Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !
K.J. Feagin Santa Clara Broncos Basketball 2018
(Crédit photo : Donald Jedlovec - Santa Clara Athletics)

“A la recherche de Cendrillon” : l’apprentissage à la dure pour Santa Clara (WCC)

Au cours de cette deuxième partie de saison de basketball universitaire, Midnight on Campus présente les potentielles surprises de la prochaine March Madness. Aujourd’hui, coup d’oeil sur Santa Clara.

La réalité de la première partie de saison ainsi que celle de février est bien souvent différente. Une nouvelle preuve avec Santa Clara, qui est dans notre liste des potentielles surprises de la prochaine March Madness, mais qui connaît une deuxième partie de saison plus que délicate, dans une West Coast Conference impitoyable.

La saison de l’éclosion pour Santa Clara ?

Lors de la présaison, les suiveurs de la WCC étaient unanimes : une grande surprise émergera de la conférence en 2019-20. Et 2 noms sortaient de cette discussion, San Francisco et Santa Clara.

Ces derniers, avec un effectif jeune et talentueux, avaient les faveurs des spécialistes pour un possible Top-4 à l’issue de la saison régulière, et, pourquoi pas, une opportunité d’entrevoir la March Madness sur un malentendu au cours du tournoi de conférence.

Après un long passage assez satisfaisant à Arizona State, Herb Sendek se trouve à la tête des Broncos depuis 2016. Avec un seul but : redresser les Broncos qui stagnaient depuis un long moment sous Kerry Keating.

Une nouvelle ère s’ouvrait à Santa Clara.

Un coaching staff qui avait du poids sur le recrutement des prospects de l’Etat et une philosophie de jeu plus en adéquation avec les attentes des fans. Le mariage parfait. Et, immédiatement, l’influence de Herb Sendek se ressent à Santa Clara, qui termine avec un bilan positif de 17 victoires pour 16 défaites en 2016-17.

Cela faisait longtemps que l’équipe végétait dans les bas-fonds de la WCC. Cette ère est dorénavant terminée.

La saison suivante a été beaucoup plus difficile avec une totale reconstruction de l’effectif. Mais, ensuite, l’année dernière s’est révélée de bien meilleure facture, avec un bilan de 8 victoires pour 8 défaites en WCC. Bon, on se souvient de cette humiliation à Gonzaga et une défaite sur le score de 98 à… 39.

En 2019-20, une nouvelle saison avec un effectif qui ne bouge pas beaucoup et un noyau dur en formation. Santa Clara est en lice pour le Top-4 et, même si la jeunesse est encore présente, des sophomores devront prendre leurs responsabilités.

Des débuts détonnants…

Santa Clara ne connait seulement que 2 défaites lors de la première partie de saison, à Stanford (82-64) puis à Nevada (98-67). Soit 2 programmes en lice pour une qualification au NCAA Tournament dans leur conférence respective.

Pas de quoi rougir.

Surtout que Santa Clara propose un niveau de jeu plus que cohérent et assez plaisant à regarder. Les Broncos sont même arrivés à battre 2 programmes de la conférence Pac-12, California (71-52) et Washington State (70-62). Un bilan de 2 victoires pour 2 défaites contre des programmes plus forts sur le papier, on a connu pire.

Le reste du calendrier se résume à des Mid-Majors moyennes avec des victoires convaincantes à chaque fois.

13 victoires pour 2 défaites, soit une bonne dose de confiance nécessaire pour entamer les matchs de conférence.

Assurément, les attentes du début de saison sont, pour le moment, sur la bonne voie et les fans sont ravis. Mais, on le sait bien, surtout pour une équipe des Mid-Majors, la vraie saison commence en janvier avec un marathon de 3 mois où la moindre erreur peut être fatale.

… et une deuxième partie de saison plus délicate que prévue

Ah, la magie des matchs de conférence.

Alors que je montais tranquillement dans le train de la hype pour Santa Clara (une combinaison de niveau de jeu et une ambiance atypique à domicile), les Broncos reviennent durement à la réalité.

Santa Clara affiche à l’heure actuelle un bilan de 5 victoires pour 9 défaites et reste sur une série de 5 (!) revers consécutifs.

