Quel visage pour la WCC en 2020-21 ?

Le guide ultime des Mid-Majors s’intéresse évidemment aux universités de la conférence WCC, de BYU à Santa Clara, pour conclure la série de #CBBPreviews avant la saison 2020-21 de basketball universitaire.

Notre spécialiste, Julien, s’est attelé depuis de longs mois à la création d’un guide unique et original qui regroupe des dizaines de présentations plus pointues les unes que les autres. Il y décortique les universités qu’il faut absolument connaitre avant cette nouvelle saison au sein des Mid-Majors.

Découvrez l’ensemble du calendrier de rencontres en conférence WCC à cette adresse.

Les équipes fortes de la WCC ?

 
Santa Clara Broncos
 

Retour sur la saison de Santa Clara en WCC :

20 victoires pour 13 défaites – 6 victoires pour 10 défaites.

  • 75.7 points de moyenne inscrits, 34.2 rebonds captés, 15.4 passes décisives délivrées et 71.7 points encaissés de moyenne ;
  • 11 apparitions en March Madness, 24 lors des tournois post-season pour un record de onze victoires pour treize défaites ;
  • #7 en saison régulière dans la conférence West Coast, défaite au 2ème tour du tournoi de conférence contre Pepperdine (84-73) ;
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière : Josip Vrankic avec 12.5 points de moyenne ;

Victoire(s) notables(s) : Washington State (70-62), California (71-52) ;

Défaite(s) notable(s) : Stanford (82-64), Nevada (98-67) ;

Résultats lors des matchs de conférence (en gras les victoires) : San Diego (80-63), San Francisco (80-61), Saint Mary’s (67-66), Gonzaga (104-54), Pacific (84-80), Pepperdine (90-86, OT), San Diego (65-52), Gonzaga (87-72), Portland (85-61), Pepperdine (91-77), San Francisco (70-61), Loyola Marymount (65-59), BYU (85-75), Pacific (87-74), Saint Mary’s (78-72), Portland (73-68) ;

Quelques chiffres clés : 34.9% à trois points, 52% à deux points, 73.7% sur la ligne des lancers francs, 52,2% d’efficacité aux tirs en moyenne.

Les nouveaux visages de Santa Clara :

Christian Carlyle (senior / arrière) : transfuge en provenance de Florida Gulf Coast, 5.6 points et 2.4 rebonds de moyenne ;

Trent Hudgens (freshman / meneur de jeu) : High School ;

Miguel Tomley (redshirt freshman, meneur de jeu) : sur le campus la saison dernière mais médical redshirt suite à une blessure au genou.

Le joueur à suivre de très près :

Josip Vrankic (senior) : 12.5 points, 5.4 rebonds, 2.7 passes et 1.3 interceptions de moyenne.

Josip Vrankic, c’est le profil-type de cette jeune génération d’intérieur, capable d’être efficace aussi bien loin et proche du cercle. Le prospect canadien est un formidable attaquant, avec un touché de balle incroyable pour un joueur de sa taille / poste. Une chose est sûre : il n’est pas maladroit avec le cuir entre ses mains, loin de là même.

Depuis trois saisons, c’est la tête d’affiche de Santa Clara. À plusieurs reprises, on avait un doute sur un possible départ vers un programme de Power Six, mais le joueur reste fidèle à son programme et rempile pour une dernière saison sur le campus, pour le plus grand bonheur des fans ainsi que pour moi.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 86 titularisations en 92 matchs, il a passé la barre des 1.000 points inscrits, le 35ème joueur de l’histoire de Santa Clara a passé cette barre fatidique (il est actuellement à 1.123, soit le 28ème meilleur scoreur), le tout avec une multitude de distinctions et de mentions au sein de la conférence. Oui, Josip Vrankic est une valeur sûre de la West Coast Conference et c’est un réel plaisir de le voir pour son année de senior.

Comme vous pouvez le voir à la lecture de sa ligne de statistiques, c’est plutôt complet. Vrankic est ce joueur sur lequel tourne un système de jeu, c’est bien souvent l’option numéro une. Il est efficace lors des situations de pick-and-roll, que ce soit en finition près du cercle, à mi-distance… Et même au niveau de la passe quand la défense s’adapte au fil du match. D’après certaines rumeurs, le joueur a travaillé sur un possible tir à trois points pour cette saison… S’il ajoute cette corde à son arc, il sera innaretable offensivement !

