Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !
Payton Pritchard Oregon vs Washington 2019
(Crédit photo : Stephen R. Sylvanie - USA TODAY Sports)

#CBBPreview : Oregon doit, à nouveau, prouver sa valeur

Alors que l’intersaison touche à sa fin et qu’une nouvelle saison de basketball universitaire s’apprête à démarrer, il est l’heure de reprendre nos traditionnels #CBBPreviews. Huitième épisode : présentation d’une nouvelle saison à Oregon à la sauce Midnight on Campus.

La hype est réelle à Oregon. Les Ducks sortent d’une fin de saison 2018-19 incroyable et ont encore attiré des prospects talentueux. Pourtant, les hommes de Dana Altman ne dégagent pas la même confiance que chez les outsiders pour le titre.

Oregon Ducks :

  • 75.7 points de moyenne inscrits, 34.4 rebonds captés, 13.2 passes décisives délivrées et 60.1 points encaissés de moyenne (statistiques complètes de la saison).
  • Un titre de champion, 15 apparitions en March Madness, 2 Final Fours dont le plus récent en 2017, 5 victoires lors des tournois de conférence.
  • #6 en saison régulière dans la conférence Pac-12, tournoi de conférence remporté face à Washington (68-48).
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière parmi les revenants : Payton Pritchard avec 12.9 points de moyenne.

Retour sur la saison de Oregon :

25 victoires pour 13 défaites – 10 victoires pour 8 défaites en conférence Pac-12.

4 points. Les Ducks sont passés à 4 petits points d’atteindre l’Elite Eight. Le tout, face aux futurs champions nationaux, Virginia (49-53). Ce résultat, bien que négatif, était inimaginable un mois auparavant.

Oregon est revenu de nulle part.

Les Ducks végétaient dans le ventre mou de la conférence Pac-12, peinaient à enchaîner 2 victoires de suite et n’arrivaient pas à voyager hors de ses bases. Jusqu’à… quatre semaines folles.

Entre le 28 février et le 28 mars, Dana Altman et ses joueurs ont enchaîné 10 succès de rang. Personne n’a pu résister à la défense incroyable mise en place, notamment lors du tournoi de conférence. En l’espace de quatre jours, les Ducks ont écœuré leurs adversaires du haut de leur seed #6.

A la March Madness, la série a continué face à Wisconsin (72-54) et UC Irvine (73-54) avant de prendre fin avec les honneurs contre les Cavaliers.

Ce run en fin de saison, si beau soit-il, a réussi à faire oublier une saison en réalité décevante. Les Ducks étaient attendus au tournant avec la troisième meilleure classe de recrutement nationale, qui comportait notamment des noms tels que Bol Bol et Louis King.

Le pivot a raté la quasi-totalité de la saison (9 matchs) tandis que l’ailier n’était pas à 100% en début d’année. Kenny Wooten, autre élément clé, a lui manqué quatre semaines. Ces blessures ont pesé dans la balance, mais ont aussi permis à des joueurs de se révéler, comme Will Richardson, ou de confirmer à l’image de Payton Pritchard.

Les deux guards sont de retour sur le campus pour diriger une équipe remaniée, une nouvelle fois.

Les nouveaux visages :

Autant le dire tout de suite : les nouvelles têtes sont nombreuses à Oregon. Dana Altman s’est activé tout l’été pour ajouter de la profondeur à son effectif et combler les éléments qui lui manquaient.

Le head coach s’est notamment tourné vers le Junior College pour faire venir le meilleur prospect de la ligue : Chris Duarte (19 points à 54%, 7.1 rebonds et 2.5 passes). L’ailier possède un gabarit avantageux pour prendre le dessus sur son vis-à-vis. Dans un rôle différent de Louis King, il apportera du shoot, à une équipe en demi-teinte dans ce secteur la saison passé.

Autre transfert, Shakur Juiston apporte lui de l’expérience dans la peinture. A UNLV la saison dernière, il tournait presque en double-double avec 10.8 points et 8.8 rebonds. C’est un très bon rebondeur qui renforce un secteur de jeu qui manquait d’un leader avec l’absence de Bol Bol.

Troisième et dernier transfert, Anthony Mathis arrive de New Mexico (14.4 points). Ce devrait être le tandem de Payton Pritchard sur les lignes arrières. Les deux ont joué ensemble au lycée. Avec 47,3% et 41.6% de réussite à 3-pts ces deux dernières saisons, le shooting guard finira de nombreuses possessions.

Du côté des freshmen, les renforts sont une nouvelle fois de qualité.

La surprise Addison Patterson (#42) sera une arme supplémentaire sur un backcourt bien rempli. Le guard 4-étoiles s’est reclassé dans la promotion 2019 au cours de l’été. La NCAA a validé sa demande, mais pas celle de N’Faly Dante (#14).

Le pivot 5-étoiles ne pourra pas jouer avant le 14 décembre, au mieux. Oregon fait le maximum pour valider son reclassement. Il faut dire que le jeune homme faisait partie des joueurs les plus convoités en sortie de High School.

