Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !

Quel visage pour la Colonial en 2019-20 ?

Le guide ultime des Mid-Majors s’intéresse évidemment aux universités de la conférence Colonial, de Charleston à William & Mary, pour conclure la série de #CBBPreviews avant la saison 2019-20 de basketball universitaire.

Notre spécialiste, Julien, s’est attelé depuis de longs mois à la création d’un guide unique et original qui regroupe des dizaines de présentations plus pointues les unes que les autres. Il y décortique les universités qu’il faut absolument connaitre avant cette nouvelle saison au sein des Mid-Majors.

Découvrez l’ensemble du calendrier de rencontres en Colonial à cette adresse.

Les équipes fortes de la Colonial ?

 
Qui jouera le titre en Colonial ?
Hofstra Northeastern Charleston
 

Quels joueurs faudra-t-il suivre en Colonial ?

 
Les joueurs majeurs en Colonial ?
Grant Riller Charleston Nathan Knight William & Mary
Desure Buie Hofstra
 

La saison des Cougars de Charleston :

Déroulez :
  • 74.3 points de moyenne inscrits, 32.1 rebonds captés, 11.7 passes décisives délivrées et 68.6 points encaissés de moyenne.
  • #3 en saison régulière dans la conférence Colonial, défaite en demie-finale du tournoi de la conférence face à Northeastern (70-67).
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière : Grant Riller avec 21.9 points de moyenne.

Retour sur la saison de Charleston :

24 victoires pour 9 défaites – 12 victoires pour 6 défaites en conférence Colonial.

Charleston revit depuis 3 saisons grâce à Earl Grant. Il réalise un travail monstre et est arrivé à remettre le programme sur le devant de la scène. Et, pour le moment, tout roule.

3ème saison consécutive à 24 victoires ou plus et des qualifications pour des tournois d’après-saison… excepté en 2018-19, où le programme n’a pas réussi à accrocher une place pour la March Madness, NIT, CBI ou CIT.

Cependant, la saison a tout de même été bonne, si l’on enlève un accident de parcours en demi-finale du tournoi de conférence.

Seulement 2 défaites en première partie de saison à Oklahoma State (70-58) et LSU (67-55). Quelques victoires importantes face à Rhode Island (66-55), UAB (74-51), VCU (83-79) ou encore Memphis (78-75).

Le démarrage s’est avéré plus délicat lors des matchs de conférence, avec 4 revers sur les 7 premiers matchs. La réalité est là : Charleston voyage mal.

A chaque fois, cela se solde par une défaite ou un match difficile, qui se termine en général dans le money time. Tout le contraire à domicile, où les Cougars déroulent sereinement derrière Grant Riller.

Charleston obtient la 3ème place à la fin de la saison régulière et franchit le premier tour sans difficulté contre Drexel (73-61). Malheureusement, en demi-finale contre Northeastern, la victoire se perd sur une fin de match non-maîtrisée, où Grant Riller était peu inspiré au pire des moments.

Les nouveaux visages :

Trevon Reddish (Freshman, meneur) : très bon joueur ballon en main, un handle dévastateur, une vitesse sur son premier appui, pas maladroit près du cercle.

Brenden Tucker (Freshman, meneur) : meilleure recrue de la promotion, convoitée par une multitude de programmes du Power Six. Combo guard explosif, un peu showtime, qui est un aussi un prospect défensif, qui sera en mission sur les meilleurs joueurs adverses.

Dontavious King (Freshman, ailier) : convoité par UAB, Buffalo ou encore FGCU. Un joueur longiligne et attiré par le cercle, qui aime bien terminer fort avec un dunk. Aussi un bon défenseur sur l’homme et peut, au besoin, se montrer adroit à longue distance.

DeAngelo Epps (Freshman, ailier) : un ailier athlétique au profil identique à Dontavious King. Physiquement prêt pour les exigences du basketball universitaire et solide rotation en sortie de banc.

Jeffrey Pizano-McInnis (Freshman, arrière) : il arrive en tant que walk-on, arrière défenseur.

Le joueur à suivre de très près :

Grant Riller (redshirt senior) : 21.9 points, 4.1 passes et 3.4 rebonds de moyenne.

Grant Riller est l’un des meilleurs scoreurs en Mid-Majors depuis 2 saisons et il a résisté aux sirènes de la NBA pour revenir à Charleston.

Formidable scoreur, que ce soit en catch-and-shoot ou bien après un dribble, il adore prendre l’écran pour revenir en tête de raquette et prendre un tir à mi-distance ou finir près du cercle.

Et, sa force est qu’il ne force pas les choses : quand la défense s’adapte, il sert, par exemple, son intérieur après le pick-and-roll. C’est un leader intelligent qui mérite d’avoir plus de lumière tant son potentiel est intéressant.

Mais le fait de jouer à Charleston n’aide pas trop, surtout quand vous n’atteignez pas à la March Madness. Vous savez donc quel est l’objectif de Grant Riller pour sa dernière saison avec les Cougars en 2019-20.