Défensivement, on en parle un peu moins mais il est présent, notamment en essayant de couper les lignes de passes sur l’intérieur adverse, ou alors mettre une pression avec son envergure via un écran adverse. Il peut suivre (sur une certaine distance) le porteur de balle, ralentissant donc ce genre de séquence avec efficacité.

Josip Vrankic est un joueur taillé pour l’Europe et nul doute qu’il aura une très belle carrière professionnelle. Mais l’objectif, c’est bien la March Madness !

Le cinq majeur possible :

Miguel Tomley (redshirt freshman) : D.N.P, redshirt médical ;

Jalen Williams (sophomore) : 7.7 points, 2.8 rebonds et 1.9 passes de moyenne ;

Keshawn Justice (junior) : 9 points, 3.3 rebonds et 1.8 passes de moyenne ;

D.J. Mitchell (redshirt senior) : 10.7 points, 5.2 rebonds et 1.5 passes de moyenne ;

Josip Vrankic (senior) : 12.5 points, 5.4 rebonds, 2.7 passes et 1.3 interceptions de moyenne.

Présentation de la saison de Santa Clara en WCC :

Comme depuis trois saisons, Santa Clara est un vrai poison pour les cadors de la West Coast Conférence, surtout à domicile. Il faut dire que le programme voyage très mal, on se souvient de la performance chaotique à Gonzaga, malgré le fait que l’équipe soit sur une dynamique plus que positive… J’en fais encore des cauchemars de ce match.

Cependant, ce sera difficile d’exister dans une conférence de plus en plus dense où les outsiders sont nombreux derrière les Zags. Sachant que le programme a perdu gros en cette intersaison : son leader Trey Wertz n’est plus là, tout comme Matthew Hayes, Tahj Eaddy, Noah Lacks ou encore David Thompson… Quasiment que des meneurs de jeu. Du coup, il y a un réel besoin sur ce poste et à priori, ce serait le redshirt freshman Miguel Tomley qui devrait hériter du poste de titulaire. Fort scoreur, le Canadien sera à suivre sur cette saison, le coaching staff compte sur lui pour prendre la relève, petite pression sur ses épaules.

Fort heureusement, le noyau dur rempile. Jalen Williams, Keshawn Justice et D.J. Mitchell seront de retour, pour encadrer Josip Vrankic. Il y a de la taille, de l’expérience et un coaching staff réputé… Mais voilà, le problème, enfin l’interrogation au poste de meneur, ne me permet pas d’être vraiment enthousiaste pour Santa Clara. On a pu voir une équipe qui est capable battre n’importe qui dans son enceinte, mais la fin de saison catastrophique, avec le fait que c’est toujours difficile de gagner un match loin de son enceinte, met le programme dans le ventre mou de la conférence. Une participation au NIT est largement envisageable, et pourquoi pas, sur un tournoi de conférence aboutit, une qualification à la March Madness. Cela semble un rêve idyllique quand même. Toutefois, Josip Vrankic et sa clique le mérite pour leur cursus exemplaire.

 
San Francisco Dons
 

Retour sur la saison de San Francisco en WCC :

22 victoires pour 12 défaites – 9 victoires pour 7 défaites.

  • 74.9 points de moyenne inscrits, 36.3 rebonds captés, 12.1 passes décisives délivrées et 68.8 points encaissés de moyenne ;
  • 16 apparitions en March Madness, 35 lors des tournois post-season pour un record de 21 victoires pour 14 défaites ;
  • #5 en saison régulière dans la conférence West Coast, défaite en demie-finale du tournoi de conférence contre Gonzaga (81-77) ;
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière : Charles Minlend avec 14.4 points de moyenne ;

Victoire(s) notables(s) : Yale (84-79, OT), Princeton (82-72), California (76-64) ;

Défaite(s) notable(s) : Arizona State (71-67), Stanford (64-56), Harvard (84-81, OT) ;

Résultats lors des matchs de conférence (en gras les victoires) : Saint Mary’s (69-58), Portland (76-65), Santa Clara (80-61), Pacific (79-75), Loyola Marymount (61-53), Saint Mary’s (58-48), BYU (83-62), San Diego (69-44), Gonzaga (83-79), Pacific (60-48), BYU (90-76), Santa Clara (70-61), Gonzaga (71-54), Pepperdine (63-61, OT), Portland (81-65), Loyola Marymount (69-67) ;

Quelques chiffres clés : 33.5% à trois points, 52.2% à deux points, 71.4% sur la ligne des lancers francs, 37.6% à trois points pour l’adversaire (336ème équipe du championnat).

