Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !
Jaime Jaquez Jr. UCLA Bruins vs Michigan State First Four March Madness 2021
(Crédit photo : Gregory Shamus - Getty Images)

March Madness : qu’espérer après une victoire au First Four ?

Remporter son match lors du First Four, c’est valider pour de bon sa place à la March Madness. Chaque université est enfin placée dans le bracket pour le First Round du tournoi final.

Cette saison, #11 Drake, #11 UCLA, #16 Texas Southern et #16 Norfolk State se sont qualifiés pour la grand messe du championnat de basketball universitaire.

  • #11 Drake 53-52 #11 Wichita State
  • #11 UCLA 86-80 (OT) #11 Michigan State
  • #16 Norfolk State 54-53 #16 Appalachian State
  • #16 Texas Southern 60-52 #16 Mount St. Mary’s

Le tour préliminaire du First Four a été instauré depuis 2011. Il remplace l’Opening Round, créé, lui, en 2001. Pourquoi créer un tour supplémentaire aux 64 équipes déjà sélectionnées pour le NCAA Tournament ? Et bien, la Mountain West Conference a vu le jour en 1999. Ce ne sont plus 30 conférences qui évoluent en Division I, mais, 31 et autant d’auto-bids décernés.

La NCAA décide de ne pas réduire le nombre de programmes repêchés “at-large” (34). Il faut alors qu’un match préliminaire se déroule juste avant le First Round, entre deux seeds #16.

En 2011, le First Four (en opposition au Final Four) prend la suite. La NCAA veut plus de matchs et 8 équipes se battent donc pour 4 places au sein du bracket final.

Depuis, une tendance particulière émerge à chaque saison.

Une équipe issue du First Four atteint toujours le Second Round, a minima, excepté en 2019.

L’édition de la March Madness en 2011 a été marquée par l’incroyable parcours de VCU.

Critiqués pour avoir été sélectionnés au First Four, les Rams ont fait taire les critiques en atteignant le Final Four après avoir sorti #1 Kansas à l’Elite 8, dans ce qui restera l’un des plus grands exploits de l’histoire.

Alors, peut-on espérer de tels runs en 2021 ?

Estimons les chances respectives de #11 Drake, #11 UCLA, #16 Texas Southern et #16 Norfolk State.

#16 Norfolk State vs… #1 Gonzaga

0,5% de chance de victoire

0,1% de chance d’atteindre le Sweet 16
0,01% de chance d’atteindre le Final Four

Une victoire de Norfolk State serait le plus gros exploit de l’histoire du sport.

Tout simplement. Inutile de présenter l’adversaire.

Les Spartans ont décroché leur ticket en remportant le tournoi de conférence MEAC, l’une des conférences de Mid-Majors les plus faibles cette année (que l’on caractérise généralement de low-majors). 2 victoires en 2 matchs et une place au First Four.

Face à #16 Appalachian State, les Spartans ont survécu (54-53). Leur 1ère période est parfaite avec seulement 20 points encaissés (36-20). Outsiders, l’écart fond peu à peu. Après 15 minutes de jeu dans la seconde mi-temps, ils n’ont inscrit que neuf petits points. Menés 51-45 par les Mountaineers, ils terminent pourtant le match sur un run de 9-2 pour s’imposer au sprint.

D’autant plus que Appalachian State avait 2 balles de match.

Bref, déjà un petit exploit.

On est au courant que l’on va jouer les Los Angeles Lakers ou les Brooklyn Nets du basketball universitaire. Oui, ils ont 3 All-American, mais on le sait.

assure Robert Jones, le head coach de Norfolk State depuis 2014.

Robert Jones ne veut pas trop qu’on lui parle de l’adversaire. Ils sont au courant.

Toutefois, Norfolk State a tué le match en tenant Appalachian State, une équipe axée sur le tir extérieur, à un cataclysmique 6/36 de loin (17%). Les Spartans ont aussi compté sur la surprise Jalen Hawkins. Auteur d’un record de 17 points en carrière avant la rencontre, il a inscrit 20 unités en 1ère mi-temps et finit à 24 points à 4/5 du parking.

Contre les Zags, Norfolk State devra limiter le jeu extérieur et croire à un miracle avec plusieurs joueurs qui jouent le match de leur vie.

Quoi qu’il en soit, cette bataille face à la meilleure équipe du pays est déjà une belle récompense pour un effectif majoritairement composé de seniors. Un groupe très expérimenté qui a vécu de belles choses ensemble.

