Hubert Davis UNC Tar Heels vs Saint Peter's Elite 8 March Madness 2022
(Crédit photo : Matt Rourke - AP Photo)

Hubert Davis, acteur majeur du retour de North Carolina au Final Four

Hubert Davis a ramené North Carolina à sa place en seulement une saison.

Engagé pour succéder à l’emblématique Roy Williams, il a d’ores et déjà réussi sa mission : refaire de North Carolina une place forte du basketball universitaire après 2 saisons médiocres.

Hasard de l’histoire, Hubert Davis devient le premier head coach de première année à atteindre le final four depuis Bill Guthridge… qui avait succédé au légendaire Dean Smith à la tête des Tar Heels. 

Ainsi, pour mener à bien sa mission, le technicien de 51 ans n’a pas hésité à employer les grands moyens pour persuader ses joueurs de la faisabilité de la chose. Avant le début de la saison, il a imprimé une photo du Superdome de New Orléans, où se déroule l’explication finale entre les 4 meilleures équipes de la saison, et l’a placée dans le casier de chaque joueur.

Le fait qu’il ait cette confiance en nous est assez fou. Je m’en souviendrai certainement pour toujours. Il a tout de suite vu le potentiel de notre équipe et il a vu le talent que nous avions. Il s’agissait simplement de tout mettre en place.

indique R.J. Davis à l’issue de la rencontre face à Saint Peter’s.

Il a également conseillé à leurs parents de procéder aux réservations pour le Final Four.

Une prémonition devenue réalité après un succès majuscule contre Saint Peter’s, la Cendrillon surprise de cette édition de la March Madness

Hubert Davis bercé par ses échecs du passé

S’il a joué 12 années en NBA (dont un passage remarqué chez les Knicks de New York), Hubert Davis a connu, de son propre aveu, l’apogée de sa carrière à l’échelon universitaire lorsqu’il a atteint le Final Four en 1991 sous le maillot des Tar Heels.

Une expérience qu’il n’a jamais oublié.

Pourtant, malgré son statut d’ancien joueur majeur de North Carolina et d’assistant de Roy Williams durant 8 saisons, le natif de Winston-Salem a dû se battre pour obtenir le poste d’entraineur principal.

Le directeur athlétique des Tar Heels, Bubba Cunningham, envisageait initialement d’engager un head coach rôdé dans l’exercice. 

Dès notre première conversation, je lui ai expliqué que je recherchais quelqu’un avec de l’expérience. J’avais besoin d’être convaincu du fait que la marche n’était pas trop haute pour lui et je pense qu’il a prouvé toute la saison qu’elle n’était pas trop haute.

avoue Bubba Cunningham au micro du Washington Post.

Il faut savoir que, contrairement aux apparences, le métier de head coach ne se limite pas aux décisions prises le long de la sideline

C’est un métier à plein temps qui implique le recrutement, les rencontres avec les parents ou bien la programmation des différentes activités. Il est impossible de comprendre tout ce que ce métier implique jusqu’à ce que l’on soit assis sur cette première chaise.

poursuit le directeur athlétique de North Carolina.

Fort heureusement pour les Tar Heels, Hubert Davis semble s’être vite adapté.

Solidifier une équipe de North Carolina en proie aux doutes

Dès lors, Hubert Davis s’est employé pour mener une équipe talentueuse, composée de nombreux ancien lycéens de premier plan, en panne de résultats jusqu’ici. 

Une mission périlleuse qui a pris du temps tant les Tar Heels ont soufflé le chaud et le froid au cours de cette saison. À vrai dire, la force mentale de North Carolina n’a cessé d’étonner les observateurs. Difficile d’imaginer qu’une équipe en proie aux doutes depuis plusieurs années se relèverait si bien des claques reçues au mois de janvier, face à Miami (FL) et Wake Forest. 

Si la rédemption des Tar Heels ne s’est pas faite du jour au lendemain, North Carolina apparaît aujourd’hui comme une véritable machine à gagner. Une force tranquille qui a parfaitement réussie son décollage.

Comme en témoigne ses 16 succès sur ses 19 dernières rencontres. 

Surtout, Hubert Davis est parvenu à amener Armando Bacot, Caleb Love et même RJ Davis à maturité. Des joueurs (très) talentueux mais qui peinaient à guider les Tar Heels jusqu’au succès. L’arrivée du charismatique Brady Manek sur transfert, pivot de talent en provenance d’Oklahoma, offrait également une option non négligeable au head coach néophyte. 

À l’heure d’affronter Duke, son meilleur ennemi, au Final Four, North Carolina est arrivé à maturité.

La démonstration défensive offerte face à Saint Peter’s a marqué les esprits.

En tout cas, une personne semble n’avoir jamais douté : Hubert Davis est toujours resté optimiste à travers les hauts et les bas.

Pourquoi ne resterais-je pas positif ? J’adore ces jeunes garçons. Qu’y a-t-il de négatif ?

confie Hubert Davis.

Une confiance suffisante pour mener les Tar Heels jusqu’au titre de champion national pour la 7ème fois de l’histoire de l’université ?