Les nouveaux visages de San Francisco :

Anthony Roy (freshman, arrière) : sort d’un cursus à Dublin (pas en Irlande) en High School, avec 18 points, 5.5 rebonds, 2.5 passes et 1.5 interceptions de moyenne ;

Isaiah Hawthorne (redshirt freshman, ailier) : redshirt la saison dernière, prospect 3*, 13.8 points et 8.3 rebonds de moyenne en senior au lycée ;

Justin Bieker (redshirt freshman, ailier) : redshirt la saison dernière, 18 points et 7 rebonds de moyenne en senior au lycée ;

Damari Milstead (redshirt junior, meneur de jeu) : transfuge en provenance de Grand Canyon, où il affichait une moyenne de 10.3 points, 3.6 passes et 2.6 rebonds de moyenne. 60 matchs en deux saisons, dont 26 en tant que titulaire ;

Maj Dusanic (freshman, ailier-fort) : 14 points, 9 rebonds et 2 passes de moyenne en senior avec son lycée de Dream City. Prospect qui arrive de Slovénie, où il a joué en championnat (division I) lors de l’exercice 2017-2018. MVP lors de la 1/2 finale et du match de la troisième place lors du championnat d’Europe U18 en 2019 ;

Samba Kane (junior, ailier-fort) : sort d’un saison en JUCO avec Indian Hills Community pour 5.8 points et 4.3 rebonds. A joué sa saison de freshman avec Illinois (1.5 points de moyenne en 18 matchs) ;

Julian Rishwain (sophomore, arrière) : transfuge en provenance de Boston College où il affichait une moyenne de 4 points et 1.9 rebonds. Il est apparut sur 30 des 31 matchs de Boston College, avec trois titularisations.

Le joueur à suivre de très près :

Damari Milstead (redshirt junior) : 10.3 points, 3.6 passes et 2.6 rebonds de moyenne (Grand Canyon).

Si vous êtes assidus à MoC, vous savez que je parle souvent en bien de Grand Canyon, et à chaque saison, le programme sombre de plus en plus dans les tréfonds de sa conférence, malgré quelques prospects talentueux. L’un d’eux, Damari Milstead, en avait marre de ce marasme et a décidé, après deux saisons sur le campus, de revenir près de chez lui, à San Francisco. Ce fut une agréable surprise de le voir rejoindre les Dons, sachant qu’il y avait des beaux programmes sur son dossier (Washington State, UC Santa Barbara ou encore Missouri State). Finalement, c’est le choix du coeur qui l’emporte, pour le plus grand bonheur des fans… Mais aussi pour mon plus grand bonheur personnel tant j’aime ce prospect et cette fac.

Le joueur a passé une saison blanche sur le campus suite à ce transfert et a pu s’imprégner de la culture du nouvel Head Coach (la saison dernière), le (très) jeune Todd Golden (33 ans, qui est un futur grand coach de notre championnat, je pose ça là). Il va prendre la relève de Frankie Ferrari, qui a remis le programme sur le devant de la scène dans la West Coast Conference, bien aidé il faut le dire aussi par ses coéquipiers. L’équipe fut orpheline de lui lors du dernier exercice, malgré la mise en avant de certains prospects. D’ailleurs, Damari ne s’en cache pas, le projet San Francisco correspondait à merveille avec son projet personnel et son année d’apprentissage à l’entraînement avec ses futurs coéquipiers a permis de créer déjà des liens entre eux.

