Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !
Anthony Lamb Vermont vs Bucknell Mid-Majors Week 1 2019
(Crédit photo : Dustin Parker - Vermont Athletics)

Baromètre des Mid-Majors, Week 2 : Vermont confirme, Grand Canyon pathétique

La saison dernière, nous vous proposions notre Top-25 des équipes en Mid-Majors. Aujourd’hui, notre but est de présenter et suivre la progression de plus de programmes mineurs (beaucoup plus). Comment ? Avec l’aide d’un baromètre.

Le but est de donner nos impressions, semaine après semaine, sur une majorité des équipes issues des Mid-Majors.

Qui a impressionné lors de la Week 1 ? Qui a déçu ? Qui nous laisse sur notre faim avant cette Week 2 ?

(L’article résulte de ma propre opinion et je suis heureux de débattre avec ceux qui ne sont pas d’accord avec moi.)

Les bons élèves des Mid-Majors :

Vermont Catamonts (2-0)

Que d’amour pour Vermont et Anthony Lamb. Avec le retour de son leader historique, les Catamounts semblent largement favoris en America East et, du coup, pour représenter la conférence lors de la March Madness.

Vermont a misé gros sur le calendrier hors-conférence en 2019-20 avec une première semaine dantesque. Deux déplacements à St. Bonaventure puis à Bucknell ; deux tests grandeurs natures pour une préparation idéale. Sur les deux matchs, Vermont s’impose sur le plus petit des scores (61-59 puis 66-63) et prouve surtout qu’il n’existe pas d’une dépendance à Anthony Lamb.

Bon, le senior est le meilleur marqueur et rebondeur sur les deux rencontres, mais d’autres joueurs ont pris le relais. Everett Duncan, en bon lieutenant, a tenu son rôle, notamment face à Bucknell avec son 4/4 sur la ligne des lancers francs dans les 20 dernières secondes.

Mais, nouveauté en sortie de banc, le sophomore Ryan Davis plante 16 points lors du dernier match tout en captant 10 rebonds. Vermont s’est découvert une troisième option, laissant un peu de repos à Anthony Lamb.

Nicholls State Colonels (1-1)

La conférence Southland risque d’être plus ouverte que d’habitude cette saison. La cause ? L’émergence de Nicholls State après cette première semaine de compétition.

Tout d’abord, lors du match d’ouverture, les Colonels poussent Illinois en prolongation avant de s’incliner de 8 petits points (2-3 coups de sifflet un peu too much dans cette période supplémentaire, mais, chut…). Puis, ils renversent Pittsburgh grâce à une défense ultra-agressive, qui provoque 21 pertes de balles (qui se transforment en 26 points inscrits), dont un turnover tellement clutch dans les derniers instants du match. Les Panthers venaient qui plus est de battre Florida State plus tôt dans la semaine.

Ce fut un tel plaisir de voir cette équipe de Nicholls State, qui joue avec énergie, avec le transfuge de West Virginia, D’Angelo Hunter en patron. N’oublions pas les apports de Kevin Johnson, le meneur gestionnaire, mais aussi du transfuge d’Arkansas Little-Rock, Andre Jones, qui après une saison blanche, est revanchard.

South Alabama Jaguars (2-0)

Cela faisait un an que l’on attendait cette saison pour South Alabama. Avec un recrutement XXL et des joueurs en provenance d’équipes du Power Six enfin éligibles, les Jaguars sont en grande forme sur ce début d’exercice.

Deux victoires convaincantes et notamment une contre Southern Miss (75-69), avec un Josh Ayayi à 30 points et 7 rebonds. L’ancien leader de California, Don Coleman, n’a pas connu un match grandiose mais s’est sacrifié défensivement. Par contre, on attend qu’il porte l’équipe avec Josh Ayayi jusqu’à la March Madness.

Petite mention pour le troisième larron et l’ancien leader de High Point, Andre Fox, déjà productif avec sa nouvelle équipe.

