Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !

Quel visage pour la WCC en 2019-20 ?

Le guide ultime des Mid-Majors s’intéresse évidemment aux universités de la conférence WCC, de BYU à Santa Clara, pour conclure la série de #CBBPreviews avant la saison 2019-20 de basketball universitaire.

Notre spécialiste, Julien, s’est attelé depuis de longs mois à la création d’un guide unique et original qui regroupe des dizaines de présentations plus pointues les unes que les autres. Il y décortique les universités qu’il faut absolument connaitre avant cette nouvelle saison au sein des Mid-Majors.

Découvrez l’ensemble du calendrier de rencontres en conférence WCC à cette adresse.

Les équipes fortes de la WCC ?

 
Qui jouera le titre en WCC ?
Gonzaga St Mary’s BYU
San Francisco Santa Clara
 

Quels joueurs faudra-t-il suivre en WCC ?

 
Les joueurs majeurs en WCC ?
Alex Barcello BYU Yoeli Childs BYU
Jake Toolson BYU Jordan Ford St Mary’s
Malik Fitts St Mary’s Aaron Menzies St Mary’s
Corey Kispert Gonzaga Ryan Woolridge Gonzaga
Drew Timme Gonzaga Killian Tillie Gonzaga
Filip Petrusev Gonzaga Joel Ayayi Gonzaga
 

La saison des Cougars de BYU :

Déroulez :
  • 79 points de moyenne inscrits, 34.9 rebonds captés, 15.1 passes décisives délivrées et 76.1 points encaissés de moyenne.
  • #3 en saison régulière dans la conférence West Coast, défaite en quart de finale du tournoi de la conférence face à San Diego (80-57).
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière : Yoeli Childs avec 21.2 points de moyenne.

Retour sur la saison de BYU :

19 victoires pour 13 défaites – 11 victoires pour 5 défaites en conférence WCC.

Dave Rose a marqué l’histoire de BYU.

Il a permis aux Cougars d’exister dans le paysage universitaire pendant 13 ans, avec, à chaque fois une participation au NIT ou à la March Madness. Toute série doit prendre fin et ce moment s’est produit en 2018-19.

En effet, BYU s’est incliné contre la surprise de la conférence WCC, San Diego, dès les quarts de finale du tournoi. Fin de saison prématurée et les Cougars ne seront appelés à aucun tournoi d’après-saison.

La saison, d’une manière générale, était moyenne. Le bilan général est positif ; mais, quand on regarde le calendrier hors-conférence, ce fut assez faible. 4 défaites dont 2 revers surprises à Illinois State (92-89) et contre Weber State (113-103). Les deux autres revers ont été plus logiques face à des adversaires supérieurs sur le papier : Nevada (86-70) et Houston (76-62).

Mais le problème est que les victoires ne sont pas flamboyantes. Seul le succès contre Utah State (95-80) rend bien sur le CV. Le reste est moyen, voire très poussif.

BYU se doit ainsi de sortir une belle performance lors des matchs de conférence et du tournoi de WCC. Autre soucis : cette deuxième partie de saison est traversée en dents de scie. Heureusement, la série de 5 victoires consécutives en février fait du bien et permet aux Cougars de sécuriser une 3ème place de saison régulière, loin sans mal.

On connaît la suite avec un blowout subi contre San Diego. Yoeli Childs est complètement à la ramasse lors de la rencontre et BYU ne peut exister sans son leader qui réalise l’un de ses pires matchs de la saison.

Les nouveaux visages :

Trevin Knell (Freshman, arrière) : deuxième meilleur prospect de l’Etat d’Utah avec une moyenne en senior de 25.4 points, 6.4 rebonds et 2 passes.

Blaze Nield (Redshirt Sophomore, meneur) : après un cursus solide en High School, il est parti en Junior College, à Utah State Eastern, pour une moyenne de 20.6 points, 5.2 rebonds et 4.1 passes. Eligible cette saison.

Jake Toolson (Redshirt Senior, arrière) : neveu de Danny Ainge, il revient sur le campus de BYU, où il a commencé sa carrière universitaire. Il a rejoint Utah Valley, pour deux ans, avec une moyenne de 15.7 points, 4.5 rebonds et 2.3 passes et un rôle de leader. Il revient à la maison pour sa dernière année d’éligibilité.

