Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !
(Crédit photo : Sarah Stier-Getty Images)

NIT : Texas, souverain au Madison Square Garden

Avant un week-end de folie avec le Final Four de la March Madness, le NIT voyait sa conclusion avec une finale au Madison Square Garden, entre Texas, vainqueur de TCU en demi-finale, et Lipscomb, tombeur de Wichita State.

Les Longhorns partaient favoris, et le moins que l’on puisse dire, c’est que le programme a tenu son rang avec une victoire maîtrisée sur le score de 81 à 66.

Lipscomb n’a rien pu faire face au profil athlétique des joueurs de Shaka Smart. Une statistique cinglante ? Il faut savoir que l’équipe prend beaucoup de tirs à trois points. Face à Wichita State, les Bisons avaient tenté 33 tirs à trois points. Hier soir ? 17… pour seulement cinq réussites.

De plus, quand votre leader, Garrison Matthews, termine le match avec 15 points (2/10 aux tirs), pour l’un des plus faibles matchs offensivement de sa saison, au pire moment, il est difficile de gagner.

Texas insiste, logiquement, à l’intérieur en première période. Jericho Sims (4 points) récupère de l’alley-oop et les extérieurs s’en donnent à coeur joie sur les drives. Étonnamment, Lipscomb insiste aussi à l’intérieur, voulant sortir le plus rapidement les intérieurs adverses pour des fautes. Tactique payante sur la première partie du premier acte, grâce à un gros travail du duo Rob Marberry (17 points) puis Ahsan Asadullah (11 points, 3 rebonds) en sortie de banc.

Mais voilà, Texas trouve aussi de l’adresse longue distance, ce qui est idéal face à la zone matchup de Lipscomb : 13/37 sur le match, mais des paniers tellement importants pour creuser l’écart en fin de premier acte puis au retour des vestiaires.

Clairement, Texas a sorti le match parfait, avec une nouvelle masterclass signée Shaka Smart.

La deuxième période voit un petit run des Bisons (7-0), qui réduit l’écart à sept unités au tableau d’affichage. Puis, Garrison Matthews inscrit son premier tir du match (après 29 minutes sans réussite, mais aussi sans trop de tirs tentés, à peine 6) et on se dit alors que Lipscomb peut reproduire un comeback.

Mais ces derniers ne trouvent pas de solutions défensives. D’un côté, il faut être attentif à l’intérieur, mais cela laisse les shooteurs de Texas avec plus de libertés.

Mauvaise chose, sachant que les Kerwin Roach III (16 points, 9 passes), Matt Coleman III (11 points, 7 rebonds) ou encore Jase Febres (17 points, 5 passes et 4 rebonds) sont adroits ce soir. +14 alors qu’il reste 6 minutes à jouer, le match est plié.

Difficile d’en vouloir à Lipscomb, qui avec un seed #5, arrive tout de même en finale.

C’est dommage que Garrison Matthews termine son cursus universitaire sur un tel match, qui ne reflète en aucun cas son potentiel. Une belle saison en Europe (ou G-League) attend le leader des Bisons, comme pour Ron Marberry.

Place à la jeunesse à Lipscomb, qui tourne une belle page avec une saison historique : 29 victoires (record du programme) avec 4 succès contre des équipes du Top-88 (classement Kenpom) lors du NIT. Cela n’enlève pas la tristesse d’avoir manqué la March Madness, mais cette belle aventure au NIT est une juste récompense pour le travail du coaching staff et des joueurs depuis quatre ans.

Du côté de Texas, Shaka Smart sauve un peu une saison décevante.

Un jeune groupe qui ne risque pas de perdre énormément à l’intersaison (et la Draft NBA) : le potentiel du groupe est incroyable pour la saison prochaine, avec une promotion de freshmen intéressante, qui s’annonce passionnante.

Plus de lecture ?
James Wiseman Memphis 2019
James Wiseman (Memphis) rendu inéligible par la NCAA… et autorisé à jouer par un juge local