Quel visage pour l’Atlantic 10 en 2020-21 ?

Le guide ultime des Mid-Majors s’intéresse évidemment aux universités de la conférence Atlantic 10, de Davidson à VCU, pour conclure la série de #CBBPreviews avant la saison 2020-21 de basketball universitaire.

Notre spécialiste, Julien, s’est attelé depuis de longs mois à la création d’un guide unique et original qui regroupe des dizaines de présentations plus pointues les unes que les autres. Il y décortique les universités qu’il faut absolument connaitre avant cette nouvelle saison au sein des Mid-Majors.

Découvrez l’ensemble du calendrier de rencontres en Atlantic 10 à cette adresse.

Les équipes fortes de l’Atlantic 10 ?

 
St. Bonaventure Bonnies
 

Retour sur la saison de St. Bonaventure en Atlantic 10

19 victoires pour 12 défaites – 11 victoires pour 7 défaites.

  • 69.1 points de moyenne inscrits, 36.5 rebonds captés, 13.8 passes décisives délivrées et 66.9 points encaissés de moyenne ;
  • 6 apparitions en March Madness, 14 lors des tournois post-season pour un record de six victoires pour huit défaites ;
  • #5 en saison régulière dans la conférence A-10 ;
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière : Kyle Lofton avec 14.1 points de moyenne ;

Victoire(s) notables(s) : Rutgers (80-74), Mercer (56-51), Hofstra (73-45), Middle Tennessee (66-65) ;

Défaite(s) notable(s) : Vermont (61-59), Siena (78-65), Buffalo (84-79) ;

Résultats lors des matchs de conférence (en gras les victoires) : George Washington (71-66), George Mason (61-49), Fordham (64-44), UMass (74-61), VCU (91-63), Dayton (86-60), Rhode Island (81-75), Fordham (62-55, OT), George Mason (74-65), George Washington (72-47), Duquesne (83-80), Saint Joe’s (74-56), Davidson (93-64), Richmond (75-71), Duquesne (81-77, OT), La Salle (73-65), Saint Joe’s (89-73), Saint Louis (72-49) ;

Quelques chiffres clés : 34.1% à trois points, 48.1% à deux points (232ème équipe du championnat), 73.7% sur la ligne des lancers francs.

Les nouveaux visages de St. Bonaventure

Jalen Adaway (redshirt junior, arrière) : ancienne recrue 3*, a commencé son cursus avec Miami (OH). Il affichait une moyenne de 8 points et 5 rebonds lors de sa dernière saison, vient de faire une saison blanche suite à ce transfert.

Eddie Creal (junior, arrière) : sort de deux saisons en JUCO à Moberly CC, où il affichait une moyenne de 15.1 points, 6 rebonds et2 passes de moyenne.

Quintin Metcalf (freshman, ailier-fort) : ayant un parent dans l’armée, il a passé une partie de sa vie en Corée du Sud, dans la base militaire Américaine. Il a joué au basketball là-bas, dans une équipe pour les enfants de militaire, et il affichait une moyenne de 22 points, 11.2 rebonds, 3.7 passes et 3 contres. Il revient donc sur le sol Américain pour y effectuer ses débuts universitaires.

Anthony Roberts (junior, arrière) : vient d’obtenir (9 octobre) son waiver pour pouvoir jouer dès cette saison avec le programme. Il sort de deux saisons à Kent State où il s’est montré à son avantage la saison dernière avec 12.7 points, 2.9 rebonds et 2.4 passes de moyenne.

Jalen Shaw (junior, pivot) : sort d’un cursus en JUCO, à Triton CC, où il affichait une moyenne de 11.3 points et 6.8 rebonds.

Le joueur à suivre de très près :

Kyle Lofton (junior) : 14.1 points, 6 passes et 2.6 rebonds de moyenne.

Kyle Lofton a eu un cursus lycéen typique des joueurs actuels, avec trois ans en High School, puis une dernière année en Prep School. Le but est simple : se concentrer sur l’aspect basket en priorité, le tout en jouant contre de l’adversité, souvent bien plus redoutable que dans certains lycées. Ce cursus est un bon moyen de se mettre en évidence quand vous êtes dans un lycée peu médiatisé, cependant, c’est à double tranchant… Si vous échouez, votre cote sera au plus bas, mais au contraire, si vous êtes efficace, les offres afflueront. Certains diront que c’est un chemin osé, sauf que cela paye dans la plupart des cas et Kyle Lofton en est un bon exemple. Lors de sa pige avec Putnam Science Academy, ce fut une saison historique pour la Prep School, avec le titre de champion national une première dans la « jeune » histoire du programme. Forcément, Kyle fut l’un des artisans de cette belle saison, en étant le joueur qui joue le plus de minutes de son équipe, avec une moyenne honorable de 10 points, 6 passes et 3 rebonds. Ce bel exercice lui a ouvert quelques portes supplémentaires en division I et c’est bien avec St. Bonaventure qu’il signera.