Jesse Wade (Redshirt Sophomore, arrière) : après une saison de freshman un peu délicate à Gonzaga, barré par la concurrence, il décide de partir en mission mormone à Paris pendant un an. Le meilleur prospect de l’Utah en 2015, avec une moyenne de 26.8 points, 4.2 rebonds et 3.5 passes à l’époque, revient en NCAA avec BYU.

Le joueur à suivre de très près :

Yoeli Childs (senior) : 21.2 points, 9.7 rebonds et 2.1 passes de moyenne.

C’est un soulagement pour les fans de BYU : Yoeli Childs a résisté aux sirènes de la NBA et revient pour une ultime saison en NCAA.

Intérieur new-gen qui aime bien s’écarter à mi-distance, il est aussi productif dos au panier. C’est un joueur très difficile à défendre en homme à homme, tant sa panoplie offensive est incroyable. Il lui manque encore une constance sur une saison entière, ce qu’on a vu la saison dernière, notamment lors du quart de finale fatal aux Cougars.

Yoeli Childs est en mission pour connaitre la March Madness.

Cependant, il débutera la saison bien plus tard que son équipe : il a été suspendu 9 matchs après son inscription à la Draft NBA. La NCAA l’a suspendu à cause d’une erreur de papiers de son agent. Le leader de BYU manquera la première partie de saison et arrivera juste avant les matchs de conférence.

On espère juste qu’il se mette rapidement au niveau, surtout sur le plan physique, pour le bien de tout le monde.

Le cinq majeur possible :

T.J. Haws (Senior) : 17.8 points et 5.1 passes de moyenne.

Jesse Wade (Redshirt Sophomore) : D.N.P, Redshirt (mission à Paris).

Jake Toolson (Redshirt Senior) : 15.7 points, 4.5 rebonds et 2.3 passes de moyenne à Utah Valley.

Yoeli Childs (Senior) : 21.2 points, 9.7 rebonds et 2.1 passes de moyenne.

Gavin Baxter (Redshirt Sophomore) : 4.7 points et 3.1 rebonds de moyenne.

Présentation de la saison de BYU :

Dave Rose n’est plus l’entraîneur de BYU. L’un de ses assistants et ancien head coach de Utah Valley (où jouait Jake Toolson sous ses ordres), Mark Pope, prend la relève.

Un nouveau visage et un basketball plus moderne se profilent pour les Cougars.

Cela commence mal pour le nouvel entraîneur, puisque Yoeli Childs est absent pour les 9 premiers matchs de la saison. Il pourra tout de même compter sur T.J. Haws, l’autre leader de l’équipe, qui recevra encore plus de responsabilités.

Pour entourer le duo, Jesse Wade, fort scoreur, revient d’une mission religieuse à Paris, et Jake Toolson retourne à BYU avec un head coach qu’il connaît bien. Il devra remplacer Jahshire Hardnett, qui n’est plus sur le campus. Entre nous, BYU gagne au change avec Jake Toolson tant il est un joueur plus polyvalent, qui peut aussi prendre la relève au niveau du scoring.

Enfin, l’intérieur défensif Gavin Baxter aura sa chance et il formera une paire complémentaire avec Yoeli Childs dans la raquette. Derrière, cela semble un peu léger chez les intérieurs.

Les postes sont triplés chez les extérieurs, en sachant que BYU a recruté du lourd avec Alex Barcello, ancien joueur d’Arizona, qui espère toujours être éligible dès cette saison (toujours pas de réponse positive de la part de la NCAA).

Deux autres prospects de Utah Valley arrivent avec le nouvel head coach et serviront de sparring partner cette saison.

Comme d’habitude, il sera difficile de lutter avec Gonzaga dans la conférence WCC. Malgré tout, le podium est largement prenable et, avec un meilleur tournoi de conférence, les Cougars peuvent accrocher le NIT.

La saison des Bulldogs de Gonzaga :

Déroulez :
  • 87.6 points de moyenne inscrits, 39 rebonds captés, 18.1 passes décisives délivrées et 64.9 points encaissés de moyenne.
  • #1 en saison régulière dans la conférence West Coast Conference, défaite en finale du tournoi de la conférence face à Saint Mary’s (60-47).
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière : Rui Hachimura avec 19.7 points de moyenne.

