Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !
Bill Self Kansas Head Coach
(Crédit photo : Peter G. Aiken - USA TODAY Sports)

La réponse de Kansas à la “Notice of Allegations” de la NCAA est suicidaire

Lundi, l’Université de Kansas a reçu une “Notice of Allegations” rédigée par la NCAA. Une conclusion : les griffes de la ligue universitaire se sont resserrées sur les Jayhawks.

D’après un rapport initial de Yahoo Sports, l’un des plus prestigieux programmes de basketball de l’histoire de la ligue a reçu des accusations très lourdes et “potentiellement dévastatrices à la suite de l’investigation de la NCAA sur les pratiques de recrutement de l’école révélées par le FBI.

Kansas a été accusé d’un manque de contrôle institutionnel, de 3 violations de Niveau 1 (les plus sévères dans la classification de la ligue) et la responsabilité de Bill Self a été mis en cause en vertu de sa position de head coach.

Contacté par Yahoo Sports, un agent de conformité employé en NCAA a jugé les accusations “très sérieuses” avant d’ajouter :

C’est tout ce que les bureaux de conformité visent à éviter. Incroyable, c’est le tiercé gagnant. C’est pourquoi ils existent. Cela me rend anxieux rien que d’y penser.

La “Notice of Allegations” cite également le programme de football et l’accuse d’avoir autorisé un entraineur supplémentaire lors de séances d’entrainement sous l’égide du précédent head coach, David Beaty. Ces allégations ne sont que de Niveau 2 et, au final, ne représentent pas grand chose pour Kansas en comparaison des accusations contre le programme de basketball.

Les violations de Niveau 1 sont liées, en grande partie, aux recrutements litigieux de Silvio De Sousa et de Billy Preston. Ces derniers ont été dénoncés lors du procès mené par le FBI, au cours duquel un consultant d’Adidas, T.J. Gassnola, est accusé d’avoir fourni des sommes d’argent conséquentes aux joueurs.

Des documents ont révélé que T.J. Gassnola a acheminé $90.000 à la mère de Billy Preston et il a lui-même révélé un paiement de $2.500 au tuteur légal de Silvio De Sousa (tout en réfutant un paiement de $20.000, malgré une discussion entendue grâce à un enregistrement sous écoute).

La charge à l’encontre de Bill Self pourrait elle-aussi se révéler très coûteuse. La responsabilité du head coach est directement mise en cause et des preuves irréfutables ont émergé lors du procès du FBI.

En effet, Bill Self a discuté ouvertement, par SMS avec T.J. Gassnola, de l’aide que Adidas peut apporter à Kansas après que l’équipemntairem a renouvelé son contrat avec l’Université :

Je suis heureux avec Adidas. On doit juste avoir des vrais gars.

Plus tard dans la conversation, T.J. Gassnola répond :

Je ne t’ai jamais déçu à part pour Dyondre (sic) lol. (Il parle de Deandre Ayton)

A la veille de l’annonce de l’engagement de Silvio De Sousa, T.J. Gassnola annonce : “J’ai parlé avec [le tuteur légal]”. Ce à quoi Bill Self répond : “On est bon ?”. L’ancien consultant d’Adidas acquiesce :

Toujours. C’était facile. La balle est dans son camp.

Quelles sont les sanctions potentielles ?

Déjà, il est (très) rare qu’un programme affronte des accusations d’une telle envergure.

Kansas a reçu une violation de Niveau 1 supplémentaire que NC State, dans sa “Notice of Allegations” en juillet, et le Wolfpack n’a pas été accusé d’un manque de contrôle institutionnel, peut-être la charge la plus sévère dans le spectre de la NCAA.

Mais regardons les pénalités que les Jayhawks peuvent recevoir officiellement selon le barème de la NCAA :

  • Chaque violation de Niveau 1 est passible d’une interdiction de 1 à 5 ans afin de participer aux activités d’après-saison.
  • Chaque violation de Niveau 1 peut également amener à la même interdiction envers le head coach, pour une durée d’une saison.
  • Chaque violation confirmée, au sein de laquelle un athlète incriminé à participer aux activités avec l’équipe, peut entrainer la perte de victoires, de titres et/ou de championnats.
  • Chaque violation confirmée peut entrainer à la perte de bourses universitaires pour une durée de plusieurs années, avec une restitution graduelle de ces bourses.

Il existe tout de même des facteurs aggravants (ou non) dans le “jugement” final de la NCAA ; qui ne possède aucune valeur juridique, rappelons-le.

Par exemple, le Comité des Infractions est généralement peu sévère avec les universités qui avouent leur(s) tort(s) et coopèrent avec elle. La violente réponse défensive de Kansas, à la suite de la “Notice of Allegations”, ne rentre pas du tout dans ce sens : c’est simple, les Jayhawks attaquent la ligue universitaire.

La dernière fois qu’une université s’est battue bec et ongles face à la NCAA ? USC, au moment du scandale de Reggie Bush.

Les sanctions ont été extrêmement lourdes en 2010 (la perte du titre national acquis en 2004 ainsi que de toutes les victoires et du Heisman Trophy de Reggie Bush en 2005). Et depuis le départ du running back de l’université en 2005, les Trojans sont toujours forcés, 15 ans plus tard, à se dissocier du joueur.