Sur le poste d’ailier-fort, du sang neuf de grande qualité arrive également en la personne de le 5-étoiles C.J. Walker (#28) et le 4-étoiles Chandler Lawson (#95). Ce sont des ajouts de gros calibre sur le papier, mais l’adaptation pourrait prendre du temps, comme souvent à Oregon.

Enfin, l’ailier Lök Wur s’est engagé avec les Ducks après une année en JUCO. Il ne devrait pas avoir de temps de jeu (ou très peu).

Eric Williams (Duquesne) et Eugene Omoruyi (Rutgers) arrivent également sur transfert mais ne joueront pas cette saison à cause des règles de transfert en vigueur en NCAA.

Le joueur à suivre de très près :

Payton Pritchard (senior) : 12.9 points, 4.6 passes et 3.9 rebonds en 2018-19.

Si les Ducks ont créé la sensation en fin de saison dernière, c’est en partie grâce à Payton Pritchard. Le meneur était impressionnant et il a initié la révolte à Oregon en étant élu, sans contestation, meilleur joueur du tournoi de conférence Pac-12.

Avec Payton Pritchard à la baguette, les Ducks ont réussi à fluidifier leur attaque en ajoutant beaucoup de vitesse. Le natif de l’Oregon a réussi à imposer un rythme effréné en jouant plus de 35 minutes par match toute la saison.

Mais pour son année senior, on attend encore beaucoup de lui.

On sent que sa marge de progression est encore élevée. Il ne doit pas avoir peur de prendre plus de shoots, surtout quand il est ouvert ou quand il possède un matchup favorable. Son altruisme a parfois des points négatifs.

Il détient les moyens pour être un vrai leader statistique en 2019-20.

De nouvelles gâchettes sont arrivées autour de lui dans l’effectif. Il devrait avoir encore plus de possibilités à la distribution et, avec sa vision du jeu, Oregon peut nourrir des ambitions offensives sérieuses.

On surveillera aussi son adresse à trois points. Elle a baissé de manière surprenante la saison dernière (32.8%) alors que l’on sait capable d’être régulier dans son domaine en 2017-2018 (41.3%).

Le cinq majeur possible :

Payton Pritchard (senior) : 12.9 points, 4.6 passes et 3.9 rebonds passes de moyenne la saison dernière.

Anthony Mathis (redshirt senior) : 14.4 points, 2.2 rebonds et 2.1 passes de moyenne la saison dernière à New Mexico.

Chris Duarte (junior) : 19 points, 7.1 rebonds et 2.5 passes de moyenne la saison dernière en JUCO.

Shakur Juiston (redshirt senior) : 10.8 points et 8.8 rebonds de moyenne la saison dernière à UNLV.

Francis Okoro (sophomore) : 3.1 points et 3.2 rebonds de moyenne la saison dernière.

Présentation de la saison de Oregon :

Juste après la défaite face à Virginia à la March Madness, on savait qu’Oregon ferait partie des outsiders pour atteindre le Final Four.

Certains experts soulignaient cependant le manque de profondeur de banc. Dana Altman a fait sa part du travail en dehors du terrain en attirant rapidement des joueurs de premiers plans.

L’objectif majeur sera d’intégrer le plus vite possible toutes ses recrues. La saison dernière, les Ducks ont vécu une mauvaise expérience et l’alchimie n’a jamais pris entre les joueurs avant le mois de mars.

Pour remédier à cela, le head coach compte s’appuyer sur son bras droit Payton Pritchard. Il est plus facile de créer des automatismes avec de jeunes joueurs tels que C.J. Walker, Chandler Lawson ou N’Faly Dante grâce à un meneur de jeu de son envergure. Ces trois-là seront d’ailleurs des éléments important en sortie de banc.

Le banc des Ducks, justement, peut devenir l’une des meilleures du pays. Will Richardson possède le niveau pour être titulaire mais il sera utilisé en tant que 6ème homme.

Avec le duo Pritchard-Richardson, Oregon se retrouve avec les moyens de faire de gros écarts lorsque l’adversaire fera souffler ses cadres.

L’équipe est d’ailleurs taillé pour tenir physiquement pendant 40 minutes. La défense de zone, de plus en plus utilisée par Dana Altman, use moins les joueurs. Défensivement, les Ducks tenteront de ralentir le tempo pour imposer leur rythme en attaque.

Être maître de son jeu. Ce sera la clé pour Oregon si l’équipe veut devenir une place forte du basketball universitaire.

Les tests arriveront tôt dans la saison avec un calendrier hors-conférence chargée : Memphis, Houston, Seton Hall, Michigan et possiblement Gonzaga et North Carolina en tournoi de début de saison.

En espérant que le faible démarrage de la saison ne soit que de l’histoire ancienne.

Plus de lecture ?
Isaac Likekele Oklahoma State vs Baylor 2018-19
#CBBPreview : Duke, Virginia et Oklahoma State… vu par la communauté