Retour sur la saison de Gonzaga :

33 victoires pour 4 défaites – 16 victoires pour 0 défaite en conférence WCC.

Gonzaga est une équipe si régulière sous Mark Few qu’elle domine en conférence WCC et sur le plan national, avec des performances récurrentes à la March Madness.

Une finale nationale en 2017, une participation au Sweet 16 depuis 5 saisons, etc. Gonzaga possède le statut de favori pour le titre national (!) à chaque saison.

Ceci est un fait… et oui, Gonzaga est une équipes des Mid-Majors.

Les Zags ont une nouvelle fois sorti une masterclass en 2018-19. Meilleure équipe de la ligue en efficacité offensive et 12ème sur l’efficacité défensive. Une moyenne de 59% aux tirs (personne ne faisait mieux) et 61.4% à deux points (là-aussi on ne faisait pas mieux).

Fort heureusement, Gonzaga possède depuis longtemps un secteur qui n’est pas aussi productif : l’adresse à longue distance. Mais, offensivement ou défensivement, les Bulldogs font partie des meilleurs dans chaque catégorie.

Le programme n’a perdu que 4 matchs, dont 2 lors des matchs hors-conférence : un revers contre Tennessee (76-73) puis North Carolina (103-90), mais à chaque fois, un match excellent de la part des Zags. Gonzaga se console avec des victoires de prestige contre Arizona (91-74) et Duke (89-87) lors du Maui Invitational, en remportant par la même occasion le titre du tournoi. Un premier titre, qui en appelle forcément d’autres.

Peu à dire lors des confrontations de WCC tant le programme a déroulé. Un bilan parfait de 16 victoires en autant de matchs. Et c’est avec l’esprit serein que Gonzaga aborde le tournoi de conférence WCC, avec une place à la March Madness déjà en poche.

Le premier tour contre Pepperdine est une formalité… avant la pire performance de la saison contre Saint Mary’s. 47 points inscrits, comme si le programme avait déjà la tête au NCAA Tournament.

Évidemment, Gonzaga est repêché par le comité de sélection de la March Madness.

Un First Round en guide se mise en bouche face à Fairleigh Dickinson (87-49) avant Baylor, dans un match plus difficile que prévu au Second Round. Les Zags ont pioché dans leurs réserves pour s’imposer sur le score de 83 à 71. Mais Gonzaga reprend sa marche en avant en écœurant une pale équipe de Florida State (72-58) au Sweet 16.

Place la défense de fer de Texas Tech pour l’Elite Eight. Loin d’être le match de l’année, très défensif, Gonzaga s’est heurté aux Red Raiders et à Davide Moretti, qui plante 2 tirs à 3-points ultra-clutch, qui envoie son équipe au premier Final Four de son histoire.

Les nouveaux visages :

Martynas Arlauskas (Freshman, ailier) : prospect lituanien au profil de 3&D. Il lui manque un peu de physique pour être efficace dès ses débuts universitaires, mais il compense par son adresse à longue distance et un QI basket propre aux joueurs formés dans les pays de l’Est.

Oumar Ballo (Freshman, intérieur) : belle découverte lors du dernier championnat du monde FIBA u19 avec le Mali et poulain de nos amis d’Envergure. Joueur physiquement fort, machine à double-double, important sur les deux côtés du parquet. Possible redshirt cette saison (Gonzaga attend de voir comment Killian Tillie récupère de sa blessure).

Admon Gilder (Redshirt Senior, arrière) : arrive après 3 saisons à Texas A&M. Il a joué une moitié de saison sur sa saison de Junior à cause d’une blessure. Saison blanche la saison dernière pour une nouvelle blessure. Gros point d’interrogation sur son cas physique. Une moyenne de 12.3 points et 4.1 rebonds en Junior.

Brock Ravet (Freshman, meneur) : un meneur old school peu athlétique et petit, qu’il compense par une intelligence de jeu et une panoplie offensive. Très adroit à longue distance, à l’aise ballon en mains, il faut juste qu’il s’adapte un peu sur le plan défensif, lui qui n’est pas connu pour être une réelle option dans ce domaine.

