Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !

Quel visage pour la Horizon League en 2019-20 ?

Le guide ultime des Mid-Majors s’intéresse évidemment aux universités de la Horizon League, de Cleveland State à Youngstown State, pour conclure la série de #CBBPreviews avant la saison 2019-20 de basketball universitaire.

Notre spécialiste, Julien, s’est attelé depuis de longs mois à la création d’un guide unique et original qui regroupe des dizaines de présentations plus pointues les unes que les autres. Il y décortique les universités qu’il faut absolument connaitre avant cette nouvelle saison au sein des Mid-Majors.

Découvrez l’ensemble du calendrier de rencontres en Horizon League à cette adresse.

Les équipes fortes de la Horizon League ?

 
Qui jouera le titre en Horizon League ?
Northern Kentucky Oakland
Green Bay Wright State
 

Quels joueurs faudra-t-il suivre en Horizon League ?

 
Les joueurs majeurs en Horizon League ?
Antoine Davis Detroit Billy Wampler Wright State
Loudon Love Wright State Xavier Hill-Mais Oakland
 

La saison des Golden Grizzlies de Oakland :

Déroulez :
  • 76.7 points de moyenne inscrits, 32.2 rebonds captés, 17.6 passes décisives délivrées et 76.2 points encaissés de moyenne.
  • #3 en saison régulière dans la conférence Horizon, défaite en demi-ifnale du tournoi de la conférence face à Northern Kentucky (64-63).
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière : Xavier Hill-Mais avec 18.3 points de moyenne.

Retour sur la saison de Oakland :

16 victoires pour 17 défaites – 11 victoires pour 7 défaites en Horizon League.

Oakland fait partie de mes coups de coeur en Mid-Majors depuis un certain pistolero, Travis Bader, qui évolue actuellement en Espagne. Une équipe si offensive, axée sur les tirs lointains et le run-and-gun.

Le tout avec le meilleur head coach du Twitter Game (mais pas que), Greg Kampe.

2018-19 fut une saison honnête avec une 3ème place à l’issue de la saison régulière en Horizon League. Et pourtant, la première partie de saison a été catastrophique.

Un bilan négatif (4-9), mais, le calendrier était (très) relevé : UNLV, Toledo, Xavier, Northeastern, Georgia ou Michigan State. Les matchs de conférence sont de même facture : il faut une belle série de 4 succès consécutifs pour terminer la saison.

Les Golden Grizzlies terminent bien avec un bilan positif, mais rien de bien transcendant, comme prévu.

Ils débutent le tournoi de conférence face à Youngstown State, l’une des belles surprises de la conférence. Et, comme en saison régulière, le match était indécis et se joue à 2 possessions. Sauf que Oakland, mieux armés que leur adversaire du soir, s’impose sur le score de 88 à 84.

En demi-finale contre le favori, Northern Kentucky, on leur promettait le pire. Les Golden Grizzlies ont offert un match vraiment solide en défense (je n’en reviens pas de dire une telle chose…), limitant les Norse à seulement 64 points. Le scénario était parfait : 7 secondes de jeu, Oakland mène de deux points.

Ballon dans les mains de Northern Kentucky, qui remonte le terrain, pick-and-pop, Drew McDonald seul à trois points. Filoche, au buzzer. Terrible scénario.

Oakland n’était pas loin de sortir le favori de Horizon League, sur un match dantesque, ce qui prouve encore une fois l’excellent travail de Greg Kampe. Avec peu de moyens, les résultats suivent et c’est fort.

Les nouveaux visages :

Kevin Kangu (Junior, arrière) : le Canadien sort d’un cursus de JUCO plutôt solide à Midland College. Une moyenne de 13.3 points, 2.8 rebonds et 2.7 passes, avant de rejoindre une équipe plus huppé, Vincennes (aux Etats-Unis). Là, un apport un peu plus faible avec la concurrence, pour une moyenne de 8.1 points, 2.6 rebonds et 2.6 passes.

Daniel Oladapo (Sophomore, ailier-fort) : il arrive sur le campus après seulement une année en Junior College avec une moyenne de 14.5 points et 8 rebonds. Machine à double-double, joueur très actif sur les situations de rebonds et qui n’est pas maladroit près du cercle, c’est une excellente recrue.

