Toutes les présentations des tournois de conférence, de l'Atlantic Sun à l'Ivy League.

Les tournois de conférence pour les équipes des Mid-Majors sont absolument primordiaux si elles veulent se qualifier pour la March Madness.

Tout le monde ne s’appelle pas Gonzaga et la grande majorité des équipes ne peut pas se reposer sur un repêchage par le comité de sélection du NCAA Tournament. Ainsi, pour envoyer des équipes à la March Madness, les conférences des Mid-Majors doivent avant tout se reposer sur les tickets de qualification automatique décernés aux équipes remportant le tournoi de conférence.

A moins de deux semaines du “Selection Sunday”, retrouvez une présentation complète de chaque tournoi de conférence, pour l’ensemble des ligues qui composent les célèbres Mid-Majors.

 

 

Présentation des tournois en Mid-Majors :

 

Atlantic Sun Conference (A-Sun)

 

Présentation du tournoi de conférence

 

Les favoris pour remporter le tournoi

 

Forcément, lorsque l’on pense à l’Atlantic Sun, cette saison, deux programmes se distinguent des autres : Lipscomb et Liberty.

Autrefois dans le ventre mou de la Big South, Liberty effectue sa première saison dans sa nouvelle conférence et le moins que l’on puisse dire, c’est que le changement a fait du bien puisque le programme termine la saison régulière à égalité avec Lipscomb. Les Flames commenceront le tournoi avec le seed #2, contre Jacksonville. Le match sera une promenade de santé pour le collectif de Liberty, avant une potentielle demie-finale contre North Florida.

Lipscomb, le favori proclamé avant la saison, a tenu son rang. Vainqueur (au tiebreaker) lors de la saison régulière, les Bisons n’auront pas la tâche facile lors du tournoi. Le premier match contre Kennesaw State va être une formalité mais le tour suivant risque d’être un match piège. En effet, Florida Gulf Coast, l’ancien patron de la conférence, a battu récemment Lipscomb et possède l’avantage psychologique (du moins avant le match). Mais le duo de seniors composé de Garrison Matthews et Rob Marberry est en mission pour leur dernière année en basketball universitaire.

Les possibles surprises du tournoi

Florida Gulf Coast a perdu un peu de sa hype d’antan, de l’époque “Dunk City”. Une nouvelle philosophie est en place, moins axée sur le showtime et plus sur l’efficacité. Une autre page va se tourner après cette saison, avec un effectif composé essentiellement de seniors.  N’oublions pas la jeune génération qui arrive, avec notamment en tête d’affiche, le freshman Zach Scott, qui réalise une bonne première saison. L’ADN du programme permet d’entrevoir une possible surprise lors du tournoi de conférence donc on surveillera cela avec attention.

L’adversaire de FGCU, NJIT, sera aussi à surveiller. Le programme est amené par le sophomore Zach Cooks (17 points de moyenne) et effectue une belle saison, du moins a réalisé une bonne première partie de saison. Le bilan général est très bon (20 victoires – 11 défaites) mais le mois de janvier fut chaotique… Mais sur les deux derniers matchs de conférence, NJIT a perdu de 4 points à Lipscomb puis de 6 contre Liberty. Preuve que les Highlanders sont un outsider à ne pas sous-estimer, loin de là !

La belle surprise, North Alabama, effectue sa première saison en Division I avec un bilan de conférence plus qu’honorable (7 victoires – 9 défaites). Le programme n’a remporté que 10 matchs cette saison mais le calendrier dantesque de première partie de saison était surtout là pour renflouer un peu les caisses et aussi se faire un nom au sein du paysage universitaire. Cependant, le programme n’est pas éligible pour les tournois d’après-saison cette saison, ce n’est que du bonus (sauf pour Stetson, qui du coup se retrouve lésé en ne participant pas au tournoi).

Quelles équipes à la March Madness ?

Selon mon avis personnel, Lipscomb remporte le tournoi de conférence et ira à la March Madness.

Liberty, si défaite en finale, aurait une maigre chance d’être repêché par le comité de sélection, là où Lipscomb peut l’être (enfin, normalement…). Le programme devrait être sélectionné au NIT avec un Top-4 seed.

Florida Gulf Coast, si victoire en 1/4 de finale, assurera aussi sa place au NIT. Idem pour NJIT s’ils l’emportent. Pour le programme qui perdra cette rencontre, ce sera le vraisemblablement le NIT mais avec un seed très bas.

 

Découvrez le bracket complet du tournoi de conférence en Atlantic Sun à cette adresse.

 


 

Big South Conference

 

Présentation du tournoi de conférence

 

Les favoris pour remporter le tournoi

 

On n’en parle pas beaucoup, mais cette saison fut assez dense en Big South.

Campbell a été sacré champion lors de la saison régulière avec notamment sa victoire contre son dauphin (et favori) lors de la dernière journée : Radford. Et un nom ressort lorsque l’on parle des Camels, il s’agit du guard senior, Chris Clemons.

Le prospect est toujours un scoreur extrêmement sous-côté en Mid-Majors, qui affiche plus de 30 points de moyenne. Il a passé à quatre reprises la barre des 41 points ou plus, avec une pointe à 48 contre Hampton, dans un match ultra-serré. Campbell marche sur un nuage cette saison et le titre de conférence, le premier depuis une décennie, prouve que le programme fait du bon travail. Mais c’est maintenant que ça compte vraiment et il va falloir être au rendez-vous.

N’oublions pas le patron de la Big South, Radford.

On se remémore le buzzer à trois points qui envoie le programme à la March Madness, l’an dernier, lors de la finale du tournoi. Cette saison fut encore très bonne malgré quelques défaites assez frustrantes. Une grande partie du groupe de l’épopée de la saison dernière de retour et au contraire de leur adversaire Campbell, Radford possède un collectif, avec un cinq majeur productif.

 

Les possibles surprises du tournoi

 

Difficile de sortir un ou deux noms dans une conférence où 8 équipes terminent avec un bilan positif.

Forcément, on pense au malheureux du dernier tournoi de conférence, Winthrop, qui termine avec un bilan de 10 victoires pour 6 défaites dans la conférence (mais sans réellement exister face à Radford). Cette saison, encore, la défense demeure comme l’une des pires du championnat, avec 78.7 points encaissées de moyenne. L’attaque compense un peu les largesses défensives, mais face à des programmes de même facture, cela se paye cash.

Gardner-Webb est régulièrement au rendez-vous, mais pour cet exercice, on peut espérer quelque chose d’intéressant avec les Bulldogs. En effet, le mélange d’expérience avec l’insouciance de la jeunesse marche à merveille. Le freshman Jose Perez effectue une saison incroyable, avec quasiment 16 points et 6 rebonds de moyenne, alors que le sophomore Nate Johnson apporte son adresse à longue distance. Surveillons de près cette équipe, capable de s’inviter jusqu’en finale du tournoi.

Petit mot sur Presbyterian : son freshman star Adam Flagler a explosé cette saison en étant le leader offensif du programme. Une belle découverte, qui va permettre au programme de se reconstruire comme il le faut… et cela peut passer par une petite performance lors du tournoi.

 

Quelles équipes pour la March Madness ?

 

Mon cœur balance pour Campbell, pour la belle histoire et pour Chris Clemons.