Drew Timme (Freshman, intérieur) : #41 meilleur prospect de la promotion qui a explosé sur sa saison de senior et via le circuit AAU. Nominé pour le McDonald’s All-American Game. Une moyenne de 17.8 points, 10 rebonds et 2.6 passes.

Anton Watson (Freshman, ailier) : #48 de la promotion de freshmen, fort défenseur que ce soit sur le poste extérieur et intérieur. Physiquement prêt pour les exigences universitaires (voir plus), il adore agresser le cercle, avec son potentiel athlétique au-dessus de la moyenne.

Ryan Woolridge (Redshirt Senior, meneur) : arrive après 3 bonnes saisons à North Texas (11.7 points, 5.9 rebonds et 4.8 passes de moyenne). Titulaire indiscutable, leader dans l’âme, joueur complet.

Pavel Zakharov (Freshman, intérieur) : #60 de la promotion de freshmen et prospect 4-étoiles. Intérieur qui aime courir, se projeter rapidement en attaque et qui termine fort près du cercle. De plus, il arrive à être viable au niveau de la création, avec une bonne vision du jeu, qui lui permet de servir un coéquipier si jamais la défense s’adapte.

Le joueur à suivre de très près :

Corey Kispert (junior) : 8 points, 4.1rebonds et 1 passe de moyenne.

Vous découvriez Corey Kispert le 29 mars dernier. Un joueur talentueux, peu flashy derrière les cadres, mais designé comme le facteur X tant son apport est important.

C’est un prospect hybride, entre l’ailier et l’ailier-fort, qui est connu pour être un joueur très adroit à longue distance. Pendant ces 2 saisons sur le campus, il a gagné petit à petit des minutes avec son efficacité en peu de temps sur le parquet.

Avant, il était sur le parquet pour mettre des tirs à trois points. Depuis la saison dernière, c’est pour apporter un plus en attaque et en défense.

Corey Kispert a participé aux 37 matchs de Gonzaga en tant que sophomore et il était titulaire à 36 reprises. Il aura encore plus de responsabilités en 2019-20 et c’est juste une suite logique quant à sa progression depuis ses débuts universitaires.

Comme on dit outre-Atlantique, « it’s time to shine » !

(Il reste quelques places dans le bandwagon de Corey Kispert, vite, cela risque de partir vite).

Le cinq majeur possible :

Ryan Woolridge (Redshirt Senior) : 11.7 points, 5.9 rebonds et 4.8 passes de moyenne (North Texas).

Admon Gilder (Redshirt Senior) : 12.3 points et 4.1 rebonds de moyenne (Texas A&M).

Corey Kispert (Junior) : 8 points, 4.1 rebonds et 1 passe de moyenne.

Drew Timme (Freshman) : D.N.P, High School.

Filip Petrusev (Sophomore) : 6.5 points et 2.7 rebonds de moyenne.

Présentation de la saison de Gonzaga :

Gonzaga a énormément perdu à l’intersaison, comme à chaque fois, malheureusement. Adieu Rui Hachimura, Brandon Clarke, Zach Norvell, Josh Perkins ou encore Jeremy Jones…

Pour combler ces manques, Mark Few a réalisé un excellent travail sur le marché des transferts mais aussi sur la promotion de freshmen. Avec son statut, les Zags peuvent se permettent d’attirer des prospects de talent. En atteste cette nouvelle cuvée, qui propulse Gonzaga au 13ème rang des meilleures classes de recrutement du pays.

Au niveau du cinq majeur, un backcourt avec 2 joueurs qui arrivent d’autres programmes : Ryan Woolridge, l’ancien de North Texas, remplacera numériquement Josh Perkins avec profil assez similaire. Idem pour Admon Gilder, qui arrive de Texas A&M, avec ce rôle de dynamiteur de défense de zone avec son adresse à longue distance.

En parlant d’adresse, Corey Kispert est de retour avec sa place de titulaire en tant qu’ailier. C’est sa saison. Il est propulsé première ou deuxième option offensive. On a pu voir pendant la soirée de présentation que le joueur avait déjà la main chaude, avec 5 réussites à trois points.

La seule incertitude se situe sur les postes intérieurs.

