Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !
Davion Mitchell Baylor Bears vs Arkansas Elite 8 March Madness 2021
(Crédit photo : NCAA Photos)

Davion Mitchell (Baylor), Monsieur Progression à l’assaut du Final Four

Il reste 10 secondes sur l’horloge de possession, Jared Butler s’écarte et transmet la balle à Davion Mitchell.

2 petits pas en arrière pour prendre de l’élan, il se lance et enchaîne les dribbles à une vitesse folle. Un step back, un crossover, un premier pas puissant. Les armes sont nombreuses pour se défaire de son vis-à-vis. Pour un panier ou une passe vers un joueur ouvert.

Swish.

Combien de fois a-t-on vu Davion Micthell sur ce type d’actions depuis le début de la saison de basketball universitaire ? Beaucoup. Combien de fois à la March Madness ? Enormément.

C’est simple : le guard junior a pris le leadership de Baylor devant Jared Butler sur les 4 matchs contre Hartford, Wisconsin, Villanova et Arkansas. Dans le système de Scott Drew, Davion Mitchell est devenu le two-way player par excellence qui intéresse beaucoup la NBA.

Une année redshirt décisive

Si le backcourt de Baylor est aujourd’hui le plus fort du pays, c’était loin d’être une certitude il y a trois ans.

Comme MaCio Teague (UNC Asheville) et Adam Flagler (Presbyterian), Davion Micthell est arrivé sur transfert. L’ancien prospect 4-étoiles avait rejoint les Tigers d’Auburn pour la saison 2017-18. Il veut rester dans son Etat natal où il veut briller.

Cette saison-là, Auburn s’appuie sur 2 arrières de grande qualité avec Jared Harper et Bryce Brown. Davion Mitchell les supplée en sortie de banc, mais, il ne dépasse rarement les 20 minutes de jeu (3.7 points et 1.9 passes en 17min de jeu).

Le monsieur en veut plus.

Comme beaucoup de joueurs à l’époque où les waivers ne sont pas encore quasi-automatique, il n’hésite pas à sacrifier une année et demande un transfert. Enfin, “sacrifier” une année, non.

On connaît l’importance d’une année blanche. Elle peut parfois être bénéfique pour un joueur. A la fois sportivement pour se construire un jeu complet en regardant beaucoup de vidéos de Jalen Brunson (Villanova), entre autre, mais aussi mentalement. Ne pas jouer une année a permis à Davion Micthell de revenir au top.

Il a appris le système de jeu de Scott Drew pendant un an avant que le head coach ne lui donne une place de titulaire en 2019-20.

Priorité à la défense

Le début de saison est mitigé.

Mais, l’ancien 6ème homme d’Auburn progresse à chaque match.

Depuis qu’il a foulé le parquet des Bears, on a vraiment l’impression que le joueur revient plus fort la semaine suivante. Si la saison est annulée à cause de la pandémie de COVID-19 au mois de mars, alors que Baylor avait ses chances à la March Madness, Davion Micthell est récompensé.

Il est nommé Newcomer of the Year dans la conférence Big 12.

Ses stats (9.9 points et 3.8 passes) ne sont pas incroyables, mais c’est tout simplement l’un des meilleurs défenseurs de la conférence. Si ce n’est plus (on essaye de rester objectif).

Si Jared Butler tient surtout le ballon dans les moments chauds en attaque, Davion Micthell s’impose comme un joueur clutch en défense.

Son agressivité est un modèle du genre. Avec un footwork de haut niveau, il est quasiment imbattable en un-contre-un, toujours placé avec son corps en opposition avec l’adversaire. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il provoque un nombre incalculable de passages en force, à rendre fou l’opposition (et les arbitres).

C’est grâce à cette défense élite qu’il se fait connaître rapidement à l’échelon national.

D’autant plus que ses flashs en attaque laissent présager le meilleur…

Davion Mitchell en mission

Sa 2ème année à Baylor est la saison de la confirmation en défense, à l’image de son trophée de Meilleur Défenseur du pays.

Et celle de la progression en attaque.

Dans le système de jeu des Bears qui oblige les 3 arrières à alterner les rôles en attaque, il est devenu un joueur très complet.

Sa marque de fabrique, le un-contre-un avec de l’espace, lui permet d’exceller en fin de match ou dans les moments critiques. Avec le ballon, il est très à l’aise car son ball handle est exécuté avec précision et rapidité. Et il est devenu un passeur de très bon niveau.

A l’image de son match face à Wisconsin au Second Round de la March Madness.

Surtout, sa capacité à tirer longue distance, en sortie de dribble ou en bout de chaîne, est ce qui intéresse les scouts de la NBA.

Alors qu’il tournait la saison passé à 32.4%, il met quasiment un tir sur deux cette année (45%) avec 5 tentatives par match. Les experts de la Draft NBA lui trouveront évidemment des défauts, car, il en a. Mais il évolue dans une équipe qui les cache.

Il a tout à côté de lui pour réussir. Des créateurs et des finisseurs.

Maintenant, Davion Mitchell possède 48 heures pour finir le travail avec Baylor au Final Four.

Comme lors de son passage entre Auburn et Baylor, nul doute qu’il saura se faire un nom en arrivant en NBA. Il existe déjà un #DM45 en la personne de Donovan Micthell à Utah (bien qu’ils n’ont aucun lien familial). Mais, vous pouvez compter sur le petit de Hinesville pour prendre le relais.

Plus de lecture ?
Killian Tillie Celebration Gonzaga Bulldogs WCC Tournament 2020
March Madness : tous les champions de conférence qualifiés pour le NCAA Tournament (et plus)