#16 Texas Southern vs… #1 Michigan

2% de chance de victoire

0,5% de chance d’atteindre le Sweet 16
0,05% de chance d’atteindre le Final Four

Autre seed #16, mais, une équipe très différente. Et c’est pour cela que l’on estime les chances d’upset un peu plus élevées pour 2 raisons.

Premièrement, Texas Southern est sur une dynamique bien différente. Après avoir subi un calendrier hors-conférence relevé avec des défaites face à Washington State, Oklahoma State, Auburn et BYU, les Tigers ont réalisé une excellente deuxième partie de saison en SWAC.

Ensuite, alors que Prairie View A&M (13-0) et Jackson State (11-0) étaient invaincus en conférence, les Tigers ont décroché le ticket de qualification pour la March Madness après avoir écarté tour à tour les 2 favoris dans le tournoi de conférence.

Autant dire que Texas Southern est en pleine confiance.

Les Tigers restent sur 15 victoires lors des 16 derniers matchs. Et, face à Mount St. Mary’s au First Four (60-52), l’équipe a réalisé une excellente deuxième période remportée (conclue avec un avantage de 40-22 !) pour s’imposer.

Michigan est ultra favori ; mais, les Wolverines devront se méfier de Texas Southern.

Les hommes de Johnny Jones, qui a connu la March Madness avec North Texas et LSU, pourront gêner Michigan sur le côté physique, notamment à l’intérieur. Impossible de le faire pendant 40 minutes, mais, sait-on jamais.

John Walker (12.3 points et 5.6 rebonds) a la mobilité pour embêter Hunter Dickinson et Michael Weathers (16.2 points, 5.3 rebonds et 3.6 passes) le leadership pour montrer la voie.

#11 Drake vs… #6 USC

35% de chance de victoire

8% de chance d’atteindre le Sweet 16
3% de chance d’atteindre le Final Four

Si les seeds #16 n’ont presque aucune chance de victoire, les matchs entre les seeds #11 et #6 sont beaucoup plus ouverts.

Surtout avec Drake sur son chemin.

Les Bulldogs sont une vraie belle équipe qui respire le basketball. Opposés à #11 Wichita State au First Four, ils s’en sont sortis dans le money-time (53-52) en inscrivant 24 points dans les 10 dernières minutes. Et cette victoire n’est pas volée tant Drake réalise une belle saison.

Après un départ de folie avec 18 victoires en autant de rencontres, le programme a perdu le rythme avec des matchs et des entraînements annulés à cause de protocoles sanitaires face au COVID-19.

Face à USC, il faudra au maximum jouer au large et avoir une adresse extérieure correcte (36.6% sur la saison).

On connait tous la défense intérieure des Trojans avec le phénomène Evan Mobley.

Avec 5 joueurs à plus de 10 points de moyenne et plusieurs d’entre eux capables de mettre des paniers de loin, les Bulldogs possèdes les armes pour créer l’upset. Un Second Round face à Kansas serait une autre affaire, mais pas moins impossible.

D’où le 8% de chance d’atteindre le Sweet 16.

#11 UCLA vs… #6 BYU

40% de chance de victoire

10% de chance d’atteindre le Sweet 16
4% de chance d’atteindre le Final Four

Enfin, UCLA est l’équipe qui, sur le papier, détient le plus de chances de passer le stade du First Round.

Les Bruins ont terminé la saison en conférence Pac-12 avec 4 défaites, dont une cruelle en prolongation face à Oregon State lors du tournoi de conférence. Mais cette pause d’une semaine a permis de recharger les batteries pour se défaire de #11 Michigan State au First Four… lors d’une autre prolongation (86-80).

Cette équipe de UCLA est très complète, en tout cas.

5 joueurs à plus de 10 points de moyenne, une bonne adresse extérieure, de la présence dans la raquette et… un tempo lent pour imposer son rythme. Surtout, les Bruins sont une bonne équipe aux rebonds quand BYU en concède pas mal sous son cercle.

Les points inscrits sur 2ème chance pourraient être cruciaux lors de cet affrontement.

Battre les Cougars est loin d’être hypothétique.

Le plus difficile serait de confirmer lors du tour suivant avec un 3ème match en 5 jours face à #3 Texas, potentiellement. Les chances d’atteindre le Sweet 16 restent faibles.

Plus de lecture ?
EJ Onu Shawnee State Bears NAIA NBA Draft 2021
“Zooming On” : EJ Onu (Shawnee State), de la NAIA à… la NBA ?