Dès ses débuts universitaires, il montre un potentiel très intrigant. Rapidement, il a pris ses aises, au point de devenir le meneur de jeu titulaire de l’équipe. Sa belle saison se traduit par une nomination dans la première équipe de la conférence pour les freshmen, mais c’est réellement lors du tournoi de conférence qu’il explosera aux yeux de tous. En trois matchs, il affichera une moyenne de 16.3 points, 4.7 passes et 2.7 rebonds, avec notamment 23 points en 1/2 finale contre Rhode Island. Il a bouclé cette saison à seulement 16 passes du record de passes décisives pour un freshman de St Bonaventure et une performance de mammouth contre George Mason, avec 32 points et un splendide 7/8 à trois points.

En suivant, il confirme sa bonne saison de freshman, en étant titulaire indiscutable. Il est entré dans les livres de record de sa fac avec trois matchs consécutifs avec plus de 10 passes au compteur… Sans oublier une mention dans le cinq majeur de la conférence. Il a tellement progressé sur certains aspects de son jeu, notamment sur son adresse et sa constance aux tirs (sa sélection est plus cohérente, il avait tendance à forcer un peu sur sa première saison, ce qui est normal en vérité).

Il reste ce joueur altruiste, doté d’une bonne vision de jeu et d’un jeu de passe terriblement redoutable. Il sait parfaitement où trouver ses coéquipiers, un sens de l’anticipation excellent, avec toujours un temps d’avance sur la défense adverse. C’est vraiment le profil d’un meneur de jeu old school, fort passeur et adroit à longue distance. Cependant, il peut aussi s’avancer à mi-distance pour sanctionner. C’est un prospect complet, dans le top 3 des meilleurs meneurs de la conférence (qui est connue pour avoir des pépites) et surtout, c’est un joueur qui peut se présenter à la prochaine Draft. Son profil reste intéressant pour la NBA, mais soyons honnête : son jeu convient mieux pour un gros d’Europe. Retenez bien ce nom à l’avenir.

Le cinq majeur possible :

Kyle Lofton (junior) : 14.1 points, 6 passes et 2.6 rebonds de moyenne ;

Jaren English (junior) : 11.9 points, 4.8 rebonds et 2.2 passes de moyenne ;

Dominick Welch (junior) : 11.8 points, 6.9 rebonds et 2.1 passes de moyenne ;

Justin Winston (sophomore) : 8.7 points et 3.4 rebonds de moyenne ;

Osun Osunniyi (junior) : 10.8 points et 8.4 rebonds de moyenne.

Présentation de la saison de de St. Bonaventure en Atlantic 10 :

Dans une A-10 ultra dense, nombreux sont les programmes émergents qui peuvent titiller les cadors sur une saison. Il ne manquait pas grand-chose aux Bonnies pour avoir ce rôle.

Attention, St. Bonaventure est une bonne équipe, mais l’inexpérience s’est fait ressentir sur certains matchs, avec notamment quelques fins de matchs qui ne se passent pas comme prévu, ou alors des non-matchs pour certains leaders. Des jours sans quoi. On pouvait se montrer compatissant la saison dernière, mais pour ce nouvel exercice, cette excuse ne tiendra pas et c’est pour cela que le programme est attendu un peu plus haut (même si 5ème, c’est déjà très bien).

Il y a eu des départs, mais seulement des joueurs secondaires. L’intégralité du cinq majeur est de retour sur le campus, avec forcément en tête d’affiche le meneur de jeu, Kyle Lofton. Il a tenu son rang la saison dernière et on espère vraiment le voir avec un peu plus d’impact offensivement (au niveau du scoring surtout). Ce sera aussi le rôle de Jalen English, qui peut mieux faire et doit trouver un peu de constance au fil de la saison. Dominick Welch est l’archétype du 3&D que l’on retrouve en NBA, un prospect dur au mal, qui défend, qui est adroit à longue distance (72 réalisations la saison dernière, sachant qu’il est troisième option dans le système de l’équipe) et qui peut aussi se frotter à l’intérieur. Lui aussi vaut plus que sa moyenne de la saison dernière et pour moi, ce sera le facteur X de la bonne saison (ou pas) du programme.