C.J. Gettelfinger (Freshman, arrière) : finaliste de Mr. Basketball au Tennessee et joueur de l’année en 2018 à Knoxville. Meilleur marqueur sur un match de l’histoire de son lycée avec 43 points. 12 triples lors d’un match d’AAU. Gros scoreur, adroit à longue distance (il prenait des tirs tellement lointains au lycée), un handle excellent : l’attraction de cette cuvée à Oakland.

Emmanuel Newsome (Freshman, meneur) : sorti de la Préparation School de Westlake, il est classé 5ème meilleur combo-guard de l’Etat de Floride. Il s’est surtout distingué en finale du Miami Holiday Basketball (avec les meilleurs recrues de l’Etat) avec un triple-double (32 points, 12 rebonds 11 passes). Nul doute qu’il aura un impact dès sa saison de freshman.

Jackie Harris (Freshman, ailier-fort) : poste 3-4 qui est devenu meilleur marqueur de l’histoire de son lycée, en postant 42 points sur le dernier match de la saison pour obtenir cet exploit. Très agressif ballon en main, il joue à l’énergie et des deux côtés du parquet.

Yusuf Jihad (Freshman, pivot) : un pivot nouvelle génération, qui monte très vite au cercle et qui aime se projeter rapidement en attaque. De plus, il peut se montrer efficace dos au panier. Une belle pioche.

Le joueur à suivre de très près :

Xavier Hill-Mais (senior) : 18.3 points, 7.2 rebonds, 2.5 passes de moyenne.

Xavier Hill-Mais a pris son mal en patience pendant 2 saisons.

En tant que freshman, il ne tournait même pas à 10 minutes de moyenne. A peine plus pour sa saison de sophomore (13.9 en moyenne), et puis, il a été propulsé titulaire avec les départs à son poste.

Résultat ? Il est devenu le meilleur marqueur et rebondeur de Oakland au cours de la saison de junior. Le travail (et la patience) paye forcément un jour.

C’est un intérieur polyvalent, qui peut jouer poste 4 et poste 5 quand Oakland joue en small-ball (ce qui arrive souvent, suivant la physionomie du match et l’adversité en face). Joueur dur au mal, qui ne calcule pas ses efforts et qui est vraiment actif. Il est tellement productif près du cercle, il s’impose physiquement et, quand il joue pivot, il a tendance à attirer son défenseur loin du cercle, histoire de le prendre de vitesse.

Surprise, il a travaillé un tir à mi-distance et surtout à 3-points. Bon, il n’en tente que 3 par match pour 1 réussite en moyenne, mais cela lui permet d’être moins prévisible en attaque.

L’an dernier, son association dans la raquette avec Brad Bretching, joueur plus défensif, a été l’une des clés de la réussite du programme. On verra une dernière fois cette association.

Le cinq majeur possible :

Emmanuel Newsome (Freshman) : D.N.P, High School.

C.J. Gettelfinger (Freshman) : D.N.P, High School.

Kevin Kangu (Junior) : D.N.P, Junior College.

Xavier Hill-Mais (Redshirt Senior) : 18.3 points, 7.2 rebonds et 2.5 passes de moyenne.

Brad Bretching (Senior) : 9.5 points et 5.9 rebonds de moyenne.

Présentation de la saison de Oakland :

Une saison de transition se profile pour Oakland avec les départs de joueurs clés tels que Braden Norris (Loyola-Chicago), Karnari Newman ou Jaevin Cumberland (Cincinnati pour jouer avec son cousin).

Pourtant, à la fin de la saison, tout le monde était partant pour réaliser une pige supplémentaire.

Le staff de Greg Kampe a été obligé de bosser dur pour reconstruire une équipe après ses annonces surprises. Le constat est simple : le recrutement a été à la hauteur, surtout concernant les freshmen. Suffisant afin de lutter pour le podium à la fin de cet exercice ? Cela semble tout de même juste. 

Mais voilà, la réputation de Greg Kampe n’est plus à faire. C’est un excellent head coach et un formateur hors-pair. Une telle flopée de jeunes talents à sa disposition est assez excitant et on a hâte de voir cette jeune génération à l’œuvre.

