Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !
(Crédit photo : Midnight on Campus)

“A day with Marquette” : Markus Howard veut réussir son ultime saison

Marquette a achevé sa tournée internationale estivale, la semaine dernière, avec un détour par la région parisienne et la France.

Après une saison agitée, marquée par une élimination prématurée au premier tour de la March Madness face à Murray State, à cause d’un Ja Morant qui hante encore les esprits, Steve Wojciechowski a subi le départ des frères Joey et Sam Hauser vers Michigan State et Virginia, respectivement. Un terrible coup dur pour l’ancien bras droit de Mike Krzyzewski à Duke : exit les 2ème et 3ème meilleurs scoreurs des Golden Eagles la saison passée.

Marquette a aussi perdu 2 seniors (Joseph Chatrouny et le pivot Matt Heldt), compensés par les renforts du redshirt Koby McEwen (ex-Utah State), de l’impressionnant pivot Jayce Johnson (qui sort de 4 années accomplies à Utah) ainsi que Dexter Akanno et Symir Torrence, tous deux freshmen.

(Crédit photo : @MarquetteMBB – Twitter)

Cette tournée estivale est donc planifiée à un moment idéal pour repartir avec un groupe remanié derrière la superstar de l’équipe, Markus Howard. Le meneur senior tournait à 25 points de moyenne la saison passée et avait été nommé dans la “2nd Team All-American”.

En 2019, il part comme l’un des favoris pour le “Wooden Award” ; mais ce n’est pas un statut qui lui ajoute forcément plus de pression.

Je ne pense pas que cela me met plus de pression sur les épaules. Tout ce qui me préoccupe, c’est la manière dont je peux apporter un maximum à cette équipe, j’espère avant tout que l’équipe gagnera.

déclare Markus Howard à notre micro.

Markus Howard vient également à parler de son futur. Attendu au 2ème tour de la prochaine NBA Draft, lui qui rêve de rejoindre la Grande Ligue ne ferme pas la porte à l’Europe.

Je suis ouvert à toutes les opportunités. La NBA, c’est bien entendu la route que j’essaye de suivre, c’est autant un rêve qu’un objectif. Après, n’importe quelle belle opportunité qui me permettra de jouer au basketball, je la saisirai.

Une tournée qui ravit toute l’équipe de Marquette

Cette tournée estivale est, en réalité, la seconde de l’ère Wojciechowski après celle organisée il y a 4 ans en Italie.

Elle a par ailleurs démarré tambours battants avec 2 victoires faciles en Espagne contre des sélections catalanes. Le voyage se poursuit en France où les Golden Eagles ont alterné entre visites sur les plages du Débarquement, en Normandie, et trottinette électrique sur les Champs-Elysées. Un sujet qui divise tout autant à Paris qu’à Milwaukee !

Le point d’orgue de ce passage en France reste malgré tout le match amical contre AK Training Camp, une équipe composée de joueurs du camp d’Amadou Keita, comme Evansville quelques jours auparavant.

(Crédit photo : @MarquetteMBB – Twitter)

Au sein de cette équipe, plusieurs agents libres et des niveaux très hétérogènes avec des joueurs comme Arson Mendy qui évoluait chez les espoirs de Nanterre l’an passé, et d’autres joueurs de niveau NM2 / NM3 (4e et 5e divisions françaises).

Après le match, Steve Wojciechowski semblait ravi par l’ensemble de la tournée.

 « C’est une excellente opportunité de mieux connaître son équipe, de comprendre ce dont on a besoin de travailler et prouver à mesure que l’on avance dans les entraînements de pré-saison.

D’un point de vue basket, c’est une excellente manière d’apprendre.

D’un point de vue personnel, c’est un moyen d’être exposé à de nouvelles cultures, d’être confronté à un monde différent.

Je pense que l’on a fait du bon travail sur ces deux points, en grandissant en tant qu’équipe, mais aussi en tant qu’hommes. C’était la première expérience à l’étranger de tous les joueurs (à l’exception de Sacar Anim) et c’est vraiment important pour un coach d’apporter à ses joueurs des souvenirs qui leur resteront toute leur vie. »

Des constats que partagent également Markus Howard.

« C’était incroyable ! Venir en France et en Espagne était vraiment une superbe expérience, nous avons pu rencontrer de belles équipes, grandir en tant qu’équipe et je remercie vraiment les équipes de Marquette de nous avoir permis de vivre ça. »

Dans la salle du Rueil AC (NM1), il n’y a pas eu de match entre les deux équipes. Markus Howard, laissé au repos à notre grand désarroi, n’a pas joué mais il nous a rassuré après le match.

« Il n’y a aucun problème physique. Les freshmen ont pu avoir du temps de jeu. A l’approche de la saison, cela permet aussi de voir des lineups différents mais ils ont joué à fond donc c’était vraiment sympa, même depuis le banc ».

