Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !
(Crédit photo : Indiana Wesleyan Tigers Athletics)

Kyle Mangas (Indiana Wesleyan), la pépite de l’Indiana cachée en NAIA

Même au coeur de la saison de basketball universitaire, Midnight on Campus aborde les (potentielles) stars de demain : nos “Diamants Bruts”.  De futurs talents qui ont connu une saison de freshman ou sophomore intéressante et qui tentent de (re)lancer leur cursus dans une nouvelle école. Des prospects de Junior College qui arrivent en NCAA. Ou, plus osé, des joueurs inconnus qui méritent la lumière.

Spécialité de la rédaction en 2020-21, il faut opérer un retour en NAIA (cela faisait longtemps) pour découvrir un joueur extrêmement talentueux, qui est entré dans l’histoire de l’Etat d’Indiana : Kyle Mangas.

Le senior évolue au sein de la meilleure équipe en NAIA, à l’heure actuelle, Indiana Wesleyan. Et sa prestation contre Huntington University mérite notre attention.

Il s’agit d’association sportive en marge de la NCAA qui propose des compétitions sportives au niveau universitaire, avec une compétitivité équivalente à la Division II en NCAA.

Un prospect talentueux passé sous les radars

Comme pour la plupart des lycéens, Kyle Mangas jongle entre plusieurs sports : le football américain et le basketball. Cependant, lors de sa saison de sophomore, il décide de se concentrer à 100% sur ce dernier sport, avec son lycée de Warsaw Community High School.

Là, il va connaître une ascension fulgurante et il marque l’histoire de son équipe.

Kyle Mangas est devenu le 4ème meilleur scoreur de l’histoire du lycée avec 1.450 points inscrits au cours de son cursus. Il s’est notamment distingué lors d’une saison de senior avec une pointe à 47 points. Et ses belles performances l’ont récompensé avec un titre honorifique de All-Star de l’Indiana.

Cependant, il évoluait dans un lycée qui était bien loin des spotlights nationaux. Ce qui veut, malheureusement, dire qu’il est passé sous les radars des scouts de Division I. Oui, vous avez bien lu, il n’a obtenu aucune offre en provenance de Division I. A la vue de son parcours, certains peuvent s’en mordre les doigts.

Ah, la rude loi du High School.

Kyle Mangas n’est pas le premier et surtout n’est pas le dernier à être ignoré de la sorte. Heureusement que la NAIA, le Junior College ou encore les Divisions II et III permettent à ces jeunes talents de jouer au basketball à l’université. Puisqu’il désirait rester à proximité de chez lui, il décide de rejoindre la powerhouse de Indiana Wesleyan pour y effectuer son cursus, en NAIA, donc.

Son cursus universitaire ?

Kyle Mangas affiche une moyenne de 21.5 points, 5.2 rebonds et 2.9 passes dès sa saison de freshman, avec un profil de leader, lui qui n’est qu’en première année. Et, en conclusion de cette saison en 2017-18, Indiana Wesleyan remporte le NAIA National Tournament et le guard freshman est carrément nommé “Most Outstanding Player“. Sans oublier qu’il devient le premier freshman de l’histoire a remporté le titre de Joueur de l’Année dans la conférence Crossroads League.

On part sur des bases incroyables, et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce n’était que le début d’une domination sans partage au sein de la ligue.

Son pic intervient lors de la saison dernière en 2019-20, où il s’adjuge le titre de “NAIA National Player of the Year”. Le junior termine la saison avec une moyenne de 26.9 points, 5.8 rebonds et 3.8 passes ; mais, surtout, une telle récompense lui permet d’être reconnu (officiellement) par ses pairs.

Que peut-on attendre de beau pour son ultime saison en université ?

Oh, trois fois rien.

Kyle Mangas continue sur ses standards offensifs. Il a passé la barre des 3.000 points en carrière, soit seulement le 2ème joueur de la Crossroads League à franchir cette barre symbolique, et le premier dans l’histoire de Indiana Wesleyan. C’est plutôt solide et mérité pour son oeuvre depuis trois saisons (et demi).

