Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !

Quel visage pour la MVC en 2019-20 ?

Le guide ultime des Mid-Majors s’intéresse évidemment aux universités de la conférence MVC, de Bradley à Valparaiso, pour conclure la série de #CBBPreviews avant la saison 2019-20 de basketball universitaire.

Notre spécialiste, Julien, s’est attelé depuis de longs mois à la création d’un guide unique et original qui regroupe des dizaines de présentations plus pointues les unes que les autres. Il y décortique les universités qu’il faut absolument connaitre avant cette nouvelle saison au sein des Mid-Majors.

Découvrez l’ensemble du calendrier de rencontres en conférence MVC à cette adresse.

Les équipes fortes de la MVC ?

 
Qui jouera le titre en MVC ?
Loyola-Chicago Drake Missouri State
 

Quels joueurs faudra-t-il suivre en MVC ?

 
Les joueurs majeurs en MVC ?
Tulio Da Silva Missouri State Lamonte West Missouri State
Cameron Krutwig Loyola-Chicago
 

La saison des Ramblers de Loyola-Chicago :

Déroulez :
  • 65.6 points de moyenne inscrits, 29.8 rebonds captés, 13.8 passes décisives délivrées et 60.8 points encaissés de moyenne.
  • #2 en saison régulière dans la conférence Missouri Valley Conference, défaite en demie-finale du tournoi de la conférence face à Bradley (53-51).
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière : Marques Townes avec 15.3 points de moyenne.

Retour sur la saison de Loyola-Chicago :

20 victoires pour 14 défaites – 12 victoires pour 6 défaites en conférence MVC.

Il y a deux ans, la petite équipe de Loyola-Chicago a déjoué tous les pronostics et se hissait jusqu’au Final Four.

Malheureusement, le temps d’encaisser cette nouvelle hype, le démarrage de la saison dernière était un peu plus difficile. Les Ramblers récupèrent quand même un titre de saison régulière (partagé avec Drake) et une qualification au NIT après un tournoi de conférence loupé.

Les ingrédients de Porter Moser sont toujours présents, qui s’appuie en priorité sur une défense de fer. Résultat : la 5ème meilleure défense du pays sur l’exercice.

Par contre, en attaque, ce fut le coup de la panne sèche.

Certes, les pertes à l’intersaison ont tapé dans le mal, mais le noyau dur jouait encore avec l’équipe. Le statut a changé et les joueurs sont désormais attendus. L’effet de surprise, qui faisait la force du programme, s’est envolé.

La première partie de saison était bien délicate pour Loyola-Chicago avec des équipes dignes de la March Madness : Furman, Boston College, Nevada, Maryland ou encore Ball State. A chaque fois, une défaite, mais toujours de peu, ce qui est encourageant.

Même chose au cours des matchs de conférence. Loyola-Chicago existe grâce à leur défense et aux fulgurances de Marques Townes. Les Ramblers terminent la saison régulière avec le même bilan que Drake (et un 2-0 après les confrontations directes) et on pense alors les revoir à la March Madness.

Par contre, Loyola-Chicago sort l’un des matchs les moins prolifiques et le moins attrayant de la saison (oui, ce fut une purge totale). L’équipe est surpris par Bradley lors du tournoi de conférence.

Un désert offensif avec une équipe épuisée physiquement et moralement.

Les Ramblers se reprennent au premier tour du NIT, contre Creighton. Mais ils subissent une défaite logique (70-61), qui baisse le rideau sur une saison prometteuse, sans cette touche flashy qui les ont propulsé sous la lumière.

Les nouveaux visages :

Keith Clemons (Junior / meneur) : meneur de jeu en provenance de Vincennes (un JUCO aux Etats-Unis) avec une moyenne de 15.1 points, 5.1 passes et 2 rebonds. Excellent scoreur, que ce soit à longue distance ou alors à mi-distance et près du cercle. Formidable playmaker. Calibre joueur dans le cinq majeur de l’année de la MVC.

Paxson Wojcik (Freshman / arrière) : prospect 3-étoiles avec une multitude de programmes en Mid-Majors à ses trousses (et quelques équipes du Power Six tel que Notre Dame). Ancien joueur de La Lumiere au lycée. 3ème meilleur marqueur de son équipe l’an passé avec 15 points de moyenne. Gaucher ambidextre, un handle très correct. Il aime aller au panier et aussi adroit de loin.

Jalon Pipkins (Junior / arrière) : après un début de carrière poussif à CSU Northridge, il rejoint le Junior College pour y parfaire sa formation. Résultat ? 21.4 points, 4.5 rebonds et 4.5 passes de moyenne l’an dernier. Peut être adroit derrière l’arc mais préfère agresser le cercle. Excellent aux lancers francs (107/137 la saison dernière), il peut avoir un rôle intéressant en sortie de banc.

Marquise Kennedy (Freshman / combo guard) : un autre prospect 3-étoiles, qui aura rapidement des minutes dès sa saison de freshman. Un combo guard bondissant, qui joue à 300%, que ce soit en attaque ou en défense. Il peut très bien venir au contre en deuxième rideau, prendre le ballon en suivant et jouer son un contre un pour finir sur la tête de son défenseur… ou bien se stopper pour prendre un tir.