En parlant de force intérieure, comment ne pas évoquer Osun Osunniyi, le protecteur de cercle (2.3 contres de moyenne, avec 8.4 rebonds), une véritable force de la nature, qui sur pick and roll, est une menace constante pour l’adversaire (et qui fait mal physiquement à l’extérieur adverse lors d’un écran avec son physique). Son duo avec Lofton fait des ravages et on souhaite le voir avec plus de responsabilité dorénavant. Justin Winston est un parfait complément dans la raquette, lui qui a connu une saison de freshman vraiment bonne et assez inattendue pour être honnête. Il lui reste une marge de progression assez importante, notamment sur le plan défensif où par moments, il est moins impliqué. Sur le papier, le cinq majeur est solide et complémentaire, mais comme bien souvent, dans une telle conférence, l’équipe qui a la plus grande profondeur de banc l’emporte.

Pour palier à ce manque, St. Bonaventure a recruté de manière intelligente. Jalen Adaway possède l’expérience de la division I et sera possiblement le sixième homme de l’équipe. Ou bien, ce sera l’ancien de Kent State, Anthony Roberts, qui vient d’obtenir le droit de jouer cette saison. S’il reproduit ses performances avec sa nouvelle équipe, ce ne sera que bénéfique pour le programme. Le fait d’avoir deux joueurs expérimentés et scoreur, en sortie de banc, est une chose primordiale. Idem pour les transfuges de JUCO, notamment Jalen Shaw, qui vient donner un peu de concurrence aux intérieurs déjà en place.

Un cinq majeur de retour, une expérience d’une saison de plus ensemble, avec des joueurs possédant de l’expérience pour donner un peu de profondeur de banc et faire marcher la concurrence, la recette semble la bonne pour St. Bonaventure cette saison !

 
Richmond Spiders
 

Retour sur la saison de Richmond en Atlantic 10 :

24 victoires pour 7 défaites – 14 victoires pour 4 défaites.

  • 75.3 points de moyenne inscrits, 34.6 rebonds captés, 15.5 passes décisives délivrées et 66.8 points encaissés de moyenne ;
  • 9 apparitions en March Madness, 17 lors des tournois post-season pour un record de huit victoires pour neuf défaites ;
  • #2 en saison régulière dans la conférence A-10 ;
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière : Blake Francis avec 17.7 points de moyenne ;

Victoire(s) notables(s) : St Francis PA (100-98, OT), Vanderbilt (93-92,OT), Wisconsin (62-520, Boston College (64-44) ;

Défaite(s) notable(s) : Auburn (79-65), Alabama (90-78) ;

Résultats lors des matchs de conférence (en gras les victoires) : Sant Joe’s (84-52), Rhode Island (69-61), Saint Louis (74-58), Davidson (70-64), George Mason (97-87), La Salle (75-57), Dayton (87-79), VCU (87-68), George Washington (76-54), Fordham (59-53), La Salle (74-47), VCU (77-59), George Mason (65-50), St Bonaventure (75-71), George Washington (73-70), UMass (95-71), Davidson (80-63), Duquesne (73-62) ;

Quelques chiffres clés : 53.4% d’efficacité aux tirs (30ème équipe du championnat), 36.2% à trois points (42ème équipe du championnat), 52.9% à deux points (44ème équipe du championnat), 77.6% sur la ligne des lancers francs (14ème équipe du championnat).

Les nouveaux visages de Richmond :

Dji Bailey (freshman, ailier) : il affichait une moyenne de 17 points, 9 rebonds et 8 passes en senior avec Greenfield (High School). #15 au niveau des freshmen de la Caroline du Nord. Il avait décidé de rejoindre Wake Forest avant que le Head Coach Danny Manning se fasse virer ;

Connor Crabtree (redshirt sophomore, arrière) : transfuge en provenance de Tulane où il affichait une moyenne de 7.1 points. Sort d’une saison blanche suite à son transfert. Il a des soucis de hanche depuis ses saisons au lycée (blessure récurrente) ;

Quentin Southall (freshman, arrière): arrive en tant que walk on, affichait une moyenne de 8 points en Prep School (Georgetown Prep) ;

Andre Weir (freshman, ailier-fort) : sort d’une saison en Prep School après trois saisons au lycée. Avec Chaminade-Madonna College Prep, il affichait une moyenne de 19 points 14 rebonds ;

Isaiah Wilson (freshman, meneur de jeu) : 5ème meilleur joueur de Pennsylvanie, #35 sur le plan national au niveau des combo guard ;

Le joueur à suivre de très près :

Jacob Gilyard (senior) : 12.7 points, 5.7 passes et 3.1 rebonds de moyenne.