Si jamais la mayonnaise prend rapidement avec les transfuges, South Alabama sera une équipe à suivre de très, très près en Mid-Majors. Et dès mercredi avec le match contre LSU !

Southern Utah Thunderbirds (2-0)

Bon, on savait que Southern Utah peut réaliser un petit quelque chose en Big Sky cette saison… Mais de là à taper Nebraska, sur le parquet des Cornhuskers, avec une vraie maîtrise en prolongation ? Loin de là.

La grande force des Thunderbirds ? Sa profondeur de banc. De plus, le collectif prime sur les individualités et chacun connaît son rôle quand il entre sur le parquet. Cela nous donne une équipe qui sait et aime jouer ensemble, et qui est capable sur un match, de sortir un upset.

Southern Utah possède des joueurs adroits à longue distance (comme le senior Cameron Oluyitan) et, avec un intérieur aussi dominant que Dwayne Morgan, le programme peut viser bien plus qu’un simple podium au sein de la conférence.

Là aussi, une belle découverte en Mid-Majors et une agréable surprise de voir l’équipe à un tel niveau aussi tôt dans la saison.

Charleston Cougars (2-0)

Favori dans la conférence Colonial en 2019-20, avec un prospect incroyable tel que Grant Riller dans ses rangs, le premier match de la saison fut une bonne mise en route avec une victoire facile contre SC Upstate.

Mais, dès le deuxième match, les Cougars jouaient un choc contre Georgia State. Comme prévu, le match a été accroché tout au long de la partie et, outre Grant Riller, le sophomore et futur successeur de Riller, Jaylen Richard, a été primordial dans le money time.

Il a assumé ses responsabilités et c’est extrêmement positif pour Charleston de pouvoir compter sur sa jeune pépite aussi rapidement.

Furman Paladins (2-0)

Chaque saison, on croit un peu trop vite en Furman. Et, chaque saison, le programme a le droit à une “Gem of the Week”… Mais les Paladins n’arrivent pas à être présents dans les moments importants.

Cela risque de changer cette saison dans une conférence SoCon toujours aussi dense. Furman peut compter sur son leader en mission, Jordan Lyons. Catastrophique lors du premier match d’ouverture contre Gardner-Webb, il s’est rattrapé contre Loyola-Chicago avec 24 points au compteur à 8/13 aux tirs.

On attend plus de soutien autour du senior et quand on voit la production de Clay Mounce à l’intérieur (certes, en face, Cameron Krutwig ne défend pas trop), c’est prometteur. Mike Bothwell, le sophomore, adroit à longue distance, apporte scoring en sortie de banc.

Mais il va falloir défendre dès janvier, pendant trois mois, sous peine de connaitre une nouvelle mésaventure. La cruelle loi en Mid-Majors.

Northeastern Huskies (2-0)

Le principal adversaire de Charleston dans la conférence Colonial commence idéalement la saison : 2 succès en autant de matchs pour Northeastern et pas des victoires aisées.

La première sur le parquet de Boston, qui a perdu gros à l’intersaison (mais qui est toujours difficile à jouer sur son parquet, et l’autre à domicile contre Harvard, le patron de l’Ivy League, dans un match quasiment plié après 20 minutes. Les Huskies peuvent dire merci à leur leader (et meilleur marqueur du championnat) Jordan Roland, impeccable sur le match contre le Crimson, avec un nouveau record en carrière et 42 points au compteur (6/9 à longue distance).

Il manque cruellement de banc chez les Huskies, mais, c’est une équipe terriblement dangereuse, efficace défensivement et qui possède des talents individuels en attaque.

Sachant que le calendrier hors-conférence comporte quelques chocs (Davidson, UMass ou South Alabama), on risque de reparler de l’équipe assez rapidement.

Les élèves moyens des Mid-Majors :

Toledo Rockets (1-1)

Débuts moyens pour l’un des favoris dans la conférence MAC.

