Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !
Cassius Winston Michigan State 2019
(Crédit photo : Geoff Burke/ USA TODAY Sports)

#CBBPreview : la continuité est-elle synonyme de succès à Michigan State ?

Alors que l’intersaison touche à sa fin et qu’une nouvelle saison de basketball universitaire s’apprête à démarrer, il est l’heure de reprendre nos traditionnels #CBBPreviews. Deuxième épisode : présentation d’une nouvelle saison à Michigan State à la sauce Midnight on Campus.

Michigan State possède une dernière chance de conquérir le titre national avec sa génération dorée. Certes, les Spartans ont perdu des éléments mais ils repartent tout de même pour une saison avec un statut d’outsider sérieux.

Michigan State Spartans :

  • 77.6 points marqués, 40.5 rebonds captés, 18.3 passes décisives délivrées et 65 points encaissés de moyenne (statistiques complètes de la saison).
  • 33 apparitions à la March Madness, 10 final four dont le plus récent l’an passé, 6 victoires lors des tournois de conférence.
  • 1er en saison régulière dans la conférence Big Ten, vainqueur du tournoi de conférence face à Michigan (65-60).
  • Meilleur de marqueur de l’équipe l’an passé : Cassius Winston avec 18,8 points.

Retour sur la saison de Michigan State :

32 victoires pour 7 défaites – 16 victoires pour 4 défaites en conférence Big Ten

Des espoirs, des blessures et une belle occasion gâchée.

Tel pourrait-on résumer la saison 2018-19 de Michigan State. Les Spartans, qui ont dû pourtant faire sans leurs joyaux Miles Bridges et Jaren Jackson Jr. partis pour la NBA, se présentaient pleins d’espoirs à l’aube de la saison.

Très vite, Michigan State est parvenu à justifier son statut de prétendant. Une défaite étriquée en ouverture face à Kansas (92-87), puis 5 victoires consécutives prouvent la force de vaillants Spartans. Le revers face à Louisville marquait un coup d’arrêt, mais, les hommes de Tom Izzo se consolaient en remportant 13 succès consécutifs à la suite de cette défaite.

Miles Bridges Jaren Jackson Jr. Michigan State 2018
(Crédit photo : Gregory Shamus – Getty Images)

Mais voilà, les blessures ont choisi de frapper les Spartans la saison passée.

Joshua Langford n’a joué que 13 matchs. L’absence pour le reste de la saison du talentueux arrière a amputé l’équipe de l’un de ses meilleurs marqueurs et a mis encore plus de responsabilités sur les épaules de Cassius Winston. Dans la foulée, Michigan State subissait de plein fouet le manque de solutions offensives et a enchainé 3 défaites en conférence Big Ten face à Purdue, Indiana et Illinois.

Autour de son meneur star, un collectif se nouera pour sauver les Spartans.

A l’image des role players tels que Matt McQuaid et Kenny Goins, Michigan State se révèle être un poil à gratter tout le reste de la saison. Vous voyez, le genre d’équipe que personne ne veut affronter (et ce n’est pas Duke qui dira le contraire).

Matt McQuaid Michigan State vs Iowa 2019
(Crédit photo : Matthew Mitchell – Michigan State Athletics)

Michigan State termine la saison régulière avec un bilan de 32 victoires pour 7 défaites et un statut de favori pour le tournoi de conférence Big Ten.

Les hommes de Tom Izzo croisent le fer d’entrée avec Ohio State, dans un match serré du début à la fin, pour en sortir vainqueur (77-70). En demi-finale, Michigan State fait facilement tomber Wisconsin (67-55) avant de battre son meilleur ennemi, Michigan, en finale (65-60).

A cet instant, les Spartans semblent prêts à répondre aux exigences du NCAA Tournament.

Michigan State bat facilement Bradley pour lancer la March Madness et enchaine avec Minnesota puis, bien plus surprenant, LSU. Les Spartans mettent par la suite fin aux rêves des jeunes loups de Duke (68-67) et se qualifient pour le Final Four. Cette confrontation est passée à la postérité grâce à un énorme Cassius Winston, auteur d’un double-double (20pts, 10ast).

Pour son dixième Final Four, l’espoir était permis face à Texas Tech. Mais, trop limités en attaque, les Spartans tombent face aux Red Raiders avec des regrets plein la tête.

Michigan State a payé coûtant l’absence de Joshua Langford, au pire moment. 