La raison me dit Radford, qui est plus armé pour se rendre à la March Madness.

Mais quand on voit le scénario du dernier tournoi de conférence, on a hâte que celui-ci commence et on n’est jamais à l’abri d’une belle surprise.

 

Découvrez le bracket complet du tournoi de conférence en Big South à cette adresse.

 


 

Horizon League

 

Présentation du tournoi de conférence

 

Les favoris pour remporter le tournoi

 

La lutte dans l’Horizon League fut haletante entre Wright State et Northern Kentucky, avec, au final, un partage du titre de saison régulière entre les deux programmes.

Wright State arrive tout de même au tournoi de conférence avec le seed #1. Après un début de championnat délicat et un calendrier difficile avec des chocs contre Toledo (victoire de 10 points), Murray State (défaite de 19 points), Penn State (défaite de 13 points) ou encore #17 Mississippi State (défaite de 4 points), le programme a ensuite répondu aux attentes.

Hormis face à Detroit Mercy, les quatre autres défaites en conférence sont sur le fil et à l’extérieur. En effet, ce n’est pas une surprise quand on connaît un peu les Raiders, mais l’équipe voyage toujours très mal… Et cela peut s’avérer préjudiciable, surtout en fin de saison.

En face, Northern Kentucky possède les qualités pour aller au bout cette saison (mais vous savez déjà si vous êtes assidus de notre Top 20 des Mid-Majors). Seul problème : les Norse ont une fâcheuse tendance à se mettre au niveau de l’adversaire et de perdre des matchs cadeaux. Défaite contre IUPUI, UIC et pire encore, contre Cleveland State, à domicile. D’ailleurs, depuis cette défaite, les Norses ont quitté mon Top-20, c’est pour dire.

Mais on sait pertinemment que Northern Kentucky reste une équipe encore jeune derrière le senior et leader Drew McDonald. On pense notamment au sophomore Jalen Tate, qui est passé d’un joueur de rotation à titulaire indiscutable, en triplant sa moyenne de points (de 5 à 15).

 

Les possibles surprises du tournoi

 

J’ai toujours eu de l’affection pour Oakland. Puissance offensive depuis quelques saisons, cet exercice 2018-19 ne ressemble pas aux autres. Même si l’adresse à longue distance est toujours d’actualité (quasiment 39% de moyenne par match), les Golden Grizzlies se muent en un véritable collectif. Il faut dire que l’effectif est encore « jeune », avec une majorité de sophomores et juniors, et on attendra vraiment l’équipe au tournant la saison prochaine, en sachant que les cadors perdront des cadres.

Mais Oakland peut battre n’importe qui sur un match, ce qui rend l’équipe imprévisible.

Green Bay mérite aussi une mention. En effet, le programme a terminé sa saison régulière par les deux réceptions de deux cadors de la conférence. Une victoire de 3 points contre Wright State puis une défaite de 4 unités contre Northern Kentucky… et voilà que le Phoenix renaît de ses cendres. Ce ne sera pas un cadeau d’affronter le programme lors du tournoi de conférence !

Enfin, comment ne pas parler de l’Horizon League sans évoquer la sensation de cette saison, Antoine Davis. Le freshman de Detroit Mercy a effacé Stephen Curry des livres des records de la NCAA en terme de tirs réussis à trois points pour un freshman.

Detroit Mercy affronte Northern Kentucky en 1/4 de finale : attention à la surprise !

 

Quelles équipes pour la March Madness ?

 

On signe sans forcer pour une finale entre Wright State et Northern Kentucky. Sur le papier, les Norse partent favoris pour représenter la conférence à la March Madness, et d’un point de vue général, les Norses sont mieux armés. Mais il ne faut pas enterrer Wright State, à l’image de la saison régulière.

La grosse côte se nomme Green Bay. Oakland aussi peut faire un petit truc sympathique.

L’Horizon League reste ouverte et on n’est pas à l’abri qu’une grosse surprise arrive cette semaine.

 

Découvrez le bracket complet du tournoi de conférence en Horizon League à cette adresse.

 


 

Patriot League

 

Présentation du tournoi de conférence

 

Les favoris pour remporter le tournoi

 

Il y a de cela quelques semaines, on pensait que Bucknell allait remporter la Patriot League sans trop forcer, comme à son habitude. Mais voilà, un programme a terminé la saison régulière tambours battants et a surpris tout le monde.

Cette équipe ? Il s’agit de Colgate, qui n’a plus perdu depuis presque un mois.

Huit succès de rang, une philosophie de jeu agréable à regarder, aucun leader ne sur-joue. Tout est réuni pour que l’on monte dans le « bandwagon » des Raiders. Petite mention au freshman Tucker Richardson, facteur X de cette saison, qui noircit la feuille de match match après match. Une pépite qui vaut le coup d’oeil.

Bucknell a été obligé de partager le titre de saison régulière en Patriot League, ce qui est assez rare pour être souligné. Il reste encore des joueurs de la génération dorée des Bisons, même si une période de reconstruction se rapproche en vue de la saison prochaine. Les jeunes pousses ont des responsabilités, même si le duo de seniors entre Kimbal Mackenwie et Nate Sestina tient la baraque.

 

Les possibles surprises du tournoi

 

Les outsiders ne se bousculent pas en Patriot League et cela devient une fâcheuse habitude. La seule équipe capable de jouer les troubles-fêtes, Lehigh. Le programme ne termine qu’à une victoire du duo de tête, mais les deux confrontations directes se sont terminées par quatre défaites assez logiques.

 

Quelles équipes pour la March Madness ?

 

C’est toujours agréable qu’une équipe telle que Colgate émerge face à la superpuissance de Bucknell. Ce serait une belle histoire de voir le programme à la March Madness, même si Bucknell connaît mieux le chemin pour se rendre au NCAA Tournament. Mais ces derniers restent sur une fin de saison en dents de scie, tout le contraire de Colgate, qui termine sur une série dantesque.

Ainsi, mon choix personnel se porte sur Colgate pour la March Madness.

 

Découvrez le bracket complet du tournoi de conférence en Patriot League à cette adresse.

 


 

Ohio Valley Conference (OVC)

 

Présentation du tournoi de conférence

Les favoris pour le tournoi

 

Le phénomène de Murray State, Ja Morant, a permis de faire connaître la Ohio Valley Conference au grand public. Mais réduire la conférence à Ja Morant serait une insulte tant la OVC fut dantesque.

Alors oui, Murray State possède sa place parmi les les favoris du tournoi. Offensivement, les Racers sont un pur régal alors que, défensivement, c’est encore perfectible mais légitime. Ja Morant est un OVNI, il est entré dans les livres des records de la conférence et il ne fait aucun doute qu’il connaitra une grande carrière en NBA. Mais il faut déjà se qualifier pour la March Madness.

Belmont possède l’expérience et le profil pour représenter la conférence au NCAA Tournament. Dylan Windler s’amuse pour sa dernière pige en basketball universitaire et avec lui, les Bruins tiennent un collectif bien en place. Mais le facteur X de cette saison, c’est bien le freshman Nick Muszynski, qui ne cesse de prendre du poids dans les systèmes des Bruins.

