Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !
(Crédit photo : Melissa Triebwasser)

La Big 12 est-elle la meilleure conférence du pays… en basketball ?

Ce début de saison de basketball universitaire est, entre autres, marqué par les très belles performances des universités de la conférence Big 12.

Menés depuis des années par Kansas, qui reste sur 13 titres de saison régulière remportés, d’autres programmes se sont développés dans l’ombre des Jayhawks. Résultat, aujourd’hui, la Big 12 rentre dans les débats quand il s’agit de se demander quelle est la meilleure conférence du paysage universitaire.

La Big 12 est très bien représentée cette saison et s’affiche bel et bien comme la meilleure conférence du pays sur ce premier mois de compétition. La bataille pour le titre s’annonce bien plus rude que les saisons passées et l’on risque de voir un paquet de programmes en provenance de la conférence en mars prochain.

D’ailleurs, celle-ci possède le meilleur record si l’on cumule les bilans de chaque université, sur ces premières semaines de compétition (bilans arrêtés au 11/12). Ainsi, il est légitime de présenter les nouvelles têtes d’affiche de la Big 12 à l’approche du début des rencontres de conférence.

Records respectifs des conférences du Power Six.

1. #14 TCU (10-0)

Quel début de saison en fanfare pour les Horned Frogs ! Alors que les hommes de Jamie Dixon ont fini septièmes l’an passé, ils occupent le haut du tableau pour l’instant. Si vous cherchez une véritable star qui porte l’équipe, il n’y en a pas réellement. TCU se repose sur un gros collectif avec cinq joueurs à plus de 10 points de moyenne (seulement trois l’année dernière). Certes, Kenrich Williams est l’homme fort puisqu’il tourne en double-double (14.2 points et 10.1 rebonds) et réalise un chantier énorme à chaque rencontre, mais le jeu collectif prend souvent le dessus et permet ainsi aux Horned Frods de ne pas être dépendant d’un seul joueur (bonjour Oklahoma…).

C’est pourquoi TCU présente la deuxième meilleure moyenne de la conférence Big 12 en terme de passes décisives (19.2). Cependant, un gros bémol est à mettre à l’actif du programme : les pertes de balles. Si ces dernières ne leur ont pas coûtées encore très cher, cela pourrait vite arriver puisque les dix premiers matchs n’ont pas été face à des foudres de guerre non plus, il faut l’avouer. Avec seulement une victoire sur un adversaire classé (#22 Nevada), TCU a encore beaucoup à prouver bien que les bases soient très bien posées.

2. #11 West Virginia (9-1)

Nous sommes le 10 novembre, le match d’ouverture de la saison se déroule en Allemagne et les Mountaineers ont été surclassés 65 à 88 par Texas A&M, qui faisait le déplacement avec un effectif incomplet,, qui plus est. Cette défaite fait tâche pour West Virginia qui était vu comme l’outsider numéro un pour détrôner Kansas. Puis, les joueurs de Bob Huggins ont réglé très vite la mire, de quoi écarter rapidement les doutes qui auraient pu perturber la saison du programme.

Les Mountaineers restent en effet sur une série de neuf victoires. Mais outre les résultats, West Virginia impressionne toujours autant de par sa défense tout terrain qui mérite encore des ajustements. De plus, l’attaque tourne bien sous la houlette de l’exceptionnel Jevon Carter (19.4 points, 5.4 passes 6 rebonds et 3.8 interceptions) et la raquette a trouvé de nouveaux hommes forts malgré le départ de Nathan Adrian. Attention, West Virginia a été piqué dans son orgueil et pourrait bel et bien continuer sa série pendant longtemps.

3. Oklahoma (7-1)

Que c’est bon de retrouver du plaisir à voir les Sooners évoluer sur un parquet. Absent totalement l’année dernière (record de 11-20) à la suite du départ de Buddy Hield, Oklahoma est aujourd’hui de retour au plus haut niveau en ce début de saison. Et cela, grâce à un seul et unique homme (true freshman en plus) : Trae Young. Tout bonnement en feu à chaque rencontre (un seul match à moins de 20 points, son premier), il porte le programme sur ses épaules.