Richmond possède l’un des meilleurs duos offensifs de la conférence en la personne de Nick Sherod et Blake Francis. Mais le joueur qui retient toute mon attention depuis le début de la saison dernière, c’est bien Jacob Gilyard ? Pourquoi ? Parce que pour moi, c’est le meilleur défenseur du pays la saison dernière (du moins, top 2, 3 maximum), la vraie définition du « glue guy » que j’affectionne énormément chez des jeunes prospects.

Pourtant, au lycée, c’était plus un meneur de jeu porté sur l’attaque, que ce soit au niveau des points inscrits ainsi que sur les passes décisives. Vous savez, ce genre de profil que l’on voit sur YouTube, avec des 30 points et 7 passes de moyenne, des highlights à foison… C’était Jacob au lycée. Mais voilà, quand il arrive à Richmond, il n’est plus aussi facile en attaque, ce qui est logique. Du coup, le prospect est revenu sur son premier amour : la défense. 

Dès sa saison de freshman, il bat le record d’interception dans l’histoire des Spiders (celui de Tony Dobbins qui datait de 2004), avec en prime, le record de passes décisives sur une saison pour un freshman (il détrône Ken Atkinson, un record vieux de… 30 ans !). Il devient une machine défensive, et un passeur hors-pair. Cela continue en sophomore puis en junior, où il se fait un nom sur le plan national. Je ne vais pas mettre toutes ces distinctions remportées pendant trois saisons, mais pour faire simple, c’est à chaque fois le défenseur de l’année dans l’A-10 et j’en passe… Pour débuter sa dernière saison, Jacob est dans la liste finale (de 20 prospects) du Bob Cousy Award, qui récompense le meilleur meneur du championnat. Une belle reconnaissance pour le joueur mais aussi pour le programme.

Comment décrire le profil du prospect sans pour autant en faire trop car j’aime vraiment Jacob…

Faisons précis et concis.

Défensivement, il a les fondamentaux. Il défend dur, il anticipe à merveille, comme cette impression qu’il voit ce que va faire l’attaquant… Avant même que l’attaquant n’y pense. Peu importe le scénario dans le match, que ce soit à la première ou la dernière minute, il est toujours actif avec ses mains, mettant une pression monstre sur le porteur de balle. Sur la défense sans ballon, il coupe les lignes de passes et ne s’endort jamais quand il est à l’opposé du jeu. C’est tout simplement le meilleur défenseur sur l’homme du pays.

Offensivement, il aime driver et tirer de loin. Son profil, avec des appuis rapides notamment, lui permet de prendre l’ascendant sur son adversaire direct. Mais ce n’est pas sa priorité sur le parquet. Il veut défendre et faciliter le jeu pour ses coéquipiers, avant de se mettre en valeur lui-même. Un joueur de devoir, un leader, qui doit avoir sa chance en NBA la saison prochaine. C’est tellement rare de voir un profil comme le sien dans notre championnat, ce serait une injure de ne pas le voir à l’échelon supérieur.

Le cinq majeur possible :

Jacob Gilyard (senior) : 12.7 points, 5.7 passes, 3.2 interceptions et 3.1 rebonds de moyenne ;

Blake Francis (senior) : 17.7 points, 2.2 rebonds et 2 passes de moyenne ; 

Nick Sherod (senior) : 12.7 points, 5.4 rebonds et 1.6 passes de moyenne ;

Nathan Cayo (senior) : 8.9 points et 5.3 rebonds de moyenne ;

Grant Golden (redshirt senior) : 13.4 points, 6.9 rebonds et 3.4 passes de moyenne.

Présentation de la saison de Richmond en Atlantic 10 :

Dayton, le patron de l’A-10, part sur une saison de transition et les prétendants pour prendre le relais sont nombreux dans la meilleure conférence en Mid-Majors. Le favori pour moi ? Richmond. Seulement un départ, celui de Jake Wojcik, un joueur du bout du banc… Aussi non, l’intégralité de l’effectif est de retour, avec une saison dans les jambes et forcément, les Spiders sont favoris.

J’ai parlé de Jacob Gilyard, mais il ne faut pas oublier le trio Blake Francis / Nick Sherod / Grant Golden. Francis, c’est le joueur qui est un peu un électron libre, capable de sanctionner la défense dans n’importe quel positon sur le parquet. Sherod, c’est la valeur sûre à longue distance, qui ne loupe que très peu sa cible. Golden, c’est cet intérieur ultra productif offensivement et défensivement, qui apporte de l’énergie (comme si les joueurs de l’effectif étaient en manque de ça…) et qui est le facteur X de la bonne performance (ou non) de l’équipe.

