Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !

Quel visage pour la Summit League en 2020-21 ?

Le guide ultime des Mid-Majors s’intéresse évidemment aux universités de la Summit League, de Denver à Western Illinois, pour conclure la série de #CBBPreviews avant la saison 2020-21 de basketball universitaire.

Notre spécialiste, Julien, s’est attelé depuis de longs mois à la création d’un guide unique et original qui regroupe des dizaines de présentations plus pointues les unes que les autres. Il y décortique les universités qu’il faut absolument connaitre avant cette nouvelle saison au sein des Mid-Majors.

Découvrez l’ensemble du calendrier de rencontres en Summit League à cette adresse.

Les équipes fortes de la Summit League ?

 
South Dakota State Jackrabbits
 

Retour sur la saison de South Dakota State en Summit :

22 victoires pour 10 défaites – 13 victoires pour 3 défaites.

  • 77.9 points de moyenne inscrits, 38.3 rebonds captés, 14.3 passes décisives délivrées et 70.5 points encaissés de moyenne ;
  • 4 apparitions en March Madness pour un record d’aucune victoire pour quatre défaites ;
  • #2 en saison régulière dans la Summit League, défaite en 1/4 de finale du tournoi de conférence contre Purdue Fort Wayne (77-74) ;
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière : Douglas Wilson avec 18.6 points de moyenne ;

Victoire(s) notables(s) : FGCU (75-56) ;

Défaite(s) notable(s) : USC (84-66), Nebraska (90-73), Arizona (71-64), Indiana (64-50), Colorado State (72-68) ;

Résultats lors des matchs de conférence (en gras les victoires) : Nebraska Omaha (81-78), Oral Roberts (96-79),Western Illinois (91-56), Denver (90-68), Purdue Fort Wayne (70-61), North Dakota (87-66), South Dakota (99-84), North Dakota State (78-73), Oral Roberts (76-61), Western Illinois (71-61), Nebraksa Omaha (81-64), Denver (90-78), Purdue Fort Wayne (75-64), North Dakota (94-83), South Dakota (85-80), North Dakota State (71-69, OT) ;

Quelques chiffres clés : 55.8% d’efficacité aux tirs (4ème équipe du championnat), 35.4% à trois points, 57.4% à deux points (3ème équipe du championnat), 71.1% sur la ligne des lancers francs.

Les nouveaux visages de South Dakota State :

Cooper Cornemann (freshman, meneur de jeu) : arrive en tant que walk-on, il affichait une moyenne de 15 points, 4 rebonds et 3.4 passes à Yankton HS en senior ;

William Mfum (redshirt freshman, meneur de jeu) : a passé la moitié de la saison sur le campus mais fut redshirt pour ne pas perdre une année complète. Il arrive de Spring Creek Academy où il affichait une moyenne de 19.7 points, 6.4 rebonds et 3.9 passes ;

Luke Appel (junior, ailier-fort) : transfuge en provenance de Kirkwood CC (JUCO) où il affichait une moyenne de 15.9 points et 8.4 rebonds. Elu dans l’équipe de l’année chez les sophomore du championnat. Ancien coéquipier de Douglas Wilson (actuel joueur dans le programme) et avait comme coach Bryan Peterson, actuellement dans le coaching staff de l’équipe ;

Charlie Easley (sophomore, meneur de jeu) : transfuge de Nebraska, en attente d’un waiver pour être éligible cette saison. Il affichait une moyenne de 1.9 points en moins de 12 minutes, avec un temps de jeu plus important en fin de saison (13-14 minutes en moyenne).

Le joueur à suivre de très près :

Douglas Wilson (senior) : 18.6 points, 6.4 rebonds et 1.8 passes de moyenne.

Le parcours de Douglas Wilson va mettre en lumière, une nouvelle fois, le bon travail des programmes en Junior College et prouvera que le circuit est un tremplin pour les prospects. 

Après deux saisons plus que convaincantes à Kirkwood CC, avec à la clé deux nominations pour le cinq majeur de la saison puis le meilleur joueur sur sa deuxième année, le tout en frôlant le double-double de moyenne (21 points et 8.7 rebonds), South Dakota State en a fait sa priorité et le joueur n’a pas hésité longtemps pour rejoindre le campus malgré des offres de Power 6.

Dès sa première saison en division I, il a pris en main l’équipe, en devenant le leader offensif. Résultat, joueur de l’année dans la conférence et une mention dans le cinq majeur… Exactement la même saison qu’en JUCO en terme de récompense, la transition ne fut pas trop difficile pour lui ! Il revient pour son ultime saison en College Basketball, avec la March Madness en ligne de mire, lui qui veut connaître le plus haut niveau du championnat cette année.