Le français Killian Tillie s’est de nouveau blessée et c’est un réel coup dur pour les Zags. Du coup, le talentueux freshman Drew Timme devrait prendre une place de titulaire aux côtés de Filip Petrusev, qui risque de sortir une saison XXL en héritant du poste de pivot titulaire. L’intérieur serbe sort lui-aussi d’un championnat FIBA U19 en double-double de moyenne (19.3 points et 10.1 rebonds).

Gonzaga continue le recrutement de jeunes prospects internationaux.

Oumar Ballo a été étincelant avec le Mali ; mais une incertitude plane sur son cas avec un possible redshirt (le programme aime bien utiliser un redshirt sur un intérieur étranger, histoire de s’adapter tranquillement). On pense aussi à Joel Ayayi, qui sort justement d’une saison blanche après un redshirt, et qui recevra pas mal de minutes en sortie de banc.

Honnêtement, Gonzaga est davantage prenable cette saison que les précédentes. Il manque un vrai leader à l’heure actuelle, d’un patron qui peut prendre le match à son compte dans les moments chauds.

Beaucoup de jeunesse et autant de talent sur chaque poste. La promotion de freshmen, exceptionnelle sur le papier, doit prouver et apporter vraiment dès la première saison. 

La bonne saison dépendra des freshmen et de l’état de santé de Killian Tillie. On reste quand même sur la réserve… un tout petit peu.

La saison des Gaels de St Mary’s :

Déroulez :
  • 72.4 points de moyenne inscrits, 34.7 rebonds captés, 10 passes décisives délivrées et 64.3 points encaissés de moyenne.
  • #2 en saison régulière dans la conférence West Coast Conference, victoire en finale du tournoi de la conférence face à Gonzaga (60-47).
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière : Jordan Ford avec 21.1 points de moyenne.

Retour sur la saison de St Mary’s :

22 victoires pour 12 défaites – 11 victoires pour 5 défaites en conférence WCC.

St Mary’s est le principal concurrent de Gonzaga en WCC. Et, en 2018-18, les Gaels ont enfin stoppé la domination des Zags en remportant le tournoi de conférence, à l’issue d’un match totalement maîtrisé.

Pourtant, le début de saison était délicat avec un bilan de 9 victoires pour 6 défaites.

Il faut dire que le mois de novembre a été catastrophique avec une série de 4 défaites consécutives : Utah State et Mississippi State lors d’un tournoi et 2 revers à domicile contre Harvard et UC Irvine. Hormis contre Utah State, Saint Mary’s échoue de peu, incapable de terminer le travail dans les 5-6 dernières minutes, en montrant un visage séduisant.

Les Gaels se montrent en difficulté loin de leurs terres au début des matchs de conférence. 4 des 5 défaites en WCC interviennent à l’extérieur (San Francisco, BYU, Pepperdine et Gonzaga). D’ailleurs, Saint Mary’s n’a pas été en réussite contre les Zags, avec deux défaites, dont un blowout (94-46) sur leur parquet.

Malgré tout, le programme termine fort et sécurise, sur le fil, une place de dauphin à Gonzaga lors de la saison régulière.

Avec un seed #2, Saint Mary’s débute le tournoi de conférence WCC avec un premier match très dangereux contre San Diego et son secteur intérieur ultra-dominant. La rencontre est belle à suivre, avec deux équipes qui jouent leur jeu, et les Gaels sortent un money time solide pour éviter le piège (69-62).

En finale de conférence contre le rival historique, St Mary’s subit le démarrage tambours battants de Gonzaga (9-2) avant de revenir petit à petit dans le match, jusqu’à prendre la tête après 20 minutes (27-24). Et puis, les Gaels haussent le ton en défense et limitent les Bulldogs à 6 petits points lors des 8 dernières minutes du match.

St Mary’s montre son vrai visage, au moment le plus opportun de la saison, et les Gaels obtiennent un ticket pour la March Madness.

Ils affrontent Villanova dès le First Round et le match sent bon l’upset. Les 2 équipes ont offert une partition incroyable avec des superbes défenses. Au final, la logique est respectée et les Wildcats s’imposent sur le score de 61 à 57.