La saison des Raiders de Wright State :

Déroulez :
  • 73.2 points de moyenne inscrits, 35.1 rebonds captés, 13.8 passes décisives délivrées et 67.6 points encaissés de moyenne.
  • #2 en saison régulière dans l’Horizon League, défaite en finale du tournoi de la conférence face à Northern Kentucky (77-66).
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière : Loudon Love avec 15.1 points de moyenne.

Retour sur la saison de Wright State :

21 victoires pour 14 défaites – 13 victoires pour 5 défaites en Horizon League.

Wright State est sur les bons rails depuis l’arrivée de Scott Nagy. Il comptabilise 3 saisons au-delà des 20 victoires, une participation à la March Madness en 2018 et lors du dernier exercice, une place au NIT.

Pourtant, le début de saison est chaotique avec un bilan négatif après les matchs hors-conférence (6 victoires pour 7 défaites).

Des revers contre SMU (-1), Penn State (-18), Mississippi State (-4) et Murray State (-21) sont logiques sur le papier. Toutefois, quand on perd 3 matchs consécutifs face à des adversaires abordables (Indiana State, Miami OH et Kent State), c’est difficile d’entrevoir du positif.

De plus, si vous débutez les matchs de conférence avec un revers à la maison (après prolongation) contre Illinois Chicago… puis une déroute face au phénomène Antoine Davis de Detroit Mercy, il est logique de dire que le milieu de saison était une période délicate pour les Raiders. 

Mais la force de ce groupe, c’est de ne jamais douter.

Seulement 3 défaites lors des 11 dernières rencontres de saison régulière (dont une, encore, contre Illinois Chicago) et on a pu voir (enfin !) le vrai visage des Raiders. On peut mettre le retard à l’allumage sur le dos de la digestion de la March Madness. Souvent, quand une équipe des Mid-Majors réalise un petit exploit, l’exercice suivant démarre très timidement.

Wright State obtient quand même une place de dauphin en Horizon League à Northern Kentucky, le patron désigné à l’intersaison, à l’issue de la saison régulière. Mais le plus dur arrive avec le tournoi de conférence.

Un premier tour sans difficultés contre IUPUI avant de rencontrer Green Bay en demi-finale, qui avait battu Wright State un mois auparavant. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ont répondu présent avec une rencontre tout en maîtrise et une victoire de 12 unités, qui ne représente pas la physionomie réelle du match.

Place à la finale face à Northern Kentucky, qui reste sur 2 qualifications à la March Madness lors des 3 dernières années. Wright State tenait une nouvelle occasion de battre le patron de la conférence.

Cette opposition entre les deux leaders a tenu ses promesses. Les Raiders prennent rapidement le contrôle du match avant que les Norse réalisent un premier run. Et puis, Wright State n’est jamais revenu au tableau d’affichage. 39 minutes derrière une équipe de Northern Kentucky revancharde, qui a inhalé l’attaque des Raiders.

Les Norse prennent leur revanche, s’imposent de 11 points et envoient les Raiders au NIT.

Wright State se pose devant la route de #2 Clemson au NIT. Malgré un début de match catastrophique (2-16 en 6 minutes), ils reviennent petit à petit pour conclure à égalité au tableau d’affichage à la pause (33-33). S’en suit un yoyo incessant, avec des séries dans les deux camps, mais cela se gâte dans le money time pour les Raiders.

Clemson termine aux lancers francs et remportent le match de 6 points. Fin de saison un peu frustrante. Bonne nouvelle pour Wright State : le noyau dur est de retour.

Les nouveaux visages :

Jordan Ash (arrière / Redshirt Senior) : après 3 saisons en tant que remplaçant puis titulaire à Northwestern. Capitaine de l’équipe mais saison tronquée par les blessures. Il apportera son expérience avec à la clé une place de titulaire.

Trey Calvin (meneur / Freshman) : prospect un peu old school, adroit à longue distance et créateur ballon en main. Vif, bonne vision de jeu et fait jouer ses coéquipiers. Excellente addition.

Andre Harris (arrière / Freshman) : en voilà un qui apportera de l’énergie en sortie de banc. Excellent joueur de un-contre-un, qui aime agresser le cercle. Manque encore un peu d’explosivité pour dominer au niveau universitaire mais cela viendra.

Tanner Holden (ailier / Freshman) : joueur physique, qui jouait au football et au basketball au lycée. Il donne sa préférence au ballon rond mais il est aussi dans le roster du programme de football. Joueur modèle qui ne dit rien et qui accomplit le travail sans se plaindre. Rôle à déterminer.