Le cinq majeur possible :

Grant Riller (Redshirt Senior) : 21.9 points, 4.1 passes et 3.4 rebonds de moyenne.

Zep Jasper (Redshirt Sophomore) : 5.4 points, 2.2 rebonds et 1.3 rebonds de moyenne.

Brevin Galloway (Redshirt Junior) : 7.9 points et 2.4 rebonds de moyenne.

Jaylen McManus (Senior) : 4.7 points et 3.8 rebonds de moyenne.

Sam Miller (Redshirt Senior) : 4.7 points et 2.5 rebonds de moyenne.

Présentation de la saison de Charleston :

Charleston a limité la casse à l’intersaison en ne perdant qu’un seul joueur majeur en la personne de Jarrell Brantley.

Ceci dit, les Cougars n’ont pas recruté d’intérieurs freshmen. Il va falloir tricoter pour le remplacer le solide intérieur aux 19.4 points de moyenne. Fort heureusement, Grant Riller est de retour.

Zep Jesper sort d’une saison assez surprenante et on attend qu’il confirme son potentiel. Brevin Galloway apporte un peu de scoring en soutien de Grant Riller. Autant dire que Charleston n’aura pas trop da mal à scorer sur les postes extérieurs.

On devrait partir sur un paire d’intérieurs hybride avec le titulaire de la saison dernière, Jaylen McManus, et, Sam Miller, qui est plus un ailier-fort. Cela manque énormément de taille mais dans une conférence Colonial qui n’est pas connue pour avoir des intérieurs dominants, ce ne sera pas aussi handicapant que prévu.

Charleston est à ranger parmi les favoris pour accéder à la March Madness. Avec Grant Riller en mission pour sa dernière saison en NCAA, on met une pièce sur les Cougars.

La saison du Pride de Hofstra :

Déroulez :
  • 83.4 points de moyenne inscrits, 33.4 rebonds captés, 14.1 passes décisives délivrées et 72.9 points encaissés de moyenne.
  • #1 en saison régulière dans la conférence Colonial, défaite en finale du tournoi de la conférence face à Northeastern (82-74).
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière : Justin Wright-Foreman avec 27.1 points de moyenne.

Retour sur la saison de Hofstra :

27 victoires pour 8 défaites – 15 victoires pour 3 défaites en conférence Colonial.

Tout était réuni pour la dernière saison de la superstar et pépite de Hofstra, Justin Wright-Foreman. Le scénario était parfait. Cela devait être la saison de la consécration pour le Pride avec une participation à la March Madness.

Mais, rien ne s’est passé comme prévu.

Pas grand chose à dire sur la première partie de saison. Hofstra n’était pas loin de surprendre VCU à l’extérieur (défaite de 2 points, en OT) puis a été plié par Maryland (80-69). Le reste, une seule défaite à Marshall (-4) et que des succès. Il faut dire que le calendrier était vraiment abordable.

On note des oppositions contre Monmouth, Siena ou encore Stony Brook. Ce n’est pas folichon mais ce sont des programmes de Mid-Majors qui jouent le podium dans leur conférence respective.

D’ailleurs, Hofstra va faire parler de lui sur le plan national. L’équipe enchaîne 16 victoires consécutives, soit la plus grande série de victoires du championnat en 2018-19. Que des succès de fin novembre à fin janvier et Justin Wright-Foreman joue au sommet de son art.

On pense au match contre William & Mary, qui se termine après 3 prolongations sur un tir au buzzer, comme on aime.

Malheureusement, cette série prend fin le 2 février sur le parquet de l’un de ses rivaux, Northeastern. Une défaite propre, sans bavure (75-61), qui donne un léger coup d’arrêt à l’équipe. Elle reprendra tout de même rapidement son rythme de croisière.

Hofstra remporte la saison régulière en Colonial et arrive au tournoi de conférence, le moment le plus important de la saison, avec un seed #1.

Et ce ne fut pas une promenade de santé. Le premier match contre James Madison est remporté (76-67) mais la maîtrise du début d’année est bien loin. D’ailleurs, Hofstra montre l’image d’une équipe fatiguée, peu sereine et surtout, qui ne défend plus du tout.

Premier « red flag » en demi-finale contre Delaware : un match crispant, qui trouve sa finalité en OT et une petite victoire du Pride (78-74). Encore une fois, Justin Wright-Foreman a porté son équipe avec 42 points.

Aucun suspense en finale. Northeastern remporte la tournoi de conférence Colonial et s’adjuge le ticket pour la March Madness. Justin Wright-Foreman a été maladroit aux tirs mais il s’en sort quand même avec 29 points. Le collectif fait la différence : quand les Huskies trouvaient des alternatives à Vasa Pusica, seul Eli Pemberton a pris le relève au scoring.

Le constat est simple, cela n’a pas suffi.