 

Les possibles surprises du tournoi

 

Jacksonville State reste sur 7 victoires consécutives avant d’entrer dans le tournoi et réalise une belle remontée pour, au final, terminer sur le podium, à une défaite du duo de tête. C’est moins flashy que Murray State et Belmont, mais c’est bien plus efficace. Il faut dire que le groupe est assez expérimenté et cela peut servir pour le tournoi de conférence.

Enfin, Austin Peay sera aussi dans la course pour le titre du tournoi malgré un énorme coup d’arrêt en fin de saison. En effet, la défaite surprise contre Eastern Kentucky puis contre Murray State a rétrogradé les Governors au quatrième rang, ce qui ne reflète pas le niveau du programme. Malheureusement, Austin Peay encaisse énormément de points en défense, que ce soit sur les matchs à l’extérieur mais aussi à domicile.

 

Quelles équipes à la March Madness ?

 

Forcément, il y aura des déçus cette saison en Ohio Valley Conférence. En effet, quatre programmes peuvent prétendent à la March Madness mais il n’y aura qu’un ticket (ou deux, sur un malentendu).

Une telle décision repose sur les épaules de Murray State. Si jamais le programme ne remporte pas le tournoi, ce qui est largement envisageable, le comité de sélection prendra le programme pour Ja Morant (comme la saison dernière avec Trae Young).

Pour moi, Belmont ira au bout.

En effet, avec les deux jours de repos (comme Murray State), le programme risque de retrouver Austin Peay en demi-finales, ce qui est plus abordable que Jacksonville State. De plus, il n’y a eu qu’une confrontation entre Murray State et Belmont et ce sont ces derniers qui l’ont emporté, de 13 points.

Et puis, si Belmont se qualifie directement, on risque d’avoir deux représentants de la conférence pour la March Madness. Ce serait une belle chose pour l’OVC.

 

Découvrez le bracket complet du tournoi de conférence en OVC à cette adresse.

 


 

Northeast Conference (NEC)

 

Présentation du tournoi de conférence

 

Les favoris pour le tournoi

 

Je ne vous cache rien, je n’ai pas trop suivi la conférence NEC cette saison.

De ce que j’ai pu voir, Fairleigh Dickinson a tenu son rang de favori en remportant le titre de saison régulière, du moins, en partage avec St. Francis (PA).

Il faut dire que la jeune génération présente à Fairleigh Dickinson est extrêmement prometteuse. On pense immédiatement au duo de sophomores entre Jahlil Jenkins et Xzavier Malone-Key. D’ailleurs, ce dernier est la révélation de la saison en NEC, lui qui sortait d’une première saison à Rider inexistante, avec à peinte 5 minutes de temps de jeu. Cette saison, c’est plus de 11 points, quasiment 4 rebonds de moyenne et une place dans la cinq majeur. Il apporte de la dureté en défense et son profil athlétique en attaque, le tout en mettant quelques tirs à trios points de temps en temps.

Fairleigh Dickinson reste sur une belle série de victoires, tout le contraire de son dauphin, St. Francis (PA), qui a lâché deux matchs, dont un cadeau contre LUI Brooklyn, en fin de saison régulière. Il faut dire que le programme repose essentiellement sur le trio composé de Keith Braxton, Jamaal King et Isaiah Blackmon, au contraire de FDU, qui peut s’appuyer sur un collectif bien huilé.

 

Les possibles surprises du tournoi

 

On le sait, chaque saison, le tournoi de la NEC couronne une surprise. Chaque année, le tournoi offre des scénarios tous plus dingues les uns que les autres. Ainsi, les surprises peuvent être nombreuses.

Le premier outsider crédible est Sacred Heart. La jeunesse de l’effectif rend l’équipe imprévisible. De plus, Sacred Heart vient de sortir une saison incroyable, terminant avec seulement une défaite derrière le duo de tête. Même si cette saison sert avant tout pour prendre de l’expérience, il faudra compter sur le programme sur ce tournoi. Le sophomore E.J. Anosike est un poison à l’intérieur, alors que les deux freshmen Koreem Ozier et Aaron Clarke s’occupent du scoring, avec l’aide du senior Sean Hoehn. Si vous avez un pari à faire, ce serait bien sur les Pioneers.

N’oublions pas Robert Morris, qui a l’habitude de ce genre de match à enjeu avec des cadres toujours présents. Il ne fait aucun doute que pour leur dernière saison en basketball universitaire, ces derniers voudront faire un petit coup.

 

Quelles équipes à la March Madness ?

 

Fairleigh Dickinson semble un tout petit peu au-dessus. Après un passage à vide en début d’année, les Knights ont repris leur marche en avant et déroulent.

Il faudra tout de même faire attention à Sacred Heart, qui pourrait bien devenir le patron de la conférence dans les prochaines saisons… si ce n’est dès cette saison. Ce vent de fraîcheur qui souffle dans la NEC fait du bien.

 

Découvrez le bracket complet du tournoi de conférence en NEC à cette adresse.

 


 

Metro Atlantic Athletic Conference (MAAC)

 

Présentation du tournoi de conférence

 

Les favoris pour le tournoi

 

J’ai toujours eu de l’affection pour la MAAC, mais cette saison fut un peu… chaotique.

Iona termine champion de la saison régulière avec une victoire d’avance sur le peloton. Les Gaels ont terminé la saison régulière avec 7 victoires consécutives, en battant ses principaux adversaires directs. Il ne fait aucun doute que Iona mérite son titre même avec un bilan général négatif (14v – 15d). Mais bon, ce n’est pas aussi flashy que les saisons précédentes, surtout sur le plan offensif.

Si vous êtes assidus de nos chroniques, le nom de Rider vous évoque forcément quelque chose. Le jeune groupe s’appuie essentiellement sur sa défense étouffante et ne termine qu’à une victoire d’Iona, ce qui est une belle chose. Pour en savoir un peu plus sur le programme, je vous invite à lire notre « Gem of the Week » sur les Broncs.

 

Les possibles surprises du tournoi

 

Quinnipiac, Siena et Canisius terminent eux-aussi à une victoire du champion de saison régulière. Les trois programmes possèdent le même profil, ce qui va rendre le tournoi assez intéressant à suivre. Il ne faut pas oublier l’ancien patron de la conférence, Monmouth, qui a lâché du lest en fin de saison mais qui a passé la barre des 10 victoires en conférence.

En sachant que Monmouth n’a gagné que 11 matchs en 2018-19, et notamment le dernier de la première partie de saison (les Hawks ont commencé par 10 défaites) : il n’y a qu’en Mid-Majors que l’on peut voir de tels scenarii.

 

Quelles équipes pour la March Madness ?

 

Le coeur propose Monmouth, juste pour la belle histoire. Mais la raison pronostique Iona, voire même Rider.

En réalité, 6 équipes se jouent le seul et unique ticket pour la March Madness. Bien heureux est celui qui peut prédire quoi que ce soit lors du tournoi de MAAC. Parfait pour le spectacle !

 

Découvrez le bracket complet du tournoi de conférence en MAAC à cette adresse.

 


 

Missouri Valley Conference (MVC)

 

Présentation du tournoi de conférence

 

Les favoris pour le tournoi

 

La saison s’est révélée un peu bizarre pour Loyola-Chicago.

