Du First Round au Final Four, nous mettrons la main à la pâte afin de poursuivre la folie du mois de mars (au sens propre comme au sens figuré). 4 résumés plus ou moins plausibles par jour de compétition et 1 bracket rempli par nos soins.

Et, surtout, aux grandes occasions les grands moyens. 

Bastien a gentiment réquisitionné son chat, Mopti, pour désigner les vainqueurs de nos résumés originaux. Oui, sans blague. Vous souvenez-vous de Paul Le Poulpe ? Et bien, c’est le même concept (en beaucoup plus mignon). Notre plume s’occupe du reste en construisant des faits alternatifs et des scénarios selon les préférences initiales de Mopti.

Impartialité garantie. 

A la recherche de résultats à l’objectivité pure ? La MoC Madness n’est pas pour vous. En quête d’événements fictifs dans le simple but de se distraire ? Vous allez adorer. 

Le choix de Mopti : Cincinnati


L’opposition entre #6 Illinois et #11 Cincinnati promettait d’être disputée. Elle n’a pas déçu.

Les Bearcats s’imposent face aux Fighting Illini (66-63) au terme d’une rencontre haletante. Un combat de tous les instants où Illinois a mené presque tout au long du match, avant de craquer, dans les toutes dernières minutes. La faute à une terrible blessure de Ayo Dosunmu à 3 petites minutes de la fin.

Mais, il faut souligner le mérite de Cincinnati, qui a défendu dur et n’a rien lâché.

Un match serré (+11 Illinois au maximum), durant lequel Jarron Cumberland (22 points) et Ayo Dosunmu (21 points) se sont rendus coup pour coup avant la blessure du leader des Fighting Illini. Une fin de partie suffocante, tendue, qui a accouché d’un mano a mano avant le dénouement final.

Un dénouement dont le héros se nomme Jarron Cumberland.

Le guard des Bearcats a inscrit un tir à 3-points ultra-important à 4.2 secondes du buzzer, pour faire passer le score de 63-63 à 66-63. Les Fighting Illini ne reviendront pas, puisque Andrez Feliz rate son tir au buzzer, et n’ont plus que leurs yeux pour pleurer.

La blessure de Ayo Dosunmu a eu raison d’Illinois

La blessure de Ayo Dosunmu, à quelques 3 minutes de la fin du match, a été rédhibitoire pour Illinois. Le tournant du match. Un véritable coup de massue pour les hommes de Brad Underwood.

Ils menaient de 8 points à ce moment-là du match. Ils ne s’en relèveront pas.

Le sophomore Ayo Dosumnu doit suivre la fin du match depuis les vestiaires. Le natif de Chicago, qui sort d’une saison magnifique (16.6 points, 4.3 rebonds et 3.3 assists), éclaboussait encore ce match de son grand talent : 21 points, 5 rebonds et 5 passes avant de sortir sur blessure.

Une blessure terrible, survenue au pire moment, au genou gauche, déjà touché en février. Sur une action anodine, Ayo Dosunmu se dirige vers le cercle, mais, il retombe mal sur son genou gauche, après un contact avec le géant Chris Vogt. Le jeune homme rentre au vestiaire, aidé par un membre du staff, serviette sur la tête, en larmes.

On se demande déjà si l’issue aurait été la même avec lui sur le terrain.

La gravité de la blessure ? Nous sommes toujours dans l’attente des résultats de l’IRM. On croise déjà les doigts pour que ce ne soit pas trop grave, à l’instar de celle de février dernier.

(Crédit photo : Brian Hamilton)

Jarron Cumberland et Tre Scott, le duo gagnant des Bearcats

La victoire de Cincinnati n’est certainement pas due, uniquement, à la blessure du meilleur joueur adverse. Loin de là.

Toute l’équipe s’est donnée en attaque comme en défense. La rotation intérieure de Cincinnati a dominé le freshman Kofi Cockburn et le secteur intérieur d’Illinois. Tre Scott (14 points, 14 rebonds) a été magique, Chris Vogt (6 points, 7 rebonds, 4 blocks) a été très bon et Mamoudou Diarra a fait du bon travail en 3ème vague.

Mais si Cincinnati sort gagnant de cette bataille, c’est surtout grâce à son duo entre Jarron Cumberland et Tre Scott.

Les deux seniors attendaient cette MoC Madness avec impatience et on connaît bien leur mentalité de gagnants. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les deux compères n’ont pas déçu et ont été intenables tout au long du match.

(Crédit photo : Cincinnati Athletics)

Surtout, Jarron Cumberland a mis la misère à la défense des Fighting Illini.

Il termine avec 22 points, 6 rebonds et 7 passes décisives. Il est celui qui a donné le ton en attaque et a inscrit le panier gagnant de ce match, à 4.2 secondes du terme. Pour l’aider dans sa mission, son ami Tre Scott. L’ailier-fort a réalisé un véritable chantier, en attaque comme en défense, et il conclut la partie avec 14 points et 14 rebonds (en plus d’une énergie folle sur le terrain).

Le duo a joué la quasi totalité du match : 37 minutes pour Jarron Cumberland et 38 pour Tre Scott. Un match dont les seniors se souviendront longtemps.

A la vue de leur envie et de leurs récentes performances, le Second Round risque de faire des étincelles à Cincinnati.

Plus de lecture ?
Cade Cunningham Oklahoma State Cowboys Recrutement 2020
“CBB Preview” : quelles sont les équipes qu’il faut regarder à la télévision en 2020-21 ?