Le niveau des Sooners ne va peut-être pas durer de cette manière, mais le principal est là : Oklahoma produit un jeu tourné vers l’offensive qui mérite d’être vu plus souvent. Un must see.

4. #24 Texas Tech (7-1)

85-49, +36. C’est de cette façon que Texas Tech s’est défait de #20 Northwestern le 20 novembre dernier. Cette victoire a marqué les esprits dans la conférence Big 12 puisque les Red Raiders ont prouvé qu’il faudra compter sur eux cette saison. Le senior Keenan Evans apporte sa grande expérience au groupe, notamment sur le terrain (17.9 points, 3.4 rebonds et 3.8 passes) et permet ainsi à des joueurs tels que Jarrett Culver et Zhaire Smith, tous les deux freshmen, de se développer rapidement sur les extérieurs.

L’équilibre dans le jeu est présent dans cette équipe et l’agressivité mise sur le parquet à chaque partie apporte un gros plus au programme. Les quatre prochains matchs devraient servir de rampe de lancement aux Red Raiders avant d’attaquer les matchs de conférence avec du lourd d’entrée (Baylor et Kansas).

5. Kansas State (8-2)

Si le calendrier n’a pas été monstrueux, les Wildcats en ont quand même profiter pour engranger de la confiance pour un collectif qui en manquait cruellement l’année passée. Les victoires dites “faciles” ont été assurées de main de maître, même si la défaite de samedi face à Tulsa aurait dû être évitée, et K-State est passé à deux doigts de s’imposer contre Arizona State (90-92).

On vous l’accorde, il est encore difficile de s’imaginer voir les Wildcats aller jouer des coudes avec les cadors de la conférence, mais le roster est de qualité et pourrait créer quelques upsets retentissants. Une apparition à la March Madness n’est pas inimaginable non plus, au contraire.

6. #21 Baylor (7-2)

Les deux défaites face aux classés Xavier et Wichita State ne sont pas alarmantes, loin de là, mais la moindre domination au rebond par rapport à la saison passée a de quoi inquiéter en revanche. Le programme reste un gros morceau en Big 12, mais il risque encore de manquer ce petit quelque chose aux Bears cette année pour pouvoir atteindre les sommets.

7. Iowa State (7-2)

Vainqueurs du tournoi de conférence en 2017, les Cyclones se sont très vite rattrapés de leurs deux défaites inaugurales, à l’image de West Virginia, et ont enchaîné sur une belle série. Le manque d’adversité rencontrée ne permet pas encore de connaître le réel niveau de jeu de Iowa State, mais nul doute que l’équipe pourrait finir classé en fin de saison.

8. #13 Kansas (7-2)

Deux défaites de suite, cela n’est pas habituel chez les Jayhawks. Bill Self devrait sans aucun doute remobiliser le groupe aux entraînements et insister sur un point bien précis : la défense. Beaucoup trop laxiste, elle pourrait être un point faible récurrent au fur et à mesure que les échéances arrivent. Sinon, aucun souci n’est à se faire pour Kansas, le talent est bien trop abondant pour écarter les Jayhawks des favoris pour le titre national.

9. Oklahoma State (7-2)

Et si les Cowboys étaient la surprise en 2017-2018 ? Complètement à la rue il y a quelques mois, Oklahoma State revit sur ces neuf premiers matchs. Avec deux eux défaites face à #16 Texas A&M et #6 Wichita State, les Cowboys n’ont pas à rougir en effet. La défense, inexistante l’an passée, a resserré les boulons et l’attaque, menée par une bonne poignée de joueurs complémentaires, surprend positivement sans Jawun Evans.

10. Texas (6-2)

Les revers face à Duke et Gonzaga ont logiquement été concédés, mais dans le fond de jeu, ce que propose les Longhorns en ce moment est intéressant. Le secteur intérieur est très dominant grâce à la paire Dylan Osetkowski et Mohamed Bamba qui devrait surement marcher sur plus d’une défense dans les semaines à venir.

Plus de lecture ?
Sam Cunliffe Evansville vs Kentucky 2019
Sam Cunliffe, au nom de la passion à Evansville