La chose qui marque le plus avec le prospect, c’est la constance : 27 de ses 29 matchs (tous en étant titulaires) se terminent avec plus de 10 points inscrits… 12 avec plus de 20 points, et 4 doubles-doubles ! En plus d’être constant, il est efficace offensivement. L’intérieur ne force que trop rarement et a peu de déchets au niveau de ses tirs (63% de réussite). Sa sélection est plutôt bonne, ce qui limite les paniers loupés. Il est redoutable dos au panier, l’un des meilleurs du championnat dans ce domaine, capable de finir avec ses deux mains, en jouant physique contre son adversaire direct. Son apport au rebond reste faible de manière générale et c’est un axe de progression pour cette saison de senior. Défensivement, il est souvent ciblé par les attaques adverses, et il s’en sort grâce à son physique… Pas sûr qu’à l’échelon supérieur, cela marche aussi bien.

Douglas Wilson, en plus d’amener son programme à la March Madness, est en course pour faire le back-to-back meilleur joueur de la saison dans la conférence. Le dernier en lice à l’avoir fait ? Un certain Mike Daum, qui sort… De South Dakota State. La tradition est intacte, les Jackrabbits sortent toujours de très bons prospects intérieurs, Douglas Wilson est dans cette lignée. Surtout que pour ce nouvel exercice, il sera titulaire sans l’ombre d’un doute, lui qui a débuté les 3/4 de la saison sur le banc.

Le cinq majeur possible :

Baylor Scheierman (sophomore) : 6 points, 4.7 rebonds et 2.2 passes de moyenne ;

Noah Freidel (sophomore) : 12.2 points, 4.1 rebonds et 1.7 passes de moyenne ;

Alex Arians (redshirt junior) : 9.1 points, 5.8 rebonds et 1.9 passes de moyenne ;

Douglas Wilson (senior) : 18.6 points,6.4 rebonds et 1.8 passes de moyenne ;

David Wingett (redshirt sophomore) : 8.4 points, 4.5 rebonds et 1.1 passes de moyenne.

Présentation de la saison de South Dakota State en Summit :

Aucun gros départ pendant cette intersaison, une équipe jeune, insouciante et surtout revancharde de la fin de saison un peu en eau de boudin… La bonne recette du succès.

Forcément, l’attraction numéro une est bien Douglas Wilson, le joueur de la saison l’année dernière. Sauf surprise, il sera définitivement titulaire cette saison, mais il faut dire que le secteur intérieur est bien fourni pour South Dakota State. David Wingett, le titulaire au poste 4 la saison dernière, peut se décaler / échanger avec Wilson, les deux possédants le même profil et le même physique. N’oublions pas Matt Dentlinger, titulaire en puissance, plus de 12 points de moyenne l’an dernier, qui alternera suivant l’opposition. Le coaching staff a donc trois intérieurs de très grande qualité, qui sont complémentaires qui plus est… On rajoute en plus le transfuge de Kirkwood CC, Luke Appel cette saison, cela va être un cauchemar pour les adversaires en conférence ! Ce dernier est très prometteur, lui qui sort du même JUCO que Wilson, avec peut-être une fin de carrière universitaire identique  que ce premier. On lui souhaite en tout cas.

La profondeur de banc sera aussi conséquente sur les postes extérieurs, avec des joueurs pouvant évoluer sur les trois postes (oui, c’est le luxe). Les jeunes pousses comme Baylor Scheierman, Noah Freidel, Matt Mims ou encore Alex Arians se partageront les minutes sur les trois postes. Derrière, le freshman William Mfum aura du temps de jeu, comme le walk-on Cooper Comermann, en attendant un possible waiver de Charlie Easley (c’est un peu délicat à l’heure où j’écris ce papier).

South Dakota State est jeune, très jeune. On a pu le voir la saison dernière, avec un sans faute à domicile, ce qui porte la série en cours à 16 succès consécutifs ! Mais voilà, l’inexpérience se paye cash en déplacement, c’est bien connu, avec une atmosphère hostile. Cela ne devrait pas être le cas cette saison (très peu de public avec la crise sanitaire), c’est un bon point. Défensivement, il faudra faire un peu plus, notamment en forçant les pertes de balles. Cela manque de lucidité par certains moments, un manque de communication aussi, bref, c’est encore perfectible. Les défauts de la jeunesse. Cependant, le groupe a une saison ensemble dans les jambes, et cette jeune génération, avec Douglas Wilson en leader, fait extrêmement peur sur le papier.