« Coach Golden est en train de créer quelque chose de spécial ici et je veux en faire partie. Dès ma visite, j’ai accroché avec le campus et il était logique pour moi de venir ici le plus vite possible. Je suis très heureux, j’ai des coéquipiers extraordinaires et un coaching staff à l’écoute de ses joueurs. »

Au niveau de son profil, c’est un meneur de jeu qui a besoin d’avoir le ballon en main pour pouvoir exister. C’est un prospect qui est capable de se montrer efficace dans n’importe quelle situation sur le parquet, que ce soit en jouant son un contre un pour agresser le cercle et finir de manière acrobatique (il n’a pas peur du contact et en plus, il a cette faculté d’éviter les gros contacts), ou alors, de punir le défenseur sur un tir, mi-distance ou trois points. Outre le fait d’être un joueur talentueux offensivement, c’est aussi un joueur qui s’implique dans la création. Il n’hésite pas à servir ses coéquipiers quand la défense se focalise sur lui. Il ne force que trop rarement, et c’était difficile dans le no-man’s land de GCU… Il joue à l’énergie, c’est une pile électrique, qui a besoin de se canaliser par moments, mais je le répète, difficile de juger trop négativement ses deux saisons à Grand Canyon.

Il arrive donc dans une équipe qui aime jouer up-tempo, qui pousse le ballon autant que possible, le fit parfait pour que Damari explose cette saison, même si l’absence de public risque de le freiner un peu (il se nourrit de l’ambiance et on sait que les fans des Dons sont plutôt chauds).

Le cinq majeur possible :

Damari Milstead (redshirt junior) : D.N.P, redshirt (transfert) ;

Jamaree Bouyea (senior) : 12.2 points, 4.4 rebonds et 3.5 passes de moyenne ;

Khalil Shabazz (redshirt junior) : 10.5 points, 3 rebonds et 1.4 passes de moyenne ;

Maj Dusanic (freshman) : High School ;

Josh Kunen (sophomore) : 4.4 points, 5.5 rebonds et 1 passe de moyenne.

Présentation de la saison de San Francisco en WCC :

La saison dernière, il fallait tourner la page Frankie Ferrari et mine de rien, avec un nouveau Head Coach (qui était auparavant assistant à San Francisco, donc un coach qui connaît bien le programme), ce fut une belle réussite. Pour ce nouvel exercice, c’est au tour de Charles Minlend de partir du campus, lui le leader des Dons. Son impact, que ce soit sur le parquet mais aussi en dehors, va clairement manquer pour le programme. Fort heureusement, le recrutement a été à la hauteur, sans oublier les très belles surprises de la saison dernière.

Déjà, la force de San Francisco depuis quatre / cinq ans, c’est d’avoir une base extérieure prolifique. Cette saison, en plus de l’addition de Damari Milstead, Jamaree Bouyea et Khalil Shabazz perpétueront cette tradition. Le trio sera la principale attraction des Dons cette saison. Bouyea est avant tout un fort défenseur, l’un des meilleurs de l’équipe, mais il s’épanoui tellement dans le système de son équipe qu’il se montre efficace sur les situations offensives. La « west coast offense » lui convient à merveille, lui qui aime courir. Même chose pour son compère Khalil Shabazz, lui qui est plutôt un shooteur qui a terminé l’exercice dernier avec plus de 37% de réussite sur 170 tentatives. Solide. Trois joueurs dont les profils se complètent à merveille, avec Milstead en métronome, Bouyea le « glue guy » et Shabazz l’artilleur, quel savoureux mélange ! Rien que pour ça, San Francisco sera à suivre cette saison.

N’oublions pas les joueurs de l’ombre, qui ont un rôle prépondérant dans le système des Dons. Josh Kunen est le nettoyeur de cercle par excellence, c’est de lui que part le jeu en transition de l’équipe. Maj Dusanic devrait prendre la place de titulaire au poste 4, lui la machine en double-double en puissance. Le Slovène aura aussi des responsabilités en attaque et on tient peut-être le freshman de l’année dans la conférence, du moins il sera dans la discussion. Samba Kane correspond parfaitement au profil d’intérieur qu’a besoin San Francisco (bon rebondeur, protecteur de cercle honnête), lui qui va vouloir (enfin) se montrer après une pige loupée à Illinois, mais en rebondissant bien en JUCO.

On attend aussi énormément du transfuge de Boston College, Julian Rishwain, en sortie de banc. Les deux redshirts l’an dernier, Justin Bieker et Isaiah Hawthorne auront du temps de jeu et devront apporter un peu de défense et de tir extérieur.