Après son incroyable run jusqu’au Final Four, les Ramblers ont connu une saison délicate. Mais dans les moments importants, le groupe a trouvé les ressources pour partager le titre de saison régulière dans la Missouri Valley Conférence avec Drake.

Loyola Chicago, c’est avant-tout une défense de fer, la 7ème meilleure du championnat. Offensivement, les cadres sont au rendez-vous comme Marques Townes, Cameron Krutwig ou encore Clayton Cluster. Le rythme de croisière est en marche, au moment idéal avant de commencer le tournoi de conférence.

Drake a tenu son rang de co-favori. L’effectif est expérimenté, avec une grande majorité de seniors et juniors. Les Bulldogs affichent un bilan général de 23 victoires pour 8 défaites et ils peuvent dire merci à son leader, Nick McGlynn. Intérieur très underrated, il réalisera une belle carrière en Europe, c’est assuré. Mais avant cela, il devrait avoir un réel impact lors du tournoi de MVC.

 

Les possibles surprises du tournoi

 

Deux noms me viennent tête : Southern Illinois et Missouri State.

Ces derniers sont vraiment les outsiders numéro un, avec notamment l’international brésilien Tulio Da Silva. Mais honnêtement, les deux équipes sont encore loin du niveau de Drake et Loyola-Chicago.

 

Quelles équipes pour la March Madness ?

 

Comme annoncé, le titre de conférence MVC se jouera entre Drake et Loyola-Chicago.

Les deux programmes tiennent une marge d’avance sur le reste de la conférence et on a hâte de voir la revanche en finale. Petite pièce sur les Ramblers, qui ont réalisé un “sweep” de Drake sur la saison régulière, sans trop forcer.

 

Découvrez le bracket complet du tournoi de conférence en MVC à cette adresse.

 


 

West Coast Conference (WCC)

 

Présentation du tournoi de conférence

 

Les favoris pour le tournoi

 

Faisons les choses un peu différemment avec la West Coast Conférence : au lieu de présenter deux à trois favoris, parlons surtout du patron incontesté de la ligue, qui est bien seul dans la WCC, je parle bien évidemment de Gonzaga.

On ne présente plus le programme, la meilleure équipe en Mid-Majors depuis au moins deux à trois ans. Les Zags n’ont lâché que deux matchs cette saison, contre #7 Tennessee (-3) et #12 North Carolina (-13). Le reste, que des victoires, dont une face à #1 Duke lors du Maui Invitational.

Que dire d’autre si ce n’est qu’il s’avance comme l’un des favoris pour le titre national. L’effectif est dense, sachant que notre français Killian Tillie n’a joué que 9 petits matchs cette saison à cause des blessures. Et même sans son leader sur le parquet, Gonzaga a déroulé. Rui Hachimura est un prospect exceptionnel, Brandon Clarke est l’un des meilleurs défenseurs du pays, le banc est fourni et chaque joueur connaît son rôle, ce qui rend les matchs beaucoup plus aisés quand le collectif est au diapason.

Lors de la saison régulière de WCC, Gonzaga a connu quelques petites frayeurs mais jamais sur l’intégralité d’une rencontre. Bref, les Bulldogs sont aisément au-dessus de toute la conférence cette saison même le banc termine les matchs, c’est dire.

 

Les possibles surprises du tournoi

 

Les outsiders ne manquent pas en WCC, mais, les équipes capables de s’imposer contre Gonzaga ne sont pas nombreuses.

Un peu à la surprise générale, Saint Mary’s termine dauphin de Gonzaga. Les Gaels connaissent une période de reconstruction mais ils arrivent quand même à s’extirper de la masse. Il faut dire que l’équipe défend très bien, étant considéré comme la 60ème défense du championnat. Offensivement, hormis le junior Jordan Ford, c’est un peu léger. Et la petite touche internationale présente depuis quelques temps sur le campus peut faire des miracles.

BYU possède le même bilan que les Gaels, mais c’est tout l’opposé de Saint Mary’s. Les Cougars sont une ode à l’attaque, avec son duo de juniors entre T.J. Haws (le formidable scoreur) et Yoeli Childs (l’intérieur si efficace). Les Cougars ne défendent pas, preuve sur les deux oppositions contre Gonzaga, avec deux blowouts. Du coup, on voit mal le programme créer la surprise lors du tournoi.

Maintenant, nos poulains de la saison, San Francisco.

Un niveau de jeu très solide, une ambiance à domicile si atypique dans cette petite salle (gymnase), tout est réuni pour que l’on aime le programme. Cependant, depuis mi-janvier, les Dons sont en souffrance. Cela termine la saison régulière avec trois défaites de rang, contre des équipes largement abordables. C’est dommage pour la bande de Frankie Ferrari, qui mérite tellement mieux.

Enfin, un petit mot sur Loyola Marymount, qui a déçu. Un bilan de 8 victoires pour 8 défaites pour le supposé « outsider numéro un de Gonzaga » avant le début des matchs de conférence. Malgré tout, le programme reste sur une série de trois succès, qui semble encourageante pour le tournoi.

Ah oui, n’oublions pas les (très) grosses côtes, en San Diego et Santa Clara.

D’un côté, une équipe expérimentée comme San Diego, avec un secteur intérieur ultra-dominant. De l’autre, la jeunesse et la fougue de Santa Clara, capable du meilleur comme du pire. Ces deux programmes risquent de se rencontrer dès du 2ème tour : une affiche à ne pas louper !

 

Quelles équipes pour la March Madness ?

 

Gonzaga possède déjà son ticket pour la March Madness.

Il reste maintenant à voir si un deuxième ticket peut être distribué à la fin du tournoi. La lutte est ouverte entre BYU, Saint Mary’s et Loyola Marymount puis San Francisco, mais ces deux derniers s’affronteront en quarts de finale, avant une demi-finale contre Gonzaga. Mission quasi-impossible.

En tout cas, cela promet un tournoi de WCC absolument dantesque !

 

Découvrez le bracket complet du tournoi de conférence en WCC à cette adresse.

 


 

Southern Conference (SoCon)

 

Présentation du tournoi de conférence

 

Les favoris pour le tournoi

 

La SoCon, meilleure conférence des Mid-Majors. Cette année fut, une nouvelle fois, un véritable feu d’artifice avec une lutte endiablée entre Wofford… et le reste.

Et oui, Wofford a déroulé tranquillement.

Un record parfait en conférence avec 18 victoires en autant de matchs et un niveau de jeu proche de la perfection. D’ailleurs, les Terriers ont été récompensés par une place historique dans l’AP Top 25 national et pointe désormais à la 22ème place ! Que dire si ce n’est que Fletcher Magee est un scoreur incroyable, qui peut se projeter vers une carrière en NBA. Wofford possède l’une des meilleures attaques (83 points marqués de moyenne), mais aussi l’une des meilleures défenses du pays (65.4 points encaissées en moyenne).

Ticket déjà en poche pour le NCAA Tournament, Wofford continuera de jouer à fond le tournoi de conférence pour arriver avec un seed intéressant à la March Madness. Un seed #5 ou #6 est largement envisageable.