Toledo a été surpris par Valparaiso, pourtant loin d’être une équipe difficile à battre, avec une défaite de 2 points. Heureusement, les Rockets se sont repris sur leur parquet en étrillant Marshall et en passant 96 points. Il faut dire que Toledo a été plutôt adroit à longue distance, avec un 14/25 (dont un 6/8 de Spencer Littleson).

Cette saison, l’équipe s’appuiera surtout sur son adresse à 3-points. Dans un bon jour, rien à signaler, mais lors d’un mauvais jour, par contre… Surtout qu’en défense, les Rockets sont loin de leurs standards habituels.

Penn Quakers (1-1)

Penn est arrivé à nous faire vibrer dès du match d’ouverture en s’imposant sur le parquet d’Alabama.

Kira Lewis donne littéralement le match en loupant ses deux lancers (et pourtant il a été héroïque lors de la rencontre). Penn a tout de même sorti un récital offensif avec, en tête d’affiche, le meilleur joueur de l’Ivy League en 2018-19, A.J. Brodeur. Mais, la sensation du match s’avère être le talentueux freshman Jordan Dingle, qui inscrit 24 points et prend 7 rebonds. Une victoire historique pour les Quakers : cela faisait 122 ans que le programme n’avait pas gagné chez une équipe de la conférence SEC !

Malheureusement, comme la saison dernière, Penn ne confirme pas avec une défaite de quasiment 20 points contre Rice. Pourtant, A.J. Brodeur et Jordan Dingle plantent 40 points sur les 61 inscrits par l’équipe. Mais ce fut une pale copie défensive (une parodie) contre une équipe de Rice sur un nuage.

Les Quakers sont capables de lutter pour la March Madness en Ivy League, aucun doute là-dessus. Mais il faut confirmer sur le reste de la saison.

UNC Greensboro Spartans (1-1)

Je suis peut-être un peu trop exigeant avec UNC Greensboro, mais, il existe des raisons tant l’upset était faisable contre Kansas. Une défaite de 12 petits points, qui ne reflète pas réellement la physionomie du match.

Le favori dans la conférence SoCon a encore démontré tout le potentiel de son effectif : une équipe qui défend dur, joue sur demi-terrain et qui prend soin du ballon (seulement 9 pertes de balles contre Kansas).

Clairement, on attend mieux.

Loyola-Chicago Ramblers (1-1)

Certains diront que la #MoCCurse a encore frappé.

Après la première “Film Room” de la saison sur Cameron Krutwig lors de son match XXL face à UC Davis, les Ramblers n’ont pas existé contre Furman. On le sait, Loyola Chicago doit faire face à un problème de taille à l’intérieur et ce fut criant contre les Paladins.

De plus, il était impossible de stopper Jordan Lyons, que ce soit en zone ou en défense individuelle. L’impression de revoir l’équipe de la saison dernière, qui avait du mal à digérer son run jusqu’au Final Four. Wake up.

Les élèves des Mid-Majors qui doivent faire mieux :

Gardner-Webb Runnin’ Bulldogs (0-2)

Comment peut-on passer si près de la victoire contre Furman en ouverture… à une défaite contre Western Carolina ? Incompréhensible.

Gardner-Webb voyage mal, c’est bien connu, mais lâcher un “buy-game” comme cela, si tôt dans la saison, c’est dur. Surtout que cette semaine risque d’être difficile contre North Carolina et Wichita State.

Les Runnin’ Bulldogs peuvent jouer les troubles-fêtes en Big South cette saison et doivent justifier leur potentiel.

Belmont Bruins (0-1)

Oui, Dylan Windler n’est plus là et cela laisse un trou béant en terme de scoring à Belmont. Mais les Bruins possèdent l’un des meilleurs intérieurs des Mid-Majors, en Nick Muszynski qui, dans la défaite contre Illinois State, a tenu son rôle.

Mais derrière, cela tâtonne. Le meneur sophomore Adam Kunkel doit prendre le jeu à son compte, lui qui se contente souvent de créer pour les autres. L’autre sophomore, Grayson Murphy (le futur Dylan Windler), a fait ce qu’il a pu avec 17 points et un 8/12 aux tirs, mais ce n’était pas suffisant.