Le processus engagé est encore loin d’être terminé. Kansas possède 90 jours pour répondre à la “Notice of Allegations” et la NCAA possède, après cela, 60 jours pour délivrer une nouvelle “Notice of Allegations” potentiellement amendée.

Et puis, seulement ensuite, viendra le temps de jugement. N’attendez pas à des pénalités officielles avant 6 à 9 mois (si ce n’est avant un an).

La stratégie employée par Kansas est suicidaire

La perception générale est que la NCAA est un policier gentil avec les plus programmes les plus influents et que son pouvoir est limité face aux équipes qui amènent de la gloire et de l’argent.

Mais, il ne faut pas oublier que remettre en cause et jouer avec l’autorité de la NCAA a surtout le don d’énerver la ligue universitaire.

Cependant, l’indulgence de la NCAA depuis plusieurs années a enorgueilli ces fameux programmes influents, qui ont pris de la confiance et se croient invincibles faces au pouvoir limité de la ligue universitaire.

Autrement dit : Kansas n’a pas peur de la NCAA et veut jouer au bras de fer avec elle. Les réponses de Jeff Long et de Bill Self sont criantes.

Evidemment, nous sommes déçus des accusations formulées à l’encontre du programme de basketball […] et nous nous opposons fermement à celles-ci. Nous supportons entièrement Bill Self et nous défendons vigoureusement les accusations à son encontre et à l’encontre de l’Université.

répond le directeur athlétique de Kansas, Jeff Long.

Forcés de rassurer ses institutions membres et le public qu’ils peuvent contrôler ses institutions membres, les membres de l’autorité de la NCAA ont répondu avec une agressivité superflue […] et je dispute vigoureusement ce dont nous avons été accusé.

Dans le but de reprendre le pouvoir, les autorités [de la NCAA] ont créé une représentation faussée du programme de basketball et moi-même, basée sur des sous-entendus, demi-vérités, fausses impressions et descriptions erronées.

On sait tous qu’il n’existe qu’une seule vérité. Cette vérité est basée sur des faits vérifiables et je suis confiant que les faits que nous allons démontrer pour notre défense va dénoncer les imprécisions des autorités.

rétorque le head coach des Jayhawks, Bill Self.

Disons-le clairement : la rhétorique employée par Kansas est proche du suicide. Je souhaite un bon courage à Bill Self pour contredire des témoignages sous serment et des pièces à conviction utilisés dans un procès fédéral.

La NCAA a récupéré les éléments amenés par le FBI dans la construction de la “Notice of Allegations” et T.J. Gassnola a coopéré totalement avec l’agence fédérale pour éviter une peine de prison trop lourde. L’ancien consultant d’Adidas a détaillé pendant 2 jours, sous serment, des conversations complètes avec Bill Self et son ancien assistant, Kurtis Townsend. Il a révélé les paiements opérés avec le soutien de transactions bancaires et d’écoutes téléphoniques.

Et Monsieur Bill Self pense qu’il est capable de discréditer une source qui a travaillé avec et pour le FBI pendant plusieurs années ? Il veut montrer que T.J. Gassnola est arrivé à duper tous les procureurs du barreau de New York ?

Bordel, on nage en plein délire.

Bill Self Kansas Head Coach
(Crédit photo : Jamie Squire – Getty Images)

Kansas pourrait toutefois utiliser un angle d’attaque qui semble discutable. Dans la “Notice of Allegations”, la NCAA positionne T.J. Gassnola en tant que “booster” de l’Université et les Jayhawks devraient contester un tel positionnement.

Pourquoi ? Avec le statut de booster (et donc de contributeur direct dans les activités d’un programme affilié à la NCAA), des discussions a priori banales deviennent instantanément des violations majeures et des transactions financières deviennent au même moment des investissements. Sauf que démontrer que cela n’est jamais arrivé va demander une certaine force de persuasion à Kansas.

Le point faible de la NCAA a toujours été le manque de preuves tangibles pour supporter ses argumentations. Avec les éléments acquis grâce à l’investigation et au procès du FBI, elle possède enfin l’armement nécessaire pour tenir le choc.

Et l’orgueil des Jayhawks devrait lui donner encore plus envie de marquer le coup et de montrer qu’un tel remue-ménage n’a pas été mené en vain.

Comment ? La “death penalty” est certainement tirée par les cheveux, mais, Kansas pourrait bien subir des pénalités extrêmement lourdes, avec un effet ressenti pour la prochaine décennie entre interdictions d’apparition à la March Madness, suspensions de bourses universitaires et restrictions budgétaires.

Et elle pourrait bien essayer de se débarrasser de Bill Self à tout jamais, comme le suppute Dan Wolken de USA TODAY Sports.

De toute manière, quelqu’un doit devenir un exemple afin de mettre un terme au système de corruption déterré par le FBI. Bill Self et, a fortiori, l’Université de Kansas prennent la forme de boucs-émissaires parfaits.

Pour accéder et lire la “Notice of Allegations” officielle de la NCAA (20 pages) :

Plus de lecture ?
Evansville
“A day with Evansville” : à la découverte de Paris