On le sait, avec la crise sanitaire, le risque de ne pas avoir de spectateurs lors des matchs est bien présent. Et on sait aussi que le programme est irrésistible à domicile, avec cette salle typique californienne, avec une ambiance toujours très chaude. Cela peut être un peu handicapant de ne pas avoir cette énergie des fans, avec des joueurs qui aiment ce genre de chose (on pense aux trois extérieurs). Cependant, San Francisco sera à nouveau un outsider dans la WCC. Todd Golden est le « next big thing » chez les jeunes coach en Mid-Majors, il va avoir un groupe prêt à se sacrifier pour lui sur le parquet. Si vous recherchez une équipe avec des vraies valeurs (sacrifice, collectif etc), « San Fran » est fait pour vous.

 
Pepperdine Waves
 

Retour sur la saison de Pepperdine en WCC :

16 victoires pour 16 défaites – 8 victoires pour 8 défaites.

  • 76.3 points de moyenne inscrits, 34.5 rebonds captés, 14.8 passes décisives délivrées et 77.1 points encaissés de moyenne ;
  • 13 apparitions en March Madness, 19 lors des tournois post-season pour un record de cinq victoires pour quatorze défaites ;
  • #6 en saison régulière dans la conférence West Coast, défaite en 1/4 de finale contre Saint Mary’s (89-82, 2OT) ;
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière : Colbey Ross avec 20.5 points de moyenne ;

Victoire(s) notables(s) : UC Irvine (77-73) ;

Défaite(s) notable(s) : California (87-71), USC (91-84), Arizona (93-91), UCF (78-65), Providence (80-77) ;

Résultats lors des matchs de conférence (en gras les victoires) : Pacific (59-56), Gonzaga (75-70), San Diego (85-78), Loyola Marymount (75-67), Saint Mary’s (78-69), Santa Clara (90-86, OT), Portland (80-69), BYU (107-80), Loyola Marymount (68-67, OT), Santa Clara (91-77), Pacific (79-78), San Diego (72-69), Gonzaga (89-77), Portland (66-59), San Francisco (63-61, OT), BYU (81-64) ;

Quelques chiffres clés : 35.1% à trois points, 48.4% à deux points, 79.2% sur la ligne des lancers francs (5ème équipe du championnat).

Les nouveaux visages de Pepperdine :

Kene Chukwuka (redshirt senior, ailier-fort) : transfuge en provenance de Pitt où il affichait une moyenne de 3.9 points et 3.5 rebonds en junior. Sort d’une saison blanche suite à une blessure à la hanche ;

Majok Deng (redshirt freshman, arrière) : redshirt la saison dernière. Il affichait une moyenne de 17.4 points et 7.4 rebonds lors de sa saison de senior au lycée avec Salpointe Catholic HS ;

Robbie Heath (sophomore, meneur de jeu) : transfuge en provenance de West Chester (division II), il attend à l’heure actuelle (début novembre) un waiver pour être éligible cette saison. Meilleur scoreur chez les freshmen du championnat, avec 24.6 points de moyenne ;

Kendall Munson (freshman, ailier-fort) : petit protégé d’un certain Brandon Roy, son Head Coach au lycée, où il affichait une moyenne de 16.3 points et 8.3 rebonds.

Le joueur à suivre de très près :

Colbey Ross (senior) : 20.5 points, 7.2 passes et 4.7 rebonds de moyenne.

Alors, je vais essayer de rester concis, même si cela va être dur tant Colbey Ross est pour moi le meilleur joueur en Mid-Majors depuis deux saisons (et que j’adore ce joueur, qui est en plus une crème en tant que personne, ayant pu discuter un peu avec lui).

Colbey, c’est un pur playmaker, qui score et qui est un leader inné. Que dire de plus…

Il est déjà le détenteur du record de passes décisives dans l’histoire de Pepperdine, avec 647 passes. Il est à 23 points inscrits de devenir le meilleur marqueur de l’histoire du programme, avec 1.763 points au compteur… Autant vous dire que ce record tombera sur le match d’ouverture, ou dans le pire des cas le deuxième match de la saison. Ah oui, il est deuxième au niveau des lancers francs inscrits avec 519… Le tout en étant le leader au niveau de la moyenne des passes décisives (6.6) et le pourcentage sur la ligne des lancers francs (84.7%). C’est donc une saison historique en perspective pour la pépite de Pepperdine, lui qui est sous le feu des projecteurs sur le plan national depuis la saison dernière.

