Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !

48 heures au coeur du tournoi de Big Ten à Indianapolis

Le climat est tendu aux Etats-Unis à cause du coronavirus. La NBA a suspendu la saison et les tournois de fin de saison en basketball universitaire sont annulés ou maintenus sans fans. Sous les critiques, la conférence Big Ten lance son tournoi sans restriction à Indianapolis, une ville déjà touché par le virus.

Mercredi.

Dès le deuxième match du tournoi et devant de nombreux spectateurs, Fred Hoiberg est malade. Le head coach de Nebraska doit quitter ses joueurs avant la fin de la deuxième mi-temps pour être hospitalisé alors que l’équipe est confinée dans son vestiaire après le match.

La panique et l’incompréhension gagne du terrain. Il semble peu probable que le tournoi de Big Ten soit maintenu.

Les joueurs des autres équipes de Big Ten (dont Michigan) suivent les actualités, convaincus que la saison va se finir. L’annonce tardive que Fred Hoiberg n’a pas contractée le COVID-19, mais plutôt une grippe saisonnière, soulage un peu.

Jeudi.

Les rues aux alentours de la Banker’s Life Fieldhouse sont vides et silencieuses. Pourtant, elles devraient être pleines de fans arborant les nombreuses couleurs des équipes de la conférence Big Ten. Ils devraient partager des hot dogs bien gras avec une bière à la main.

Déployés pour l’occasion, les policiers s’ennuient à chaque intersection.

A l’interieur, tout le monde se salue à distance dans un silence de cathédrale rarement rompu par le bruit. La gigantesque salle est vide. Tout le monde se tend dès que quelqu’un tousse ou éternue. Les personnes présentes échangent un regard méfiant du coin de l’oeil.

Personne ne se parle vraiment et on évite soigneusement le sujet sensible, pour se concentrer sur les routines d’avant-match.

Finalement, les joueurs de Rutgers et Michigan arrivent sur le parquet où figure le logo de la conférence Big Ten et l’ambiance se relâche un peu. Quelques blagues fusent, Brandon Johns Jr. fait semblant de chauffer le public en levant les bras. La quasi-totalité de la soixantaine de personnes présentes sont des habitués de la saison régulière, qui forment une sorte de famille du basketball universitaire.

Tous sont surpris d’être là. Et il semble déjà acquis que ce match sera le dernier de l’année pour Rutgers et Michigan.

Depuis la mi-saison, Michigan possède son propre rituel. L’équipe se rassemble au milieu du terrain, poing levé, puis Austin Davies et un coéquipier (Jaron Faulds ce jour-là), se placent sous le panier. Rico Ozuna-Harrison, le plus “petit” joueur avec ses 180cm, s’élance et s’envole pour marquer un dunk sous les applaudissements.

La normalité a repris le dessus à quelques minutes de l’entre deux. Les joueurs ont fini leurs échauffements

Mais, en ce jeudi à l’actualité folle, l’annulation semble désormais impossible. Ce ne fut que de courte durée. Brendan Quinn l’annonce en premier sur Twitter : le tournoi de Big Ten est annulé.

Une fausse excitation règne dans l’air. Personne n’est surpris. 

Au même moment, c’est la ruée vers le parquet à la recherche d’une confirmation. En silence, chacun épie les conversations de l’autre. Une des responsables de l’organisation traverse le terrain en agitant sa main devant son cou et s’adresse à son staff.

C’est fini, on démonte tout les gars.

Hagard, tout le monde est figé sur son téléphone pour lâcher l’information au plus vite sur les réseaux sociaux.

Les joueurs de Rutgers et Michigan sont restés dans leurs vestiaires respectifs.

Il y a de l’émotion. Cela semble injuste, surtout pour les seniors. Un joueur des Wolverines pleure, réconforté par Juwan Howard. Et, après quelques minutes, les deux équipes sont évacuées jusqu’à leur hôtel par un cordon de sécurité impressionnant.

Il est presque 13h00, dans la media room. Le silence est rompu par un journaliste qui lâche un “C’est historique ! C’est historique ! C’est historique !” au téléphone. Un photographe peste bruyamment sur son ordinateur pour envoyer le plus rapidement possible ses photos, englué par la connexion saturée et très lente. Finalement, un peu de vie et d’ambiance.

Mais, rien de comparable à ce qu’aurait été un tournoi de conférence Big Ten en temps normal.

Une à une, les nouvelles en provenance des autres conférences tombent. Il n’y a plus vraiment de doute : c’est la fin de saison en basketball universitaire.

Les équipes sont installées avec leurs proches à l’hôtel. La conférence Big Ten organise une dernière conférence de presse pour expliquer les nombreuses hésitations de ses dernières 48 heures.

La saison se termine doucement, sans punch et sans émotion.

Mais, à 16h00, la NCAA annonce l’annulation de toutes les compétitions sportives d’hiver et de printemps. C’est triste, mais, c’est une décision logique.

Plus de lecture ?
Makur Maker Hillcrest Prep High School 2019
Makur Maker (#17, 2020) à Howard : la vague des HBCUs est-elle lancée ?