Les nouveaux visages :

Michigan State compte surtout sur son effectif de la saison dernière en 2019-20. Pourtant, Tom Izzo a tout de même réussi quelques bonnes pioches à l’intersaison.

Rocket Watts apparaît comme le gros poisson du recrutement des Spartans. Le joueur originaire de Detroit, ancien pensionnaire de la SPIRE Academy, est un arrière de grand talent. Classé 39ème meilleur lycéen selon 247Sports, il est connu pour sa sélection avec Team USA U18 pour le Championnat des Amériques.

Déjà surnommé “Speed” par son entraîneur, Rocket Watts s’appuie d’abord sur son premier pas pour créer des différences. Il devra tout de même progresser techniquement durant son cursus mais le potentiel semble plutôt intéressant.

Classé 61ème meilleur lycéen par 247Sports, Malik Hall est un ailier de grand talent.

Le jeune homme originaire du Kansas est un homme à tout faire. Capable de scorer, de mener le jeu et même d’être efficace en sortie d’écran, Malik Hall était convoité par d’autres programmes (Purdue ou Oregon) mais il a choisi Michigan State pour continuer sa progression. Tom Izzo peut se frotter les mains.

Enfin, Julius Marble s’apparente plus à un projet à long terme.

Intérieur polyvalent, Tom Izzo l’a déjà comparé à Andre Hutson, champion national avec les Spartans en 2000. S’il est plus méconnu, il pourrait être une surprise sortie du chapeau par le magicien Izzo.

Le joueur à suivre de très près :

Cassius Winston (senior) : 18.8 points, 7.5 passes et 3 rebonds en 33 minutes.

Qui d’autre ? Cassius Winston est le grand favori pour le titre de meilleur joueur du pays cette saison.

Le meneur de jeu aurait pu faire le grand pas et répondre favorablement aux sirènes de la NBA mais il a choisi de profiter de sa dernière année d’éligibilité pour obtenir son diplôme. Tom Izzo n’en demandait pas tant. 

Cassius Winston Michigan State 2018
(Crédit photo : Jeffrey Becker – USA Today Sports)

Forcé à jouer énormément l’an passé en raison des blessures qui ont ravagé les Spartans, Cassius Winston aura sans doute moins de temps de jeu en 2019-20 tant le roster paraît dense sur les postes extérieurs. De quoi altérer ses statistiques en saison régulière, sans doute, mais aussi d’arriver plus frais pour les échéances du mois de mars.

Les qualités du bonhomme sont toujours les mêmes. Il est un très bon gestionnaire qui s’est mué en leader avec les années. Sa défense, elle, s’améliore d’année en année. A tel point que, comme le bon vin, Cassius Winston se bonifie avec le temps au point de s’affirmer comme le meilleur meneur de Michigan State depuis Magic Johnson. 

Le cinq majeur possible :

Cassius Winston (senior) : (18.8 points, 7.5 passes, 3 rebonds)

Joshua Langford (senior) : (15 points, 2.3 passes, 3.6 rebonds)

Aaron Henry (sophomore) : (6.1 points, 1.6 passes, 3.8 rebonds)

Xavier Tillman (junior) : (10 points, 1.6 passes, 7.3 rebonds)

Marcus Bingham Jr. (sophomore) : (1 point, 0.3 passe, 1.1 rebond)

Présentation de la saison de Michigan State :

Tout vient à point à qui sait attendre.

Après une saison à combattre les blessures, cette nouvelle saison pourrait être la saison des Spartans. De nombreux cadres reviennent pour leur dernière danse sur la campus de East Lansing et ils souhaiteront finir en beauté.

Malgré les départs de Kenny Goins, Matt McQuaid et Nick Ward, Cassius Winston et Joshua Langford font leur retour avec les Spartans. C’est-à-dire que, en plus d’être l’équipe à battre en conférence Big Ten, Michigan State ne devrait pas avoir de mal à décrocher son 24ème Final Four consécutif.

Emmenés par Winston, Langford et Xavier Tillman, les Spartans préchauffent tout au long de la saison et atteignent le sommet du basketball collectif de Tom Izzo à l’aube de la March Madness.

Une chose est certaine : bien des équipes seront plus talentueuses que Michigan State sur le papier.

Et pourtant, le collectif et l’envie des hommes de Tom Izzo sont inébranlables et Michigan State pourrait bien aller jusqu’au bout du chemin. 

Plus de lecture ?
Stretching Evansville
“A day with Evansville” : la préparation physique continue en Europe