Tevin Brown Leader Murray State Racers OVC 2022
(Crédit photo : Murray State Racers Athletics)

March Madness : nos 10 prodiges de Mid-Majors prêts à briller en mars

La beauté de la March Madness réside dans son imprévisibilité (à l’image du basketball universitaire). Les performances extravagantes et les upsets déconcertants frappent là où l’on ne les attend pas ; et agitent le NCAA Tournament pour le plus grand plaisir de nos yeux. Pas forcément de nos coeurs

Tout le monde aime les surprises… surtout quand cela implique des Mid-Majors.

Et, quand une équipe moins connue brille, une pépite est souvent derrière l’exploit.

A l’instar de chaque nouvelle édition de la March Madness, Midnight on Campus se plie en quatre pour compiler une liste (non-exhaustive) des prodiges issus de Mid-Majors prêts à être catapulté sur le devant de la scène du NCAA Tournament grâce à des sorties majestueuses et des upsets.

Vous n’avez plus d’excuses pour ne plus connaitre les stars du mois de mars.

Les (possibles) superstars de la March Madness :

Tevin Brown, Murray State

(16.9pts, 5.5reb, 3.0ast, 1.4stl en 35min de moyenne)

Vous connaissez l’existence de Murray State en basketball universitaire grâce à l’explosion de Ja Morant sur la scène de la March Madness en 2019. Et, bien, sachez que Tevin Brown était un freshman dans cette fabuleuse équipe… et qu’il brille chez les Racers depuis ses premiers pas.

Une fois l’ombre de Ja Morant disparue pour la NBA, Tevin Brown a pris les rennes.

Et les résultats sont là.

Le guard junior est aussi bien le leader naturel que le moteur offensif de Murray State. Chaque ballon passe entre ses mains et est très bien distillé pour finir dans le panier. Certes, l’arrière n’est pas le meilleur scoreur des Racers (K.J. Williams l’est avec 18.9pts de moyenne), mais l’attaque ne tournerait pas aussi bien sans lui.

Tevin Murray plante des banderilles à 3-pts, fait la dernière passe et percute dans la raquette. Tous les ingrédients pour exploser au First Round du NCAA Tournament… et plus encore.

Tommy Kuhse, Saint Mary’s

(12.0pts, 3.8reb, 3.6ast en 29.7min de moyenne)

Il ne faut pas s’attendre à des sorties à 30+ points avec Tommy Kuhse. Toutefois, avec lui, vous avez de très grandes chances d’admirer un tir “clutch” ou une action formidable pour clôturer un “money-time” disputé.

Le meneur senior de Saint Mary’s conclut une 6ème saison avec les Gaels.

Autant dire qu’il maitrise le système offensif de Randy Bennett, qu’il contrôle le tempo de la partie et qu’il incarne, aussi, la pointe de l’excellente défense qui a piqué la conférence WCC dans le vif en 2021-22. Tommy Kuhse n’est pas la caution fantasque des Gaels ; s’il en existait une, par ailleurs.

Efficacité, expérience, détermination et robustesse.

Saint Mary’s a battu Gonzaga, il y a quelques semaines, pour conclure la saison régulière. Tommy Kuhse n’était pas étranger à cet exploit et ce ne devrait pas être une surprise. Les Gaels n’ont pas accédé à un seed #5 par hasard et sans valeurs sures.

Baylor Scheierman, South Dakota State

(16.2pts, 7.8reb, 4.6ast en 33.1min de moyenne)

Après un titre de “Player of the Year” en Summit League, Baylor Scheierman se trouve en position idéale d’exploser sur la scène nationale à la March Madness. Le leader intrinsèque de South Dakota State s’est révélé au fil des années comme l’un des meilleurs attaquants de la ligue universitaire.

Une adresse lointaine digne de la NBA (49% de réussite derrière l’arc en Summit) et des qualités certaines à la création : il peut marquer de bien des manières différentes.

Tout en gardant une efficacité folle et en faisant jouer ses lieutenants autour de lui.

Face à Providence dès le First Round, Baylor Scheierman possède l’occasion de briser le plafond de verre et d’être reconnu à sa juste valeur. Tel un attaquant de grande classe capable d’empiler les points de loin, à mi-distance ou en plein coeur de la raquette. Avec efficacité et sobriété, bien sur. L’opportunité est fabuleuse (même face à la défense extérieure des Friars).

Et si les Jackrabbits créent l’exploit dans cette édition du NCAA Tournament, cela ne peut exister sans une performance fabuleuse de Baylor Scheierman.

Malachi Smith, Chattanooga

(20.1pts, 6.7reb, 3.1ast, 1.7stl en 35.4min de moyenne)

Posons les bases : Malachi Smith est l’un des meilleurs guards de la ligue.

Pas seulement en Mid-Majors mais, aussi et surtout, à l’échelle nationale.

Le meneur sophomore de Chattanooga réalise une saison fantastique et il est sans équivoque le synonyme du succès des Mocs en 2021-22. On ne compte plus les sorties à 20+pts et les lignes à 8, 9 ou 10 paniers réussis. Le tout avec des qualités de playmaker hors-normes pour trouver le chemin du cercle et pour compenser un gabarit modeste.

Sauf que Malachi Smith n’est pas qu’un scoreur : il apparait aussi dans le Top-10 en terme de rebonds, de passes décisives et d’interceptions en SoCon. Et ses qualités défensives lui permettent de briller tout autant que capacités offensives.

Bref, il est le coeur et l’âme de Chattanooga. Et, face à Illinois lors du First Round, il n’est pas impossible qu’il soit le meilleur guard présent sur le parquet.