Tate Hall (Junior / ailier) : après un excellent cursus au lycée, il n’a pas eu beaucoup d’offres en Division I. Direction le JUCO où il cartonne immédiatement : 3ème joueur de l’histoire d’Indianapolis à obtenir le titre de freshman de l’année. 14.8 points, 5.6 rebond et 2.2 passes de moyenne en tant que sophmore. Il a refusé des offres de Division I en baseball pour se consacrer au basketball et arrive à Loyola-Chicago comme l’un des meilleurs joueurs du pays en JUCO.

Tom Welch (Freshman / ailier fort) : dans le Top-10 de Mr. Basketball de l’Illinois en tant que senior au lycée. Joueur de l’année (Gatorade Illinois) au poste de gardien en soccer de son lycée. 21 points et 8.6 rebonds de moyenne.

Le joueur à suivre de très près :

Cameron Krutwig (junior) : 14.8 points, 7.2 rebonds et 2.4 passes de moyenne.

On ne présente plus la pierre angulaire à l’intérieur de Loyola-Chicago lors du fameux run au Final Four, où il a décroché le titre de freshman de l’année au sein de la MVC.

Depuis, Cameron Krutwig n’a cessé de progresser.

Sa saison de sophomore était excellente. Il faut dire que Loyola-Chicago a connu des départs et que l’intérieur a obtenu plus de responsabilités. Et il a répondu présent et de la plus belle des façons.

Il est devenu si important qu’il a acquis une place sur les systèmes de son équipe dès la saison dernière, en tant que sophomore. Et quand on voit sa progression en un an et qu’il est un bosseur, on n’est clairement pas prêt pour sa saison de junior.

Le monstre arrive avec la March Madness en ligne de mire. Ainsi que le titre de meilleur joueur de la conférence MVC ?

Le cinq majeur possible :

Keith Clemons (Junior) : D.N.P, JUCO.

Bruno Skokna (Senior) : 3.5 points et 1.6 rebonds de moyenne.

Tate Hall (Redshirt Junior) : D.N.P, JUCO.

Aher Uguak (Redshirt Junior) : 5.8 points et 3.5 rebonds de moyenne.

Cameron Krutwig (Junior) : 14.8 points, 7.2 rebonds et 2.4 passes de moyenne.

Présentation de la saison de Loyola-Chicago :

Après une saison sous le signe de la défense, Loyola-Chicago veut prendre un nouveau virage sans pour autant renier sa philosophie.

Le recrutement a été au niveau des ambitions des Ramblers. Des joueurs solides en provenance du Junior College et quelques pépites freshmen. Il faudra juste un peu de temps pour que cela devienne un vrai groupe, mais honnêtement, c’est sexy sur le papier.

De là à revenir à la March Madness ? Pour Sister Jean et pour ce que représente Loyola-Chicago en Mid-Majors, on y croît dur comme fer.

La saison des Bears de Missouri State :

Déroulez :
  • 68.9 points de moyenne inscrits, 31.3 rebonds captés, 11.1 passes décisives délivrées et 67.4 points encaissés de moyenne.
  • #3 en saison régulière dans la conférence Missouri Valley Conference, défaite en quart de finale du tournoi de la conférence face à Bradley (61-58).
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière : Tulio Da Silva avec 14.3 points de moyenne.

Retour sur la saison de Missouri State :

16 victoires pour 16 défaites – 10 victoires pour 8 défaites en conférence MVC.

Une nouvelle ère s’ouvre à Missouri State avec un nouveau coaching staff mené par l’un des meilleurs entraineurs de sa génération, Dana Ford.

L’ancien protégé de Gregg Marshall à Wichita State est déjà connu pour redresser des équipes en perdition (en atteste sa transformation de Tennessee State dans l’OVC). Et, pour sa première saison chez les Bears, il a réalisé ses objectifs avec un bilan général honorable et une 3ème place (à égalité) dans la conférence MVC.

La saison dernière ne présentait aucune pression avec un calendrier relevé (Nebraska, USC, Murray State, Western Kentucky), histoire de jauger l’effectif avec une belle adversité. Forcément, il y a eu des défaites (sévères), mais le rayon de soleil se situe le 5 décembre avec une victoire pleine de maitrise contre Western Kentucky (84-78).

Comme quoi, l’adversité est fondatrice.

Et, à la surprise générale, les matchs de conférence se déroulent plutôt bien. Les Bears se payent même le luxe d’un sweep face à Loyola-Chicago, concurrent direct pour le podium.

La saison régulière se termine avec 2 défaites contre les deux équipes un peu au-dessus dans la conférence, Illinois State et Drake. Mais, encore une fois, Missouri State propose une belle opposition et c’est surtout dans les 5 dernières minutes que l’équipe craque.

Missouri State perd contre Bradley lors du tournoi de conférence MVC, qui n’avait pas existé lors des deux confrontations de la saison régulière. Une panne offensive, notamment en sortie des vestiaires, a été fatale aux Bears.