Sans surprise, les Broncos ont pris une petite fessée à Gonzaga, mais bon, rien d’inhabituel. Les Bulldogs déroulent cette saison (surtout à domicile). Mais ce fut une autre paire de manche au match “retour” : une prestation un peu plus solide en défense et une meilleure adresse à longue distance (8/25). Rares sont les équipes ayant inscrit 8 paniers ou plus à Gonzaga. Mais, une nouvelle défaite.

S’en suit des défaites contre des concurrents directs, en luttant, certes, mais, il manque un petit quelque chose à chaque fois. C’est dommage car la tendance peut rapidement s’inverser, surtout dans cette conférence avec un groupe de programmes homogènes (hormis Gonzaga qui est au-dessus du lot).

Kenpom projette Santa Clara avec un bilan de 7 victoires pour 9 défaites en fin de saison régulière. Ce n’est clairement pas assez pour le Top-4.

Sans Guglielmo Caruso, Santa Clara patine

On peut expliquer la mauvaise passe d’une équipe via plusieurs raisons.

Une série de défaites qui plombent le moral des troupes, un discours du coaching staff qui ne passe plus ou alors la perte d’un joueur sur blessure ou transfert. Et c’est la 3ème option qui est véridique pour les Broncos.

Santa Clara a perdu mi-novembre son talentueux sophomore et pépite italienne Guglielmo Caruso, sur une blessure d’une durée indéterminée. Le natif de Naples affichait une moyenne de 10.9 points et 5.1 rebonds cette saison et il était devenu une option plus que viable que ce soit en 6ème homme ou en titulaire.

Par la suite, l’équipe est passée de l’une des meilleures défenses intérieures du pays (sa plus grande force) à une équipe qui ne défend plus aussi bien dans ce domaine. Et lorsque l’adversaire insiste de manière constante là-dessus (Filip Petrusev s’est régalé lors des 2 confrontations)…

Pour le remplacer, le freshman et formidable joueur de l’ombre Jalen Bediako a repris les rennes avec une belle présence physique, mais, il reste un freshman.

Pour l’équilibre de son équipe, le leader offensif Josip Vrankic sort souvent du banc et partage son temps de jeu avec l’autre poste 4, le junior D.J. Mitchell.

Le prospect canadien Josip Vrankic est le meilleur marqueur de son équipe (à égalité avec le meneur Trey Wertz). Il affiche une moyenne de 11.9 points, 4 passes et 3.7 rebonds en moyenne. Et suivant l’adversité, Mitchell et Vrankic forment une belle doublette à l’intérieur.

Malheureusement, cela reste une stratégie risquée puisque ce ne sont pas des défenseurs de renom. Il est difficile de combler le manque creusé par Guglielmo Caruso, et les récentes prestations ne plaident pas en la faveur des Broncos.

Peut-on espérer un dénouement heureux ?

On peut y croire, même si cela me paraît difficile sans être au complet.

Ils ont déjà grillé des cartouches face à Pacific et BYU (les 2 dernières défaites) et il reste encore Saint Mary’s au programme, soit un concurrent direct pour le sommet de la conférence.

Santa Clara est une équipe qui ne possède pas de joueurs capables de porter l’équipe, au contraire, c’est un véritable collectif bien huilé.

Le problème réside surtout dans l’adresse à longue distance ainsi que la défense. Sans cette force intérieure, il est difficile d’exister dans la West Coast Conference.

Tout de même , Santa Clara est une équipe qui joue up-tempo, l’une des attaques les plus rapides du championnat, avec la moyenne d’une possession qui se situe juste au-dessus des 15 secondes. Et leur jeu en transition est parfait avec le sophomore Trey Wertz à la baguette.

Les Broncos possèdent aussi des joueurs prometteurs en vue de la saison prochaine, et notamment, l’ailier Keshwan Justice. Mais, voilà, avec ce que l’on a pu entrevoir lors de la première partie de saison, cette équipe de Santa Clara devrait viser le Top-4 sans sourciller.

La vérité sur un match est bien différente que sur l’intégralité de la rencontre. Santa Clara peut sortir une belle performance au tournoi de conférence WCC.

Une chose est sûre, on reparlera des Broncos lors du prochain exercice.

Plus de lecture ?
Makur Maker Hillcrest Prep High School 2019
Makur Maker (#17, 2020) à Howard : la vague des HBCUs est-elle lancée ?