Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !
Pete Nance Center Northwestern Wildcats vs Indiana Week 4 2020
(Crédit photo : Marc Lebryk - USA TODAY Sports)

“MoC Film Room” : la métamorphose de Northwestern avec une 5-out offense

Une ancienne chronique revient en même temps que la nouvelle saison de basketball universitaire sur Midnight On Campus : la “MoC Film Room”. Le principe ? Mettre en lumière une performance d’un prospect ou d’une équipe peu connue. Second opus de la saison : la métamorphose de Northwestern et la transformation de son animation offensive.

La Big Ten est assurément la meilleure conférence du pays. Vous voulez une preuve ?

Annoncée comme la moins bonne équipe en présaison, #19 Northwestern est aujourd’hui dans le haut de tableau de la Big Ten (6-2 ; 3-1). Les Wildcats ont débuté leur calendrier de conférence avec 3 victoires.

#4 Michigan State (79-65), Indiana (74-67) et #23 Ohio State (71-70) sont tous tombés face à la nouvelle animation offensive de Chris Collins. Le head coach a changé totalement son approche du jeu par rapport aux années précédentes.

Pour l’instant, seule l’armada d’#10 Iowa n’a pas cédé, dominant la défense de Northwestern (87-72). Mais l’équipe est méconnaissable en 2020.

Northwestern pousse les transitions jusqu’au bout

Les Wildcats sont devenus une équipe qui court.

Elle est loin d’être la meilleure équipe au rebond. Mais, chaque tir raté et neutralisé de l’adversaire est exploité. On se retrouve ainsi avec des joueurs portés vers l’avant rapidement. La présence de défenseurs athlétiques sur le périmètre, à l’image de Boo Buie et Chase Audige, permet également d’intercepter de nombreux ballons (6.14 par match et 6ème en conférence Big Ten).

L’objectif premier est de marquer des paniers “faciles”.

Même si l’adversaire a réussi à se replier, Chris Collins s’appuie sur plusieurs systèmes en deuxième option pour pousser le jeu de transition avant de placer son attaque.

Sur une initiative personnelle de Boo Buie (14.4 points et 5.3 passes décisives), Ohio State défend à quatre sur le début de la possession et le meneur de jeu l’a vu. Il doit attaquer rapidement le cercle.

Sauf que le plus intéressant, c’est le placement rapide de 3 joueurs derrière la ligne de 3-points.

Un tel spacing créé est bénéfique sur une action suivante.

Ce n’est pas compliqué, mais, très bien exécuté.

Boo Buie attaque de nouveau la peinture avant de sortir le ballon proprement pour Miller Kropp, excellent face aux Buckeyes (15.1 points à 57.1% de loin cette saison)

Northwestern prend moins de temps en attaque en 2020-21 : 16.9 secondes par possession en moyenne. Une chute de 4 secondes par rapport à la première saison du head coach (voir ci-dessous).

Les Wildcats étaient l’une des équipes les plus lentes de la conférence Big Ten. Ils sont désormais plus rapides et comptent sur plus de possessions. Les statistiques de cette saison portent uniquement sur les trois premiers matchs de Big Ten.

Mais l’évolution vers un jeu rapide est encore plus marquante en prenant en compte les matchs hors-conférence (14.9 secondes par possession et 70.9 possessions/40min.).

Pete Nance au cœur d’une “5-out offense”

Sur jeu placé, Pete Nance est le joueur clé.

Le junior est un pivot moderne, doté d’une très bonne compréhension du jeu.

Il n’est pas le plus adroit à longue distance, tout juste 30% la saison dernière, mais c’est un excellent créateur de matchup. Il est aussi à l’aise loin du cercle.

Cette action résume bien son profil. Plus mobile que E.J. Liddell, il est plus à l’aise au large et oblige l’intérieur de Ohio State à rester proche de lui. La fameuse “gravité” si importante aujourd’hui pour créer des espaces est cruciale pour Pete Nance.

Ensuite, sa maîtrise du slip screen (glisser faire le cercle après la pose plus ou moins évidente d’un écran) lui permet de créer des matchups à son avantage face à des adversaires qui viennent en soutien des joueurs plus physiques concentrés sur le pick-and-roll, à l’instar de E.J. Liddell à cette occasion.

Northwestern débute ses systèmes avec tous ses joueurs sur l’extérieur… et Pete Nance est au cœur du début de chaque action.

Déjà, Pete Nance ne s’installe jamais dans la peinture. Il reste autour de la ligne à 3-points et tous les systèmes passent par lui. Plusieurs solutions sont régulièrement utilisées par les Wildcats :

  • Les arrières tirent de loin si l’adversaire passent sous l’écran de Pete Nance.
  • Le jeu de slip screen (voir précédemment).
  • Les double staggers (succession d’écrans pour libérer un joueur qui arrive en courant).
  • Les cuts.

Tous ces jeux se retrouvent à l’échelon supérieur, en NBA.

Northwestern développe un jeu moderne et l’utilisation des cuts est justement ce qui fait la différence dans cette “5-out offense”. Il y tellement d’espace à l’intérieur que les joueurs coupent énormément. Forcément, cela crée du chaos dans la défense adverse.

Ici, sur un 45 cut (une coupe à 45 degrés), avec Robbie Beran à l’opposé du porteur de balle.

Si vous avez regardé jouer les Wildcats auparavant, ils sont une toute autre équipe cette année. Northwestern a évolué vers un jeu épuré et fluide.

Les 3 victoires en conférence Big Ten de la saison passée sont déjà égalées… en 3 matchs. Maintenant, il reste à savoir comment Northwestern va s’adapter face à des défenses qui auront bien étudié leur jeu. Ohio State a déjà bien défendu par séquences, malgré la défaite.

Surtout, cette “5-out offense” avec 5 joueurs loin du cercle repose beaucoup sur le tir à 3-pts. Les Wildcats sont en grande réussite dans ce secteur depuis le début de la saison. Avec 40.9% de réussite longue distance, Northwestern est la 14ème équipe la plus efficace du pays au tir lointain.

Cette réussite chutera-t-elle dans une conférence Big Ten très défensive ? Sûrement, tant le pourcentage est haut. Mais la sélection de tirs est très bonne. Aucun shoot n’est forcé.

Cette réussite des Wildcats n’est pas anodine.

Plus de lecture ?
Matt Bradley
La saison de la revanche pour Matt Bradley (California)