Petite (et agréable) surprise avec UNC Greensboro, qui occupe la place de dauphin des Terriers. Le programme a effectué une excellente saison et se positionne comme un prétendant pour la March Madness. Emmené par le futur international espagnol Francis Alonso (nom à retenir) et avec le sophomore Isaiah Miller, les Spartans possèdent une profondeur de banc pour espérer quelque chose d’intéressant lors du tournoi. Là encore, les Spartans tiennent une défense ultra-productive mais cela pêche un peu plus offensivement. Heureusement que la force collective est bien présente.

 

Les possibles surprises du tournoi

 

Mettre Furman en potentielle surprise, après leur début de saison canon et leur apparition dans le Top 25 national fait un peu mal. Mais cela démontre que le programme n’arrive pas à enchaîner les bons résultats. Il est bien loin le temps où Furman domptait #8 Villanova…

Le problème des Paladins, c’est que seul le duo entre Matt Rafferty et Jordan Lyons reste au niveau match après match. Clay Mounce apporte ce qu’il peut mais le sophomore ne voit plus beaucoup le ballon à l’intérieur sur cette fin de saison. La rotation s’est amenuisée et l’impact du banc n’est plus aussi important qu’auparavant.

East Tennessee State fait aussi partie des possibles surprises du tournoi. Steve Forbes a misé, un peu comme Nevada le fait depuis quelques saisons, sur la filière JUCO pour construire son effectif. Le moins que l’on puisse dire, c’est que cela marche. Relancer des prospects en manque de temps de jeu, leur donner une chance d’évoluer dans un système simple mais qui prône une certaine liberté pour les joueurs : la recette fonctionne et je recommande aussi la lecture du “Gem of the Week” sur les Buccaneers.

Enfin, un petit mot sur Chattanooga, du français Thomas Smallwood et du jeune Espagnol (sophomore) Ramon Vila. Sur un match, le programme peut créer la surprise et il faudra donc surveiller les Mocs de très près. Une place au NIT se joue aussi sur le tournoi et on espère que le programme arrivera à s’y qualifier.

 

Quelles équipes pour la March Madness ?

 

Comme annoncé, Wofford possède déjà son ticket pour le NCAA Tournament grâce à une saison exceptionnelle.

Derrière, une lutte à trois se dessine. Furman possède un joli CV et peut espérer, avec une finale, se qualifier pour la March Madness. Ce sera un peu plus délicat pour ETSU alors que UNC Greensboro possède une infime chance (finale obligatoire). Mais vous le savez, le comité de sélection aime bien snober les Mid-Majors et la SoCon peut tout de même envoyer à minima deux représentants, si ce n’est trois.

 

 

Découvrez le bracket complet du tournoi de conférence en SoCon à cette adresse.

 


 

America East Conference (A-East)

 

Présentation du tournoi de conférence

 

 

 

Découvrez le bracket complet du tournoi de conférence en America East à cette adresse.

 


 

Colonial Athletic Conference (CAA)

 

Présentation du tournoi de conférence

 

Les favoris pour le tournoi

 

Hofstra est l’une des belles histoires de cette saison en Mid-Majors. Le programme a effectué une série de 16 succès consécutifs mais a connu un mois de février en dents de scie. Malgré tout, Hofstra assure le titre de la saison régulière avec une victoire d’avance sur son dauphin.

Justin Wright-Foreman est l’un des artisans de cette belle saison et il est en train de se faire un nom pour la prochaine Draft NBA (un vrai steal en perspective au second tour).

Petite sensation avec Northeastern qui termine deuxième à l’issue de la saison régulière. Il faut dire que les Huskies comptent parmi ses rangs le serbe Vasa Pusica, qui respire le basketball de l’Est que l’on aime tant, sans oublier Jordan Roland qui a augmenté son niveau en 2019.

 

Les possibles surprises du tournoi

 

Charleston s’est imposé comme la patron de la conférence pendant plusieurs saisons. Mais cette saison, place à la reconstruction. Le junior Grant Rillier reste le leader de l’équipe, bien aidé par le senior Jarrell Brantley. Et puis, ensuite, c’est le (quasi) néant… Des jeunes pousses qui ne voient pas beaucoup le ballon ou qui n’ont pas énormément de responsabilités.

Et cela rend Charleston assez prévisible.

 

Quelles équipes pour la March Madness ?

 

Je souhaite vraiment que Hofstra aille à la March Madness. Ce serait une belle récompense pour le Pride, qui se reconstruit petit à petit et cela porte enfin ses fruits. Mais attention à Northeatsern voire à Charleston, qui sur un match, peuvent battre n’importe qui. Mais vraiment, si Hofstra joue correctement, c’est direction la March Madness.

 

Découvrez le bracket complet du tournoi de conférence en Colonial à cette adresse.

 


 

The Summit League

 

Présentation du tournoi de conférence

 

Les favoris pour le tournoi

 

Comme la NEC, la Summit n’a pas été dans mes petits papiers cette saison. Je n’ai pas pu voir comme je le voulais cette conférence, hormis South Dakota State et un peu Omaha.

South Dakota State termine sans trop de surprises avec le titre de la conférence pour la saison régulière. Il faut dire que le programme possède dans ses rangs le meilleur scoreur des Mid-Majors, Mike « The Dauminator » Daum. Le senior a passé la barre des 3.000 points inscrits dans sa carrière et porte littéralement son équipe.

Mais voilà, derrière le supposé favori se positionne Omaha et amène un vent de fraîcheur qui fait du bien à la conférence. Le programme a battu South Dakota State chez lui fin janvier dans un match incroyable, avec une intensité folle.

Omaha, c’est une équipe qui a le profil pour aller au bout du tournoi. Une équipe athlétique, avec quelques pistoleros mais qui ne défend que par intermittence, le seul point faible de l’équipe.

 

Les possibles surprises du tournoi

 

Honnêtement, on ne passe pas par quatre chemins : un seul outsider, et encore le mot est fort, sera présent sur le tournoi. Il s’agit de Purdue Fort Wayne avec son duo de seniors, John Konchar et Kason Harrell. Mais le problème, c’est que le duo est assez seul et cela ne suffira pas pour aller jusqu’en finale.

 

Quelle équipes pour la March Madness ?

 

La finale attendue, sur le papier, entre South Dakota State et Omaha sera un match à suivre avec attention. Mais Mike Daum est en mission pour sa dernière saison universitaire et on ne voit pas comment les Jackrabbits peuvent manquer la March Madness.

 

Découvrez le bracket complet du tournoi de conférence en Summit League à cette adresse.

 


 

Mid-American Conference (MAC)

 

Présentation du tournoi de conférence

 

 


 

Mid-Eastern Athletic Conference (MEAC)

 

Présentation du tournoi de conférence

 

 


 

Sun Belt Conference

 

Présentation du tournoi de conférence

 

Les favoris pour le tournoi

 

Cette saison, la Sun Belt a bien mérité son surnom de #FunBelt. Une lutte intense à quatre programmes, qui a vu Georgia State de retour au premier plan.

En effet, les Panthers ont remporté la saison régulière avec une victoire d’avance sur un trio d’équipes. Rien n’a changé dans le programme, qui ne défend toujours pas mais qui compense offensivement. Une adresse à trois points au rendez-vous et un cinq majeur ultra productif.

