Quel visage pour la MEAC en 2020-21 ?

Le guide ultime des Mid-Majors s’intéresse évidemment aux universités de la conférence MEAC, de Bethune-Cookman à South Carolina State, pour conclure la série de #CBBPreviews avant la saison 2020-21 de basketball universitaire.

Notre spécialiste, Julien, s’est attelé depuis de longs mois à la création d’un guide unique et original qui regroupe des dizaines de présentations plus pointues les unes que les autres. Il y décortique les universités qu’il faut absolument connaitre avant cette nouvelle saison au sein des Mid-Majors.

Découvrez l’ensemble du calendrier de rencontres en conférence MEAC à cette adresse.

Les équipes fortes de la MEAC ?

 
Norfolk State Spartans
 

Retour sur la saison de Norfolk State en MEAC :

16 victoires pour 15 défaites – 12 victoires pour 4 défaites.

  • 70.5 points de moyenne inscrits, 37.1 rebonds captés, 13.1 passes décisives délivrées et 64.9 points encaissés de moyenne ;
  • 1 apparition en March Madness, 2 lors des tournois post-season pour un record d’une victoire pour une défaite ;
  • #2 en saison régulière dans la conférence MEAC ;
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière : Jermaine Bishop avec 15.6 points de moyenne ;

Victoire(s) notables(s) : Bowling Green (OT, 72-67) ;

Défaite(s) notable(s) : Mississippi (68-55), Northwestern (70-59), Loyola Chicago (64-45) ;

Résultats lors des matchs de conférence (en gras les victoires) : Bethune Cookman (85-72), Coppin State (82-59), Howard (71-63), Maryland Eastern Shore (62-52), SC State (73-62), Florida A&M (95-67), NC A&T (74-68), NC Central (69-63), Delaware State (85-57), Morgan State (62-57), Florida A&M (66-63), Bethune Cookman (78-55), Howard (89-59), Delaware State (79-73), Morgan State (68-62).

Quelques chiffres clés : 30.9% de réussite à trois points pour l’adversaire (56ème meilleure défense), 42% des possessions qui se terminent par un tir à trois points, 17.5 secondes soit le temps moyen d’une possession, 31% à trois points, 47.3 à deux points et 71.7% sur la ligne des lances francs.

Les nouveaux visages de Norfolk State :

Cahiem Brown (redshirt sophomore / arrière): transfuge en provenance de Junior College ;

Nate Tabor (freshman / ailier) : arrive de High School.

Le joueur à suivre de très près :

Devante Carter (senior) : 9.7 points, 5.6 rebonds, 3 passes et 1.8 interceptions de moyenne.

Le parcours universitaire de Devante Carter ne fut pas tout rose. Pourtant, le prospect sort de la prestigieuse Montverde Academy, gage de qualité, qui sort chaque année des prospects de renom. Mais il est toujours difficile pour les autres joueurs (vous savez, les joueurs dits lambda) de l’effectif de se mettre en valeur… Après son cursus au lycée, le prospect 4* n’était pas satisfait de ses offres (Kansas State, Hofstra, Toledo ou encore Eastern Kentucky) et décide de partir faire (au moins) une pige en Junior College. 

Mais voilà, sa saison de freshman avec Chipola College est bien loin des attentes, avec seulement une titularisation au compteur pour une ligne de statistique assez faible : 5.1 points, 2.9 passes et 2.7 rebonds. Pas de quoi attirer des grands programmes, du moins en Division I . Fort heureusement, Odessa College vient le chercher pour sa dernière saison en JUCO. Il débute une dizaine de matchs mais ne décolle pas au niveau des stats, bien au contraire, c’est en régression… Il faut dire Devante Carter est un joueur de devoir, un travailleur de l’ombre, qui se sacrifie au profit de son équipe. On le sait, c’est toujours intéressant d’avoir un tel profil dans une équipe, mais dans un championnat (le Junior College) où les statistiques font plus de la moitié du travail lors d’un recrutement, difficile de se montrer sous son meilleur profil.

C’est donc à Norfolk State que le prospect commence vraiment son cursus universitaire. En 28 matchs, il connaîtra 13 titularisations et se montrera à son aise lors des matchs de la MEAC, avec une moyenne de 10.3 points et 6.3 rebonds. Il apporte une touche défensive, mais aussi de la créativité ballon en main. C’est un joueur qui sait tout faire sur le parquet, vraiment complet, mais qui n’excelle pas forcément sur le plan offensif. Quand Jermaine Bishop était là, il était un bon complément, mais maintenant qu’il n’est plus sur le campus, Devante Carter va devoir peser un peu plus au niveau du scoring. Il est tout à fait capable de cela, même si c’est contre sa nature. En tout cas, il peut prendre un véritable rôle de leader cette saison et il sera une pierre angulaire de l’équipe.

Le cinq majeur possible :

Devante Carter (senior) : 9.7 points, 5.6 rebonds, 3 passes et 1.8 interceptions de moyenne ;

Cahiem Brown (redshirt sophomore) : D.N.P, Junior College ;

Joe Bryant Jr. (junior) : 12 points, 3.8 rebonds, 2.1 passes et 1.8 interceptions de moyenne ;

Kashaun Hicks (senior) : 4.9 points et 2.7 rebonds de moyenne ;

Efstratios Kalogerias (senior) : 3.2 points et 2.4 rebonds de moyenne.

Présentation de la saison de Norfolk State en MEAC :

Norfolk State vient de perdre gros pendant cette intersaison, avec le départ de son leader et meilleur joueur, Jermaine Bishop (il joue en Allemagne). Mais voilà, le recrutement mi-octobre de Cahiem Brown vient combler un trou (béant) dans l’effectif des Spartans. Nul doute que le joueur, qui possède le profil de Jermaine, fort offensivement, qui aime agresser le cercle et qui possède un tir fiable, va prendre la relève au fil de la saison. 

De toute façon, des joueurs vont devoir step up pour essayer de compenser ce manque offensivement. On pense notamment à deux joueurs, le meneur Devante Carter et le shooteur Joe Bryant. Ce dernier n’aura plus trop la tranquillité derrière l’arc qu’il a pu avoir avec Bishop sur le terrain, il va devoir assumer un nouveau statut de première option offensive de son équipe. Aucune inquiétude pour les fans, il en est capable !

Sur les postes intérieurs, il y a plusieurs options suivant l’adversaire du soir. Outre Efstratios Kalogerias et Hicks, Spirit Ricks et Chris Ford auront aussi des minutes. Attention toutefois, ce sont tous des roles players, et pour le bien de Norfolk State, il va falloir qu’un joueur (ou deux à minima) émerge et devienne productif en attaque.

Norfolk State s’appuie sur une bonne défense, agressive, mais va devoir innover offensivement cette saison en l’absence de son leader. Seulement deux arrivées sur le campus, avec un noyau dur qui possède l’expérience nécessaire pour éviter les pièges de la MEAC… On ne voit pas pourquoi le programme n’irait pas à la grande danse de mars cette saison ! Ce serait une belle récompense pour le travail de Coach Robert Jones, qui a remis le programme sur le devant de la scène dans la conférence. Il ne manque plus qu’un fait d’arme sur le plan national.