Fin de saison pour les Gaels au terme d’un exercice extrêmement solide et prometteur pour cette nouvelle saison.

Les nouveaux visages :

Alex Ducas (Freshman, arrière) : prospect qui aime agresser le cercle mais qui ne possède pas un profil très athlétique en provenance d’Australie. Il compense avec un premier pas ravageur et une technique ballon en main supérieure a la moyenne. Aussi une menace à longue distance.

Kyle Bowen (Freshman, intérieur) : coéquipier d’Alex Ducas, qui vient du Center Of Excellence, la meilleure académie en Australie. Intérieur de l’ombre, double-double de moyenne la saison dernière.

Logan Johnson (Sophomore, meneur) : tout juste éligible (23 octobre) après son transfert de Cincinnati. 32 apparitions avec les Bearcats avec 7 minutes de moyenne. Prospect très athlétique et doué offensivement.

Aaron Menzies (Redshirt Senior, intérieur) : j’ai écrit sur le 7-footer en provenance de Manchester (Angleterre) il y a 3 ans. Il arrive à St Mary’s après 3 saisons à Seattle et une moyenne de 11.3 points, 8.9 rebonds et 2.3 contres la saison dernière.

Le joueur à suivre de très près :

Jordan Ford (senior) : 21.1 points, 2.8 rebonds et 2.5 passes de moyenne.

Après 2 saisons sans de vraies responsabilités avec les Gaels, Jordan Ford est devenu le leader offensif en 2018-19 et le meilleur marqueur des Gaels.

Pourtant, Jordan Ford n’est pas le type du joueur qui correspond à la philosophie des Gaels, qui prônent un jeu très collectif.

C’est un joueur très talentueux en attaque mais qui a tendance à jouer sa carte personnelle. Il faut dire qu’il est fort pour se créer son propre tir. Cela peut être très frustrant pour ses coéquipiers (et on l’a vu la saison dernière, surtout dans les défaites, où le joueur monopolisait trop souvent le ballon).

Cette saison, avec plus de profondeur de banc, il aura moins à porter le ballon. Cette situation sera gagnante aussi bien pour Jordan et Saint Mary’s.

Le cinq majeur possible :

Tommy Kuhse (Redshirt Junior) : 6.2 points, 2.9 passes et 2.6 rebonds de moyenne.

Jordan Ford (Senior) : 21.1 points, 2.8 rebonds et 2.5 passes de moyenne.

Tanner Krebs (Redshirt Senior) : 8.9 points et 3.7 rebonds de moyenne.

Malik Fitts (Redshirt Junior) : 15.2 points et 7.6 rebonds de moyenne.

Aaron Menzies (Redshirt Senior) : 11.3 points, 8.9 rebonds et 2.3 contres de moyenne.

Présentation de la saison de St Mary’s :

4 titulaires sont de retour à St Mary’s avec un seul départ, celui du pivot titulaire, Jordan Hunter. Et les Gaels comblent ce manque avec un recrutement XXL, Aaron Menzies, un 7-footer en provenance de Seattle. 

St Mary’s continue aussi son recrutement de jeunes prospects internationaux avec la doublette australienne, Alex Ducas et Kyle Bowen. Les deux joueurs ont passé deux saisons ensembles et c’est toujours plus facile d’arriver dans un nouveau pays avec un ami.

La demande de “waiver” de Logan Johnson, arrière en transfert de Cincinnati, a été acceptée par la NCAA et c’est une bonne nouvelle pour les Gaels. Il faut dire que le gros point noir de la saison dernière se situait sur le poste de meneur de jeu.

Le métronome Kristers Zoriks était blessé et Tommy Kuhse, fort scoreur, a été propulsé à un poste qu’il ne connaissait pas. Le retour de Kristers Zoriks va faire du bien et risque de décaler Tommy Kuhse sur le banc. A moins que Jordan Ford retrouve sa place de 6ème homme, afin d’équilibrer un peu l’apport du banc face au cinq majeur.

Oui, St Mary’s sera une nouvelle fois la menace numéro une de Gonzaga en WCC.

Avec le recrutement et le retour de blessure de son talentueux meneur, les Gaels reviendront à la March Madness. Le programme peut même viser la place de leader sur la saison régulière !