Pour faire simple, ce quatuor n’a que très peu d’équivalent en College Basketball pour cette saison. Voilà, j’ai lancé la bombe ! Nathan Cayo est un slasher par excellence, qui aime bien partir de la ligne à trois points pour claquer un gros dunk. Ce cinq majeur est complémentaire et c’est le meilleur dans la conférence. Concernant le banc, c’est jeune et ce fut le point noir la saison dernière. Des joueurs comme Tyler Burton (sophomore) ou encore Souleymane Koureissi vont devoir s’impliquer un peu plus sur le plan offensif. Pour amener un peu de scoring, le coaching staff a recruté des joueurs capables d’apporter leur pierre à l’édifice. Hormis Quentin Southall, les autres nouveaux visages auront du temps de jeu. On espère que Connor Crabtree évite un maximum les blessures, lui qui devra prendre la relève la saison prochaine, avec Dji Bailey, Andre Weir et Isaiah Wilson.

Richmond est une équipe vraiment agréable à regarder. Le jeu offensif n’est pas stéréotypé comme on peut le voir chez certains, qui récitent machinalement les systèmes. Non, les joueurs ont une base de travail, un fond de jeu, puis sont libres ensuite. C’est là où on voit réellement le talent des prospects. Quand vous avez une rampe de lancement comme Jacob Gilyard, entouré de joueurs qui aiment jouer ensemble et qui sont productifs dans leurs domaines respectifs, c’est vraiment la bonne philosophie de jeu. Comme d’habitude, il faudra trouver des options de sortie de banc, histoire de soulager les titulaires. Si un ou deux joueurs minimums step up, Richmond remportera l’A-10, sans aucun doute.

 
Saint Louis Bilikens
 

Retour sur la saison de Saint Louis en Atlantic 10 :

23 victoires pour 8 défaites – 12 victoires pour 6 défaites.

  • 71.7 points de moyenne inscrits, 39.7 rebonds captés, 14.5 passes décisives délivrées et 65.2 points encaissés de moyenne ;
  • 9 apparitions en March Madness, 16 lors des tournois post-season pour un record de six victoires pour dix défaites ;
  • #4 en saison régulière dans la conférence A-10 ;
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière : Jordan Goodwin avec 15.5 points de moyenne ;

Victoire(s) notables(s) : Valpo (81-70), Belmont (60-55), Boston College (64-54), Kansas State (66-63) ;

Défaite(s) notable(s) : Seton Hall (83-66), Auburn (67-61) ;

Résultats lors des matchs de conférence (en gras les victoires) : Duquesne (73-59), UMass (83-80, OT), George Washington (63-58), Richmond (74-58), Dayton (78-76), Davidson (71-59), Fordham (55-39), La Salle (77-76, OT), Saint Joe’s (78-73), Duquesne (82-68), Dayton (71-65), La Salle (84-69), UMass (67-63), VCU (80-62), Saint Joe’s (76-63), Rhode Island (72-62), George Mason (69-57), St Bonaventure (72-49) ;

Quelques chiffres clés : 34.2% à trois points, 49.7% à deux points, 57.1% sur la ligne des lancers francs (353ème équipe du championnat), 34.2% des rebonds de l’équipe sont offensifs (22ème équipe du championnat).

Les nouveaux visages de Saint Louis :

Marten Linssen (redshirt junior, ailier-fort) : transfuge en provenance d’UNC Wilmington où il affichait une moyenne de 10.5 points et 4.6 rebonds. Ce sera son troisième programme, après une saison de freshman à Valpo. Il revient donc dans l’A-10. Prospect qui est d’origine allemande ;

Andre Lorentsson (freshman, ailier-fort) : prospect qui nous arrive de Suède, membre des sélections jeunes de son pays. La saison dernière, avec RIG Mark Kinna (équipe professionnelle suédoise), il affichait une moyenne de 17.7 points, 6 rebonds et 3 passes. Stretch 4 par excellence ;

Phillip Russell (freshman, meneur de jeu) : arrive sur le campus en tant que walk on, il affichait une moyenne de 15.7 points et 4.5 passes de moyenne en senior avec Vashon HS ;

Markhi Strickland (freshman, ailier) : fils de Mark Strickland, ancien joueur qui a évolué en NBA pendant 8 ans. Prospect qui arrive de Miami, formidable jouer de un contre un.

Le joueur à suivre de très près :

Jordan Goodwin (senior) : 15.5 points, 10.4 rebonds et 3.1 passes de moyenne.

Si vous voyez cette ligne de statistiques incroyables, vous allez me dire : « wow, il a l’air vraiment bon cet intérieur ». 