Aleksandar Dozic (ailier fort / Redshirt Senior) : international monténégrin dans les sélections jeunes et arrive de Marist après 2 saisons plutôt solides (transfert de Marshall après une première saison délicate). Intérieur moderne avec un QI Basket supérieur à la normale, il sera le fer de lance de l’attaque intérieure de Wright State. Une très belle addition.

Grant Basile (pivot / Redshirt Freshman) : redshirt l’an passé suite à la concurrence, il a passé son année blanche en tant que sparing partner. Ancienne machine à double-double au lycée, il a pris un peu de muscle et aura un petit rôle intéressant en sortie de banc.

Le joueur à suivre de très près :

Loudon Love (redshirt junior) : 15.1 points et 8.2 rebonds de moyenne.

Pourquoi j’aime les Mid-Majors ? Pour des joueurs comme Loudon Love.

Ce n’est pas l’intérieur le plus athlétique du championnat, loin de là (un physique lambda et un peu grassouillet) mais il se révèle comme un vrai joueur de basketball. Sa ligne de statistiques parle d’elle-même. Il est devenu la pièce essentielle du système de Wright State, souvent à la finition des actions, que ce soit en fin de système ou quand il joue en un-contre-un dos au panier.

Il est massif (avec des épaules de déménageurs) et du coup, il prend l’ascendant sur son adversaire direct avec un petit coup d’épaule au bon moment. Il possède une excellente panoplie de mouvement poste bas, avec des appuis redoutables.

Loudon Love est un prospect qui trouvera aisément une place dans le monde professionnel tant par son profil qui correspond plus à ce type de jeu plutôt que le jeu rapide en NBA ou G-League.

On a hâte de suivre sa saison de junior, après un petit voyage en Italie avec Wright State où il a montré une nette progression.

Le cinq majeur possible :

Cole Gentry (Redshirt Senior) : 11.7 points, 3.2 passes et 2.4 rebonds de moyenne.

Jordan Ash (Redshirt Senior) : 0.7 point et 1 passe de moyenne à Northwestern (en 10 matchs).

Skylar Potter (Sophomore) : 5.8 points et 3.8 rebonds de moyenne.

Billy Wampler (Redshirt Senior) : 14.9 points, 3.4 rebonds et 1.2 passes de moyenne.

Loudon Love (Redshirt Junior) : 15.1 points et 8.2 rebonds de moyenne.

Présentation de la saison de Wright State :

L’intersaison a été rude pour Wright State avec la perte de 3 titulaires. Heureusement, le recrutement a été bon avec des joueurs possédant l’expérience de la Division I.

On pense notamment à Jordan Ash qui aura à cœur de produire un dernier exercice à l’image de son véritable potentiel. Idem pour Aleksandar Dozic, qui devrait recevoir un joli temps de jeu en sortie de banc et qui apporte une réelle profondeur de banc sur la position 4-5.

Le frontcourt composé de Bill Wampler et Loudon Love est de retour, pour notre plus grand bonheur (mais pas celui des intérieurs de la conférence). Le duo est juste trop fort en Horizon League et aucune équipe ne peut défendre correctement pendant 40 minutes sur les joueurs. Cole Gentry est lui-aussi de retour en métronome, tandis que Skyelar Potter devrait prendre la place d’ailier titulaire, après un rôle de 6ème homme.

On a pu entrevoir le potentiel des Raiders au mois d’aoûit lors de leur voyage en Italie. Trey Calvin a été très intéressant chez les freshmen. Tanner Holden, lui-aussi freshman, a hérité de la place de titulaire au poste 3, terminant meilleur marqueur lors du premier match, ce qui est encourageant.

Ces matchs d’exhibition ne donnent pas le potentiel maximum de l’équipe. Ceci dit, on a vu que les supposés joueurs de banc ont sorti un travail monstre. Du coup, le cinq majeur pourrait bien être différent. Il semble que Tanner Holden prenne la place de Skyelar Potter et Trey Calvin celle de Jordan Ash en cours de saison.

Nul doute que l’on reverra Wright State à la lutte pour une place à la March Madness. Le minimum syndical serait d’atteindre les 20 victoires sur l’exercice, ce qui est devenu une habitude depuis 3 saisons.