Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !
Matt Mitchell San Diego State Aztecs vs Utah State 2019
(Crédit photo : San Diego State Aztecs Athletics)

“CBB Preview” : quelles seront les équipes surprises en 2020-21 ?

Le championnat de basketball universitaire est rempli de surprises. Son tableau final, la March Madness, est réputé pour ses nombreux upsets lorsque des gros morceaux tombent face à des équipes moins fortes sur le papier.

Mais, tout au long de la saison, des équipes arrivent à se faire une place sur la scène nationale. Elles surprennent lors des rencontres de saison régulière. Et, en bonus, lors de la March Madness, là où il faut être performant.

Pour ne pas être surpris en mars prochain, la rédaction de Midnight on Campus propose ainsi une présentation de 5 équipes qui ont les moyens de surprendre en 2020-21.

Pour éviter de présenter la même équipe à plusieurs reprises, certains programmes évoqués dans “les équipes à regarder à la télévision” auraient pu figurer parmi les surprises (Arizona State, Houston et Alabama).

Nos 5 équipes surprises de la saison :

San Diego State Aztecs (Mountain West)

Il faut y croire pour les Aztecs.

San Diego State sort d’une saison exceptionnelle en 2019-20 d’un point de vue des résultats (30-2) et du jeu proposé sur le terrain. L’équipe était classée #6 de l’AP Top 25 avant la March Madness. Mais l’annulation du tournoi a mis fin aux rêves de Brian Dutcher et ses hommes.

C’est très dur de se relever d’une telle déception. Alors que tout allait bien, les Aztecs n’ont pas pu montrer tout leur potentiel. Frustrant, car, c’était peut-être la saison ou jamais.

Sauf que San Diego State a encore la possibilité de surprendre en 2020-21.

Le dernier MWC Player of the Year, Malachi Flynn, et Yanni Wetzell ont quitté le programme entre temps. Les Aztecs perdent leur axe 1-5. Mais, ils possèdent des joueurs prêts à prendre la relève. Matt Mitchell (12.2 points et 4.8 rebonds) devrait être l’homme fort de cette nouvelle équipe. San Diego State a basé son jeu sur une défense solide pour forcer les équipes adverses à tirer du périmètre. Et il a toutes les qualités pour être le leader défensif.

De l’autre côté du terrain, Terrell Gomez aura la lourde tâche de mener cette équipe. Ses performances offensives à CSU-Northridge sont séduisantes (19.8 points à 44% de loin en carrière). Davantage scoreur que passeur, il devra trouver le bon équilibre dans sa nouvelle équipe.

Les Aztecs ont plusieurs role players très intéressants.

La saison pourrait dépendre du niveau de jeu de Nathan Mensah (6.9 points et 6.8 rebonds). Le Ghanéen a été stoppé dans sa progression par une blessure. Toutefois, en 13 petits matchs, il a prouvé qu’il pouvait être l’homme fort de la raquette de San Diego State.

Remporter la conférence et s’installer dans l’AP Top 25 de nouveau : tel est l’objectif du programme. Avec un banc plus garni que la saison passée.

Richmond Spiders (Atlantic 10)

On reste en Mid-Majors avec une équipe qui ne peut qu’être plus forte cette saison.

Au sein d’une conférence Atlantic 10 très dense et menée par Dayton sur la scène nationale, Richmond a terminé avec un beau bilan (24-7, 14-4 en A-10). Et tout le monde est de retour cette saison. Aucun départ n’est à signaler.

Vous ne trouverez pas un groupe aussi expérimenté que celui des Spiders. Le cinq majeur devrait être composé de 5 seniors, dont 3 redshirt seniors. Rien que ça.

Le backcourt composé de Jacob Gilyard (12.7 points et 5.7 passes) et Blake Francis (17.7 points) respire le basketball. Les deux jouent intelligemment et se partagent les tâches : le premier dans la création, le second dans la finition.

Le cinq n’est pas forcément “moderne”, mais bien équilibré avec deux ailiers, Nick Sherod (12.7 points et 5.4 rebonds) et Nathan Cayo (8.9 points et 5.3 rebonds), qui jouent très bien sans ballon. Enfin, Grant Golden (13.4 points et 6.9 rebonds) est un poison pour les intérieurs grâce à sa mobilité et sa création balle en main.

Bref, le collectif reste inchangé.

Et les Spiders auront un banc plus étoffé qu’il y a un an. Le jeu proposé est bien trop diversifié pour être facilement contrôlé par des équipes qui connaissent tout de même l’effectif grâce à la saison passée.

Si Richmond doit s’améliorer dans un secteur, c’est au niveau des rebonds offensifs. Avec davantage de secondes chances, les Spiders peuvent devenir injouables.

Creighton Bluejays (Big East)

Les Bluejays sont-ils à une défense du titre ?

Creighton est typiquement cette équipe qui est forte en saison régulière et décevante à la March Madness. En tout cas, pas d’inquiétudes en l’attaque.

L’écurie de la Big East devrait être sans grande surprise une machine à marquer après une saison à 82.4 points de moyenne. Soit, la meilleure marque en Big East. Marcus Zegarowski (16.1 points et 5 passes), que l’on a déjà présenté plus en détails, est de retour à la mène… alors que son compère Ty-Shon Alexander, meilleur marqueur de l’équipe, a décidé de passer dans les rangs professionnels.