Le facteur X de cette saison reste le sophomore Kane Williams (11.4 points, 3.6 passes et 3.1 rebonds), qui a eu des responsabilités sur cet exercice et qui le rend bien à son entraîneur. Il forme un duo terrifiant avec le junior D’Marcus Simonds (18.9 points, 4.9 rebonds et 3.7 passes). Le programme termine en fanfare cette saison, même si la maîtrise n’est pas toujours présente…

Le plus gros prétendant de Georgia State cette année fut Texas State. Après des années de lutte dans le ventre mou, le programme revit et se mêle dans la lutte pour la March Madness.

Les Bobcats possèdent la meilleure défense de la conférence et forcément, cela sera un avantage pour le tournoi de conférence. Offensivement, le leader Nijal Pearson est un joueur incroyable mais derrière, hormis Tre’Larenz Nottingham, pas de véritable relais, plus un collectif de joueur qui apporte un petit peu de scoring.

 

Les possibles surprises du tournoi

 

Le héros malheureux de la finale de l‘an dernier, UT Arlington, était attendu cette saison. La jeunesse vient de prendre le relais et le moins que l’on puisse dire, c’est que les petits jeunes ont répondus présent. Immédiatement, on pense à la pépite freshman David Azore. Il est la troisième option en attaque, apportant son potentiel athlétique au service de son équipe.

Georgia Southern est aussi dans la course, n’étant pas loin de battre Georgia State lors du dernier match. Une rencontre haletante, qui insère les Eagles dans la course à la March Madness. Il faut dire que le programme est un réel plaisir à regarder, avec un jeu certes simple mais ô combien redoutable. Quan Jackson, le sophomore, sera l’homme à suivre avec attention, tout comme l’intérieur Isaiah Crawley, qui monte en puissance sur les dernières rencontres.

 

Quelles équipes à la March Madness ?

 

Le tournoi de conférence va être ouvert cette saison encore. Georgia State remet son ticket en jeu mais ce sera une nouvelle fois difficile de le récupérer. UT Arlington aura à coeur d’effacer le non-match en final l’an dernier, alors que Georgia Southern reste la grosse cote de ce tournoi.

Personnellement, je ne pense pas que Texas State soit en mesure de gagner le tournoi.

 


 

Southwestern Athletic Conference (SWAC)

 

Présentation du tournoi de conférence

 

Les favoris pour le tournoi

 

Cette saison, la SWAC se résume à Prairie View A&M.

Le programme a déroulé lors de la deuxième partie de saison, avec une seule défaite, en janvier, contre Texas Southern. Pourtant, la première partie de saison fut… délicate. Une victoire pour commencer la saison puis… 11 défaites consécutives. Il faut dire qu’il y avait du Baylor, UNC Greensboro, Murray State, Georgia Tech ou encore Winthrop. Mais ce calendrier dantesque a fait du bien au groupe, avec de l’adversité nécessaire pour se préparer idéalement aux matchs de conférence.

Comme quoi, en plus de prendre quelques milliers de dollars, cela aide de programmer des matchs contre des grosses écuries.

 

Les possibles surprises du tournoi

 

Texas Southern, le patron la saison dernière, a connu un exercice délicat. L’une des pires défenses du championnat (la 323ème), une attaque peu inspirée… On est bien loin des standards des Tigers et c’est assez décevant… Mais voilà, ne jamais sous-estimer le coeur d’un champion !

Mettons Grambling State aussi dans les possibles surprises. Pour le coup, le programme défend dur mais offensivement, c’est une véritable purge. Heureusement que le duo entre Ivy Smith Jr et Dallas Polk-Hilliard porte l’équipe.

 

Quelles équipes pour la March Madness ?

 

Il ne souffre d’aucun doute que Prairie View A&M sera à la March Madness. Point final.

 


 

Atlantic-10 Conference (A-10)

 

Présentation du tournoi de conférence

 

Les favoris pour le tournoi

 

Ah, l’Atlantic 10, cette conférence si dense avec des matchs dantesques à chaque semaine… et une équipe de VCU au top !

Les Rams remportent la saison régulière sans trop forcer, avec seulement deux défaites en cette deuxième partie de saison. 7ème meilleure défense du championnat, un collectif au-dessus du lot avec une rotation de neuf joueurs et de l’expérience, avec une majorité de juniors pour aider la jeunesse présente au sein de l’effectif.

Rien ne change chez VCU, la patte de l’ancien gourou, Shaka Smart, est toujours présente : forte défense agressive et jeu en transition. Mike Rhoades faisait partie du coaching staff à l’époque, et après une saison de reconstruction, cet exercice se révèle excellent pour VCU. L’équipe est quasiment qualifiée pour la March Madness, avant même de débuter le tournoi.

Le vainqueur en titre du tournoi, Davidson, est lui-aussi présent. Une deuxième place, un niveau de jeu excellent depuis trois matchs. Clairement, le programme monte en puissance.

Il faut dire que le programme possède deux pépites, en la personne du junior en provenance d’Islande, Jon Axel Gudmundsson, et le sophomore Kellan Grady. D’ailleurs, Davidson est très international cette année, avec beaucoup de joueurs en provenance d’Europe (Serbie, Autriche, Suède). Ce savoureux mélange « match » à perfection et c’est un réel plaisir de regarder les Wildcats.

Les possibles surprises du tournoi

Dayton a perdu gros en cette intersaison, mais avec un recrutement réussi, le programme se place parfaitement au sein de la conférence. Pas de vrai leader (excepté le freshman Obadiah Toppin), des victoires contre les cadors tout en lâchant des matchs contre plus faibles, et une défense de fer. Il manque juste ce petit quelque chose pour prétendre à mieux.

St. Bonaventure possède l’expérience nécessaire pour être une possible surprise sur ce tournoi. Le tout avec le freshman de l’année dans la conférence, Kyle Lofton, il faudra surveiller les Bonnies.

N’oublions pas les programmes comme Saint Louis (qui nous a sorti un choke magnifique depuis fin janvier), George Mason (la belle surprise de la saison) ou encore Rhode Island (où évolue notre poulain Fatts Russell).

Quelles équipes pour la March Madness ?

VCU et Davidson ont quasiment leur ticket en poche grâce à leur belle saison. Derrière, les outsiders sont nombreux, trop nombreux même, ce qui devrait nous offrir un tournoi tout simplement immanquable.

Et puis, on sait que sur ce tournoi, le seed #1 ne gagne jamais à la fin et il y a toujours des surprises… Vers 3 représentants de l’A-10 à la March Madness ? C’est fort possible.

 

 


 

Big Sky Conference

 

Présentation du tournoi de conférence

 


 

Conference-USA (C-USA)

 

Présentation du tournoi de conférence

 

Les favoris pour le tournoi

 

A l’image d’une SoCon ou d’une A-10, la C-USA a offert un spectacle et un scénario dingue tout au long de la saison.

Old Dominion est la seule équipe au-dessus du lot mais voilà, le programme reste sur deux défaites surprises, avec une défense (qui est la 8ème meilleure du championnat) perméable. C’est dommageable puisque c’est la marque de fabrique du programme.

Les deux seniors B.J. Stith et Ahmad Caver portent l’équipe, alors que le duo de sophomores entre Xavier Green et Marquis Goddwin offrent une belle alternative sur le plan du scoring. Une équipe homogène, taillée pour aller à la March Madness.