Quoi, encore une autre chose ?

Ah, j’oubliais presque. Kyle Mangas est devenu le meilleur marqueur de l’histoire de l’Etat d’Indiana, détrônant un certain… Larry Bird, qui a accompli ses exploits avec les Sycamores d’Indiana State entre 1976 et 1979.

Les scouts ont eu le nez creux, encore une fois.

Kyle Mangas est un joueur complet par excellence

Huntington University offrait une belle adversité aux Tigers.

Les joueurs du fiston de Steve Alford, Kory, qui débute dans sa première saison à la tête des Foresters, sont jeunes, proposent un bon niveau de talent et, franchement, se révèlent comme une belle surprise avec une très belle adversité. En tête d’affiche, le sophomore et ancien joueur d’Oakland, Zach Goodline.

La rencontre était plutôt disputée. Mais, au final, la logique est respectée avec une victoire d’Indiana Wesleyan (97-89). Et Kyle Mangas sort une performance de gala avec 43 points et 6 rebonds.

Comme vous pouvez vous en douter, le guard est très doué en attaque.

En même temps, on ne marque pas plus de 3.000 points en carrière universitaire par hasard. Toutefois, le sentiment qui domine lorsque l’on regarde le joueur sur le parquet est cette facilité dans le jeu avec très peu de déchets, que ce soit dans sa sélection de tirs et dans le jeu en général. Propre et efficace. Pendant le match, je n’avais pas la sensation que le jeu tournait autour du lui. Et à la pause, quand le commentateur annonce qu’il en est déjà à 22 points, je lâche un “ah ouais, je n’ai rien vu tellement c’était fluide”.

Il ne force pas et il ne monopolise pas le cuir.

C’est peut-être la grande force de Kyle Mangas : il ne force pas.

Dans un effectif ultra-talentueux en NAIA, il n’a pas besoin de posséder le ballon sur chaque possession et il n’est pas dans l’obligation de créer du jeu. Non, des systèmes sont construits pour lui, mais après, son intelligence du jeu crée la différence.

Sur une attaque placée basique, il est à la création et, une fois la passe effectuée, il va se faire oublier poste bas. La défense se focalise sur le porteur du ballon et oublie le leader d’Indiana Wesleyan, qui sanctionne sans difficulté.

Sur une autre action où il n’a pas le ballon en mains, il effectue un écran dans le dos puis remonte sur son spot favori, à 45. Il demande le ballon mais ne le reçoit pas. Sauf qu’il possède le réflexe de jouer vers le panier. Et n’ayant personne devant lui (une règle de base au basketball, on remercie pour les fondamentaux), il hérite du ballon en mouvement pour un panier facile.

Une action à montrer dans toutes les écoles de basketball.

Kyle Mangas se repose tout de même sur un avantage de physique et de taille face à ses adversaires directs de Huntington University. Souvent des freshmen, en plus. Il a donc alterné avec du jeu dos au panier, autre corde à son arc, en dominant physiquement son vis-à-vis et en finissant près du cercle.

Il possède une panoplie de feintes efficaces qui marchent à chaque fois. De plus, il peut absorber le contact avec son physique, excepté sur les intérieurs, ce qui donne souvent des situations de 2+1.

Et l’expérience parle, souvent.

Forcément, quand vous êtes placés dans la catégorie des scoreurs, vous devez avoir une adresse à 3-points qui permet d’attirer l’attention des défenseurs. Kyle Mangas fait honneur à son profil.

Et il aime prendre des tirs à longue distance.

Le guard n’est pas le meilleur shooteur d’Indiana Wesleyan. Toutefois, il se défend plutôt bien derrière l’arc. Il est capable de pull-up rapidement, avec aisance et confiance, que ce soit sur jeu placé ou en transition en première intention.

La fin d’une panoplie offensive (plus que développée) ? L’abnégation.

