Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !
Emoni Bates Lincoln High School Michigan State Spartans
(Crédit photo : Scott W. Grau/Icon Sportswire)

Emoni Bates (#1, 2022) à Michigan State : un engagement essentiel et incertain pour Tom Izzo

Emoni Bates s’est engagé verbalement avec les Spartans de Michigan State.

Cette nouvelle a secoué le monde du basketball universitaire. Alors que la “période morte” de recrutement a été prolongée jusqu’au 31 août et que le recrutement est au point mort, la promotion de 2022 fait déjà parler d’elle.

L’incontesté numéro #1 de la classe de 2022 n’a que 16 ans. Mais, il est devenu le premier sophomore à remporter le Gatorade National Boys Baketball Player of the Year Award, récompensant le meilleur lycéen du pays. Son style de jeu rappelle celui de Kevin Durant et la majorité des scouts s’accordent à dire que Emoni Bates est le meilleur prospect de High School depuis Le Bron James.

Les comparaisons avec des joueurs NBA ne sont pas anodines. Et il pourrait rapidement se frotter aux stars de la NBA et ne jamais jouer en NCAA.

A moins que.

Emoni Bates en NCAA… dès 2021 ?

Avec l’instauration de la fameuse règle du “one-and-done” en 2005, chaque lycéen doit passer au moins un an à l’université (ou dans un championnat professionnel sans passer par une université) et doit obtenir ses 19 ans durant l’année civile de la NBA Draft en question avant de s’inscrire.

Sauf que, source de vives débats, cette règle pourrait être abolie avant 2022.

Le conditionnel est de mise, car les discussions ne sont pas clos. L’abolition de cette règle pourrait intervenir plus tard que prévu. Or, Emoni Bates ne fêtera ses 19 ans seulement en janvier 2023. Donc, à ce jour, il est éligible à la NBA Draft qu’à partir de 2023.

Emoni Bates doit encore connaitre deux ans de lycée. Il les effectuera au sein de l’Ypsi Prep Academy, une Prep School créée par son père Elgin Bates, après 2 ans à la Lincoln High School dans son Etat natal du Michigan.

Même si la règle du “one-and-done” n’existe plus, il reste une chance à Emoni Bates de jouer pour Michigan State : se reclasser dans la classe de 2021 selon Sports Illustrated.

Jesse Davis, son head coach à la Lincoln High School, pense qu’il “veut jouer en NBA plus que n’importe où ailleurs”. La NBA semble être une priorité. Mais, les possibilités que Emoni Bates porte le maillot de Michigan State ne sont pas proches de zéro et dépendent de plusieurs facteurs.

Quoi qu’il en soit, la signature du natif de Ann Arbor est bénéfique pour les Spartans. Même s’il ne jouera peut-être jamais dans le Breslin Center, Tom Izzo frappe un énorme coup pour le futur du programme sur le plan du recrutement.

Un engagement pour en appeler d’autres

Tom Izzo est une légende du basketball universitaire. Il dirige le programme de Michigan State depuis 1995 (avec succès) et il n’a plus raté la March Madness depuis la saison 1997-98. L’université est bien installée parmi les grands noms du sport. Cependant, les Spartans veulent désormais d’autres titres après ceux de 1979 et 2000.

Pour ce faire, Tom Izzo est conscient qu’il doit être plus régulier sur les classes de recrutement.

Depuis que 247 Sports établit un classement des meilleures classes de recrutement par équipes, Michigan State connaît des années au sommet de la conférence Big Ten. Et d’autres plus décevantes.

Classement de Michigan State en recrutement à l’échelle nationale et de la Big Ten

Les chiffres ne sont pas les plus représentatifs, par ailleurs.

En 2016, par exemple, les Spartans recrutent Miles Bridges et Joshua Langford, tous les deux 5-étoiles, ainsi que Cassius Winston (4-étoiles) afin de terminer dans le Top-3 national. En comparaison, la promotion de 2017 paraît bien en deçà (49e) puisque Tom Izzo n’a recruté que 2 joueurs ; mais, Jaren Jackson y figure, soit la dernière recrue 5-étoiles depuis Emoni Bates.