Le match ? A sens unique pour les Golden Eagles

Marquette a rapidement pris l’avantage (19-5 après 5’) lors de cet ultime match d’exhibition, sous l’impulsion du plus ancien joueur de l’effectif, le senior redshirt Sacar Anim, tranchant près du cercle.

Sans sa meilleure arme offensive extérieure et son premier créateur, les Golden Eagles ont insisté à l’intérieur où Ed Morrow et Theo John ont marché sur la raquette adverse avec de nombreux moves en puissance. Derrière, la défense agressive permettait de récupérer quelques ballons de contre-attaque pour des dunks assez spectaculaires.

En face, l’opposition n’y est pas et surtout ne propose pas de jeu collectif vu qu’il ne s’agit pas d’une équipe amenée à évoluer en championnat la saison prochaine. Marquette récite ses gammes pour mener 45-19 à la pause, derrière les 12 points d’Ed Morrow et les 8 de Sacar Anim. 

La seconde période sera du même acabit : Marquette insiste sur ses intérieurs avec du jeu placé et Jayce Johnson se signale à plusieurs reprises. Pour sa part, Sacar Anim s’enflamme et enchaîne 3 tirs à longue distance. Autant dire que les Américains ne baissent pas d’intensité.

La meilleure illustration intervient à la fin du 3ème quart-temps.

Le freshman Symir Torrence se scotche sur contre-attaque sous les moqueries de son banc, mais plonge pour récupérer la balle et servir Theo John, qui ne se fait pas prier pour écraser la balle dans le cercle et récolter une faute supplémentaire.

Histoire de tester ses options, Steve Wojciechowski, toujours aussi intense lorsqu’il s’agit de guider ses troupes, a sorti de son chapeau une zone presse, ce qui a eu pour effet d’accélérer encore le rythme du match. Le score monte jusqu’à un sévère 111-47 au coup de sifflet final, avec, notamment, 22 points de Ed Morrow.

En dépit de l’écart entre les deux formations, le head coach relativise et souligne que le niveau était plus élevé cette année qu’il y a quatre ans en Italie.

Quels objectifs ? La Big East et le NCAA Tournament

Globalement, Marquette a largement dominé cette tournée européenne sur les parquets. On peut éventuellement regretter que les Golden Eagles n’aient pas affronté des équipes plus huppées, comme le RAC, qui les accueillait ce soir. Malheureusement, les dates ne coïncidaient pas (Rueil ne joue son premier match amical qu’une semaine plus tard).

C’est d’ailleurs par une société de Namadi Keita que les rencontres se sont organisées.

Ce n’est que la moitié de l’équipe de mon camp. Ça se fait parce que chaque été, je travaille pour deux sociétés qui organisent des matches avec des équipes universitaires qui demandent des oppositions. J’en fournis mais à cette date-là c’est très compliqué, la plupart des joueurs ont déjà repris.

Quoiqu’il en soit, Steve Wojciechowski tire un excellent bilan de cette semaine hors du Wisconsin, bien que regrettant de n’avoir pu jouer une équipe professionnelle.

Ce n’est pas vraiment notre choix, nous prenons ceux qui sont disponibles. Il n’y avait que des ‘’all-star teams’’ disponibles. Dans l’idéal, nous aurions joué contre des équipes de première division en France et en Espagne mais d’un point de vue logistique, c’était impossible.

avoue Steve Wojciechowski avec dépit.

Le freshman Symir Torrence était lui-aussi très emballé à l’aube de sa première saison en basketball universitaire.

« C’était super ! C’était ma première fois en-dehors du pays, ma première fois avec ces gars, je commence à les connaître et ils sont vraiment incroyables. Cela nous a permis de mieux nous connaître sur et en-dehors du terrain.

Les équipes que nous avons rencontrées jouaient avec un rythme plus rapide, avec des règles différentes mais c’était une super expérience de pouvoir rencontrer un basket différent » 

Pour la dernière saison de Markus Howard dans l’Etat du Wisconsin, les Golden Eagles nourrissent des ambitions élevées, eux qui n’ont pas un gagné un match à la March Madness depuis 2012-2013, l’avant-dernière saison de Buzz Williams.

« Je pense que nous avons une excellente équipe et j’adore mes joueurs. Il y a une certaine osmose entre eux et ils ont une éthique de travail exceptionnelle.

Et sans pression, le leader incontesté fixe les attentes pour Marquette en 2019.

Nous voulons jouer le titre en Big East, jouer le [NCAA Tournament] et voir où cela nous mène.

Le rendez-vous est d’ores et déjà pris au mois de mars.

Plus de lecture ?
“A day with USC” : en quête d’identité à Paris