Il faut que tout se mette en place pour cette jeune équipe et cela demandera (beaucoup) de temps.

NC Central Eagles (0-1)

LeVelle Moton est quelqu’un que j’admire avec un vrai travail de fond à NC Central, une université qui n’obtient aucune couverture médiatique et que personne ne veut jouer (il a réalisé un petit coup de gueule sur Twitter en dénonçant certaines écoles qui refusent de programmer une série par peur de perdre).

Après une défaite extrêmement frustrante au First Four de la dernière March Madness, une saison de transition attend les Eagles. Et Le -30 subi contre Stephen F. Austin en ouverture fait mal aux têtes.

Mais j’ai entièrement confiance envers le head coach pour faire grandir le groupe et revenir au NCAA Tournament dès cette saison.

Texas Southern Tigers (0-2)

Débuts difficiles pour le nouveau groupe de Texas Southern, qui a perdu son noyau dur (6 joueurs) au cours de l’intersaison. Le recrutement a été à la hauteur des exigences (7 recrues en provenance de Division I) mais cela va demander un temps d’adaptation.

Ce fut très dur à San Diego State (77-42) et terriblement frustrant à Wichita State (69-63). Le potentiel est bien présent et le calendrier plus léger qui arrive devrait permettre d’engranger de la confiance.

Les cadors de l’A-10

L’une des meilleures conférences des Mid-Majors a quelque peu déçu en Week 1.

Rhode Island pouvait battre Maryland, mais, échoue. VCU n’est pas loin de perdre contre North Texas, avec une parodie de basketball digne d’un match du dimanche matin. Davidson ne passe pas loin de sortir un upset contre Auburn. Seul Saint Louis tient son rang avec 2 victoires contre Valparaiso et Florida Gulf Coast.

Mais, bon, on voulait au moins un upset.

Grand Canyon Antelopes (0-2)

Je n’ai officiellement plus les mots concernant Grand Canyon.

Les Antelopes ont perdu contre une équipe de Division II (qui a planté 15 tirs à trois points sur 30 tentatives) avant de perdre lamentablement contre Illinois, même si ce revers était plus logique.

Et Alessandro Lever a perdu son basketball à l’intersaison, en plus. Sans réel meneur, on repart pour une saison galère.

Les 3 génies des Mid-Majors :

(Oui, Gonzaga est inclus dans les Mid-Majors, et je place les Zags, Utah State et Saint Mary’s dans une catégorie à part avec cette nouvelle saison de basketball. Pourquoi ? Pourquoi pas.)

Gonzaga Bulldogs (2-0)

Gonzaga commence la saison en ronronnant, en ouvrant son banc et en testant les freshmen. Bref, en toute tranquillité. Joel Ayayi mérite une petite mention : il a été auteur d’un bon match contre Arkansas Pine-Bluff avec 8 points et 13 rebonds.

Comment décrire la semaine des Zags ? Nos confrères de Mid-Major Madness le font à merveille.

Utah State Aggies (2-0)

Après une petite frayeur contre Montana State, où Utah State peut remercier un Sam Merrill taille patron, les Aggies ont déroulé contre Weber State, avec une large revue d’effectif lors du second acte.

La deuxième meilleure équipe des Mid-Majors en 2018-19 attend tranquillement la fin du mois de novembre, avec des rencontres contre LSU puis Saint Mary’s.

Saint Mary’s Gaels (1-0)

Que ce fut dur pour St Mary’s lors du match d’ouverture. Bon, il faut dire que ce n’était pas Alabama State mais Wisconsin. Une victoire après prolongation, pleine d’autorité, avec un Jordan Ford au sommet de son art (déjà).

Plus de lecture ?
James Wiseman Memphis Dunk Entrainement Intersaison 2019
#CBBPreview : place à l’action à Memphis pour la saison 2 de Penny Hardaway