Kyle Mangas manque peut-être un faible nombre de tirs grâce à son excellente sélection de tirs. Mais, parfois, il n’est pas adroit. Cela arrive même aux meilleurs. Cependant, ce n’est pas pour autant qu’il se démoraliser. Au contraire, il peut louper un tir mais il continue de jouer. En effet, il coupe vers le panier pour se positionner poste bas et attendre une nouvelle offrande d’un coéquipier.

De telles actions relativement anodines sont assez rares en basketball universitaire. C’est là où on voit que Kyle Mangas est un vrai leader qui se bat à chaque instant.

Evidemment, vous m’attendez au tournant sur le plan défensif.

Il est vrai que pour la plupart des stars à l’université, surtout les scoreurs, n’apporte qu’une présence défensive plus restreinte. Ils font généralement le minimum d’efforts. Mais, j’aime les joueurs qui jouent collectif et jouent des deux côtés du parquet. Évidement, Kyle Mangas se trouve dans ce cas.

Le senior n’est pas un scoreur lambda. Non. Il est vraiment un joueur complet qui montre l’exemple sur le parquet. Il défend, il fait le travail de l’ombre sur les rebonds, il se trouve à tous les endroits du parquet et ne ménage pas ses efforts !

Couper les lignes de passes.

Boxout lors des rebonds.

Mettre de la pression sur le porteur de balle.

Bump les joueurs qui passent à côté de lui.

Ces efforts lui permettent de récupérer des ballons et, donc, de marquer des paniers faciles par la suite.

Kyle Mangas m’a le plus impressionné sur les rebonds.

Oui, son profil physique aide bien mais il se trouve toujours au bon endroit et au bon moment. Il apprécie le fait de prendre un rebond défensif et de se projeter rapidement vers l’avant, en terminant bien souvent l’action lui-même, comme un grand !

Idem sur les rebonds offensifs.

Son placement lui permet toujours de gratter un ou deux ballons gratuits. Il ne s’en prive pas pour sanctionner son adversaire direct qui ne le respecte pas et ne fait pas d’écran de retard sur lui.

En résumé, les points forts et les points faibles de Kyle Mangas ?

Points forts :

  • Leader naturel
  • Fort scoreur sur les trois niveaux
  • Joueur complet (en attaque et en défense)
  • Peut se mettre au service de son équipe au besoin
  • Pas besoin d’avoir le ballon en mains pour être productif
  • Intelligence de jeu
  • Lucide sur ses capacités

Points faibles :

  • Manque de vitesse sur ses premiers pas,
  • Pas un joueur athlétique (c’est, pour moi ce qui lui a empêché d’avoir des offres de Division I, où les joueurs à son poste s’appuient essentiellement sur leur profil athlétique)
  • Peut en faire un peu plus défensivement, surtout loin du ballon

Quelle est la suite pour Kyle Mangas ?

La suite est simple : un nouveau titre national en NAIA en 2020-21 avec Indiana Wesleyan.

Le tout en essayant de s’approcher du record all-time de l’Indiana sur les points inscrits. Il doit inscrit un peu plus de 700 points de mémoire, donc, cela risque d’être mission impossible. Sauf si la NAIA suit les directives de la NCAA et permet une cinquième année d’éligibilité. Ce serait quelque chose de grandiose.

En tout cas, une chose est sûre : il sera professionnel en Europe.

Kyle Mangas possède une telle aisance, un tel état d’esprit, qu’il se révèle être un joueur que chaque entraîneur espère avoir au sein de son effectif. Le chemin est tout tracé pour le guard. En espérant qu’un club en France tombe sur cette présentation, que ce soit en Jeep Elite ou en Pro B.

Il a déjà été snobé par les scouts de Division I, ne soyez pas les prochains, messieurs.

Vous venez de tomber sur une pépite prête pour les exigences professionnelles.

Et c’est un pari loin d’être risqué.

Plus de lecture ?
Our Lady of the Lake Basketball Scrimmage 2020-21
“Gem of the Week” : Our Lady of the Lake (NAIA)