Derrière Old Dominion, quatre programmes affichent le même bilan mais un seul sort du lot : Western Kentucky. L’effectif est extrêmement talentueux, notamment avec l’intérieur freshman Charles Bassey, mais le programme n’arrive pas à enchaîner les bons résultats. Et dans une conférence aussi dense, cela se paye cash.

 

Les possibles surprises du tournoi

 

Forcément, Southern Miss, Marshall et UTSA sont dans les possibles surprises. Les équipes affichent toutes un bilan de 11 victoires pour 7 défaites sur les matchs de conférence.

Marshall est redoutable avec ses deux scoreurs, Jon Elmore (qui avait réalisé un NCAA Tournament MONSTRUEUX la saison dernière) et C.J. Burks. Southern Miss est une agréable découverte, avec notamment le sophomore LaDavius Draine. Pas de leader incontesté mais un collectif au diapason.

UTSA est une belle cote à jouer. Mais le seul problème : le programme est assez prévisible. Il faut dire que la moitié des points vient du duo de sophomore, Keaton Wallace et Jhivvan Jackson. Ce dernier nous offre des points à plus de 40 points sur cet fin d’exercice, il arrive donc en forme pour le tournoi.

 

Quelles équipes pour la March Madness ?

 

Old Dominion semble un poil au-dessus mais attention aux surprises. Western Kentucky, même avec son inconstance, peut aller au bout. Marshall est une équipe qui sort souvent les favoris lors du tournoi, méfiance. N’oublions pas UTSA ou encore Southern Miss.

En tout cas, cela être un tournoi très intense !

 

 


 

Mountain West Conference (MWC)

 

Présentation du tournoi de conférence

 

Les favoris pour le tournoi

 

Sans réelle surprise, Nevada a déroulé toute la saison en Mountain West… Enfin, ce fut un peu plus compliqué que prévu avec un outsider qui a réalisé une saison exceptionnelle. Et oui, le Wolfpack a partagé son titre de conférence avec Utah State.

Pourtant, sur le papier, Nevada est au-dessus. La politique de recrutement (avec le JUCO et des joueurs en manque de temps de jeu en Power Six) fonctionne toujours, sachant que l’effectif est quasiment le même que l’an dernier.

Utah State représente le futur de la conférence. La jeunesse a pris le pouvoir et le moins que l’on puisse dire, c’est que le programme se positionne pour une place à la March Madness. L’axe 1-5, composé de Sam Merrill et de la sensation freshman de la conférence, Neemias Queta, est le facteur X de l’équipe, qui propose même un jeu attrayant.

 

Les possibles surprises du tournoi

 

L’outsider numéro un en début de saison, Fresno State, a déçu un tout petit peu cette saison. Les Bulldogs ont lâché des matchs cadeaux, en proposant une adversité incroyable contre Utah State et Nevada ce qui a produit des confrontations réellement intenses.

La jeunesse de San Diego State est (enfin) au rendez-vous. Jalen McDaniels est un prospect incroyable et nul doute qu’il va vouloir faire le show lors du tournoi, avec comme objectif de se montrer aux yeux de tous à la March Madness.

 

Quelles équipes pour la March Madness ?

 

Nevada possède déjà son ticket pour la March Madness. Il reste à voir qui accompagnera le Wolfpack.

Utah State est le profil type et on a hâte de voir la revanche du dernier match entre les deux équipes, notamment depuis le scandale qui a suivi l’envahissement du terrain des supporters des Aggies, où Jordan Caroline et un assistant d’Utah State se sont échauffés. N’oublions pas Fresno State, capable du meilleur comme du pire…et mes petits chouchous de San Diego State, évidemment. 

 


 

Southland Conference

 

Présentation du tournoi de conférence

 

Les favoris pour le tournoi

 

Cette saison devait être celle de l’intronisation au sommet de Sam Houston State. Et après un dernier exercice assez décevant, les Bearkats ont repris leur marche en avant et terminent champion de saison régulière. L’effectif possède l’expérience nécessaire pour aller au bout cette année et cela s’est prouvé lors des matchs de conférence.

Son dauphin, Abilene Christian, a sorti un exercice très intéressant et c’est une belle surprise. Le seul problème, c’est que le programme vient de perdre son pivot junior Jalone Friday depuis quelques semaines. Et sans lui, le programme s’en sort mais sur la durée d’un tournoi, cela risque d’être problématique.

 

Les possibles surprises du tournoi

 

Southeastern Louisiana a perdu en finale l’an dernier et cette saison, le programme a laissé son titre au profit de Sam Houston State. Il faut dire que le programme a perdu deux joueurs cadres et cette saison, les Lions se reposent essentiellement sur son duo de seniors, Moses Greenwood et Marlain Veal.

Malgré un mois de février délicat, New Orleans affiche le même bilan que SE Louisiana et Lamar. Cependant, on ne vend pas chère la peau des Privateers. Lamar, au contraire de New Orleans, est sur une belle série de victoires. Le programme tourne bien, en s’appuyant sur une défense de fer et un jeu en transition terriblement efficace.

N’oublions pas Stephen F. Austin, le représentant de la conférence lors de la dernière March Madness. Mais voilà, l’intersaison fut terrible pour le programme, qui a perdu sa génération dorée. Sait-on jamais.

 

Quelles équipes pour la March Madness ?

 

Sam Houston State semble un (voire deux) ton au-dessus des autres équipes de la conférence. On ne sous-estime pas la magie du tournoi mais ce serait un véritable tremblement de terre si les Bearkats venaient à chuter.

 

 


 

American Athletic Conference (AAC)

 

Présentation du tournoi de conférence

 

Les favoris pour le tournoi

L’AAC fut vraiment sympathique à suivre cette saison. Une (semi) lutte à trois programmes, tous classés dans le Top-25 national en fin de saison. Bref, la résurrection de la conférence fait bien plaisir !

Houston n’a perdu que deux matchs cette saison, à chaque fois lors des matchs de conférence. Les Cougars affichent un excellent niveau de jeu cette année et vraiment, le programme peut faire quelque chose de très intéressant. Sachant que l’équipe a battu BYU, Oregon, Oklahoma State, LSU, Utah State et Saint Louis. Oui oui…

Cincinnati inquiète, avec deux défaites pour finir la saison, contre Houston et UCF. Les Bearcats défendent bien, très bien même, mais offensivement, hormis le Junior Jarron Cumberland, c’est assez pauvre.

Enfin, la belle surprise de la saison, UCF, est le troisième larron du trio.

Malgré une défaite contre Temple lors du dernier match, les Knights sortent de deux succès probants contre Houston et Cincinnati. Le programme est sur une pente ascendante et arrive au tournoi avec le plein de confiance. D’ailleurs, UCF va mieux depuis que le programme se souvient qu’ils ont le plus grand joueur du championnat, Tacko Fall. Le sénégalais reçoit enfin des ballons et apporte un réel relais offensivement (et surtout défensivement).

Les possibles surprises du tournoi

Temple revient dans la course à la March Madness avec un CV plus que correct. Le trio de guards composé de Shizz Alston Jr., Quiton Ross et du sophomore Nate Pierre-Louis porte le programme à bout de bras. Ce trio est capable de battre n’importe qui sur un match, toujours dangereux lors d’un tournoi.