Antwann Jones, ancienne recrue du Top-100 en 2018, est intrigant. On ne l’a pas vu beaucoup jouer à Memphis et sera attendu à apporter de suite. Mitchell Ballock (11.9 points et 5.3 rebonds) sera plus discret, mais tout aussi essentiel, surtout à longue distance.

Il faut également garder un œil sur le facteur X de l’équipe, Denzel Mahoney (12 points), un des meilleurs 6ème hommes du pays.

Défensivement, Greg McDermott aura le plus de travail. Le head coach de Creighton peut aligner de multiples compositions sur le terrain et les combinaisons sont nombreuses. Mais, l’important sera de trouver l’équilibre entre folie offensive et rigueur défensive.

Les Bluejays doivent être davantage concentrés au rebond et plus actifs sur la défense au périmètre, bien trop percée par les guards adverses.

Stanford Cardinal (Pac-12)

Après une première partie de saison 2019-20 en 15-2, Stanford a craqué pour finir en 5-10. Les rencontres de conférence Pac-12 ont été mal gérées et le Cardinal a quitté le tournoi de conférence dès le premier tour avec une défaite qui résumé la saison.

51 points marqués.

KenPom classe l’attaque de Stanford comme la 143e du pays en 2019-20 et imagine une progression certaine (69e) en cette nouvelle saison. C’est tout ce que espèrent les fans. En effet, Stanford est bâtie pour gagner la conférence en défense.

On croît en Stanford cette saison pour un duo.

Oscar Da Silva et Ziaire Williams est un duo qui devrait faire des étincelles.

Le plafond est très haut pour cette paire et on ne donne pas de limites tant les deux joueurs peuvent devenir deux armes numéro 1. Oscar Da Silva (15.7 points et 6.4 rebonds) était bien trop seul la saison passée pour mener le Cardinal. Souvent la cible de prises à deux, il s’est battu alors qu’il aurait pu tourné avec de biens meilleures statistiques.

L’arrivée de Ziaire Williams est pleine d’espoir.

6ème meilleur lycéen du pays selon 247Sports, l’ancien élève de Sierra Canyon sera sans aucun doute la deuxième menace offensive. Son talent naturel et sa polyvalence (de poste 2 à 4 à Stanford) offre un potentiel inestimable au head coach Jerod Haase, qui peinait à densifier son attaque.

Arkansas Razorbacks (SEC)

C’est un pari. Mais, on y croit dans la rédaction.

Arkansas pourrait devenir une belle surprise dans une conférence SEC très dense… si l’alchimie prend bien. En effet, une belle revue d’effectif a eu lieu chez les Razorbacks.

Le départ de Isaiah Joe (16.9 points et 4.1 rebonds) a refroidit un peu la hype au mois d’août. L’ancien leader de l’équipe en 2019-20 a décidé de se présenter à la NBA Draft alors qu’il devait revenir sur le campus pour son année de junior. Mais, son départ va permettre aux nouvelles arrivées d’avoir plus de temps de jeu.

6 transferts de Division I prennent position dans le nouveau roster d’Arkansas, sans compter les freshmen de la 7e meilleure classe de recrutement du pays.

L’équipe devrait continuer à jouer avec un maximum de spacing et à se projeter rapidement vers l’avant (3e meilleure équipe en transition la saison dernière). Et, qui plus est, les recrues collent parfaitement à cette mentalité.

Après avoir brillé en Horizon League, Jalen Tate (13.9 points et 3.6 passes à Northern Kentucky) reprendra un rôle de créateur primordial dans une attaque constamment à 4 sur l’extérieur. Et il fera la paire avec un coéquipier de luxe en Desi Sills (10.6 points).

Globalement, les lignes arrières sont remplies de talents. Les joueurs peuvent se tirer vers le haut. D’autant plus que 2 true freshmen pourraient apporter tout de suite en Moses Moody et KK Robinson, deux prospects 4-étoiles.

Défensivement, Arkansas a eu du mal à contrôler le cercle l’an passé. Les arrivées de Justin Smith (10.4 points et 5.2 rebonds à Indiana) et Vance Jackson (11.1 points et 5.2 rebonds à New Mexico) sont rassurantes dans ce domaine.

On ne connaît pas exactement qui seront les cinq titulaires, mais, Eric Musselman a le choix.

Une dizaine de joueurs sont capables d’occuper de vrais rôles. Connor Vanover, JD Notae et Abayomi Iyiola sont tous venus à Fayetteville avec des ambitions et de belles promesses. Pour sa 2ème saison à la tête des Razorbacks, l’objectif principal de Eric Musselman est de créer un collectif.

Cela pourrait être poussif en début de saison. Cependant, une belle surprise en fin de saison est possible avec autant de potentiels sur le terrain.

D’autres équipes qui auraient pu figurer parmi les surprises :

Ohio State

LSU

Tennessee

West Virginia

Arizona State

Houston

Alabama

NC State

Plus de lecture ?
Jeremiah Robinson-Earl Villanova Wildcats vs Temple 2019
“CBB Preview” : quels sont les sophomores à suivre en 2020-21 ?