Jordan Goodwin est un arrière, et ce n’est pas une blague.

Du haut de ses 1m90, le prospect est une machine à rebonds, que ce soit offensif ou défensif. Il aime jouer ces séquences, toujours présent pour essayer de gratter un rebond offensif, et c’est difficile à défendre pour l’adversaire d’avoir un joueur supplémentaire dans la raquette. D’ailleurs, c’est le seul joueur de sa taille qui est présent dans le top 100 des rebondeurs la saison dernière, preuve que c’est une belle performance.

Comme vous pouvez le prédire, Jordan Goodwin est un formidable athlète. À la base, c’était un simple « slasher » au lycée, mais il a été assez intelligent pour développer plusieurs aspects de son jeu durant son cursus à Saint Louis. Naturellement, il a commencé par les rebonds, puis il s’est mis un peu à la création, notamment quand il pénètre. Il a maintenant ce réflexe, par moments, de servir un coéquipier plutôt que de forcer un tir près du cercle. Pour finir, son profil physique lui permet de défendre (le minimum syndical). Ne soyons pas mauvaise langue, quand il le veut, c’est un défenseur plus qu’honnête. Mais voilà, comme certains le savent (pas tous hein), quand vous êtes un leader, encore plus chez les Mid-Majors, il se peut que votre coach vous laisse un peu plus de liberté en défense, ne voulant pas cramer physiquement son leader. C’est le cas avec Goodwin, toutefois quand il doit le faire, il le fait, sans rechigner.

C’est devenu un véritable leader aussi, sur le parquet et en dehors. Il est un vrai relais avec le coaching staff et c’est un peu un coach sur le parquet. Cette saison va lui permettre de se montrer encore plus sous son meilleur visage, avec la possibilité de devenir le meilleur intercepteur de l’histoire du programme (deuxième actuellement) et rebondeur (8ème), le tout avec une possible qualification à la March Madness.

Le cinq majeur possible :

Yuri Collins (sophomore) : 5.4 points, 5.5 passes et 2.8 rebonds de moyenne ;

Jordan Goodwin (senior) : 15.5 points, 10.4 rebonds et 3.1 passes de moyenne ;

Terrence Hargrove Jr (sophomore) : 5.4 points et 2.2 rebonds de moyenne ;

Javonte Perkins (senior) : 15 points et 3.5 rebonds de moyenne ;

Hasahn French (senior) : 12.4 points, 10.4 rebonds et 2.3 rebonds de moyenne.

Présentation de la saison de Saint Louis en Atlantic 10 :

Un seul départ à déplorer pendant cette intersaison pour Saint Louis, l’arrière Tay Weaver (4.5 points de moyenne). C’est donc avec un groupe qui se connaît parfaitement que le programme va débuter ce nouvel exercice, qui sera le dernier pour le trio qui porte le programme : Jordan Goodwin / Javonte Perkins / Hasahn French.

Vous savez l’impact de Goodwin, donc on passe aux deux autres. Ce duo d’intérieur est complémentaire, avec un Perkins qui aime jouer loin du cercle et un French qui est une force brute qui martyrise les défenseurs adverses. Ce dernier est un prospect intrigant, fort contreur, excellent rebondeur, mais qui a du mal à s’impliquer offensivement. On espère voir un peu plus de ballon pour le senior, qui peut se montrer efficace dans ce domaine. Cependant, c’est bien Perkins qui aura les responsabilités en attaque avec Goodwin. Le joueur est un ailier dans le corps d’un intérieur, cela pose des petits soucis contre des équipes avec deux intérieurs athlétiques, mais aussi non, ce duo fonctionne parfaitement.

L’un des gros soucis du programme, c’est le pourcentage sur la ligne des lancers francs. Or, on le sait, quand vous avez dans votre équipe des joueurs qui jouent l’agression du cercle, ce sont des points faciles en perspective… Au final, l’équipe est l’une des pires dans ce domaine et cela fait tache, surtout quand on voit certains scénarios la saison dernière, avec littéralement des matchs qui se perdent sur la ligne de réparation…

Autre chose, il faut absolument que les joueurs du banc soient plus impliqués. L’une des raisons de ce manque l’an dernier fut l’absence de Gibson Jimerson, le shooteur, qui n’a joué que 10 matchs à cause d’une blessure. Quasiment 11 points de moyenne en moins dans les moments importants, cela manque cruellement et les attentes sont grandes concernant le sophomore, qui sera le sixième homme cette année. Dans le même registre, Fred Thatch revient aussi sur le campus avec seulement neuf matchs au compteur lors du dernier exercice (blessure). Les deux joueurs seront des bonnes options en sortie de banc, il faut juste rester loin, très loin des blessures… Saint Louis, avec les exigences de cette saison, ne peut pas se permettre d’avoir une rotation limitée encore une fois.