La fin de saison se conclut sur une note un peu frustrante, mais cela reste un exercice vraiment solide, ce qui est surprenant (en bien).

Les nouveaux visages :

Ja’Monta Black (Freshman, arrière) : prospect local, il a amené son lycée Rock Bridge à la finale d’Etat, en remportant le titre. Une première dans l’histoire du lycée. Capitaine de l’équipe avec une moyenne de 15.2 points, 4.2 rebonds 2 passes.

Spencer Brown (Redshirt Junior, arrière) : après son cursus au lycée, il a rejoint la NAIA, à Lyon College, où il a montré de belles choses mais avec inconstance. Il termine meilleur intercepteur, contreur et passeur de l’équipe sur le dernier exercice.

Tyem Freeman (Freshman, ailier) : gros scoreur au lycée avec 28.2 points de moyenne sur sa saison de senior, mais blessé à 6 matchs de la fin de saison. Il semble rétabli et à 100% de ses capacités.

Josh Hall (Redshirt Junior, ailier) : ancienne recrue 4-étoiles à la sortie du lycée et une recrue incroyable pour Missouri State. Eligible après une saison blanche. 2 années à Nevada avec une saison sophomore très bonne derrière le trio magique. Il marque le panier de la victoire contre Cincinnati lors du Second Round de la March Madness en 2018 (13 points de moyenne lors de cette March Madness).

Isaiah Mosley (Freshman, ailier) : coéquipier de Ja’Monta Black au lycée avec 23.2 points, 6.9 rebonds et 2 passes de moyenne. Leader dans l’âme. 3ème meilleur prospect de l’Etat du Missouri avec des offres d’équipes du Power Six.

Gaige Prim (Junior, intérieur) : après 2 écoles en Junior College (à West Texas A&M puis South Plains). Mention dans l’équipe-type du championnat en tant que sophomore avec une moyenne de 20.7 points et 11.5 rebonds la saison dernière. Machine à double-double, joueur de l’ombre, prospect idéal pour sa nouvelle équipe.

Lamonte West (Senior, intérieur) : titulaire à West Virginia, où il a effectué 3 saisons avec une moyenne de 11.1 points et 4.1 rebonds. Il apportera son expérience et son leadership. Très bonne recrue.

Ford Cooper Jr (Freshman, meneur) : prospect reclassé sur cette promotion de freshman et classé 4-étoiles par les sites de scouting. La priorité du coaching staff en quête d’un meneur titulaire. Meneur gestionnaire, il sort d’une saison en Prep School où il a travaillé avec Jeff McInnis, un grand nom dans ce milieu.

Le joueur à suivre de très près :

Tulio Da Silva (redshirt senior) : 14.3 points et 7.4 rebonds de moyenne.

Après 2 saisons à South Florida, où il était titulaire en tant que sophomore, Tulio Da Silva est arrivé à Missouri State aux côtés de Dana Ford.

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a de suite montré qu’il était d’une belle recrue. Meilleur marqueur et rebondeur des Bears, nouvel arrivant de l’année en conférence MVC et mention dans la All-MVC First Team.

Une saison intéressante, en somme.

Tulio Da Silva est le profil type des nouveaux intérieurs, forts poste bas et qui peuvent aussi s’écarter à mi-distance ou à trois points. C’est une triple-menace offensive, qui combine mobilité et profil athlétique.

Cette saison, il devrait être mieux entouré et devrait pouvoir souffler un peu, laissant ses coéquipiers prendre le relais sur le plan offensif. Et puis, selon les insiders, il est devenu régulier à longue distance.

Le cinq majeur possible :

Ford Cooper Jr (Freshman) : D.N.P, Prep School.

Isiaih Mosley (Freshman) : D.N.P, High School.

Josh Hall (Redshirt Junior) : D.N.P, transfuge de Nevada.

Lamonte West (Redshirt Senior) : 11.1 points et 4.1 rebonds de moyenne à West Virginia.

Tulio Da Silva (Redshirt Senior) : 14.3 points et 7.4 rebonds de moyenne.

Présentation de la saison de Missouri State :

Après une première saison prometteuse, Dana Ford a réalisé un recrutement XXL grâce à une belle promotion de freshmen, une belle cuvée en sortie de JUCO et un marché des transferts réussi.

C’est simple, sur le papier, il s’agit tout simplement de l’un des meilleurs recrutements d’une équipe des Mid-Majors à l’intersaison.

Lamonte West apportera son expérience du haut niveau et formera une paire d’intérieure hybride avec le patron Tulio Da Silva. Josh Hall était l’un des meilleurs scoreurs à Nevada et on espère qu’il explose encore plus dans un système qui lui correspond à merveille.

Ford Cooper Jr était la priorité au poste de meneur et aucun joueur ne correspondait à ce profil dans l’effectif. Sur les postes extérieurs, il y a du talent et des gros scoreurs. Le staff aura l’embarras du choix en sortie de banc et c’est une excellente chose.

Un excellent recrutement et un head coach qui fait des miracles : et si Missouri State était capable de surprendre à nouveau… et, cette fois-ci, avec la March Madness en ligne de mire ? C’est fort possible.