L'ascension de Fletcher Magee à un tel niveau n'est pas du hasard, loin de là.

Nous sommes le 20 décembre 2017.

Wofford, programme pilier des mid-majors il y a quelques saisons, réalise l’un des upsets de cette saison, si ce n’est le plus beau : battre #5 North Carolina sur le parquet des Tar Heels. Et depuis ce jour-là, un joueur des Terriers possède le vent en poupe.

Fletcher Magee, star méconnue du grand public, s’est écrit un nom lors du mois de décembre en devenant le bourreau de UNC.

Natif d’Orlando, en Floride, Fletcher Magee n’était pas destiné à devenir un joueur dominant au niveau universitaire. Il faut dire que les prospects de son profil, fort scoreur mais frêle physiquement, il en court de partout au lycée. Et Fletcher Magee n’était pas dans une place forte au lycée, son équipe ne jouant pas les premiers rôles.

Comme de nombreux joueurs l’ont fait avant lui, c’est au travers du fameux circuit AAU qu’il souhaite se montrer. Mais cette aventure s’est révélée être une sacrée paire de manches pour Fletcher Magee, qui évoluait dans une équipe ultra compétitive, avec notamment des coéquipiers comme Ben Simmons (ex-LSU), Antonio Blakeney (ex-LSU) ou encore Daniel Giddens (ex-Ohio State, Alabama). Difficile de se faire une place face à ces trois monstres et surtout, d’avoir des ballons.

Grand fan de Florida, Fletcher Magee rêvait de porter la tunique de ces Gators. Mais à l’époque, Billy Donovan avait pris contact avec lui sans forcément le recruter. Coup dur pour Fletcher Magee, qui va cependant trouver son bonheur peu de temps après.

En effet, l’un des assistants de Wofford a voyagé du côté de la Floride pour observer le joueur. Depuis son année de junior, il est devenu la priorité numéro une de sa promotion de freshmen pour les Terriers. Il faut dire qu’il fallait rapidement trouver un remplaçant au scoreur Karl Cochran et Fletcher Magee possédait le profil idéal.

Une visite officielle plus tard sur le campus, le joueur était comblé.

“J’adore le campus, les professeurs, les entraineurs, les gens. C’est une petite université mais je viens d’un petit lycée donc cela ne me dérange pas, au contraire même. J’étais comme à la maison.”

Cela a immédiatement collé entre les deux parties et Fletcher Magee annonce peu de temps après son désir de rejoindre l’Université de Wofford pour y effectuer son cursus universitaire.

Dès ses débuts, il a montré une certaine facilité au niveau du scoring. Pour le premier match de sa jeune carrière, il inscrit 22 points face à Missouri (son premier tir reste un 3+1, oui, véridique). Il affiche une moyenne de 13.8 points, en étant le meilleur joueur du pays au niveau ds lancers-francs (92.5%) et troisième au niveau des tirs à trois points (47.9%).

La saison dernière, c’est plus de 18 points de moyenne avec des statistiques presque similaire à celles de sa saison de freshman. Costaud, le gamin.

Forcément, de part son profil et son impact, Fletcher Magee est souvent comparé à Stephen Curry. Ancienne gloire de Davidson et de la conférence SoCon (jusqu’à leur départ en 2014), où évolue Wofford, il n’en faut pas plus pour sortir cette comparaison à vrai dire.

“Je suis dans la ligue depuis trois ans maintenant et je pense que je suis encore très loin de l’impact de Stephen Curry. C’est le meilleur joueur de l’histoire de la SoCon, aucune discussion possible.

Je me pose souvent la question : d’où vient cette comparaison ? Les gens sont fous. C’est un honneur d’être dans la même phrase d’une telle légende mais soyons réaliste, j’ai encore beaucoup de travail pour arriver à effleurer son niveau. En tout cas, cela me motive pour faire les efforts nécessaires.”

Les comparaisons affluent surtout sur cette première partie de saison, où Fletcher Magee est en train de mettre tout le monde d’accord. En 12 matchs : 24.3 points de moyenne, avec une pointe à 36 points face à Georgia Tech (qui n’est pas n’importe quelle équipe), 32 points face à California ou encore son match référence pour le paysage universitaire, les 27 points face à #5 North Carolina.

Le tout en demeurant le troisième meilleur shooteur à trois points du championnat.

Son éclosion, Fletcher Magee le doit à deux personnes : son entraîneur au lycée et lui-même.

Lors d’une récente interview, le joueur avait fait part d’une petite anecdote de son passage à la The First Academy. Son entraîneur de l’époque, Chris Mayberry, avait conspué ses joueurs en leur disant qu’ils n’iraient jamais en NBA. Depuis ce jour-là, Fletcher Magee avait inscrit sur son mur les propos, puisant une source de motivation supplémentaire.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cela a porté ses fruits. Mais le prospect est surtout un grand travailleur, un acharné des entraînements.

Dustin Kerns, l’ancien entraîneur de Wofford, tient lui-aussi une petite anecdote concernant le joueur.

“Un matin, je suis arrivé dans la salle et les lumières étaient éteintes. Mais j’entendais des ballons rebondir sur le parquet. Je jette un œil et là, je vois Fletcher qui s’entraîne à dribbler dans le noir ! Je me suis dis, ce n’est pas possible ce gamin…

Je lui ai hurlé dessus de rallumer les lumières et vous savez ce qu’il m’a dit ? Non, je m’entraîne dans le noir pour m’aider à garder un certain feeling avec le ballon. Cela éveille mes sens. Du coup, je me suis assis et je l’ai filmé sur mon téléphone. C’était la première fois que je voyais ça.

Quand j’étais sur le campus, je voyais Fletcher à la salle s’infliger des séances très dures au niveau du tir. Entre chaque cours, il allait faire quelques répétitions, idem le soir avant l’entraînement, avant et après.

C’est un bosseur dans l’âme. Il mérite ce qu’il lui arrive en ce moment, il a travaillé dur pour en arriver là, ce n’est pas du hasard”.

Fletcher Magee, comme son équipe de Wofford, est une belle surprise sur cette première partie de saison. La concurrence risque d’être rude dans la conférence SoCon cette année à nouveau, avec des programmes comme Chattanooga, Mercer, East Tennessee State, UNC-Greensboro ou encore Furman qui seront à la lutte pour la seule place qualificative à la March Madness.

Quoi qu’il en soit, Fletcher Mage a déjà marqué de son empreinte, une saison encore, la conférence au sein de laquelle il évolue mais aussi le paysage universitaire national.

Qui sait, le profil de Fletcher Magee peut rendre quelques services à une franchise NBA au second tour, ou bien en Europe. On parle déjà d’une possible année de senior pour le junior, même s’il réalise une saison dantesque. Le processus de la Draft NBA est encore loin mais grâce à la nouvelle formule, il pourra se montrer aux scouts de la grande ligue lors des entraînements pré-Draft.

Ah oui, son ancien head coach au lycée pourrait être fier de lui.