Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !
NCAA Basketball Final Four March Madness
(Crédit photo : Jamie Squire/Getty Images)

La meilleure solution pour la March Madness : statu quo, huit clos ou annulation ?

Un vent de panique souffle sur les sports américains avec la propagation du COVID-19. Et le basketball universitaire n’est pas épargné alors que la March Madness débute dans une semaine.

La NCAA a annoncé dans un communiqué officiel, hier soir, que la March Madness se déroulera à huit clos (dans l’état actuel des choses). Ce n’était qu’un scénario tiré d’une mauvaise dystopie il y a quelques jours. Aujourd’hui, plus aucune personne n’est autorisé à assister à une rencontre organisée par la NCAA depuis les tribunes (hormis le staff essentiel et la famille proche des joueurs).

Cependant, après une soirée où la NBA a suspendu la saison régulière à la suite du dépistage positif de Rudy Gobert (cocorico), où Tom Hanks a révélé la contraction du virus, où Donald Trump a interdit l’entrée de territoire à tout ressortissant européen et où toutes les conférences du Power Six ont suivi le chemin du huit clos pour le reste de leur tournoi, une question se pose inévitablement.

Quel sort attend, finalement, la March Madness ?

Se dirige-t-on vers une annulation pure et simple, ou, dans le meilleur cas, vers un report du NCAA Tournament à une date ultérieure ?

La décision d’organiser la compétition à huit clos est-elle encore viable ?

La tenue de la March Madness dans son état classique serait une décision criminelle. Tous les acteurs, y compris les représentants de la NCAA, posent le pied sur un territoire inconnu. Et, à l’heure où l’OMS a revalorisé le stade du COVID-19 à une “pandémie mondiale”, le principe de précaution doit primer.

Existe-t-il une meilleure solution pour la March Madness ?

Il est impossible de dire quelle est la meilleure solution a priori.

La pandémie du COVID-19 (ou coronavirus) se propage à une vitesse folle aux Etats-Unis ; où, presque tous les Etats sont touchés à des degrés différents. 68 équipes, dispersées aux quatre coins du pays et à proximité des foyers de propagation les plus actifs en Amérique, s’affrontent pendant 3 semaines et voyagent entre aéroports et hôtels.

A la vitesse où la situation évolue, la NCAA n’a plus d’autres solutions que de repousser ou annuler la March Madness. Inutile de tergiverser. Ce serait complètement insensé de jouer avec la santé des joueurs, d’autant plus qu’ils ne sont pas rémunérés (mais c’est un autre débat), si l’on compare avec la NBA.

La NCAA s’est avancée dans la crise avec énormément de prudence. A la suite de la composition d’un panel de médecins, la ligue universitaire a pris une suite de décisions pragmatiques qui suivaient celles des leaders dans le monde sportif. Avec l’arrêt immédiat de la compétition en NBA, l’annulation ou report de la March Madness est inévitable.

Est-ce la meilleure solution ?

Sanitairement, oui.

Un joueur est contaminé par le COVID-19 ? L’ensemble de l’équipe (joueurs et staff) et toutes les personnes ayant interagi avec lui sont en danger. En sachant que le temps d’incubation du virus est de 2 semaines, cela veut dire que une ou plusieurs équipes adverses ont pu contracté le coronavirus entre temps avec les risques associés de dispersion.

Imaginez les dégâts avec 68 équipes réparties en 16 sites différents, rien que pour le First Round.

Sportivement, la pilule est difficile à digérer.

Que ce soit les universités ou bien les supporters et les médias, tout le monde a passé une saison entière à se préparer pour le plus grand événement (et la plus grande fête) du calendrier universitaire. Le mois de mars rime avec March Madness. Et, sans compétition, tous les efforts et rêves des joueurs/entraineurs sont réduits à néant. Les seniors, qui terminent leur carrière en NCAA, sont spoliés d’une dernière danse pour laquelle certains en ont rêvé depuis leur enfance.