Dans les possibles belles surprises sur le banc, on pense à Demarius Jacobs, fort shooteur au lycée, qui a eu du mal la saison dernière malgré des titularisations. Il sera revanchard. Yuri Collins est le métronome de cette équipe, lui qui fait passer le collectif avant son plaisir personnel. Au niveau des nouveaux visages, les freshmen auront des minutes mais les yeux seront rivés sur le transfuge d’UNC Wilmington, Marten Linssen. Il devra apporter son expérience pour les jeunes, mais aussi son talent sur les deux côtés du parquet.

Saint Louis va devoir se montrer plus efficace en attaque pour pouvoir espérer quelque chose de grand cette saison. Défensivement et aux rebonds, l’équipe se défend bien, et si jamais la réussite aux tirs est présente, les Billikens seront durs à prendre. Aussi non, ce sera une équipe toujours difficile à appréhender, mais qui sur la durée, ne sera pas un candidat crédible pour le titre de saison régulière. 

 
Duquesne Dukes
 

Retour sur la saison de Duquesne en Atlantic 10 :

21 victoires pour 9 défaites – 11 victoires pour 7 défaites.

  • 71.5 points de moyenne inscrits, 34.6 rebonds captés, 14.3 passes décisives délivrées et 66.4 points encaissés de moyenne ;
  • 5 apparitions en March Madness, 9 lors des tournois post-season pour un record de quatre victoires pour cinq défaites ;
  • #5 en saison régulière dans la conférence A-10 ;
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière : Marcus Weathers avec 14.3 points de moyenne ;

Victoire(s) notables(s) : Princeton (94-67), Indiana State (74-71), Austin Peay (86-77) ;

Défaite(s) notable(s) : UAB (77-68), Marshall (83-61) ;

Résultats lors des matchs de conférence (en gras les victoires) : Saint Louis (73-59), Davidson (71-64), Saint Joe’s (78-60), George Washington (66-61), Fordham (58-56, OT), Rhode Island (77-55), UMass (73-64), Dayton (73-69), La Salle (71-69), Saint Louis (82-68), St Bonaventure (83-80), Fordham (59-54), George Washington (70-67), Dayton (80-70), St Bonaventure (81-77, OT), George Mason (81-78), VCU (80-77, OT), Richmond (73-62) ;

Quelques chiffres clés : 31.8% à trois points, 53.8% à deux points (29ème équipe du championnat), 70.3% sur la ligne des lancers francs, 30.1% à trois points pour l’adversaire (34ème équipe du championnat).

Les nouveaux visages de Duquesne :

Tyson Acuff (freshman, meneur de jeu) : #5 prospect de l’Etat du Michigan. Il affichait une moyenne de 27 points, 10.3 rebonds, 6.3 passes et 4.2 interceptions de moyenne au lycée ;

Chad Baker (freshman, ailier) : prospect qui nous arrive de République Dominicaine. Il affichait une moyenne de 18.9 points, 8.7 rebonds et 2.4 passes de moyenne à SPIRE Academy (Ohio) au lycée ;

Mike Bekelja (freshman, meneur de jeu) : il affichait une moyenne de 25 points, 6.9 rebonds et 4.2 passes de moyenne en senior au lycée, avec Solon (Ohio) ;

Noah Buono (redshirt junior, arrière) : il a débuté son cursus universitaire à Rider en tant que walk on. Il a décidé de partir en division III, à Ramapo College où il affichait une moyenne de 14 points et 7 rebonds. Il a connu une grave blessure, pendant son passage là-bas (9 moins) ;

Jaylen Cole-Williams (freshman, meneur de jeu) : arrive en tant que walk on ;

Andre Harris (freshman, pivot) : sort deux deux saisons en Prep School dans l’Arizona (à Mesa) où il affichait une moyenne de 10.1 points et 7.1 rebonds ;

Mounir Hima (freshman, pivot) : sort de deux saisons à St Benedict’s Prep à New York, où il affichait une moyenne de 8 points, 8 rebonds et 3 contres ;

« Toby » Okani (freshman, ailier) : il a connu une saison de senior tronquée par les blessures ;

Jett Roesing (freshman, arrière) : il affichait une moyenne de 26.2 points, 6 rebonds et 4.3 passes de moyenne en senior au lycée avec First Love Academy ;

Le joueur à suivre de très près :

Marcus Weathers (redshirt senior) : 14.3 points, 8.1 rebonds et 1.7 passes de moyenne.