Hofstra prend tout de même la direction du NIT, avec un seed peu élevé. NC State se dresse devant le Pride dès le First Round. Le match était extrêmement plaisant, où les deux équipes jouaient le jeu. Là encore, le collectif crée la différence et Hofstra s’incline avec les honneurs (84-78).

Il faut retenir l’excellent exercice de cette petite université, qui s’est écrit un nom dans le paysage universitaire et qui a envoyé sa pépite en NBA.

Les nouveaux visages :

Caleb Burgess (Freshman / combo guard) : excellent scoreur, adroit à longue distance, il a passé la barre symbolique des 2000 points en carrière au lycée. Dans le Top-30 des prospects de Caroline du Nord. Manque un peu d’explosivité pour aller au cercle, mais possède un jumpshot déjà bien établi et efficace.

Jermaine Miranda (Freshman / arrière) : le Porto-Ricain est une future pépite avec un “package complet”. Il s’est fait connaître en 2018 avec les Mondiaux FIBA u17. Porto-Rico a terminé la compétition à la 3ème place et il affichait une moyenne de 15.4 points et 6.1 rebonds. Joueur intelligent au jeu dur et menace offensive. Il peut driver ou bien prendre un tir dans n’importe quelle position. Aussi un facilitateur de jeu pour ses coéquipiers.

Kvonn Cramer (Freshman / Ailier) : le gros point d’interrogation de cette promotion pour Hofstra. Il sort de 2 saisons blanches à cause de blessure(s). Une moyenne de 18 points, 8 rebonds et 4 passes en tant que sophomore au lycée. A voir dans quel état il arrive au sein du campus.

Hal Hugues (Redshirt Freshman / ailier-fort) : Redshirt la saison dernière, l’intérieur australien aura sa chance cette saison. Très athlétique, il a alterné entre le basketball, le soccer et le volleyball quand il était en Australie.

Issac Kante (Redshirt Sophomore / pivot) : début de carrière universitaire assez délicate pour l’int”rieur. Inutilisé à Georgia en tant que freshman et a demandé immédiatement un transfert vers Hofstra. Enfin éligible après une saison blanche. Nul doute qu’il sera revanchard, sur un poste où il manque du monde.

Le joueur à suivre de très près :

Eli Pemberton (senior) : 15 points, 4.8 rebonds et 2.3 passes de moyenne

Justin Wright-Foreman n’étant plus à Hofstra, Eli Pemberton récupère leadership et beaucoup plus de responsabilités pour l’ancien lieutenant.

Le deuxième meilleur scoreur (actuellement le 14ème meilleur marqueur de l’histoire du programme) va prendre en galon avec les statuts de leader et de mentor. Joueur irréprochable sur et en dehors du parquet, c’est une aubaine pour Hofstra qu’il revienne pour une dernière saison en NCAA.

L’ancienne gâchette à 3-points au lycée a bien évolué dans son jeu offensif. Il s’est révélé comme une menace multiple, possédant un tir à mi-distance et surtout cette capacité à attaquer le cercle adverse. 

Il sera intéressant de le voir en leader. Si Hofstra veut être un prétendant crédible à la March Madness cette saison, cela passe tout simplement par la confirmation d’Eli Pemberton.

Le cinq majeur possible :

Desure Buie (Redshirt Senior) : 10.7 points, 5.2 passes, 2.3 interceptions et 2.7 rebonds de moyenne.

Jalen Ray (Junior) : 7.7 points, 2.2 rebonds et 1.1 passes de moyenne.

Eli Pemberton (Senior) : 15 points, 4.8rebonds et 2.3 passes de moyenne.

Tareq Coburn (Redshirt Junior) : 8.4 points et 4 rebonds de moyenne.

Isaac Kante (Redshirt Sophomore) : D.N.P, transfert.

Présentation de la saison de Hofstra :

4 titulaires sont de retour à Hostra cette saison.

Le métronome Desure Bluie occupe toujours le poste de meneur dans le cinq de départ. Jalen Ray sera à ses côtés, tout comme Eli Pemberton et Tareq Coburn. Mais après ce quatuor, il existe tellement de questions.

Les nouveaux freshmen ont du potentiel (notamment Caleb Burgess et Jermaine Miranda), mais à part cela, c’est très léger sur le papier.

Je ne parle même pas du secteur intérieur, qui sera encore le gros point noir dans l’équipe. Isaac Kante est intriguant, mais il sort d’une saison blanche (enfin deux saisons avec celle à Georgia). Et la concurrence sur les postes intérieurs ? Le néant. Une flopée de redshirt, des paris et on se retrouvera encore une fois à jouer small ball avec Tareq Coburn en poste 4, alors qu’il est un ailier de formation.

La perte de Justin Wright-Foreman est colossale et extrêmement difficile à combler. Hofstra sera toujours dans la course au premier rôle en Colonial, mais, cette année, il faudra un miracle pour entrevoir une petite fenêtre à la March Madness.