Et puis, soyons honnêtes : autant ne rien faire plutôt que de regarder une édition de March Madness sans aucun spectateur dans les tribunes.

Le NCAA Tournament est caractérisé par la folie des actions/scénarios sur le parquet autant que par l’ambiance apportée par les fans dans les travées des stades. L’un ne fonctionne pas sans l’autre, et, vice versa.

L’heure n’est plus à la réflexion, mais, à l’action. Attendez une décision de la ligue universitaire dans les prochaines 24 heures.

La rédaction sur l’état du NCAA Tournament ?

La rédaction de Midnight on Campus réfléchit aux différentes possibilités depuis quelques jours. Lisez un extrait de nos conversations sur l’avancée du COVID-19 en NCAA et nos réactions sur l’organisation (ou non) de la March Madness.

Julien : Non mais ça pue. Déjà avec les déclarations du gouverneur de l’Ohio hier, le site de Dayton sera à huit clos a minima. Et honnêtement, une March Madness sans public, même pas je la regarde.

Thomas : En vrai, tu préfères que ce soit annulé ou à huit clos ?

Julien : Huit clos, c’est non de chez non. On n’est pas en NBA à regarder des matchs sans ambiance.

Thomas : Je suis bien d’accord. Mais, pas de March Madness, c’est quand même la merde.

Julien : Et le CBI annulé, ça commence.

Aloïs : Cela pue.

Jean : Et voilà….

Emmanuel : Une rencontre de NCAA à huis clos. Quelle folie.

Julien : C’est sans moi, hein. Jamais je ne regarderai un match universitaire sans spectateurs et sans student section. On perd le charme de la compétition.

Aloïs : Ce ne sera pas à huit clos dans tous les stades, à mon avis. Spokane (pour le First Round) risque de subir le même sort dans pas longtemps.

Julien : La Big Ten maintient les fans. Mais ça tombe de jour en jour. Tu verras que ce sera une obligation le huit clos, a minima.

Thomas : Oui, c’est sûr qu’on s’y dirige. On peut prendre l’exemple de l’Europe déjà… Cela me déprime en vrai.

Emmanuel : Si le nombre de cas augmente aux USA, les tournois sautent à mon avis.

Bastien : En vrai c’est tellement difficile à prendre comme décision.

  • Tu annules tout : tu prives les joueurs (les seniors notamment) de leur dernier run avant de passer professionnel, leurs derniers moments sur un parquet pour certains, etc.
  • Ou alors tu fais les matchs à huit clos : il y a 0 ambiance, ce n’est pas terrible à regarder, il y a moins d’intensité, etc.
  • Tu laisses tout normal mais en prenant des risques de santé publique considérable (donc pas envisageable).

Tout annuler pour moi, ça serait priver les joueurs de leur dernière danse, même s’il n’y a personne pour regarder.

Aloïs : Le Final Four dans un stade vide de 80.000 personnes. 🙃

Jean : J’y crois pas, j’arrive pas à imaginer. Cela va être d’une tristesse folle.

Bastien : Ne rien faire, c’est voler le tournoi aux joueurs. Franchement, au moins, ils peuvent jouer et faire leur truc. Notamment pour les seniors. Et dans le même temps, ils prennent pas de risques pour les spectateurs.

Thomas : Je suis assez d’accord. Je préfère huit clos que annulation.

Hugo : On ne prend pas de risques pour les spectateurs mais ce n’est pas pour autant qu’il n’y aura pas de rassemblements de 50.000 étudiants sur les campus…

Julien : La suite logique, c’est l’annulation si la psychose enfle. Et vu comment cela évolue de jour en jour, pas sûr que cette décision soit toujours effective dimanche.

Plus de lecture ?
Cade Cunningham Montverde Academy Oklahoma State 2020
Top-50 des meilleures recrues de High School en 2020 : liste et analyse