Lucas Williamson, Loyola-Chicago

(14.0pts, 5.0reb, 3.0ast en 31.9min de moyenne)

Le collectif de Loyola-Chicago est le point fort qui a permis aux Ramblers de briller lors de ses dernières participations réussies à la March Madness ; et lors de son run jusqu’au Final Four en 2018.

La donne a un peu changé en 2022, mais, pas tant que cela.

Drew Valentine a repris la position de head coach après le départ de Porter Moser et a gardé les mêmes valeurs défensives et collectives que son mentor. En grande partie. Mais, il a aussi mis en place une attaque bien plus axée sur les tentatives lointaines… qu’incarne Lucas Williamson.

L’ailier senior de Loyola-Chicago porte la réussite offensive de l’équipe sur ses épaules.

Suppléé par Braden Norris dans un rôle de meneur gestionnaire, Lucas Williamson supporte les Ramblers des deux côtés du terrain. Il est l’homme parfait pour sortir une interception cruciale, une passe décisive ou un tir primé salvateur dans les ultimes secondes.

Les étoiles filantes du First Round de la March Madness :

Jamaree Bouyea, San Francisco

(16.7pts, 5.1reb, 4.0ast, 1.8stl en 35.9min de moyenne)

Le meneur senior de San Francisco sait tout faire et peut tout faire pour Todd Golden.

Les Dons retrouvent la March Madness pour la première fois depuis une éternité (1998) et, pour exister, Jamaree Bouyea est la solution. Lui et Khalil Shabazz représentent cette équipe au plus haut niveau ; et ils devront rehausser encore leur niveau avec l’absence de la gâchette Yauhen Massalski à l’aile.

Jamaree Bouyea en premier.

Il mène le show offensif des Dons et distille les phases d’attaque pour transmettre à ses artilleurs, pour trouver une position préférentielle dans la raquette ou pour garder le ballon et créer une situation offensive à son avantage.

Pour faire simple, cette épreuve du First Round est une occasion ou jamais de briller.

Tyson Degenhart, Boise State

(9.9pts, 3.9reb en 27.9min de moyenne)

Il n’est que freshman, il n’est pas la première (ni la deuxième ou la troisième) option de Boise State mais Tyson Degenhart pourrait bien connaitre une poussée de croissance notable à la March Madness.

Et, face au talent de Memphis, le jeune intérieur pourrait saisir cette opportunité à pleines mains.

Tyson Degenhart possède un attirail offensif très intéressant et joue très bien dos au panier. Il pourrait surtout profiter des espaces créés et forcés par les stars extérieures des Broncos ; que ce soit Abu Kigab, Marcus Shaver Jr. ou Emmanuel Akot. Sa technicité et sa science du pick-and-roll peuvent devenir un atout non-négligeable afin de divertir les faiblesses défensives adverses.

Foster Loyer, Davidson

(16.3pts, 3.1reb, 3.3ast en 30.2min de moyenne)

En 3 ans à Michigan State, Foster Loyer n’existait pas et ne pouvait aligner un tir primé.

En 2022, à Davidson, le meneur a planté 72 tirs à 3-points.

Le petit meneur est devenu l’un des cadors de cette excellente équipe des Wildcats… et rencontre son ancienne université dès le First Round. Une belle opportunité de marquer les esprits et de montrer aux Spartans ce dont il est capable. Surtout que Foster Loyer est passé de 4.2 à 16.3 points de moyenne avec un statut de pierre angulaire de la réussite de Davidson.

Hyunjung Lee, Michael Jones et Luka Brajkovic tournent régulièrement à plus de 20 points ; mais, la différence est que le ballon réside dans les mains de Foster Loyer.

Ben Shungu, Vermont

(16.2pts, 4.5reb, 2.3ast en 30.6min de moyenne)

Vermont a survolé la saison régulière en America East avec une facilité déconcertante. A l’image du tournoi de conférence… qui s’est soldé de 3 victoires de 30+ points.

Et, le patron des Catamounts s’appelle Ben Shungu.

Accompagné de Ryan Davis à l’aile, le guard senior a grimpé les échelons (après un début de carrière en tant que walk-on) pour devenir le leader d’une des meilleures équipes en Mid-Majors. Les Catamounts brillent grâce à leur défense ; mais, s’ils veulent exister face à Arkansas, il faudra marquer des points.

Et, leur meilleure arme n’est autre que Ben Shungu puisqu’il peut marquer de n’importe quel endroit du parquet.

Jordan “Jelly” Walker, UAB

(20.4pts, 4.8ast, 1.5stl en 31.6min de moyenne)

A la recherche d’une star sortie de nulle part lors du First Round ? Jordan Walker est un excellent pari pour tuer les espoirs d’un ou plusieurs équipes. Surnommez-le “Jelly” Walker, d’ailleurs, tant il est souple et soyeux sur le parquet.

Le meneur senior est capable de planter des tirs farfelus avec une vraie facilité.

Il a tiré en 2021-22 plus de 3-points que n’importe quel autre joueur du NCAA Tournament (115).

Jordan Walker est l’épitome du playmaker fantasque qui craque le haut du panier lors des grands événements du mois de mars. Il a déjà sorti des highlights de grande classe lors du tournoi de conférence C-USA… avec 40 points en demi-finale et les tirs de la gagne en finale. Bref, vous allez manger du “Jelly” à la cantine de la March Madness.

Mentions spéciales aux prodiges déjà connus :

Abu Kigab, Boise State

Marcus Shaver, Boise State

Isaiah Stevens, Colorado State

David Roddy, Colorado State

Hyunjung Lee, Davidson

Luka Brajkovic, Davidson

Jacob Gilyard, Richmond

Tyler Burton, Richmond

Grant Golden, Richmond

Matt Bradley, San Diego State