Marcus Weathers a commencé son cursus universitaire avec Miami (OH) dans une cuvée de freshmen incroyable pour le programme. Cependant, tout ne fut pas rose pour le joueur, malgré un temps de jeu honorable, avec 9.7 points et 6 rebonds de moyenne. Mais voilà, le programme partait dans la mauvaise direction et le prospect a décidé de tester les eaux ailleurs (comme certains joueurs du programme à cette époque) et c’est Duquesne qui récupère le talentueux joueur.

Dès ses débuts avec le programme, il éblouit de par son talent. Il devient titulaire indiscutable dans une équipe en reconstruction. C’est surtout lors de sa saison dernière qu’il a montré son talent sur le plan national. Il est devenu l’option numéro une de l’équipe en étant l’un des artisans majeurs du bon exercice de l’équipe. Meilleur marqueur et rebondeur de l’équipe, il a obtenu une multitudes de mentions personnelles au sein de la conférence.

Ce qui frappe lorsque l’on voit le joueur sur le parquet, c’est que c’est un talent brut en attaque. C’est un prospect athlétique, qui aime jouer des un contre un, capable d’être efficace près du cercle mais aussi en drivant de la ligne à trois points. Il est devenu un joueur qui peut se montrer productif à longue distance, ajoutant une autre corde à son arc. C’est un joueur qui montre l’exemple de par son implication sur le parquet mais aussi en dehors, qui électrifie le public avec ses actions. Oui, c’est la définition même d’une machine à highlight, mais ne tombons pas aussi facilement dans ce préjugé, assez facile à faire. Ce serait faire injure au talent et au travail du joueur. Duquesne est attendu au tournant cette saison, ainsi que Marcus Weathers, qui va devoir se montrer aux yeux des scouts NBA.

Le cinq majeur possible :

Sincere Carry (junior) : 12.2 points, 5.3 passes et 3.9 rebonds de moyenne ;

Tavian Dunn-Martin (redshirt senior) : 10.2 points, 2.5 passes et 1.8 rebonds de moyenne ;

Maceo Austin (sophomore) : 7 points et 4 rebonds de moyenne ;

Marcus Weathers (redshirt senior) : 14.3 points et 8.1 rebonds de moyenne ;

Michael Hughes (redshirt senior) : 10.3 points et 6.8 rebonds de moyenne.

Présentation de la saison de Duquesne en Atlantic 10 :

Duquesne est dans une période difficile, toujours dans le ventre mou de l’A-10, sans pour autant viser un NIT ni même la March Madness… Toutefois, le programme ne cesse de progresser et surtout, nous propose un jeu vraiment plaisant à regarder.

Pour cette nouvelle saison, seulement deux joueurs ne sont plus sur le campus, avec seul Baylee Steele (8.9 points de moyenne) qui avait un réel impact. Le noyau dur arrive à maturité et forcément, il fallait un peu de sang neuf pour préparer l’avenir. C’est chose faite, avec huit freshmen qui posent leurs valises à Duquesne. Au niveau des possibles sensations à suivre, on note le trio Tyson Acuff / Chad Baker / Mike Bekejla. Sans aucun doute, ce sera le visage du programme pour les prochaines saisons et on en reparlera dans le futur (voir même dès cette saison). Les autres auront un rôle secondaire pour cette saison, avant de prendre la relève la saison suivante. On observera Noah Buono qui arrive de division III. Il sera sur le banc, avec un possible rôle sympathique de 7ème ou 8ème homme.

Au niveau des retours, hormis Marcus Weathers, l’intégralité du cinq majeur revient. Sincere Carry et Tavian Dunn-Martin va former l’un des meilleurs backcourt de la conférence. Carry est le métronome de l’équipe, avec que Dunn-Martin est plus sur un rôle d’électron libre. Michael Hughes est une force intérieure, véritable point d’ancrage, qui fait aussi bien le travail de l’ombre comme être productif offensivement en récupérant quelques caviars de ses coéquipiers.

Sur le banc, on aura des joueurs comme Lamar Norman Jr et Amari Kelly, ce dernier qui sort d’une saison blanche suite à une blessure au genou intervenue à la fin de sa saison de freshman. Le joueur est capable d’apporter du scoring, du rebond et de la défense en poste 4/5, en sortie de banc. Plutôt complet le garçon.

Dans une conférence très dense, il est extrêmement difficile de prédire quoique ce soit concernant les équipes. Ce que l’on peut dire, c’est que Duquesne sera dans la course pour le titre de saison régulière. Une équipe qui prône le jeu collectif, qui défend bien et qui est toujours difficile de jouer. Un outsider de qualité en somme.