Michigan State sait recruter et l’a encore prouvé. Mais les Spartans restent clairement inférieurs à Duke, Kansas et Kentucky dans le domaine.

En signant Emoni Bates, Tom Izzo réaffirme ses qualités de recruteur. Si Emoni Bates s’est tourné vers le campus de East Lansing, ce n’est pas un hasard. Alors que les universités n’ont pas cherché à s’intéresser fortement à son profil, croyant qu’il allait se diriger directement vers la NBA, Tom Izzo a continué à se rendre aux matchs du jeune talent.

J’étais très surpris de voir que presque tous les entraineurs du pays ne venaient pas à nos matchs. Vous ne savez jamais ce qu’il va se passer. Qui sait s’il veut jouer une année [en NCAA] pour l’expérience.

Evidemment, il rêve de jouer en NBA, mais j’ai été très surpris que peu d’entraineurs soient venus.

Jesse Davis, entraîneur de Emoni Bates au lycée, à The Athletic.

Tom Izzo est récompensé de “sa loyauté”, comme le dit si bien Emoni Bates. La pépite du Michigan semble avoir été conquis par la fidélité et la sincérité du coaching staff des Spartans. Même s’il ne foule jamais le parquet de Michigan State, Emoni Bates pourrait influencer d’autres lycéens lors des prochaines années.

Lorsque l’un des meilleurs prospects depuis LeBron James est aussi élogieux envers un programme devant les médias nationaux du pays, d’autres recrues pourraient considérer Michigan State comme une option sérieuse.

Une nouvelle stratégie de recrutement pour Tom Izzo ?

Cet engagement est un véritable soulagement pour les fans de Michigan State.

Il faut dire que Michigan State a connu plusieurs désillusions par le passé. L’une des plus marquantes concerne le revirement de situation de Josh Jackson en 2016. Prêt à s’engager chez les Spartans, il se tourne finalement vers Kansas sur les conseils de sa mère.

Tom Izzo n’y est pas pour grand chose. Toutefois, cela est un peu différent avec les cas de Jabari Parker (Duke en 2013), Cliff Alexander (Kansas en 2014), Caleb Swanigan (Purdue en 2015) et plus récemment Vernon Carey Jr. (Duke en 2019). 4 prospects 5-étoiles, parmi les meilleurs prospects du pays, qui ont décidé de changer d’horizon alors que Michigan State semblait avoir l’avantage.

Tom Izzo Michigan State Spartans Head Coach
(Crédit photo : Tommy Gilligan – USA TODAY Sports)

Selon certaines personnes proches des joueurs, Tom Izzo n’aurait pas promis assez de temps de jeu ou assez de responsabilités à ces joueurs. L’entraîneur a peut-être déçu en voulant privilégier le collectif à l’individuel. Difficile de lui en vouloir, mais avec le recul, cela n’a peut-être pas eu les résultats escomptés.

Pour se rapprocher du niveau de recrutement de Duke, Kansas et Kentucky, la manière de recruter des Spartans pourrait changer avec la signature d’Emoni Bates.

Tom Izzo sera peut-être plus agressif sur le recrutement auprès des lycéens. Pour viser le titre national, il est nécessaire de compter sur des talents individuels. Le head coach de 65 ans devrait peut-être délaisser le collectif quand il s’agit de recruter. La plupart des jeunes lycéens sont sensibles au temps de jeu, à l’exposition, au temps de jeu.

Rien ne l’empêche par la suite de parler “équipe” une fois que le joueur est dans l’effectif.

La signature de Emoni Bates soulève des questions. Les Spartans de Michigan State continueront-ils de jouer la carte de la “loyauté” auprès des jeunes lycéens ? Ou au contraire, tenteront-ils de faire venir des prospects comme les autres mastodontes du recrutement ?

Plus de lecture ?
Nathan Knight William & Mary vs High Point 2020
“Steal of the NBA Draft” : Nathan Knight (William & Mary)