Memphis sera également à surveiller avec son leader Jeremiah Martin, capable de coup de chaud à tout moment. Wichita State connait une période de reconstruction mais avec les derniers seniors présents dans l’effectif, il se peut que les Shockers choquent une nouvelle fois.

Quelles équipes pour la March Madness ?

Tout dépendra du tournoi, forcément, mais on peut voir quatre représentants de l’AAC à la March Madness. Temple peut être le quatrième larron, à condition d’aller au moins en 1/2 finale, sous peine de se rendre directement au NIT.

 

 


 

Big West Conference
Présentation du tournoi de conférence

 

Les favoris pour le tournoi

 

La Big West, d’une manière générale, fut sans surprise à notre plus grand désarroi. En effet, UC Irvine a écrasé toute forme de concurrence avec un bilan de 15 victoires pour 1 seule défaite. En plus de cela, les Anteaters ont empoché quelques victoires de prestige pour le CV contre Texas A&M, Saint Mary’s ou encore Montana.

UC Irvine, c’est avant tout une défense qui inhale l’attaque adverse et qui crée du jeu rapide, avec une équipe qui aime courir et se projeter rapidement vers l’avant.

Quand vous avez votre intérieur freshman, Collin Welp, qui se révèle comme une menace offensive permanente, avec un petit tir fiable (mi-distance), il est très difficile pour l’adversaire de limiter toutes ces options. Voilà pourquoi les Anteaters sont aussi faciles cette saison.

 

Les possibles surprises du tournoi

 

UC Santa Barbara était mon choix numéro un comme outsider à UC Irvine. Un savoureux mélange entre expérience et l’insouciance de la jeunesse, un collectif bien huilé… mais aucun leader capable de prendre les choses en mains dans le money time.

Petite mention au freshman en provenance du Mali, Amadou Sow, qui pour sa première saison en basketball universitaire, est devenu indispensable à l’équipe. Il apporte son physique dans une raquette qui en manque cruellement.

Dans une conférence bien atypique (un jeu peu flashy, du collectif, de la défense pour un basketball digne de la Cote Ouest des Etats-Unis), CSU Fullerton fait office d’ovni. Le programme se limite au duo composé de Kyle Aliman Jr. et Khalil Ahmad (la moitié des points de l’équipe en moyenne), avec Jackson Rowe en relais. Ces trois-là représentent les 3/4 des points du programme à chaque match, ce qui rend prévisible.

N’oublions pas nos poulains d’il y a deux saisons, Long Beach State, qui continue sa reconstruction tranquillement. L’effectif possède l’expérience nécessaire pour faire un petit tri intéressant.

 

Quelles équipes pour la March Madness ?

 

Même si j’aime beaucoup UC Santa Barbara, il ne fait aucun doute que UC Irvine raflera tout cette saison. Mais avec la magie du tournoi, qui sait.

 


 

Western Athletic Conference (WAC)

 

Présentation du tournoi de conférence

 

Les favoris pour le tournoi

Comme prévue, la WAC revient au patron New Mexico State. Pourtant, cette saison se devait d’être un peu plus délicate avec l’émergence de programme pouvant lutter pour le titre. Mais la vérité du parquet fut tout autre.

Les Aggies terminent la saison régulière avec une défaite lors des matchs de conférence, contre Cal Baptist, début janvier (le 4 pour être précis). Depuis ? Plus aucune défaite. Des matchs avec une telle maîtrise, souvent serrés mais à chaque fois le programme s’en sort grâce à son expérience et son collectif (et sa défense, bien sous-cotée). Pas de leader incontesté, une profondeur de banc incroyable et des joueurs qui connaissent à merveille leur responsabilité. Tout roule quoi.

Petite mention au prospect espagnol Ivan Aurrecoechea, qui après un cursus exceptionnel en Junior College, réalise une première saison en Division I très solide. L’un des meilleurs intérieurs de la conférence.

Les possibles surprises du tournoi

Grand Canyon a déçu cette saison. On voyait réellement le programme faire quelque chose cette saison mais ce fut encore une fois, une désillusion. Pourtant, l’effectif possède tellement de talents, mais aussi beaucoup de jeunesse. Et c’est le souci.

Le duo de sophomores, Damari Milstead et Alessandro Lever, (retenez bien ce nom, le prospect Italien risque de faire une belle carrière en Europe) fait le travail mais sans plus. On espérait bien mieux. Le manque d’un vrai meneur (Damari est un combo même sil travail dur pour devenir un véritable meneur de jeu) pose des problèmes au niveau de la création.

La saison dernière, Utah Valley a été snobé par le NIT à cause d’un calendrier assez light. Du coup, pour ce nouvel exercice, le calendrier sur la première partie de saison fut délicat : BYU, Saint Mary’s, Utah State, Arizona ou encore Fresno State. Malheureusement, qu’un seul succès sur ses confrontations (contre Fresno State) mais le programme s’est repris sur les matchs de conférence.

Une place de dauphin de New Mexico State, de l’expérience sur chaque poste avec une petite pincée de jeunesse, Utah Valley sera à surveiller sur le tournoi !

Quelles équipes pour la March Madness ?

Il ne souffre d’aucun doute que New Mexico State va remporter le tournoi de WAC et gagnera donc le droit d’aller à la March Madness. Attention à Grand Canyon et Utah Valley, on ne sait jamais.

 

 


 

Ivy League

 

Présentation du tournoi de conférence

 

Les favoris pour le tournoi

 

Ah, l’Ivy League, cette conférence toujours aussi indécise. Yale et Harvard partagent le titre de saison régulière, au terme d’un mano a mano incessant, pour le plaisir de nos yeux.

Yale (enfin, Miye Oni, surtout) a tenu son rang cette saison. Cependant, le prospect se retrouve un peu seul et du coup, les Bulldogs ont perdu des matchs en cette fin de saison. Malgré tout, le programme possède toujours de la marge, mais, sur un tournoi, on n’est pas à l’abri de surprises.

Harvard est une énigme. Il faut dire que le programme a connu énormément de pépins physiques et de blessures des joueurs cadres. Mais ceux-ci reviennent au moment opportun et cela rend le Crimson favori pour le tournoi de conférence. D’ailleurs, le leader Bryce Aiken sort d’un match à 36 points.

S’il avait été épargné par les blessures, Harvard aurait tout écrasé dans la conférence.

 

Les possibles surprises du tournoi

 

Princeton reste sur une série de trois défaites consécutives. Cela s’explique notamment par l’absence depuis quelques semaines de son leader Devin Cannady, qui manquera la fin de saison. Coup dur pour le senior mais aussi pour son équipe, orpheline de son meilleur joueur.

Penn, le champion de la saison dernière, sort d’une saison un peu délicate avec les pertes de ses cadres pendant l’intersaison. La jeunesse a pris la relève, avec notamment le junior AJ Brodeur, si important au sein de l’effectif. Mais rien de flamboyant, à côté, malheureusement.

 

Quelles équipes pour la March Madness ?

 

Harvard semble le favori, avec un effectif quasi au complet. Mais voilà, le Crimson doit affronter Penn dès l’ouverture du tournoi de conférence et ce match possède le profil du match piège. Yale sera à surveiller aussi et on attend avec impatience la finale contre le Crimson.