Parlons un peu du profil du joueur. Déjà, c’est un joueur élégant sur le parquet, ballon en mains. Il peut tout faire sur le terrain. Forcément, c’est un joueur très doué offensivement, qui aime agresser le cercle, ou même de se stop pour un tir à trois points ou à mi-distance.C’est un joueur qui ne fait qu’un avec le ballon, il est très difficile de le lui prendre (oui, son ballon est son ami, si vous avez la référence).

C’est aussi un formidable playmaker, une très bonne vision de jeu, une facilité au niveau des passes… Le package complet du meneur de jeu nouvelle génération. Je vous laisse les highlights du joueur, qui parlent d’eux-mêmes. Après, on va dire que j’en fais trop. Ah oui, premier tour sur la prochaine Draft NBA, vous pouvez screen, il est juste trop fort, vraiment. Il est dans le top 10 des meilleurs joueurs chez les Mid-majors en cette présaison et on n’est pas loin d’un top 5 personnellement. C’est mon poulain, tout simplement.

Le cinq majeur possible :

Colbey Ross (senior) : 20.5 points, 7.2passes et 4.7 rebonds de moyenne ;

Sedrick Altman (sophomore) : 5.5 points et 2.5 rebonds de moyenne ;

Skylar Chavez (redshirt senior) : 10 points et 2.3 rebonds de moyenne ;

Kessler Edwards (junior) : 13.8 points et 7.5 rebonds de moyenne ;

Victor Ohia Obioha (junior) : 3.2 points et 3.3 rebonds de moyenne.

Présentation de la saison de Pepperdine en WCC :

Grand ouf de soulagement pour les fans de Pepperdine : la pépite Colbey Ross est bien de retour pour son ultime saison en College Basketball, malgré des intérêts de la part des franchises NBA. Forcément, ce sera le joueur à suivre cette saison pour le programme, et sera dans la course pour être le meilleur joueur de la conférence, malgré les cadors de Gonzaga par exemple.

Mais ce n’est pas le seul joueur important qui revient sur le campus. Au final, il y a eu deux départs dont le plus difficile à combler, celui du pivot Kameron Edwards (16.2 points et 7.4 rebonds de moyenne). Aussi non, le jeune Sedrick Altman, auteur d’une belle saison de freshman, revient et formera le backcourt avec Ross. Il sera en concurrence avec le junior Jade Smith, deux joueurs forts shooteurs. Skylar Chavez et Kessler Edwards sont aussi de retour. Les deux joueurs auront une belle part de responsabilité encore cette saison, et au final, juste le poste de pivot sera « nouveau » dans ce cinq majeur. Les joueurs savent et surtout aiment jouer ensemble, pas de petite période de transition donc pour l’équipe. Si je mets une pièce pour un premier tour la saison prochaine pour Ross, Edwards n’est pas loin non plus…

Au poste de pivot, j’ai mis Victor Ohia Obioha en titulaire mais sauf tremblement de terre, ce sera le transfuge de Pittsburgh Kene Chukwuka qui va prendre ce spot libre. Il convient plus au style de jeu de Pepperdine, qui aime se projeter rapidement devant, et qui oublie un peu les intérieurs, qui n’ont pas forcément un rôle prépondérant dans le système.

Sur le banc, il y a des options comme Jan Zidek, qui a montré des belles petites choses sur sa saison de freshman. Avec un temps de jeu plus conséquent cette saison, il risque de prendre un peu plus de poids dans la rotation. Reste à voir comment va réagir l’équipe, capable de fulgurance contre les gros à domicile, comme de prendre des blowouts à l’extérieur. Le secteur intérieur reste le point négatif dans cette équipe et voilà pourquoi Kene Chukwuka reste le recrutement phare de cette intersaison. Attention aussi au freshman Kendall Munson, le petit poulain de Brandon Roy,qui peut gratter des minutes assez rapidement cette saison. Prospect très talentueux, à surveiller de près, même s’il n’est pas prêt physiquement “Day one” On attend aussi un possible waiver du scoreur de division II, Robbie Heath, qui sera une belle addition en sortie de banc s’il est éligible. Il apportera 8-9 points de moyenne sans trop forcer et Pepperdine en a besoin…Surtout dans une WCC toujours plus dense. Pepperdine, c’est possiblement la belle surprise dans la conférence cette saison, tout simplement.